Judith Douillet

Judith Douillet vit à Jérusalem depuis 11 ans. Elle est traductrice et rédactrice notamment pour l'organisme Yad Lea'him. Sa grande passion? Les mots, tout simplement.

Les articles de Judith Douillet

Grand débat de chefs autour de l'essence de la cuisine israélienne

Grand débat de chefs autour de l'essence de la cuisine israélienne

La nourriture israélienne et les effets de la cuisine israélienne sur la société israélienne sont la raison de l'événement «La cuisine israélienne en tant que reflet de la société israélienne» qui s’est déroulé à l'American University de Washington.

Dans l'ensemble, la conférence est de nature festive. La séance d'ouverture du dimanche soir, par exemple, a mis en vedette des chefs célèbres israéliens, dont Michael Solomonov et Lior Lev Sercarz.

"Israël n'est pas la Startup Nation", a déclaré Michael Brenner, directeur du Centre d'études israéliennes de l'université américaine, devant 200 personnes. "C'est la nation gourmande et championne de la cuisine sophistiquée et saine."

En dépit d’une avalanche d’éloges lors de la soirée d'ouverture, les sessions qui se sont déroulées tout au long de l'événement principal de lundi ont abordé la dualité compliquée qui constitue la cuisine israélienne. D'une part, il y a la célébration du mélange des traditions alimentaires qu'Israël - une nation d'immigrants désireux de rejoindre la communauté mondiale - incube naturellement. D'autre part, il y a l'angoisse que ces mêmes immigrants puissent être des colonialistes qui se sont approprié une cuisine indigène.

Une des conférences, nommée «La cuisine comme expression de la culture israélienne moderne», a présenté le chef Einat Admony, qui possède plusieurs restaurants israéliens à New York, y compris Taim et Balaboosta. Elle a parlé du «miracle» de la cuisine israélienne dans un pays qui était autrefois un désert - enchanteur, certes.

"Il ya beaucoup de politique derrière la nourriture que vous mangez", a déclaré la modératrice, Johanna Mendelson Forman, qui donne un cours appelé Conflict Cuisine: Une introduction à la guerre et la paix autour de la table. "La cuisine est devenue le lieu de la nouvelle politique étrangère."

Les trois experts en sciences sociales du comité - Nir Avieli, Ronald Ranta et Ronit Vered, tous Juifs israéliens - ont avancé le thème du péché originel à la cuisine israélienne: la répression de ses origines parmi les Palestiniens.

De gauche à droite: Michael Solomonov, Mitchell Davis, Lior Lev Sercarz et Einat Admony

De gauche à droite: Michael Solomonov, Mitchell Davis, Lior Lev Sercarz et Einat Admony

Certains de leurs arguments étaient saillants et reconnaissables à tous ceux qui ont vécu en Israël. Par exemple, les Israéliens ont tendance à parler de «cuisine arabe» - et non de cuisine palestinienne - bien que des plats adoptés par les israéliens soient spécifiquement indigènes pour les Palestiniens, comme le maqloubeh, un mélange de viande, de riz et de légumes. (Solomonov est une exception catégorique et fait référence à une cuisine palestinienne autochtone qu'il a incorporée dans son répertoire.)

D'autres arguments des universitaires, cependant, semblaient un peu trop sollicités pour faire valoir un point sur Israël et le colonialisme. Ranta, un conférencier sur les relations internationales à l'Université de Kingston à Londres, a dénoncé le "déni d'une contribution arabe palestinienne" parmi les Israéliens à leur cuisine, affirmant que l'argument selon lequel de nombreux Juifs d'origine moyen-orientale étaient déjà familiarisés avec les plats était un "exemple flagrant" de ce déni.

Avieli, le président de l'Association anthropologique israélienne, a dit que la pizza était la nourriture la plus populaire en Israël, ce qui suggère que les Israéliens méprisent leurs voisins et qu'ils veulent être européens.

"Ils sont au Moyen-Orient, que pouvez-vous faire? Ils aimeraient être dans le sud de l'Italie ", a-t-il déclaré.

La conclusion a dérouté Forman, qui a réitéré que les Américains tendent également à favoriser la nourriture italienne, ce qui n'est pas causé par une névrose nationale mais plutôt parce que la nourriture italienne est rapide et délicieuse.

Le seul chef du panel de l'après-midi: Osama Dalal, un Israélien palestinien qui dirige Maiar, un restaurant haut de gamme à Tel-Aviv (actuellement fermé car il cherche de nouveaux locaux), a ramené la conversation sur l'évolution naturelle et logique de le cuisine - à savoir, Si ça a bon goût, faites-le.

Dalal a dit qu’ayant grandi dans la vieille ville d'Acre, où se situe son premier restaurant, il s'est inspiré de ses voisins juifs, polonais et marocains.

«En 2017, je peux faire ce que je veux», a-t-il déclaré à propos de son menu.

Dans le compte rendu le plus frappant de la conférence, Dalal se souvient que lorsqu'il était enfant, il léchait les murs de la maison de sa grand-mère parce qu'ils étaient imprégnés des saveurs de sa cuisine.

Ces jours-ci, Dalal fait un dessert à la crème pâtissière inspiré par sa grand-mère. "Mais", a-t-il ajouté, "la crème pâtissière n'est ni israélienne, ni palestinienne".

Source : Jta.org

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Dans cette pittoresque ville italienne, c’est tous les jours Hanoukka

Dans cette pittoresque ville italienne, c’est tous les jours Hanoukka

C'est toujours Hanoukka dans cette ville pittoresque de la région du Piémont en Italie du Nord.

Les Juifs ont vécu à Casale Monferrato pendant plus de 500 ans, la communauté atteignant son apogée avec 850 membres à peu près au moment où les Juifs ont obtenu les droits civiques en 1848. La ville possède toujours l'une des synagogues les plus ornées d'Italie, un joyau rococo datant du 16ème siècle.

Aujourd’hui, seules deux familles juives vivent à Casale. La synagogue, qui fait partie d'un complexe muséal plus vaste, est aujourd’hui une attraction touristique majeure - et pas seulement en raison de son sanctuaire opulent avec d'énormes lustres, ses murs colorés et beaucoup de dorures. L'ancienne section des femmes a été transformée en un musée judaïque et d'histoire juive. Et le sous-sol de la synagogue, autrefois une fabrique de matza, abrite aujourd'hui le musée des lumières.

Hanoukka est ici commémorée sans interruption avec une exposition à l'année mettant en vedette des dizaines de menorahs, ou hanukkiyot, créées par des artistes contemporains internationaux. La collection compte environ 185 menorahs, selon Adriana Ottolenghi, dont le mari, Giorgio, est président de la communauté juive de Casale depuis les années 1950. Il n'y a pas d'autre musée similaire dans le monde.

"Nous en recevons davantage chaque année, et chaque fête de Hanoukka, nous organisons une cérémonie publique, où nous allumons des menorahs et nous accueillons les nouvelles pièces", a-t-elle dit.

Seulement 30 à 40 œuvres peuvent être affichées à la fois dans les chambres souterraines voûtées. La seule fois où la collection a été montrée dans son intégralité, c’était au château séculaire de Casale, à l'occasion d'un événement lié à l'Expo 2015 de Milan.

Les hanukkiyot du Musée des Lumières adoptent une variété étonnante de formes, de tailles, de couleurs et de médias. Beaucoup ressemblent à des menorahs traditionnelles: une ligne droite de bougies ou un candélabre à huit branches, avec une neuvième branche pour la bougie "shamash" utilisée pour les allumer. Certaines des menorahs peuvent être allumées et utilisées pendant la fête.

Mais d'autres menorahs exposées sont des œuvres sculpturales plus fantaisistes créées à partir de métal, de céramique, de plexiglass et de bois.

«Les artistes ont eu toute latitude pour créer un objet fonctionnel ou purement évocateur», a écrit la conservatrice Maria Luisa Caffarelli dans le catalogue de la collection.

Chaque menorah représente ce que le designer Elio Carmi, qui a co-fondé la collection au milieu des années 1990 avec l'artiste non juif Antonio Recalcati et d'autres amis artistes, décrit comme un "hommage à l'histoire de Hanukkah" et à son message du triomphe de la lumière sur les ténèbres.

Cette menora fait partie de l'exposition annuelle du Musée des lumières

Cette menora fait partie de l'exposition annuelle du Musée des lumières

Ils ont conçu le projet comme un moyen de mettre en valeur la culture juive en tant que source d'inspiration artistique, de promouvoir la créativité basée sur la tradition juive et de souligner la vitalité des Juifs dans la société contemporaine.

"L'idée est de montrer que les Juifs, bien que peu nombreux, sont déterminés", a déclaré Carmi, qui est le vice-président de la communauté juive de Casale, "et d'utiliser des interprétations de la menorah de Hanoukka pour démontrer symboliquement la continuité de la communauté."

A Hanoucca, les Juifs allument des ménorahs pendant huit jours pour se souvenir de la victoire des Maccabées sur les tyrans grecs au IIe siècle avant notre ère. Selon la légende, quand les Maccabées ont récupéré le Temple, la lumière éternelle a miraculeusement brûlé pendant huit jours, symbolisant la survie du peuple juif.

Chaque menorah du musée est une interprétation personnelle de la Fête des Lumières et de son symbolisme. L'artiste italien Stefano Della Porta, par exemple, a utilisé la céramique et l'acier pour créer une menorah qui semble être faite à partir d'allumettes géantes brûlées. L'artiste d'origine américaine Robert Carroll a créé sa menorah en bois d'olivier, en granit rouge de Vérone et en laiton. Il a une base sinueuse, semblable à un tronc qui soutient huit branches qui s'ouvrent comme une fleur, chacune soutenant une bougie.

Carmi et ses amis ont fourni la première hanukkiya du projet – une plaque de métal argenté avec de petites tasses pour les huit bougies et le shamash - et ont ensuite tendu la main à d'autres pour des contributions.

D'autres artistes - Juifs et non-juifs, principalement d'Italie mais aussi d'ailleurs - ont rapidement commencé à faire leurs propres menorahs et à les présenter à la collection grandissante. Toutes les œuvres sont offertes, la plupart par les artistes eux-mêmes.

"C'était comme une chaîne d'artistes", a déclaré Carmi. "Et les artistes connus ont commencé à être attirés."

Parmi ceux-ci, Arnaldo Pomodoro, l'un des principaux sculpteurs italiens. Sa Menorah, présentée en 2013, est une poutre métallique horizontale qui supporte les neuf bougies et est décorée de symboles abstraits.

"J'ai essayé de faire ressortir une série de signes abstraits et imaginaires pour créer une histoire qui se connecterait, au niveau général, avec l'idée de la pensée, de l'expérience et de la mémoire; sans toutefois vouloir entrer dans les complexités multi-facettes de la symbologie du monde juif », décrit Pomodoro dans le catalogue.

"En fin de compte", a déclaré Carmi, "le musée des lumières est basé sur le thème "Judaïsme, art et identité".

Source : jta.org

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

5 découvertes étonnantes d'un trésor de documents cachés pendant la Shoah

5 découvertes étonnantes d'un trésor de documents cachés pendant la Shoah

Le mois dernier, l'Institut YIVO pour la recherche juive a fait une annonce étonnante: la découverte de 170 000 documents juifs que l’on pensait détruits pendant l'Holocauste.

Les documents, qui datent du milieu du XVIIIe siècle jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, ont survécu aux tentatives de destruction des Nazis et des Soviétiques.

En 1941, dans le cadre du programme de pillage des musées et des institutions juives, les nazis ont attaqué YIVO, qui est maintenant basé à New York, mais dont le siège était à Vilna. Un groupe de travailleurs esclaves juifs appelé la «brigade de papier» a fait passer clandestinement des livres, des documents et des œuvres d'art dans le ghetto de Vilna, risquant ainsi leur vie. Après la Seconde Guerre mondiale, un bibliothécaire lituanien non-juif, Antanas Ulpis, a caché la collection dans le sous-sol d'une église au milieu d'une campagne menée par le gouvernement soviétique pour débarrasser le pays de la religion.

"En 1991, le gouvernement lituanien a déclaré avoir trouvé 150 000 documents qu'Olpis avait conservés dans l'église, mais la nouvelle découverte semble dépasser cette collection en termes de taille et d'état des documents", a déclaré Jonathan Brent, directeur exécutif de YIVO.

Ensemble, les deux découvertes constituent «la plus grande collection de documents sur la vie juive en Europe de l'Est existant dans le monde», a déclaré M. Brent au début du mois au siège du centre-ville de YIVO. Brent a déclaré que les documents apportent un éclairage nouveau sur la vie des Juifs d'Europe de l'Est, dont l'histoire est souvent racontée comme une série de persécutions.

Le gouvernement lituanien a trouvé les documents en 2016 et en a parlé à YIVO plus tôt cette année. La majeure partie du matériel reste en Lituanie, mais 10 articles sont présentés au mois de janvier à YIVO, qui travaille avec le gouvernement lituanien pour archiver et numériser la collection.

Voici un aperçu d'une poignée de documents exposés à YIVO et de ce qu'ils enseignent sur la vie juive en Europe de l'Est.

Sholem Aleichem a écrit une lettre, au centre dans la rangée du bas, depuis un sanatorium en Allemagne. (Thos Robinson / Getty Images pour l'Institut YIVO pour la recherche juive)

Sholem Aleichem a écrit une lettre, au centre dans la rangée du bas, depuis un sanatorium en Allemagne. (Thos Robinson / Getty Images pour l'Institut YIVO pour la recherche juive)

Carnet de notes communal, Lazdijai, Lituanie, 1836

Le livre, appelé Pinkas (carnet en hébreu N.D.T), a été écrit pour une association d'étude du Talmud et utilisé pour enregistrer des informations sur ses membres, tels que les naissances, les décès et les transactions commerciales. Il est décoré avec des illustrations ornées et déclare que pour faire partie du groupe, les membres doivent étudier une pleine page de Talmud ensemble.

«Ce que vous voyez ici dans la décoration est la fierté qu'ils ressentaient à propos leur vie et leur désir de la commémorer pendant des générations», a déclaré Brent.

Lettre écrite par Sholem Aleichem depuis une station thermale, Badenweiler, Allemagne, 1910

Le célèbre auteur yiddish avait des problèmes de santé et passait du temps dans des sanatoriums loin de ses amis et de sa famille. Dans cette note, Sholem Aleichem se moque de Leon Neustadt, un leader de la communauté juive de Varsovie, en écrivant qu'un verset biblique faisant référence à des animaux non casher interdit aux juifs fait allusion à Neustadt.

Accord entre un syndicat de transport d'eau et la Yeshiva de Ramayles, Vilna, 1857

Dans le document, le groupe de porteurs d’eau promet de faire don d'un rouleau de la Torah et de collecter de l'argent pour acheter une série du Talmud pour la yeshiva en échange d'une salle pour les services religieux.

Les porteurs d'eau, qui transportaient l'eau au domicile des gens, étaient "au niveau économique le plus bas de la société, et le fait d’avoir un contrat avec la yeshiva était important", a déclaré Brent. «Ce que ce modeste document nous montre, c'est que cette communauté a fonctionné de telle manière que le sommet et le bas de la communauté communiquaient entre eux et s'entraidaient ».

10 poèmes d'Avrom Sutzkever, Vilna, 1943

Le célèbre poète yiddish les a écrits sur de vieux documents, créant un livre de fortune pour ses poèmes dans le ghetto de Vilna, où le papier était rare. Ce sont les versions les plus anciennes des poèmes écrits par Sutzkever dans le ghetto de Vilna, qu'il a reproduit plusieurs fois et qu'il connaissait par cœur. Il a composé certains d'entre eux tout en vivant dans les bois en tant que combattant partisan. Ecrire des poèmes dans un livre a aidé les autres résidents du ghetto à y avoir plus facilement accès.

Autobiographie de Bebe Epstein, Vilna, 1933-34

Bebe Epstein avait 12 ans quand elle a écrit ce livre et l'a soumis à YIVO pour un concours d'autobiographie pour les jeunes. La cinquième note sur les événements quotidiens de son enfance raconte avec un professeur strict: «Au début, il était bon pour nous. Plus tard, il est devenu strict, et même plus que strict. "Epstein a également détaillé diverses maladies dont elle a souffert et se plaignait d'avoir trop de devoirs. Elle a ensuite été forcée de vivre dans le ghetto de Vilna et dans des camps de concentration, mais elle a survécu à la guerre et a déménagé aux États-Unis.

Source : jta.org

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Israël : enfin une date de diffusion pour la saison 2 de Fauda

Israël : enfin une date de diffusion pour la saison 2 de Fauda

Comment allez-vous passer votre réveillon du Nouvel An? Pour des centaines de milliers d'Israéliens, la réponse sera : en regardant le premier épisode de la saison 2 de Fauda bien sûr !

Yes TV a annoncé mardi soir que la deuxième saison de la série au succès international fracassant sur les services de renseignements de Tsahal sera diffusée pour la première fois le 31 décembre 2017. La chaîne de télévision a révélé la nouvelle dans une vidéo montrant la date formée par des impacts de balles apparaissant lentement tandis que le bruit des tirs se faisait entendre.

Mais quand le show arrivera-t-il sur Netflix, le rendant disponible aux spectateurs du monde entier? Le service de streaming a déclaré au Jerusalem Post mercredi que la série n'avait pas encore de date de sortie sur Netflix, mais qu'elle devrait arriver dans les premiers mois de 2018.

Fauda: une série israélienne au succès fracassant

Fauda: une série israélienne au succès fracassant

Lors d'une collecte de fonds pour une association israélienne à but non lucratif en Mai, le créateur de la série, Lior Raz, n'a pas dévoilé grand-chose au sujet de la deuxième saison. Il a juste insinué que "cela allait parler de vengeance", selon Variety. "Et il va y avoir beaucoup - beaucoup d'action, a-t-il ajouté."

La première saison de Fauda a été diffusée sur les ondes israéliennes pour la première fois en février 2015 et a été ajoutée à la programmation de Netflix - sous-titrée en anglais - en décembre 2016.

Fauda a été un tel succès pour Netflix qu'il a signé un accord le mois dernier pour deux nouvelles émissions de Raz et Issacharoff.

Le duo produira deux programmes originaux pour Netflix - une série sans nom et une autre intitulée "Hit and Run".

Source : Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Les cinq aliments kasher les plus étranges que vous mangerez en 2018

Les 5 aliments kasher les plus étranges que vous mangerez en 2018

La Kosherfest est le plus grand salon professionnel de l'alimentation casher au monde et la grande majorité de ses participants suivent l'interdiction juive de mélanger la viande et les produits laitiers.

Plus de 4 000 professionnels de l'industrie alimentaire se sont réunis pour l'événement annuel qui a duré deux jours, qui a accueilli plus de 325 fournisseurs présentant une gamme éclectique de produits, des bonbons aux vins.

Naturellement, il y avait beaucoup d'échantillons et de dégustations.

Etre reporter peut être un travail difficile, mais quelqu'un se devait de tout goûter. Au milieu d’un grand nombre de friandises (différentes variétés de saumon fumé et de saveurs de bagel, par exemple), il y a eu quelques surprises. Voici les cinq aliments et boissons les plus inattendus sélectionnés lors du Kosherfest de cette année.

La Matzah à motifs

Matzohgram, qui a été couronné par la Kosherfest « Meilleur produit casher pour la Pâque », est une matzah imprimée avec des motifs à thème juif, tels que des étoiles de David et des vœux pour la fête. Le fabricant, Independent Ink, utilise une encre comestible colorée qui est casher pour la Pâque.

Les clients qui passent de grosses commandes peuvent également personnaliser leur matzah avec n'importe quelle image.

"Cela vous donne la capacité d'être créatif pour votre plateau du Seder", a déclaré NK Ranganathan, chef de l'exploitation d’Independent Ink. "Vous pouvez avoir une variété de modèles, et c’est très intéressant pour les enfants."

Les clients pourront acheter Matzohgram en ligne à partir du 20 novembre: 10 $ pour une boîte de mini-matzahs et 16 $ pour la taille normale.

De l’eau infusée à l'oxygène

Si les affirmations d'Oxigen à propos de son eau - elle améliore selon eux à la fois le temps de récupération post-entraînement et / ou post-gueule de bois et la clarté mentale - sont vraies, alors ce pourrait être une concurrence sérieuse pour Gatorade.

Une bouteille de la boisson infusée à l'oxygène contient 1000 parts par million d'oxygène stabilisé, comparativement à 5 à 40 parts par million dans l'eau ordinaire, selon son fabricant. Ceux qui ont besoin de plus d'oxygène peuvent prendre un Oxigen Shot, qui contient 5000 parts par million.

"Lorsque vous buvez de l'eau, l'oxygène pénètre dans votre circulation sanguine et se met au travail immédiatement pour aider à la concentration, à  la récupération, à l'endurance et à la résistance", a déclaré Max Lewis, directeur des ventes de Formula Four Beverages.

L'oxygène n'est pas sous forme de gaz, ce qui signifie qu'il ne s'échappera pas de la bouteille à l'ouverture, a ajouté Lewis.

Les bouteilles d'Oxigen sont vendues au détail dans les magasins à l'échelle nationale entre 1,69 $ à 1,99 $, alors que les Shots se vendent entre 2,79 $ et 2,99 $.

Pizza surgelée au caramel salé

Elegant Desserts vend des pizzas surgelées aux différentes saveurs sucrées

Elegant Desserts vend des pizzas surgelées aux différentes saveurs sucrées

C'est une pizza, c'est un dessert glacé (frozen dessert) - c'est une Frizza!

La Frizza Caramel Salé d'Elegant Desserts a remporté le « Prix du meilleur dessert » du salon. Cette pâtisserie  parve (sans produits laitiers) se compose d'un fond de biscuit, d'une crème glacée au caramel salé et d'une sauce au caramel.

"Tout le monde en devient fou parce que c'est amusant et c'est différent", a déclaré Benjamin Weisz, président de Elegant Desserts basé à Brooklyn.

A la Kosherfest, les frizzas ont été coupées en bouchées, mais elles sont destinées à être servies en triangle, comme une pizza traditionnelle. Chaque tarte contient de huit à 16 portions, selon la façon dont elle est coupée.

Elegant Desserts, qui vend des frizzas en ligne pour 36,50 $, commercialise également des tartes aux différentes saveurs telles que cookies, crème et fraise.

Shakshuka prêt à l'emploi

Envie de shakshuka mais à court de temps?

Cette sauce est parfaite pour toute personne occupée qui aime cette nourriture de petit déjeuner israélienne, composée d'œufs cuits avec des épices dans une sauce tomate. Pour réaliser une version de ce plat copieux, il suffit d'ouvrir un pot, de casser quelques œufs et de cuire cela en un délicieux désordre sur le feu ou dans le four.

"C'est très rapide", a déclaré Tami Bezborodko, vice-président du marketing chez Iron Chef. "En sept minutes, vous pouvez prendre un bon petit déjeuner chaud."

La sauce contient des tomates et des épices et est proposée en variété douce et moyennement épicée. Un pot de 70 cl environ se vend dans les magasins à l'échelle nationale pour environ 4,50 $.

Une sauce barbecue approuvée par le rabbin

Le rabbin Mendel Segal vend de la sauce barbecue d'inspiration juive et méridionale

Le rabbin Mendel Segal vend de la sauce barbecue d'inspiration juive et méridionale

Vous voulez un barbecue avec un sceau d'approbation rabbinique? Ne cherchez pas plus loin. Le rabbin Mendel Segal, qui a fondé le Kansas City Kosher BBQ Festival, offre maintenant trois variétés de sa sauce RaBBi-Q. Depuis son lancement en 2015, Segal a élargi sa gamme de sauces pour inclure des saveurs qui tirent à la fois sur ses racines juives et méridionales - comme la sauce barbecue au miel et à la grenade, que Segal a créée pour assaisonner la poitrine de bœuf de Rosh Hashanah.

"Elle se vend aussi très bien sur le marché non-juif, car personne ne fait encore de sauce barbecue aromatisée", at-il déclaré. "Mais les Juifs y accrochent tout de suite."

Un pot de 50 cl de sauce se vend dans certains magasins kasher à l'échelle nationale pour 4,99 $.

Source : jta.org

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Le Canada lance un nouveau timbre à l'effigie de Hanoukka

Le Canada lance un nouveau timbre à l'effigie de Hanoukka

En plus des habituels bougies, beignets et dreidels (toupies) qui marquent traditionnellement la fête de Hanoukka, la Poste canadienne ajoute un timbre donnant la parole à la «fête juive des lumières » de cette année.

Le timbre présente un motif géométrique représentant différents types de menorahs et un fort contraste entre la lumière et l'obscurité, créant l'apparence de bougies scintillantes.

Le mot Hanoukka est également écrit avec deux orthographes différentes sur le timbre (Hanukkah en anglais), reflétant la deuxième langue officielle du Canada, le français.

Ceux qui souhaitent acheter ces timbres spéciaux pourront les acquérir en ligne dès le 20 novembre et dans les bureaux de poste canadiens plus tard dans la semaine.

En plus des timbres annuels sur le thème de Noël, la publication du timbre de Hanoukka s'ajoute à une série de timbres émis par la Poste canadienne à l’occasion d'autres grandes célébrations cette année.

Un nouveau timbre pour illuminer l'hiver canadien

Un nouveau timbre pour illuminer l'hiver canadien

En mai, le Canada a émis un timbre Eid en l’honneur des deux importantes fêtes musulmanes. En septembre, la Poste canadienne s'est associée à India Post pour émettre des timbres sur le thème de Divali (Divali, également appelée Diwali ou Deepavali est une fête majeure dans le monde indien. C’est la fête des lumières, à l'occasion de laquelle on s'offre des cadeaux et on tire des feux d'artifice N.D.T) .

Selon la Poste canadienne, les différents timbres représentent «la fierté du Canada d’être une terre d'une grande diversité».

La fête de Hanoukka commémore la réinauguration du Second Temple de Jérusalem après la victoire de la révolte des Maccabées sur les Grecs au IIe siècle avant notre ère.

Cette année, la fête qui dure huit jours débutera le 12 décembre au coucher du soleil.

Source : Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Des policiers israéliens viennent en aide à une famille palestinienne en détresse

Des policiers israéliens viennent en aide à une famille palestinienne en détresse

Une résidente arabe de Judée-Samarie est arrivée mercredi avec ses enfants au point de passage de Qalandiya pour entrer à Jérusalem.

Les policiers présents au passage ont remarqué que les membres de la famille n’avaient pas de vêtements chauds et portaient des pantoufles ou des sandales. La police s'est approchée de la mère et lui a demandé si elle aimerait s'asseoir, se reposer et boire avant de continuer son chemin.

La mère a accepté, et les policiers l'ont emmenée avec ses enfants dans leurs bureaux, où ils leur ont donné de la nourriture, des boissons et des vêtements chauds.

Un des policiers a vu que les enfants portaient des chaussures usées. Il a recueilli une somme d'argent parmi ses collègues et a acheté des chaussures pour les enfants dans l'un des stands près du point de passage.

Le point de passage de Qalandiya

Le point de passage de Qalandiya

La mère, qui a été fortement émue par les attentions des policiers, leur a dit en larmes que son mari était violent et leur faisait du mal, à elle et aux enfants. "Merci beaucoup, je savais qu'ici nous serions aidés et que nous nous sentirions en sécurité", a-t-elle dit.

La police du poste de contrôle a pris contact avec le commissariat de la ville où vit la famille et a signalé l'incident.

Juste avant leur départ , la police a offert aux enfants des friandises et des boissons. La mère a remercié les policiers et leur a dit que c'était l'un des rares moments où elle s'était sentie en sécurité et avait vu naître un sourire sur le visage de ses enfants.

Les agents de la police des frontières stationnés au point de passage de Qalandiya ont déclaré : en plus de notre devoir de maintenir la sécurité et l'ordre public, nous voyons dans l’obligation d'aider même une petite famille en détresse".

Source : Arutz 7

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Innovation israélienne: une injection qui fait fondre la graisse

Israël: une injection qui fait fondre les cellules graisseuses

Raziel Therapeutics veut être le Botox de l'obésité.

Comme nous le savons tous, une injection de Botox lisse les rides. Cependant, cette startup médicale de Jérusalem développe une injection qui ne se contente pas de lisser, mais qui fait littéralement fondre les cellules graisseuses. Contrairement au Botox, cependant, la technique de combustion de graisse de Raziel a le potentiel de faire beaucoup plus que simplement améliorer votre image.

Le fait que l'obésité soit devenue une épidémie mondiale n’est pas un secret. Le coût de traitement de l'obésité aux États-Unis devrait passer de 325 milliards de dollars en 2014 à 555 milliards de dollars par an d'ici 2025. La World Obesity Federation prévoit qu'il y aura 2,7 milliards d'adultes en surpoids et obèses à ce moment-là.

En d’autres mots, un tiers de la population mondiale sera en surpoids ou obèse dans moins d'une décennie.

Les États-Unis ont déjà atteint ce point en 2014. Mais même des pays en développement comme l'Égypte devraient atteindre des niveaux d'obésité similaires au cours de la même période si rien ne change.

Raziel Therapeutics est peut-être une petite entreprise aujourd'hui, mais elle a de grandes ambitions car elle s'attaque de front au problème de l'obésité.

"Il n'existe pas aujourd'hui de médicaments pour l'obésité qui fonctionne bien et qui rende le monde plus sain", a déclaré Alon Bloomenfeld, PDG de la société.

Lorsqu’il est injecté, le médicament de Raziel fait deux choses. "D'abord, il supprime les cellules graisseuses elles-mêmes. Ensuite, il retarde la prolifération de nouvelles cellules graisseuses », explique Bloomenfeld.

Le médicament de Raziel fonctionne en produisant de la chaleur pour utiliser une partie de l'acide gras libre produit par les cellules graisseuses dans le corps, ce qui à son tour réduit le tissu adipeux.

"Comme le Botox, les injections de Raziel ciblent des zones spécifiques du corps - ce n'est pas une pilule qui agit de manière générale", explique Bloomenfeld. Comme le Botox également, le traitement ne dure qu'un temps limité. Bloomenfeld estime que cette période est comprise entre six à neuf mois, mais il dit qu'ils en sauront plus après les essais de la phase II de la FDA, qui devrait commencer plus tard cette année.

Plus sûr que la chirurgie bariatrique

Plus sûr que la chirurgie bariatrique

"Aucun médicament ne dure éternellement", souligne Bloomenfeld. «Le corps trouve des moyens de guérir.» Vous devrez donc consulter votre médecin régulièrement pour de nouvelles piqûres. Une similitude de plus avec le Botox: Bloomenfeld s'attend à ce que l'injection soit finalement disponible dans les cabinets des médecins.

Les résultats du premier essai clinique américain de Raziel sont encourageants. Ils ont montré une réduction de 30 à 50% de la graisse sous-cutanée sur la zone traitée après une seule injection.

Découverte accidentelle

Bloomenfeld n'est pas un scientifique - il a 20 ans d'expérience dans la gestion de startups, 10 ans dans la biotechnologie et 10 ans dans la haute technologie.

Le cerveau médical derrière Raziel Therapeutics est le professeur Shmuel Ben-Sasson, qui a eu cette idée alors qu’il enseignait à l'Université Hébraïque Hadassah Medical School de Jérusalem.

Ben-Sasson travaillait sur un traitement totalement différent quand il a remarqué par accident que lorsque son médicament était injecté à des souris, les tissus adipeux disparaissaient. Ben-Sasson n'est pas étranger à la scène des startup. Ses sociétés précédentes comprennent Tiltan Pharma, qui développe des médicaments anticancéreux; Chiasma, qui s'adresse aux patients souffrant d'acromégalie (un trouble qui résulte de l'excès d'hormone de croissance); et Keryx Biopharmaceuticals, qui développe des médicaments pour les maladies rénales.

Le traitement de Raziel est conçu pour être plus sûr que la chirurgie bariatrique. Au sujet des effets minceur de cette dernière, Bloomenfeld a déclaré : "il peuvent durer peut-être un an, puis cela peut devenir pire qu'avant sauf si vous modifiez votre alimentation et si vous faites du sport après la chirurgie. Le médicament", dit-il, fonctionnera peu importe ce que vous mangez ou faites, mais "changer votre style de vie en parallèle augmentera l'effet du traitement".

Cela fait écho à ce que dit Johanna Ralston, PDG de la World Obesity Federation. Que ce soit la chirurgie ou le zapping des cellules graisseuses avec la thérapie par la chaleur, tout cela "doit être effectué de concert avec d'autres formes de gestion du poids. Chaque individu doit se voir offrir plusieurs traitements. "

Bloomenfeld compte bien que l'un de ces traitement vienne de Raziel Therapeutics.

Source : Israel 21c

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Israël: les meilleurs vols vers l'étranger de cette fin d'automne

Israël: les meilleurs vols vers l'étranger de cette fin d'automne

L'été est derrière nous, et avec lui les prix élevés des vols. Si le temps automnal, juste à la frontière de l'hiver, vous enchante, nous avons trouvé pour vous plusieurs options de vols à bas prix vers les destinations les plus chaudes d'Europe.

Le prix le plus bas dans un proche avenir, nous l’avons trouvé pour la destination la plus proche d'Israël, Paphos. Un vol direct avec Ryanair pour seulement 39 $ du 2 au 6/12/17. Il est vrai que c'est une destination plutôt estivale avec des plages attrayantes, mais les divertissements proposés par l'hôtel et une agréable visite de la ville peuvent être sympatiques, d'autant plus que les prix des hôtels diminuent considérablement hors-saison.

L'Italie est appréciable à chaque saison. Un vol direct à destination de Venise avec EasyJet entre le 30/11 et le 05/12 vous coûtera seulement 107 $. Venise est une destination idéale pour des vacances d'automne. Au départ de la ville, vous pouvez également visiter des destinations attrayantes moyennant de courts trajets en voiture.

Venise, magnifique en toute saison

Venise, magnifique en toute saison

La capitale de la Roumanie, Bucarest, est l'une des destinations les plus populaires parmi les jeunes Israéliens. Un vol direct vers la ville des boites de nuit et des hôtels de luxe vous coûtera seulement 60 $ avec une combinaison de deux compagnies aériennes, Blue Air et Wise. Le vol partira le 27/11 et reviendra en Israël le 6 décembre prochain. Ce sont bien sûr des vols directs.

En cherchant sur les différents sites, nous avons également réussi à trouver un vol direct à un prix attractif sur la plus grande compagnie en Israël, EL AL. Un vol à destination de Berlin du 21 au 23 novembre vous coûtera 203 dollars. L'entreprise qui exploite habituellement les vols El Al à destination de Berlin est sa compagnie low-cost UP.

Notre scanner de vol a réussi à en trouver un vers Barcelone à la fin du mois au prix attractif de 188 $ avec la compagnie norvégienne Norvijn, qui opère des vols directs d'Israël à Barcelone. Le vol partira le 27/11 et reviendra le 01/12.

Tous les vols ont été trouvés après une recherche sur des sites comme Skyscanner, entrer les dates spécifiées sur chacun des sites de recherche de vols vous mènera aux vols mentionnés ci-dessus, bien qu'il puisse y avoir des changements de prix.

La société Hadaka Ha90 a également publié des prix attractifs grâce à sa compagnie aérienne à bas prix "Loco". Un vol vers Sofia à la fin du mois du 26 au 29 novembre vous coûtera 96 $ et un vol vers Budapest entre le 18 et le 22 novembre coûtera 156 $ pour des vols directs.

Source : Israel Hayom

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Israël : la semaine de l'illustration s'ouvre à Tel Aviv

Israël : la semaine de l'illustration s'ouvre à Tel Aviv

Demain s'ouvrira pour la quatrième fois consécutive la semaine de l'illustration de Tel Aviv.

Pendant dix jours (deux week-ends), 60 expositions auront lieu dans toute la ville, auxquelles participeront 500 illustrateurs et artistes israéliens de styles et de moyens d'expression variés.

Parmi les expositions intrigantes figureront: "Paper Heroes", une exposition d'art papier international au Musée du vieux Jaffa (commissaires: Ilan Grivi, Limor Margolis); "Le salon rejeté" (commissaire: Ohad Givati), qui présente des illustrations commandées - provocatrices ou controversées - qui ont été rejetées par les clients; Les meilleures illustrations du magazine pour enfants "Young Man"; Et "Snoze" – l’unique exposition de Niv Tishbi, qui présente une installation gonflable qui s'étend sur 500 mètres carrés.

En plus des expositions, il y aura des visites guidées et des activités pour les enfants, ainsi que la création de "Afterschool" - une école pop-up pour les illustrateurs qui organisera des ateliers et des classes de maître. Parmi les artistes qui participeront au "Afterscholl": David Polonsky et Assaf Hanukkah.

L'illustration, la porte juste à côté de celle du rêve

L'illustration, la porte juste à côté de celle du rêve

Le principal conservateur de la semaine de l'illustration est Yuval Saar. «Aujourd'hui, il est clair que l'illustration est une partie inséparable de notre vie quotidienne et que nous la rencontrons partout: dans les supermarchés, dans les livres pour enfants, dans les affiches de spectacles, dans les jeux vidéo, dans les tutoriels en ligne.

Le principal changement ayant eu lieu en Israël ces dernières années est la grande variété de styles et de méthodes de distribution de l'illustration, qui ont longtemps été limités à l'imprimerie ancienne. Il ne fait aucun doute que l'entrée de l'ordinateur dans chaque foyer, puis l'arrivée des téléphones mobiles intelligents, a également placé l'illustration dans le courant dominant. "

Source : Israel HaYom

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.