Yves Benjamin ATTALI

Né le 8 juin 1957 à Paris
Études secondaires en internat à l'école Maïmonide de Boulogne sur seine.
Aliyah en 1976, terminale au lycée français de Jérusalem.
Service militaire dans le génie combattant.
Marié avec une Israélienne, Hanna, père de 4 enfants (2 filles et 2 garçons). Habitons à Kfar Tavor en basse Galilée.
Licence en sociologie et ressources humaines de l'université de Bar-Ilan.
Amoureux des langues, considéré comme le plus Israélien des francophones de ma promotion.
J'ai collaboré pour la première fois avec Alliance en 1997. Aujourd'hui j'ai renoué avec le magazine juif qui est incontestablement le meilleur sur Web.

Les articles de Yves Benjamin ATTALI

Mahmoud Abass envoi une lettre de soutien à la famille du terroriste.

Abass.jpg

Mahmoud Abass envoi une lettre de condoléances à la famille du terroriste.


La famille du terroriste qui a tiré sur le Rav Glik, a reçu une lettre de soutien de la part du président de l'autorité palestinienne ou il exprime ses condoléances ainsi que son indignation quant a la mort du terroriste, tué par les policiers alors qu'il avait ouvert le feu au moment ou ils étaient venus pour l'arrêter.


Avigdor Liberman, ministre des affaires étrangères, s'est exprimé avec virulence sur le geste de Mahmoud Abass:

"Cette lettre prouve que nous avons à  faire a un partenaire de la terreur qui soutient le terrorisme et les assassins!".


Benjamin Netanyahou a lui aussi dénoncé cette lettre: "à l'heure où nous essayons de calmer les esprits, Mahmoud Abass envoi son soutien à la famille d'un individu ayant commit un acte méprisable, il serait grand temps que la communauté internationale dénonce ses actes une fois pour toute".


Mahmoud Abass, rappelons le, a appelé la semaine dernière tous les palestiniens à  défendre le Mont du temple contre l'intrusion des Juifs, il accumule les actes de soutien a la terreur, c'est pourquoi, les dirigeants israéliens s'interrogent sur les capacités de ce dernier à être un vrai partenaire pour la paix.


Sarah Uzan

Attentat à Jerusalem: Réunion de sécurité au cabinet du premier ministre

jerusalem-securite-bib.jpg

                       Attentat à Jerusalem: Réunion de sécurité au cabinet du premier ministre



Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a réuni ce matin les principaux chefs de la sécurité, ainsi que le maire de la ville, suite à l'attentat d'hier soir qui a visé le Rav Glik.


Il a tout d'abord souhaité un prompt rétablissement au Rav Glik, qui lutte actuellement pour sa vie, et a tenu a féliciter la rapidité avec laquelle les policiers et services secrets ont gérés cet incident.


" J'ai dit il y a de cela quelques jours, que nous nous tenons face à une déferlante de violence dirigée par des islamistes radicaux, et a un premier ministre palestinien qui appelle quotidiennement a l'embrasement, et demande aux palestiniens a empêcher par tous les moyens les juifs de se rendre sur le Mont du Temple".


"Je n'ai toujours pas entendu de condamnations de la communauté internationale concernant ces appels d'incitation à la haine,  il serait temps que celle ci cesse de pratiquer la langue de bois et qu'elle agisse clairement contre ces incitations qui mènent inexorablement à la violence, plutôt que de chercher a nous condamner sur nos projets de constructions".


"Nous avons déployé des forces supplémentaires sur Jerusalem afin d'assurer la sécurité dans la ville sainte ainsi que de préserver la souveraineté sur nos lieux saints. La bataille sur le terrain risque d'être longue, et comme pour toujours il faut tout mettre en oeuvre pour faire baisser la tension, il faut pour cela agir avec sang froid, et détermination et c'est ce que nous ferons".



Sarah Uzan

USA :Bibi est une poule mouillée

bibi-israel.jpg

Alliés de longue date, les États-Unis et Israël ne sont plus sur la même longueur d'onde. Un haut responsable de l'équipe du président américain a même moqué le manque de courage du Premier ministre de l'État hébreu, Benjamin Netanyahou.

 

"Le truc avec Bibi, c'est que c'est une poule mouillée." Cette citation attribuée à un responsable haut placé dans l'administration Obama, publiée mardi 28 octobre par le mensuel "The Atlantic", a fait trembler les fondations de la relation entre les États-Unis et Israël.

 

Elle révèle sur quel ton les deux pays parlent l'un de l'autre derrière les portes closes et annonce peut-être une crise ouverte à venir. Car Washington a de plus en plus de mal à tolérer la politique d'expansion des colonies du gouvernement Netanyahou, qui rejette de son côté la lecture que font les Américains du conflit au Proche-Orient.

 

Propos "inappropriés"

 

Cette pique lancée, sous couvert de l'anonymat, par un haut responsable américain, appelant Benjamin Netanyahou par son surnom "Bibi", a fait réagir le principal intéressé. Le chef du gouvernement israélien a souligné qu'il "chérissait" la "connection profonde avec les États-Unis". "Je suis attaqué simplement parce que je défends l'État d'Israël. Si je n'étais pas ferme au sujet de nos intérêts nationaux, je ne serais pas attaqué."

 

La Maison Blanche a réagi le lendemain de la publication de l'article, qualifiant ces propos d"'inappropriés et contre-productifs". "Il y a des moments où nous sommes en désaccord avec les actions du gouvernement israélien et nous devons exprimer nos inquiétudes", a nuancé le porte-parole du Conseil de sécurité américain Alistair Baskey.

 

Netanyahou a franchi les lignes rouges

 

Mais malgré les tentatives des deux côtés pour faire oublier l'incident, le fait est que les deux gouvernements ont du mal à travailler ensemble.

 

"Netanyahou n'a pas suscité la colère de la Maison Blanche en 'défendant Israël', mais en faisant un pied-de-nez à Obama au passage", analyse Chemi Shalev, éditorialiste au quotidien israélien "Haaretz", qui estime qu'il y a très peu de lignes rouges que le dirigeant israélien n'a pas franchies dans sa collaboration avec le président américain.

 

Source AFP

 

5000 euros pour avoir écrit des propos antisémites sur son blog

Propos antisémites : un blogueur français condamné

 

AFP 

 

Un blogueur français a été condamné à une peine de 100 jours d'amende à 50 euros pour provocation à la haine en raison de propos antisémites sur son site, hébergé aux Etats-Unis, a-t-on appris le 28 octobre 2014. Cette peine, prononcée par le tribunal correctionnel de Paris, implique que le condamné voit sa peine transformée en emprisonnement s'il ne s'acquitte pas de la totalité de l'amende, en l'occurrence 5.000 euros.

 

Boris Le Lay a été condamné pour un billet publié en 2010 sur son site internet, qui présentait les juifs comme étant « surreprésentés chez les violeurs et autres désaxés mentaux » et ayant une « nature exclusivement parasitaire et improductive ».

 

Le tribunal l'a également condamné pour des propos dans ce même billet visant l'ancien président des jeunes de l'UMP, les « Jeunes populaires », Benjamin Lancar, qui s'est vu allouer 4.000 euros de dommages et intérêts et 15.000 euros pour les frais de justice.

 

Boris Le Lay a déjà été condamné à plusieurs reprises à de la prison avec sursis et des amendes pour des propos racistes ou pour apologie de crime contre l'Humanité.

 

Avec AFP

Intifada sur la voiture de Marine Le Pen

Mazal-TV-Yves.jpg

                         La voiture de Marine le Pen endommagée par des jets de pierres.

La montée du FN ne plait pas à tout le monde…Selon le Parisien la voiture de la présidente du parti d’extrême droite a été caillassée  lundi au milieu de l’après-midi.

Alors que le véhicule était garé sur le parking d’une grande surface ou Marine faisait ses courses. Trois ou quatre jeunes  se sont renseignés si la voiture était bien celle de Marine le Pen… puis ils  ont attendu son retour…

Les jets de pierres se sont produit alors qu’elle était assise au volant  et s’apprêtait à quitter le parking. La voiture a été sérieusement endommagée et la présidente qui n’a pas été blessée a porté plainte au commissariat de Versailles.

Nathalie Ouvaroff

Israël: Achat d'avions furtifs F35 aux États-Unis

F35.jpg

Israël va acheter des avions F35 aux États Unis 


Malgré les relations tendues entre les deux pays, et la colère des États-unis après la déclaration de Benjamin Netanyahou concernant la reprise des constructions à Jérusalem est, le ministre de la défense Moché Yaalon a conclu avec le secrétaire de la défense américaine Chuck Hagel l'achat d'un escadron de l'avion furtif F35.

La transaction attend l'approbation définitive du gouvernement'.


Sarah Uzan

Pakistan : le stand Israël saccagé par des islamistes

Jamaat-e-Islami.jpg

branche locale islamiste de la Jamaat-e-Islami, 

 

Une université pakistanaise a suspendu trois professeurs ce week-end après que des étudiantes aient monté un stand pour présenter les traditions d'Israël lors d'une journée inspirée de l'ONU pour célébrer la diversité culturelle, ce qui a ulcéré de jeunes islamistes, ont indiqué lundi des responsables.

Des étudiantes de la faculté de management de l'Université internationale islamique d'Islamabad avaient mis sur pied samedi un stand décoré d'une bannière sur laquelle il était inscrit «bienvenue au pays de la paix et de la prospérité» et présentant des produits israéliens et un photomontage avec des images du Premier ministre Benjamin Netanyahu, d'un drapeau blanc et bleu, de juifs orthodoxes et de la mosquée Al-Aqsa.

Mais des étudiantes de la branche locale de la Jamaat-e-Islami, un des plus importants partis politiques islamistes pakistanais, ont saccagé le stand en chantant des slogans hostiles à Israël et en scandant «allahou akbar» (Dieu est grand).

«Des étudiants affluaient à notre stand pour discuter des items culturels présentés. Tout était normal jusqu'à ce que des étudiantes de la branche estudiantine de la Jamaat-e-Islami nous ont accusées de faire la promotion du sionisme», a déclaré à l'AFP une étudiante requérant l'anonymat.

«Elles ont attaqué le stand d'Israël et ont tout détruit, tout le monde a quitté subitement l'exposition, c'était épeurant», a-t-elle ajouté. L'université a aussitôt annulé l'événement et l'association des étudiants de la Jamaat-e-Islami a demandé à la direction de l'établissement de suspendre les étudiantes et leurs professeurs.

Dans un communiqué, l'université a «vivement condamné» le stand présentant la culture et les traditions d'Israël et annoncé la suspension de trois superviseurs des étudiantes, y compris le doyen de la faculté de management.

«L'université veut mettre les choses au clair: cette exposition ne fait pas partie du cursus et de nombreuses résolutions ont été adoptées pour dénoncer la brutalité d'Israël envers la Palestine au cours de la première journée de cette simulation de l'ONU», a ajouté sa direction.

Le Pakistan, pays musulman de plus de 180 millions d'habitants qui n'entretient pas de relation diplomatique avec Israël, avait vivement dénoncé cet été l'opération israélienne dans la bande de Gaza. Et des partis islamistes comme la Jamaat-e-Islami avaient quant à eux organisé des rassemblements à travers le pays en soutien à la population palestinienne.

AFP

Israël:Bibi et Bennett veulent reprendre la construction dans les implantations juives.

Bennetbibi.jpg

Bibi et Bennett veulent reprendre la construction dans les implantations juives.

 

Le premier ministre Benjamin Netanyahou aurait décidé de reprendre les constructions dans les implantations juives, en accord avec Naftali Bennett ministre de l'economie.

Bibi en agissant de la sorte, espère obtenir la tranquillité de la part des habitants de ces implantations juives pour son avenir politique.

Il aurait donné son accord pour la construction de 2000 unités de logements au grand dam de Tsipi Livni et de Yair Lapid, qui sont absolument contre.

A suivre ....

 

Sarah Uzan

Bennet se prononce pour une sécurité renforcée à Jérusalem.

 

Bennet se prononce pour une sécurité renforcée à Jérusalem.

 

 

 

Naftali Bennet le ministre de l'Economie a déclaré ce matin qu'à partir d'aujourd'hui il s' engage à ce que les habitants de Jérusalem vivent en sécurité.

Israël construira quand elle voudra et où elle  le souhaite, et qu'il ne faut surtout pas avoir peur de l'ennemi. 

Ce n'est que de cette manière qu'ils se calmeront.

Bennet accuse Abou Mazen d'être le responsable direct de cet embrasement.

Benjamin Netanyahou a déployé des forces de sécurité supplémentaires dans la ville sainte.

 

Sarah Uzan