La plus grande série de tombes fouillées dans un cimetière juif en France

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Archéologie : un cimetière juif médiéval mis au jour à Châteauroux

Une cinquantaine de sépultures oubliées au fil du temps ont été explorées. Il s’agit de la plus grande série de tombes fouillées dans un cimetière juif en France, selon Philippe Blanchard, archéologue.

Des tombes bien alignées, avec au fond des squelettes et un détail qui compte : « Les mains longent le corps, elles ne sont pas croisées sur le thorax comme pour les inhumations chrétiennes », détaille Philippe Blanchard, chercheur à l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).

Son équipe, qui comprend plusieurs laboratoires d'archéologie, dont celui de Bordeaux (Gironde), a mis au jour « la plus grande série de tombes fouillées dans un cimetière juif en France », avance l'historien et archéologue, qui avait repéré ce lieu dès 1997 au sein de l'ancien quartier dit de « la Juiverie », aujourd'hui quartier des Marins à Châteauroux (Indre).

A l'époque, dix tombes avaient été découvertes, contenant des ossements d'enfants. Lors de cette deuxième campagne de fouilles, 46 nouvelles tombes contenant des adultes et adolescents ont été mises au jour.

Pour valider complètement la thèse qu'il s'agit bien d'un cimetière de la religion juive, les chercheurs s'appuient sur l'absence des stèles et des pierres tombales, avec des inscriptions en hébreu. Mais comme ces cimetières ont été accaparés par le roi, après l'expulsion définitive des juifs en 1394, les pierres taillées ont souvent été dispersées pour servir de matériau de construction.

Des stèles utilisées comme matériau de construction

« On a repéré des pierres anormalement grandes dans des maisons voisines, mais il est difficile d'aller voir un propriétaire pour lui demander de la desceller juste pour vérifier », sourit Philippe Blanchard.

Cette découverte démontre que la communauté juive était conséquente et organisée à Châteauroux, où la pression immobilière a épargné cette parcelle privée. Les ossements seront replacés dans le carré juif du cimetière communal.

Source Le Parisien 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi