Claudine Douillet

Claudine Douillet parisienne et juive de naissance de parents profondément sionistes (un père sur l’Altaléna ça laisse des traces).

Fondatrice du premier magazine Juif sur le net, Alliance, en 1997, avant Google !
220 000 lecteurs uniques par mois à son actif.

En 1999 création Alliance-Hosting LLC , une "Web Agency » conceptrice de sites internet pour les entreprises et leur migration sur le net. Formation d’internet pour chefs d’entreprise.

Alliance-Hosting LLC a permis grâce ses moyens techniques la retransmission en directe des 4 radios juives de France 94.8 FM sur le net ,dés 2000, pendant 12 ans.

Experte en communication digitale avec Alliancefr.com, et radiophonique avec "Internet sans prise de tête" sur judaïques FM 94.8 depuis 2000, ma passion est née de la découverte, dés 1996, du plus important moyen de communication avec le monde, internet.

Mon expérience est le résultat de 22 années au service des entreprises désireuses de migrer sur le net et des médias.

Rendre réel ce monde virtuel c’est l’alliance du savoir faire et du faire savoir.

Les articles de Claudine Douillet

Israël a mis sous écoute les Procureurs de la CPI : Les Révélations Choc

**Israël a mis sous écoute les Procureurs de la CPI : Les Révélations Choc**

Israël accusé d'espionner la Cour pénale internationale : une campagne secrète révélée

Le quotidien britannique The Guardian a publié une enquête approfondie sur ce qu'il décrit comme une "guerre secrète" menée par Israël contre la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye.

Selon des dizaines de sources, y compris israéliennes, les services de renseignement israéliens – le Shin Bet, l'AMAN et l'unité 8200 – ont intercepté des appels téléphoniques, des courriels et des messages des procureurs de la CPI, Karim Khan et Fatou Bensouda, ainsi que d'autres hauts responsables de la Cour. L'objectif était de contrer une enquête de la CPI visant Israël et d'empêcher l'émission de mandats d'arrêt.

 Les interceptions et les opérations d'espionnage

D'après The Guardian, l'opération d'espionnage a permis aux autorités israéliennes de découvrir les plaintes spécifiques des Palestiniens, leur permettant ainsi d'ouvrir des enquêtes a posteriori pour démontrer la "complémentarité" de la justice israélienne.

Le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait été profondément impliqué dans cette opération, avec Netanyahu lui-même manifestant une obsession pour les renseignements recueillis.

Harcèlement et menaces

L'enquête révèle également que Yossi Cohen, ancien chef du Mossad, aurait menacé Fatou Bensouda pour qu'elle renonce à une enquête sur Israël.

Yossi Cohen lui aurait montré des photos prises en secret de son partenaire et lui aurait tendu une embuscade à New York.

De plus, Israël aurait continué à surveiller son successeur, Karim Khan, interceptant ses communications et découvrant qu'il envisageait de se rendre à Gaza via l'Égypte.

 Réactions et implications

Le Guardian rapporte que ces actions de surveillance ont permis à Netanyahu d'être informé à l'avance des intentions du procureur Khan de demander des mandats d'arrêt internationaux contre lui et contre le ministre de la Défense Yoav Galant.

Israël aurait même intercepté des appels téléphoniques entre les procureurs de la CPI et des politiciens palestiniens, révélant ainsi des discussions confidentielles sur de potentielles poursuites.

 Réactions internationales et mesures de sécurité

En réponse à ces révélations, la Cour pénale internationale a déclaré être consciente des efforts de collecte de renseignements par certaines agences et a pris des contre-mesures pour sécuriser ses informations. Israël, de son côté, a nié les accusations, affirmant que les allégations étaient infondées et visaient à nuire à l'État d'Israël. Tsahal a également nié toute implication dans des opérations de surveillance contre la CPI.

Faites connaître votre entreprise grâce à Alliancefr.com, le principal magazine juif en ligne.

En tant que plateforme dédiée à la communauté juive francophone intéressée par Israël et l'actualité juive, Alliance va au-delà du simple magazine.

Notre ADN est de fournir une couverture complète sur tous les aspects liés à Israël, allant des actualités aux sujets divers.

Si vous êtes à la recherche d'une communication ciblée, nous avons la solution idéale pour vous.

Contactez-nous dès maintenant au 01 70 00 75 75 ou par e-mail à info@alliancefr.com pour découvrir la formule publicitaire qui correspond à vos besoins.

Grâce à notre expertise dans le domaine de la communication, nous pouvons vous aider à atteindre votre public cible et à promouvoir vos services de manière efficace.

Ne manquez pas l'opportunité d'être référencé sur Google avec les mots clés pertinents de votre activité.

Communiquez avec nous dès maintenant pour donner un nouvel élan à votre visibilité en ligne.

Offensive à Rafah : L'avancée implacable des chars israéliens

Offensive à Rafah : L'avancée implacable des chars israéliens

Les chars israéliens avancent à Rafah malgré la condamnation internationale

Mardi, les chars israéliens ont poursuivi leur progression à Rafah, au sud de Gaza, au moment où l'armée israélienne annonçait l'extension de ses opérations dans cette ville, malgré une condamnation internationale croissante.

Des témoins palestiniens ont rapporté au *Wall Street Journal* que les chars avaient approché la mosquée Al-Awda, un monument central de Rafah.

Bien que l'armée israélienne n'ait pas fourni de détails sur son déploiement, la radio militaire israélienne a indiqué qu'une brigade supplémentaire avait été ajoutée aux cinq déjà présentes, et que des combats rapprochés se déroulaient avec le Hamas.

Israël cherche à équilibrer son offensive contre le Hamas à Rafah tout en évitant de compromettre ses relations avec les États-Unis, son principal allié, ainsi que ses liens fragiles avec le monde arabe.

Dimanche, une frappe aérienne israélienne à Rafah, qui aurait tué des dizaines de civils selon des responsables palestiniens, a illustré les difficultés auxquelles Israël est confronté.

Israël a affirmé vouloir détruire les infrastructures militaires du Hamas et perturber son réseau de contrebande depuis l'Égypte vers Gaza l'axe de Philadelphie  mais les États-Unis ont maintes fois insisté sur la nécessité de protéger les civils.

La frappe aérienne de dimanche suscite des questions sur la capacité de l'armée israélienne à atteindre ses objectifs sans dépasser les limites imposées par les États-Unis.

Cet incident renforce les tensions politiques autour du président Biden, dans un contexte de manifestations pro-Gaza qui secouent les campus universitaires américains.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a qualifié la mort des civils lors de cette frappe d'« erreur tragique », survenue peu de temps après que la Cour internationale de Justice a ordonné à Israël de cesser certaines opérations à Rafah.

Cette condamnation fait écho à celle ayant suivi une frappe israélienne en avril, qui avait tué sept travailleurs humanitaires de World Central Kitchen à Gaza.

Hugh Lovatt, chercheur principal au Conseil européen des relations étrangères, a déclaré que cette frappe "augmente encore les tensions politiques" et "isole davantage Israël", retournant davantage de pays contre l'État hébreu.

Les relations d'Israël avec l'Égypte sont également mises à l'épreuve après une rare confrontation transfrontalière lundi, qui a coûté la vie à deux officiers égyptiens.

L'Égypte, de plus en plus frustrée par l'opération israélienne à Rafah, intensifie ses efforts de médiation, avec le Qatar et les États-Unis, pour relancer les négociations de cessez-le-feu entre Israël et le Hamas.

Depuis l'ordre d'évacuation de la partie orientale de Rafah par l'armée israélienne le 6 mai, près d'un million de personnes ont fui la ville. Le maire de Rafah estime qu'environ 500 000 personnes y restent encore, cherchant désespérément refuge.

La frappe de dimanche soir a eu lieu dans le quartier de Tel Al-Sultan, au sud de la plage d'Al-Mawasi, désignée zone humanitaire par les autorités israéliennes.

Les responsables militaires israéliens ont précisé que la frappe avait ciblé une structure fermée où se trouvaient deux responsables du Hamas, Yassin Rabia et Khaled Nagar, responsables de plusieurs attaques meurtrières contre Israël.

Un membre du Hamas a confirmé la mort de Nagar, bien qu'il ne soit pas un haut responsable du groupe terroriste.

Des vidéos de Reuters montrent des civils tentant d'éteindre un incendie dans la nuit, avec des cris en arrière-plan, et des familles se tenant parmi les débris le lendemain.

L'armée israélienne affirme enquêter sur les causes de cet incendie, tout en maintenant que la frappe a eu lieu à plus d'un kilomètre de la zone humanitaire.

L'armée israélienne, par la voix de son porte-parole Daniel Hagari, a déclaré que la frappe avait utilisé des ogives guidées avec précision. L'enquête se poursuit pour déterminer les circonstances exactes de la mort des civils palestiniens.

Faites connaître votre entreprise grâce à Alliancefr.com, le principal magazine juif en ligne.

En tant que plateforme dédiée à la communauté juive francophone intéressée par Israël et l'actualité juive, Alliance va au-delà du simple magazine.

Notre ADN est de fournir une couverture complète sur tous les aspects liés à Israël, allant des actualités aux sujets divers.

Si vous êtes à la recherche d'une communication ciblée, nous avons la solution idéale pour vous.

Contactez-nous dès maintenant au 01 70 00 75 75 ou par e-mail à info@alliancefr.com pour découvrir la formule publicitaire qui correspond à vos besoins.

Grâce à notre expertise dans le domaine de la communication, nous pouvons vous aider à atteindre votre public cible et à promouvoir vos services de manière efficace.

Ne manquez pas l'opportunité d'être référencé sur Google avec les mots clés pertinents de votre activité.

Communiquez avec nous dès maintenant pour donner un nouvel élan à votre visibilité en ligne.

Rafah : Conversation entre Gazaouis Révèle des Explosions Secondaires d'Origine Hamas -podcast-

Rafah : Conversation entre Gazaouis Révèle des Explosions Secondaires d'Origine Hamas

L'attaque de Rafah : Les conclusions de l'enquête initiale de Tsahal

Suite à l'attaque de Rafah qui a suscité une indignation internationale, l'armée israélienne affirme avoir utilisé des bombes d'un poids inférieur à celui annoncé.

Une enquête est en cours pour déterminer si les armes du Hamas, entreposées à proximité des civils, ont causé des dommages involontaires.

"Les Juifs ont utilisé un petit missile, qui n'a pas fait un grand trou, il y a eu des explosions secondaires," a déclaré un interlocuteur dans une conversation des Gazaouis publiée par le porte-parole de Tsahal.

 Les circonstances de l'attaque

Mardi soir, le porte-parole de Tsahal a fait une déclaration en anglais aux médias étrangers, présentant les conclusions préliminaires de l'enquête.

Dimanche soir, deux hauts responsables du Hamas ont été tués dans l'enceinte de leur résidence à Tel a-Sultan, à l'ouest de Rafah.

L'armée israélienne affirme que ces terroristes étaient surveillés dans ce complexe utilisé pour des activités terroristes du Hamas.

À 47 mètres de ce complexe se trouvent un lanceur et des fosses de lancement du Hamas, éloignés de plus d'un kilomètre de la zone humanitaire, et non situés dans une zone de tentes.

Renseignements et précision de l'attaque

L'armée israélienne précise que l'attaque était fondée sur des renseignements précis du Shin Bet, confirmant l'absence de femmes et d'enfants dans l'enceinte avant l'opération.

Les forces aériennes ont utilisé des munitions de précision, avec deux bombes de 17 kilos chacune. Un haut responsable militaire indique que la documentation montre des départs de feu depuis le complexe adjacent, avant la propagation de l'incendie.

 Enquête sur les explosions secondaires

L'armée soupçonne que le Hamas stockait des munitions dans l'enceinte.

Après l'interception de conversations par l'unité 8200, confirmant la présence de munitions et corroborées par des vidéos montrant des explosions secondaires. "Il y avait des munitions qui ont commencé à exploser," dit un interlocuteur. Son ami lui demande : "Est-ce vraiment les nôtres ?" Selon Tsahal, ces conversations faisaient référence aux munitions du Hamas qui ont explosé après le bombardement israélien.

Engagement à minimiser les dommages collatéraux

Tsahal souligne son engagement à éviter de nuire aux civils et que le mécanisme d’enquête de l'armée mène actuellement une enquête approfondie sur cet incident. Hier, les conclusions initiales ont été présentées au chef d'état-major.

Faites connaître votre entreprise grâce à Alliancefr.com, le principal magazine juif en ligne.

En tant que plateforme dédiée à la communauté juive francophone intéressée par Israël et l'actualité juive, Alliance va au-delà du simple magazine.

Notre ADN est de fournir une couverture complète sur tous les aspects liés à Israël, allant des actualités aux sujets divers.

Si vous êtes à la recherche d'une communication ciblée, nous avons la solution idéale pour vous.

Contactez-nous dès maintenant au 01 70 00 75 75 ou par e-mail à info@alliancefr.com pour découvrir la formule publicitaire qui correspond à vos besoins.

Grâce à notre expertise dans le domaine de la communication, nous pouvons vous aider à atteindre votre public cible et à promouvoir vos services de manière efficace.

Ne manquez pas l'opportunité d'être référencé sur Google avec les mots clés pertinents de votre activité.

Communiquez avec nous dès maintenant pour donner un nouvel élan à votre visibilité en ligne.

Tel-Aviv : La Municipalité Cherche à Taxer une Valeur Imposée aux Propriétaires

Tel-Aviv : La Municipalité Cherche à Taxer une Valeur Imposée aux Propriétaires

 

Tel-Aviv : La Municipalité Cherche à Taxer une Valeur Imposée aux Propriétaires

Tel-Aviv est le théâtre d’un conflit intense opposant la municipalité aux propriétaires immobiliers de la « Ville blanche », un quartier classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

La municipalité, estimant que la préservation de ces bâtiments augmente leur valeur marchande, a émis des demandes de prélèvement d’amélioration.

En réaction, les propriétaires, confrontés à des restrictions et des coûts élevés de conservation, réclament des indemnités pour la diminution de la valeur de leurs biens. Alors que les deux parties campent sur leurs positions, le juge appelle à un compromis pour éviter un long et coûteux litige.

 Le Conflit des Milliards à Tel-Aviv : La Municipalité face aux Habitants

Tel-Aviv est le théâtre d’un conflit intense opposant la municipalité aux propriétaires immobiliers de la « Ville blanche », un quartier classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

La municipalité, estimant que la préservation de ces bâtiments augmente leur valeur marchande, a émis des demandes de prélèvement d’amélioration.

En réaction, les propriétaires, confrontés à des restrictions et des coûts élevés de conservation, réclament des indemnités pour la diminution de la valeur de leurs biens. Alors que les deux parties campent sur leurs positions, le juge appelle à un compromis pour éviter un long et coûteux litige

Contexte et Enjeux du Conflit à Tel-Aviv

Patrimoine de l'UNESCO et Valeur Marchande 
Bâtiments Préservés : Environ 1 000 bâtiments de Tel-Aviv sont classés comme patrimoine mondial de l'UNESCO dans le cadre du programme de conservation de la « Ville blanche ».

Position de la Municipalité : La municipalité de Tel-Aviv estime que le fait que ces bâtiments soient déclarés à préserver augmente leur valeur marchande. En conséquence, elle a envoyé environ 1 500 demandes de prélèvement d'amélioration aux propriétaires, justifiant ces taxes par l'augmentation supposée de la valeur des biens.

Réparations et Revendications des Propriétaires :

-Problèmes des Propriétaires : Les propriétaires des bâtiments préservés soutiennent que le programme de conservation diminue en réalité la valeur de leurs propriétés. Ils avancent plusieurs arguments :
-  Restrictions sur les Travaux : Le plan de conservation empêche les travaux de rénovation et d'agrandissement, limitant ainsi les possibilités d'améliorer les bâtiments.
- Coûts de Conservation :  Les propriétaires sont tenus d'effectuer des travaux de conservation qui sont lourds et coûteux.
-  Absence de Projets TAMA 38 : Les restrictions empêchent également la mise en œuvre des projets de rénovation urbaine conformément aux directives de TAMA 38, qui sont destinées à améliorer la sécurité et l'urbanisme des bâtiments.

Réclamations Financières  :

- Demandes d'Indemnisation : En raison des contraintes imposées par le plan de conservation, plus de 500 propriétaires ont déposé des demandes d'indemnisation contre la municipalité, réclamant une compensation pour la diminution de la valeur de leurs biens.
- Prélèvements d'Amélioration : La municipalité, quant à elle, continue de justifier ses prélèvements d'amélioration par l'augmentation supposée de la valeur marchande des bâtiments.

Décision Judiciaire et Conséquences :
-  Statut du Plan de Conservation  Le comité d'appel en matière d'urbanisme a déterminé que le plan de la « Ville blanche » n'était pas un plan d'amélioration. Par conséquent, la municipalité ne pouvait pas légitimement percevoir de taxes d'amélioration.
- Implications Financières : Cette décision a des répercussions importantes sur le budget municipal, contraignant la municipalité à envisager une réduction budgétaire significative.

Recherche de Compromis :
- Proposition du Juge :Le juge a encouragé les deux parties à accepter un compromis qui éviterait les taxes d'amélioration et les indemnités, permettant ainsi de réduire les procédures et les coûts. Cependant, les deux parties semblent peu enclines à transiger, préférant poursuivre le litige.

En résumé, le conflit oppose la municipalité, qui cherche à prélever des taxes sur des bâtiments dont elle estime que la valeur a augmenté grâce à leur statut de patrimoine, aux propriétaires, qui contestent cette évaluation et réclament des indemnités pour les restrictions et les coûts imposés par le plan de conservation.

La situation se complique à Tel-Aviv, où la municipalité et les propriétaires immobiliers de la « Ville blanche » sont engagés dans un bras de fer juridique.

Refusant de parvenir à un compromis malgré les recommandations du juge Gilad H., la municipalité a émis environ 1 500 demandes de prélèvement d'amélioration, représentant plusieurs dizaines de milliers de shekels chacune. En réponse, plus de 500 propriétaires ont déposé des demandes d'indemnisation.

 Un Contexte Juridique Tendue

Lors d'une audience exceptionnelle tenue dans l'auditorium du tribunal de district, le juge a conseillé aux deux parties de retirer leurs recours respectifs et d'accepter la décision de la commission d'appel du district. Celle-ci a statué que le plan de conservation de la « Ville blanche » n'augmentait ni ne diminuait la valeur des propriétés, rendant ainsi caduques les prétentions financières de chaque camp.

La Ville Blanche, un Patrimoine sous Tension

Classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, la « Ville blanche » de Tel-Aviv comprend environ
1 000 bâtiments à préserver. Depuis l'approbation du programme de conservation il y a 17 ans, la municipalité a argué que la préservation de ces bâtiments entraînait une hausse de leur valeur, justifiant ainsi les prélèvements d'amélioration.

Cependant, les propriétaires contestent cette vision, affirmant que le projet limite les possibilités de rénovation et d'agrandissement, conformément aux directives de TAMA 38.
Ils pointent également les lourdes et coûteuses obligations de conservation qui leur incombent, justifiant leurs demandes d'indemnisation.

Un Enjeu Financier Colossal

Les réclamations des propriétaires pour perte de valeur atteignent environ 2 milliards de shekels, tandis que les prélèvements d'amélioration requis par la municipalité totalisent des centaines de millions de shekels.

L'année dernière, le comité d'appel en matière d'urbanisme, dirigé par l'avocat Binyamin Zalmanovitz, a statué que le plan de la « Ville blanche » n'était pas un plan d'amélioration. Par conséquent, la municipalité ne pouvait pas percevoir de taxes d'amélioration.

Cette décision a des répercussions financières majeures pour la municipalité, qui se prépare à une réduction budgétaire sans précédent de 500 millions de shekels, conséquence des dépenses liées à la guerre, de l'inflation et des décisions de planification urbaine.

 Un Appel à la Raison

Les deux parties ont contesté la décision de la commission d'appel. Lors d'une audience préalable, le juge Hess a encouragé un compromis, proposant de ne pas facturer de taxes d'amélioration ni d'accorder d'indemnisation en cas de conservation non aggravante. Selon lui, cette approche permettrait d'éviter des procédures et des dépenses inutiles.

Le juge a néanmoins tracé un plan en dix points pour les parties qui souhaiteraient poursuivre la procédure, insistant sur la nécessité d'audiences individuelles pour chacun des 100 appels soumis. Il a également demandé des clarifications sur l'augmentation supposée de la valeur des propriétés due à leur préservation et sur l'impossibilité de réaliser les projets TAMA 38.

Un Futur Incertain

Malgré les recommandations du juge, il semble que la municipalité et de nombreux propriétaires ne souhaitent pas transiger. Les propriétaires, estimant avoir subi un préjudice financier, et la municipalité, convaincue de la validité de ses prélèvements, se préparent à un long et coûteux combat juridique. Toute tentative de compromis risque par ailleurs de complexifier encore davantage les démarches municipales, rejoignant les revendications des autres propriétaires.

Faites connaître votre entreprise grâce à Alliancefr.com, le principal magazine juif en ligne.

En tant que plateforme dédiée à la communauté juive francophone intéressée par Israël et l'actualité juive, Alliance va au-delà du simple magazine.

Notre ADN est de fournir une couverture complète sur tous les aspects liés à Israël, allant des actualités aux sujets divers.

Si vous êtes à la recherche d'une communication ciblée, nous avons la solution idéale pour vous.

Contactez-nous dès maintenant au 01 70 00 75 75 ou par e-mail à info@alliancefr.com pour découvrir la formule publicitaire qui correspond à vos besoins.

Grâce à notre expertise dans le domaine de la communication, nous pouvons vous aider à atteindre votre public cible et à promouvoir vos services de manière efficace.

Ne manquez pas l'opportunité d'être référencé sur Google avec les mots clés pertinents de votre activité.

Communiquez avec nous dès maintenant pour donner un nouvel élan à votre visibilité en ligne.

Incendie à Rafah : Israël Déclare que des Éclats d'Obus ont Enflammé un Réservoir de Carburant, Enquête en Cours

ncendie à Rafah : Israël Déclare que des Éclats d'Obus ont Enflammé un Réservoir de Carburant, Enquête en Cours

Israël : Éclats d'Obus à l'Origine de l'incendie à Rafah

Un responsable américain a confirmé que les États-Unis avaient été informés dans la nuit d’une attaque à Rafah. Des éclats d'obus auraient touché un réservoir de carburant, provoquant un incendie.

Toutefois, à ce stade, les autorités américaines ne disposent pas d’assez d’informations pour corroborer ou réfuter les affirmations israéliennes. Ce n’est qu’après réception des conclusions de l’enquête que la Maison Blanche pourra décider des mesures à prendre.

Réponse Tardive des États-Unis et Enquête Israélienne

Selon ABC, l’administration Biden a reçu les conclusions préliminaires de l'enquête israélienne lundi soir. Israël a signalé que des éclats d’obus provenant de l’attaque de Rafah avaient touché un réservoir de carburant situé à environ 100 mètres du centre de l’attaque, déclenchant ainsi un incendie dans un camp de personnes déplacées.

Les États-Unis, en phase de vérification des détails, n’ont pas encore les moyens de confirmer ou d’infirmer les informations fournies par Israël. La Maison Blanche a également mis en garde Israël contre les répercussions potentielles d'une attaque terrestre généralisée à Rafah.

Analyse Conjointe et Attente des Résultats

Un responsable américain a souligné dans une interview à ABC que les États-Unis, à l'instar d'Israël, analysent et interprètent les événements. L’administration Biden attend qu’Israël mène une enquête approfondie avant de prendre une décision. L’enquête sur l’attaque de Rafah est dirigée par le major-général Yifat Tomer Yerushalmi, procureur militaire en chef.

Mesures Prises pour Limiter les Dégâts Collatéraux

Selon les conclusions préliminaires de l'enquête, de nombreuses mesures avaient été prises avant l'attaque pour minimiser les risques pour les civils, telles que des vérifications aériennes, l'utilisation d'armes de précision et des renseignements supplémentaires. L'attaque n'a pas été menée dans la zone humanitaire, où Tsahal avait appelé la population à évacuer.

 Enquête Indépendante sur l'Incident

L’incident fait l’objet d’une enquête menée par un organisme indépendant, chargé d'examiner les incidents inhabituels pendant les combats. Ce mécanisme enquête sur les circonstances de la mort de civils dans la zone de l’attaque. L'armée israélienne exprime ses regrets pour tout blessé civil causé.

Cibles Terroristes à Rafah

L'armée israélienne a déclaré que l'attaque visait des cibles terroristes importantes à Rafah, notamment des hauts responsables du Hamas en Cisjordanie, responsables d'attaques meurtrières contre des citoyens israéliens. L'attaque a été menée sur la base de renseignements préliminaires confirmant la présence de terroristes sur place.

Faites connaître votre entreprise grâce à Alliancefr.com, le principal magazine juif en ligne.

En tant que plateforme dédiée à la communauté juive francophone intéressée par Israël et l'actualité juive, Alliance va au-delà du simple magazine.

Notre ADN est de fournir une couverture complète sur tous les aspects liés à Israël, allant des actualités aux sujets divers.

Si vous êtes à la recherche d'une communication ciblée, nous avons la solution idéale pour vous.

Contactez-nous dès maintenant au 01 70 00 75 75 ou par e-mail à info@alliancefr.com pour découvrir la formule publicitaire qui correspond à vos besoins.

Grâce à notre expertise dans le domaine de la communication, nous pouvons vous aider à atteindre votre public cible et à promouvoir vos services de manière efficace.

Ne manquez pas l'opportunité d'être référencé sur Google avec les mots clés pertinents de votre activité.

Communiquez avec nous dès maintenant pour donner un nouvel élan à votre visibilité en ligne.

Israël : un patient gazouis admis à l'hôpital d'Ashkelon accusé d'harcèlement sexuel

Israël : un patient gazouis admis à l'hôpital d'Ashkelon accusé d'harcèlement sexuel

Un patient gazouis hospitalisé à l'hôpital Barzilai d'Ashkelon a été accusé de harcèlement sexuel envers un interne de service ce lundi soir. Selon les informations fournies par l'hôpital, l'incident s'est produit lorsque le patient a caressé les cheveux et le visage du jeune médecin pendant le traitement.

Le patient, Hazati, avait été admis au centre médical quelques jours auparavant pour subir une intervention chirurgicale. Cependant, ce lundi soir, durant une séance de soins, il aurait importuné l'interne en touchant de manière inappropriée ses cheveux et son visage.

Pris de panique, l'interne a quitté précipitamment la chambre et a immédiatement alerté le personnel de l'hôpital de l'incident.

Face à cette situation, l'hôpital a rapidement réagi en impliquant le superviseur chargé des plaintes liées au genre, l'infirmière générale et le personnel de sécurité pour gérer la crise et apporter un soutien à l'interne affecté. Les forces de sécurité de l'hôpital ont isolé le patient, qui a ensuite été placé en garde à vue par la police.

Cet incident souligne le danger des patients palestiniens dans les hôpitaux israéliens en temps de guerre.

Faites connaître votre entreprise grâce à Alliancefr.com, le principal magazine juif en ligne.

En tant que plateforme dédiée à la communauté juive francophone intéressée par Israël et l'actualité juive, Alliance va au-delà du simple magazine.

Notre ADN est de fournir une couverture complète sur tous les aspects liés à Israël, allant des actualités aux sujets divers.

Si vous êtes à la recherche d'une communication ciblée, nous avons la solution idéale pour vous.

Contactez-nous dès maintenant au 01 70 00 75 75 ou par e-mail à info@alliancefr.com pour découvrir la formule publicitaire qui correspond à vos besoins.

Grâce à notre expertise dans le domaine de la communication, nous pouvons vous aider à atteindre votre public cible et à promouvoir vos services de manière efficace.

Ne manquez pas l'opportunité d'être référencé sur Google avec les mots clés pertinents de votre activité.

Communiquez avec nous dès maintenant pour donner un nouvel élan à votre visibilité en ligne.

L'Espagne Furieuse Après Cette Vidéo Relayée par Israël

L'Espagne Furieuse Après Cette Vidéo Relayée par Israël

Les premières conséquences de la reconnaissance de l’État palestinien par Madrid. La brouille diplomatique entre Israël et l’Espagne a pris un nouveau tournant ce dimanche 26 mai, avec une vidéo tristement ironique relayée par l’État hébreu pour attiser la colère du gouvernement de Pedro Sanchez.

En guise de réaction à la décision de l’Espagne de reconnaître l’État palestinien, le ministre israélien des Affaires étrangères Israël Katz a partagé sur son compte X une vidéo qui a tout d’une attaque politique.

Celle-ci, accompagnée d’un message adressé au Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, montre de manière très peu subtile un montage alterné entre une vidéo de danseurs de flamenco et des images d’hommes armés du Hamas, notamment lors de l’attaque du 7 octobre.

Sur fond de musique andalouse, la vidéo adresse un message clair : « Hamas : merci l’Espagne ». Et dans son propre message sur X, Israël Katz indique à Pedro Sanchez que le Hamas « le remercie pour ses services ».

Une provocation particulièrement mal reçue par Madrid, qui s’est empressée de dénoncer la diffusion et le partage de cette vidéo sur les réseaux sociaux, jugée « scandaleuse et exécrable » par le chef de la diplomatie espagnol José Manuel Albares.

Lors d’une conférence de presse, le ministre des Affaires étrangères de l’Espagne a également dénoncé l’attitude de son homologue israélien, rappelant que « tout le monde sait, en particulier mon collègue israélien, que le gouvernement espagnol a condamné le terrorisme du Hamas dès le début et dans toutes ses actions », rapporte le réseau de médias européens Euractiv.

« Je l’ai dit à plusieurs reprises, et je le répète ici aujourd’hui : le peuple d’Israël est un peuple ami du peuple espagnol et Israël, bien sûr, a le droit d’avoir son propre État », a-t-il ajouté, comme pour apaiser les tensions après la décision forte de Madrid en lien avec l’État de Palestine. Le ministre est quand même resté inflexible sur sa décision, assurant que « personne ne nous forcera à le faire (modifier son positionnement) ».

Le partage de cette vidéo par un ministre israélien n’est pourtant pas la première action de l’État hébreu pour sanctionner les pays qui vont reconnaître l’État palestinien à partir du 28 mai. Car en plus de l’Espagne, l’Irlande et la Norvège ont également suivi cette voie mercredi dernier. Une voie déjà empruntée quelques jours plus tôt par la Slovénie.

« Mesures punitives préliminaires »

Preuve que la crise entre l’Espagne et Israël est vive, ce lundi 27 mai, le ministère israélien des Affaires étrangères a ordonné au consulat d’Espagne à Jérusalem de cesser ses services aux Palestiniens à partir du 1er juin.

À compter de cette date, le consulat d’Espagne à Jérusalem sera « autorisé à délivrer des services consulaires aux résidents de la circonscription consulaire de Jérusalem uniquement, et (ne sera) pas autorisé à (...) exercer une activité consulaire à l’égard des résidents de l’Autorité palestinienne », précise le communiqué.

Des décisions décrites par Israël Katz comme « des mesures punitives préliminaires à l’encontre du consulat d’Espagne à Jérusalem, suite à la reconnaissance par le gouvernement espagnol d’un État palestinien »« Quiconque décerne un prix au Hamas et tente d’établir un État terroriste palestinien ne sera pas en contact avec les Palestiniens », a-t-il ajouté dans sa mise en garde.

Très critique sur l’action du Premier ministre israélien Benjamin Netanhayu, l’Espagne avait demandé samedi à Israël de se conformer à l’ordre de la plus haute juridiction de l’ONU. Avec comme demande de cesser immédiatement ses bombardements et ses attaques terrestres sur la ville gazaouie de Rafah.

Faites connaître votre entreprise grâce à Alliancefr.com, le principal magazine juif en ligne.

En tant que plateforme dédiée à la communauté juive francophone intéressée par Israël et l'actualité juive, Alliance va au-delà du simple magazine.

Notre ADN est de fournir une couverture complète sur tous les aspects liés à Israël, allant des actualités aux sujets divers.

Si vous êtes à la recherche d'une communication ciblée, nous avons la solution idéale pour vous.

Contactez-nous dès maintenant au 01 70 00 75 75 ou par e-mail à info@alliancefr.com pour découvrir la formule publicitaire qui correspond à vos besoins.

Grâce à notre expertise dans le domaine de la communication, nous pouvons vous aider à atteindre votre public cible et à promouvoir vos services de manière efficace.

Ne manquez pas l'opportunité d'être référencé sur Google avec les mots clés pertinents de votre activité.

Communiquez avec nous dès maintenant pour donner un nouvel élan à votre visibilité en ligne.

Israël interdit à l'Espagne tous services consulaires aux Palestiniens à partir du 1er juin

Israël interdit à l'Espagne tous services consulaires aux Palestiniens à partir du 1er juin

Israël interdit à l'Espagne tous services consulaires aux Palestiniens à partir du 1er juin

Le ministère israélien des Affaires étrangères a ordonné lundi au consulat d'Espagne à Jérusalem de cesser ses services aux Palestiniens à partir du 1er juin, en riposte à la reconnaissance par Madrid de l'Etat de Palestine, selon un communiqué de la diplomatie israélienne.

A compter de cette date, le consulat d'Espagne à Jérusalem sera "autorisé à délivrer des services consulaires aux résidents de la circonscription consulaire de Jérusalem uniquement, et (ne sera) pas autorisé à (...) exercer une activité consulaire à l'égard des résidents de l'Autorité palestinienne", précise le communiqué. 

Le ministre des Affaires étrangères, Israël Katz, a déclaré dans un communiqué distinct : "aujourd'hui, j'ai mis en oeuvre des mesures punitives préliminaires à l'encontre du consulat d'Espagne à Jérusalem, suite à la reconnaissance par le gouvernement espagnol d'un Etat palestinien". 

"Nous ne tolérons pas que l'on porte atteinte à la souveraineté et à la sécurité d'Israël". 

"Quiconque décerne un prix au Hamas et tente d'établir un Etat terroriste palestinien ne sera pas en contact avec les Palestiniens", a-t-il ajouté. 

L'Espagne est l'un des pays européens qui a le plus critiqué Israël à propos de la guerre à Gaza. 

La semaine dernière, l'Espagne, l'Irlande et la Norvège ont annoncé leur décision de reconnaître l'Etat de Palestine, à partir du 28 mai, s'attirant ainsi les foudres d'Israël. 

Dimanche, le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, a justifié la décision de son gouvernement de reconnaître l'Etat de Palestine en expliquant qu'il s'agissait de rendre "justice" au peuple palestinien, mais également de "la meilleure garantie de sécurité pour Israël". 

Josep Borrell, le chef de file de la diplomatie européenne, a accueilli à Bruxelles ce même dimanche le Premier ministre palestinien, Mohammed Mustafa, pour des discussions internationales sur le renforcement de l'Autorité palestinienne du président palestinien, Mahmoud Abbas. 

Les discussions avaient pour horizon l'avenir de la bande de Gaza, après plus de sept mois de guerre entre l'armée israélienne et les mouvements armés palestiniens. 

Une Autorité palestinienne "forte" est nécessaire pour instaurer la paix au Moyen-Orient, a déclaré M. Borrell juste avant d'entamer la réunion avec M. Mustafa.

Samedi, l'Espagne avait demandé de son côté à Israël de se conformer à l'ordre de la plus haute juridiction de l'ONU de cesser immédiatement ses bombardements et ses attaques terrestres sur la ville gazaouie de Rafah. 

Saisie par l'Afrique du Sud, qui estime que l'assaut israélien contre la bande de Gaza constitue un "génocide", la Cour internationale de Justice (CIJ) a ordonné vendredi à Israël de "mettre immédiatement fin" à l'offensive terrestre et aérienne à Rafah.

Source AFP

Faites connaître votre entreprise grâce à Alliancefr.com, le principal magazine juif en ligne.

En tant que plateforme dédiée à la communauté juive francophone intéressée par Israël et l'actualité juive, Alliance va au-delà du simple magazine.

Notre ADN est de fournir une couverture complète sur tous les aspects liés à Israël, allant des actualités aux sujets divers.

Si vous êtes à la recherche d'une communication ciblée, nous avons la solution idéale pour vous.

Contactez-nous dès maintenant au 01 70 00 75 75 ou par e-mail à info@alliancefr.com pour découvrir la formule publicitaire qui correspond à vos besoins.

Grâce à notre expertise dans le domaine de la communication, nous pouvons vous aider à atteindre votre public cible et à promouvoir vos services de manière efficace.

Ne manquez pas l'opportunité d'être référencé sur Google avec les mots clés pertinents de votre activité.

Communiquez avec nous dès maintenant pour donner un nouvel élan à votre visibilité en ligne.

L'ordre de la CIJ étant sous condition, Israël poursuit l'offensive à Rafah

L'ordre de la CIJ étant sous condition, Israël poursuit l'offensive à Rafah

La décision de la CIJ : Israël poursuit l'offensive à Rafah malgré une ordonnance ambiguë

Jérusalem interprète une ordonnance ambiguë du plus haut tribunal des Nations Unies sur l'offensive militaire à Rafah, dans le sud de Gaza, de manière à laisser une marge de manœuvre pour certaines actions militaires, ont déclaré samedi des responsables israéliens.

Dans une décision d'urgence rendue dans le cadre de l'affaire sud-africaine accusant Israël de génocide, les juges de la Cour internationale de Justice (CIJ) ont ordonné vendredi à Israël de
« mettre immédiatement fin à son offensive militaire et à toute autre action dans le gouvernorat de Rafah, qui pourrait infliger des dommages aux conditions de vie du groupe palestinien à Gaza et entraîner sa destruction physique en tout ou en partie ».

Le verdict, à la fois crucial et peu clair, a été interprété par quatre juges comme une injonction limitée, exigeant qu'Israël respecte la Convention sur le génocide pendant ses activités à Rafah, sans pour autant nécessiter un arrêt complet des opérations militaires.

Le juge sud-africain siégeant a, quant à lui, affirmé que la décision demandait explicitement qu’Israël cesse toute opération militaire offensive à Rafah. (Les 10 autres juges n’ont pas émis d’opinions ou d’interprétations de la décision.)

Les responsables israéliens ont adopté la première interprétation.

« Ce qu’ils nous demandent, c’est de ne pas commettre de génocide à Rafah. Nous n’avons pas commis de génocide et nous ne commettrons pas de génocide », a déclaré samedi le conseiller à la sécurité nationale Tzachi Hanegbi à la Douzième chaîne dans une interview.

Lorsqu’on lui a demandé si l’offensive de Rafah allait se poursuivre, Hanegbi a répondu : « Selon le droit international, nous avons le droit de nous défendre et la preuve est que le tribunal ne nous empêche pas de continuer à nous défendre. »

La CIJ, basée à La Haye, n'a pas immédiatement commenté les propos de Hanegbi. Le Hamas n'a pas non plus fait de commentaire dans l'immédiat.

Un autre responsable israélien a souligné la formulation de la décision de la CIJ, la décrivant comme étant conditionnelle.

« L'ordre concernant l'opération de Rafah n'est pas un ordre général », a déclaré à Reuters le responsable sous couvert d'anonymat, affirmant que le libellé de l'ordre n'excluait pas toute action militaire.

« Nous n'avons jamais mené et nous ne mènerons aucune action militaire à Rafah ou ailleurs susceptible d'infliger des conditions de vie pouvant provoquer la destruction de la population civile à Gaza, ni en totalité ni en partie », a déclaré le responsable.

Même si la Cour n'a aucun moyen de faire respecter ses ordonnances, son verdict pourrait conduire le Conseil de sécurité de l'ONU à imposer des sanctions contre Israël si une résolution était adoptée accusant le pays de ne pas se conformer à la décision de la CIJ.

Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi, entre autres, a appelé le Conseil à « assumer sa responsabilité » pour amener Israël à mettre un terme à sa campagne à Rafah.

Les médias israéliens ont rapporté samedi que les États-Unis exigeraient probablement un prix à Israël avant d’opposer leur veto à une telle motion potentielle.

Le quotidien Maariv, sans fournir de source, a déclaré qu'Israël s'attend à ce que les États-Unis opposent leur veto à une telle résolution, mais pas avant d'avoir obtenu des concessions de Jérusalem sur des questions sur lesquelles les deux gouvernements sont en désaccord, comme l'accord de normalisation saoudien que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a  jusqu'à présent évité.

La Maison Blanche et d'autres alliés mettent depuis longtemps en garde Israël contre l'opération à Rafah, où environ un million de Palestiniens ont afflué après avoir été déplacés du nord et du centre de la bande de Gaza, dont l'écrasante majorité a maintenant fui vers des zones humanitaires désignées.

L'Égypte, qui jouxte Rafah et craint d'être inondée par des masses de réfugiés palestiniens, a averti Israël que le traité de paix entre les deux pays, vieux de 45 ans, pourrait être en jeu si une offensive à grande échelle était entreprise dans la ville la plus au sud de Gaza.

Publiquement, la Maison Blanche est restée largement muette sur la décision de la CIJ sur Rafah, affirmant seulement que la position du président américain Joe Biden concernant l'offensive là-bas était « claire et cohérente ».

L’administration Biden a déclaré à plusieurs reprises qu’elle s’opposait à une offensive israélienne majeure à Rafah – qu’Israël considère comme nécessaire pour vaincre le Hamas – Washington ayant récemment suspendu ses livraisons de bombes, craignant qu’Israël ne les utilise dans le cadre de l’opération.

Le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a toutefois déclaré cette semaine que les activités militaires d'Israël n'avaient pas atteint le niveau contre lequel Washington avait mis en garde.

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a réitéré la position de Biden sur « une opération majeure à Rafah » lorsqu'il s'est entretenu vendredi avec le ministre de la Guerre Benny Gantz, a déclaré le département d'État dans un communiqué publié après la décision de la CIJ.

Un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères a critiqué samedi la décision de la CIJ, qu'il considère implicitement comme exigeant la fin des combats.

« La raison pour laquelle il n'y a pas de pause dans les combats est que le Hamas a refusé un accord d'otages très généreux avec Israël », a déclaré le porte-parole.

« L'intervention de ces tribunaux – y compris la CIJ aujourd'hui – renforcera l'opinion du Hamas selon laquelle il peut retenir des otages et rester à Gaza », a-t-il poursuivi, ajoutant que « si cela se produit, il n'y aura ni paix ni solution à deux États. »

Faites connaître votre entreprise grâce à Alliancefr.com, le principal magazine juif en ligne.

En tant que plateforme dédiée à la communauté juive francophone intéressée par Israël et l'actualité juive, Alliance va au-delà du simple magazine.

Notre ADN est de fournir une couverture complète sur tous les aspects liés à Israël, allant des actualités aux sujets divers.

Si vous êtes à la recherche d'une communication ciblée, nous avons la solution idéale pour vous.

Contactez-nous dès maintenant au 01 70 00 75 75 ou par e-mail à info@alliancefr.com pour découvrir la formule publicitaire qui correspond à vos besoins.

Grâce à notre expertise dans le domaine de la communication, nous pouvons vous aider à atteindre votre public cible et à promouvoir vos services de manière efficace.

Ne manquez pas l'opportunité d'être référencé sur Google avec les mots clés pertinents de votre activité.

Communiquez avec nous dès maintenant pour donner un nouvel élan à votre visibilité en ligne.

Infiltration Massive à Sharon : La Menace Terroriste Plane sur les Résidents

Infiltration Massive à Sharon : La Menace Terroriste Plane sur les Résidents

Infiltrations Massives de à Sharon : La Population Sous le Choc
Des dizaines de Palestiniens ont franchi le mur de séparation ce lundi, plongeant Sharon dans l'angoisse. Malgré les efforts militaires, les habitants redoutent des attaques terroristes imminentes, exacerbées par les tirs en provenance de Gaza.

L'événement a secoué la communauté de Sharon ce lundi matin : des dizaines de Palestiniens ont franchi le mur de séparation dans la zone d'Emek Hefer, suscitant l'inquiétude et l'indignation des résidents.

L'armée israélienne a annoncé avoir capturé 19 résidents palestiniens illégaux lors de cette infiltration, mais cette explication peine à apaiser les esprits, surtout en raison des images de tirs provenant de Gaza qui circulent depuis.

Franchissement du Mur et Réactions Locals

La documentation montre qu'une multitude de résidents illégaux, appelés Shabhim, ont traversé le mur de séparation dans les secteurs des colonies de Bahan et Bat-Hefer dans la vallée de Hefer.

Parallèlement, des vidéos montrent des terroristes de Tulkarem tirant en direction de la clôture des colonies, amplifiant les préoccupations des habitants de la région.

Intervention Militaire et Arrestations

Selon l'armée israélienne, l'infiltration s'est produite entre le village palestinien de Schweika, près de Tulkarm, et le village arabo-israélien de Zemar.

Une force militaire est rapidement intervenue sur place, arrêtant 19 résidents illégaux. Un responsable de la sécurité a précisé :

"Nous opérons 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 dans la zone de jointure, avec des embuscades et des patrouilles afin d'empêcher toute infiltration sur le territoire israélien.

" Il a ajouté que grâce à l'amélioration des moyens et à la mise en place d'unités dédiées, le nombre de résidents illégaux a significativement diminué ces dernières années.

Inquiétudes des Habitants et Efforts Militaires

Cependant, les habitants demeurent sceptiques, questionnant l'efficacité du mur de séparation. Ils soulignent que là où l'armée n'est pas présente, l'obstacle peut être franchi. L'armée israélienne, consciente de cette problématique, mène des opérations dans les camps de réfugiés de Tulkarem, de Nour al-Shams et à Jénine.

Un responsable de Tsahal a indiqué que les procédures d'ouverture du feu ont été renforcées, permettant désormais de tirer sur ceux qui franchissent la ligne de démarcation plutôt que de se limiter à des tirs d'avertissement.

Dans ce cas, une force est arrivée après l'infiltration et a arrêté les suspects. Les autres détails de l'incident sont toujours en cours d'enquête.

 Nouvelles Mesures et Contexte Sécuritaire

Tsahal a déployé une unité spéciale de VTT, le Panther Battalion, pour une réponse rapide dans la zone, utilisant des drones et des capacités de mobilité accrues. Des embuscades ont permis de déjouer plusieurs attaques terroristes. Les tirs de terroristes contre les colonies, bien que souvent à très grande distance et sans causer de dommages, perturbent le sentiment de sécurité des résidents.

Depuis le début de la guerre à Gaza le 7 octobre, l'aide iranienne aux organisations terroristes en Judée et Samarie a augmenté, compliquant davantage la situation.

L'armée israélienne observe également une intensification des activités de l'Autorité palestinienne contre les organisations terroristes, mais note que ces efforts sont motivés par des intérêts propres à l'Autorité plutôt que par une préoccupation pour la sécurité israélienne. Les camps de réfugiés et les zones sans gouvernance restent des foyers de développement pour les brigades terroristes.

En dépit des efforts militaires, les résidents de Sharon restent en état d'alerte, espérant des solutions plus efficaces pour garantir leur sécurité quotidienne.

Faites connaître votre entreprise grâce à Alliancefr.com, le principal magazine juif en ligne.

En tant que plateforme dédiée à la communauté juive francophone intéressée par Israël et l'actualité juive, Alliance va au-delà du simple magazine.

Notre ADN est de fournir une couverture complète sur tous les aspects liés à Israël, allant des actualités aux sujets divers.

Si vous êtes à la recherche d'une communication ciblée, nous avons la solution idéale pour vous.

Contactez-nous dès maintenant au 01 70 00 75 75 ou par e-mail à info@alliancefr.com pour découvrir la formule publicitaire qui correspond à vos besoins.

Grâce à notre expertise dans le domaine de la communication, nous pouvons vous aider à atteindre votre public cible et à promouvoir vos services de manière efficace.

Ne manquez pas l'opportunité d'être référencé sur Google avec les mots clés pertinents de votre activité.

Communiquez avec nous dès maintenant pour donner un nouvel élan à votre visibilité en ligne.