Claudine Douillet

Claudine Douillet parisienne et juive de naissance de parents profondément sionistes (un père sur l’Altaléna ça laisse des traces).

Fondatrice du premier magazine Juif sur le net, Alliance, en 1997, avant Google !
220 000 lecteurs uniques par mois à son actif.

En 1999 création Alliance-Hosting LLC , une "Web Agency » conceptrice de sites internet pour les entreprises et leur migration sur le net. Formation d’internet pour chefs d’entreprise.

Alliance-Hosting LLC a permis grâce ses moyens techniques la retransmission en directe des 4 radios juives de France 94.8 FM sur le net ,dés 2000, pendant 12 ans.

Experte en communication digitale avec Alliancefr.com, et radiophonique avec "Internet sans prise de tête" sur judaïques FM 94.8 depuis 2000, ma passion est née de la découverte, dés 1996, du plus important moyen de communication avec le monde, internet.

Mon expérience est le résultat de 22 années au service des entreprises désireuses de migrer sur le net et des médias.

Rendre réel ce monde virtuel c’est l’alliance du savoir faire et du faire savoir.

Les articles de Claudine Douillet

La Chine exploite un poste de renseignement secret en Israël

La Chine exploite un poste de renseignement secret en Israël

Un rapport spécial de l'organisation espagnole de défense des droits de l'homme Safeguard Defenders a révélé que le gouvernement chinois exploite un poste de police secret en Israël, à l'insu des autorités israéliennes.

L'endroit où  se trouve ce poste de renseignements en Israël n'a pas été révélé et est exploité par le Bureau de la sécurité publique de la ville de Nantong. Le ministère des Affaires étrangères israélienne a répondu : "Nous ne connaissons pas l'affaire".

Ces derniers jours, il a été rapporté que les autorités chinoises ont exploité des dizaines de postes de police secrets ,à travers le monde, la plupart du temps à l'insu des gouvernements
« hôtes ».  Des enquêtes officielles ont été ouvertes dans de nombreux pays comme l'Espagne, la Hollande, l'Irlande, l'Italie, la Croatie, la Serbie, la Roumanie et plus encore.

Ces stations fonctionnaient principalement sous le couvert de bureaux officiels, qui aident les citoyens chinois à effectuer des opérations bureaucratiques depuis l'étranger, telles que le renouvellement d'une licence et d'autres documents officiels.

L'explication officielle est que les opérations des bureaux ont commencé pendant la période Corona, lorsque de nombreux citoyens chinois étaient "coincés" à l'étranger et ne pouvaient pas retourner dans leur pays.

Le programme de la station secrète, est de poursuivre et persécuter des opposants au régime chinois vivant dans divers pays occidentaux et, dans divers cas, aurait même réussi à forcer ces citoyens à retourner en Chine et à y être arrêtés. .

En réponse aux questions du réseau CNN concernant les accusations en la matière, le ministère chinois des Affaires étrangères a répondu que tous les travailleurs de ces stations chinoises à l'étranger travaillaient bénévolement.

Toutefois  l'examen du dossier révèle qu'au moins 135 travailleurs étaient employés dans 21 différentes stations à travers le monde.

Entre autres, le contrat de travail d'un employé a été révélé dans un bureau de "police" chinois à Stockholm, employé pendant trois ans.

Un tel poste de police qui opérait en Irlande était déjà fermé. Une enquête est actuellement en cours aux Pays-Bas contre les activités des stations, après qu'elles ont été révélées au cours du mois de septembre. La Chine ne cache pas ce qu'elle fait et dit clairement qu'elle va même étendre ses opérations, nous devrions les prendre au sérieux".

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
contactez-nous</st

Israël : Comment cette maman est devenue coach pour personnes handicapées mentales

Israël : Comment cette maman est devenue coach pour personnes handicapées mentales

Lorsque le fils de Valentina avait deux ans et demi, il a été diagnostiqué autiste. Pendant plusieurs jours, elle a refusé d'accepter le fait d'avoir un enfant « différent », jusqu'à ce qu'elle décide qu'elle allait changer le monde pour lui.

Je suis née en Ukraine et j'y ai grandi. À l'âge de 24 ans, j'ai immigré en Israël avec mon mari israélien, et en Israël mes deux fils sont nés après des traitements de fertilité. Mon fils aîné Nick a 22 ans et mon plus jeune fils Jan a 21 ans.

Jan s'est toujours comporté différemment, il ne parlait pas ou ne répondait pas, ne jouait pas avec les autres enfants et ne répondait pas quand on l'appelait par son nom.
À l'âge de deux ans et six mois, Jan a été diagnostiqué autiste. Au moment où nous avons reçu le diagnostic, la vie s'est divisée en deux en un avant et un après. Je n'ai parlé à personne, je ne voulais pas dire à mes amis que j'avais un enfant « différent ».

Chaque soir, je me promenais avec lui et je pleurais. Après quelques jours comme ça, j'ai réalisé que ça ne pouvait pas continuer ainsi que je devais continuer à être la meilleure mère pour mon enfant.

Je me suis dit qu'il était spécial et que j'allais bouleverser le monde entier pour qu'il réussisse dans la vie. La plupart de mes amis ont coupé tout contact avec nous à cause de mon enfant, le comportement de Jan était inconfortable pour eux, ils n'aimaient pas être avec lui. C'était comme un couteau dans  mon cœur. Cependant, cela m'a donné la force et le pouvoir de continuer à me battre pour mon fils.

Après avoir commencé à comprendre la situation, j'ai décidé de lancer un combat pour lui permettre de recevoir le maximum d'outils, dont des jardins d'enfants d'éducation spécialisée, des cliniques de communication, de l'équitation et plus encore. Au fil des ans, il y a eu des progrès dans son développement, accompagnés de certaines difficultés, comme voyager en bus ou être seul dans des lieux publics.

En plus du défi d'élever un enfant autiste, mon mari a eu un cancer et est décédé dans les 11 mois qui ont suivi, à l'âge de 41 ans, alors que Jan n'avait que dix ans.

À ce moment-là, j'ai réalisé que je devais à nouveau utiliser tous les pouvoirs dont je disposais pour élever mes enfants. Mon fils aîné m'a beaucoup aidé pendant cette période. Son enfance s'est terminée à ce moment-là et il est rapidement passé d'un garçon de 12 ans à un jeune-homme qui soutient et aide Jan.

Il a également reçu beaucoup de soutien de l'école, car il ne savait pas ce qui s'était passé, où était son père et pourquoi il était impossible de lui parler. À ce jour, il parle de lui et il lui manque beaucoup. 

A l'âge de 15 ans Jan s'est découvert mélomane, j'ai postulé dans une école où il y a une classe de chant, qui n'a pas voulu l'accepter.

Ils ont dit que son comportement leur était étrange et qu'ils avaient peur de ne pas savoir comment y faire face. Je n'ai pas baissé les bras et j'ai insisté et finalement ils ont été convaincus d'essayer de l'intégrer. Aujourd'hui, Jan chante et participe à des compétitions comme passe-temps, qui se transforme progressivement en un futur métier.

Après avoir terminé l'école, j'ai cherché un cadre pour Jan qu'il pourrait combiner avec le service militaire. Ce n'était pas facile non plus. Selon les responsables de l'armée, un garçon qui ne se déplace pas seul en transports en commun ne peut pas s'enrôler. Je n'ai pas accepter cette décision, et même si nous avons reçu une exemption du comité, j'ai continué à chercher un moyen de le faire pour lui - et j'ai réussi.

Au lieu du service militaire, Jan a rejoint, avec mon soutien, le projet « Big Men in Uniform » qui intègre une population à besoins spécifiques - en coopération avec l'armée - dans des bases telles que le Corps Logistique. Le projet leur permet de vivre dans un appartement partagé de six locataires et d'un guide, afin de les préparer à la suite de leur vie.

Là,  les difficultés ont commencé. Jan a dû tout faire par lui-même, nettoyer la chambre, préparer la nourriture, faire la lessive, vivre avec des colocataires. J'avais peur mais je n'ai pas laissé mes peurs m'arrêter. Nous avons commencé à faire toutes les tâches ménagères à la maison pour l'habituer, et j'ai été agréablement surprise : Jan a commencé à être plus indépendant.

Quand je l'ai vu faire toutes ces choses, j'ai réalisé qu'en tant que mère, je faisais constamment des choses à sa place, et il s'avère que si vous lui apprenez qu'il peut tout faire, tout ce dont vous avez besoin est la foi et la patience.

Aujourd'hui, Jan est le matin à la base de Palmachim, l'après-midi, il est occupé à organiser son appartement en colocation et le soir, il participe à des cours tels que le bowling et le sport.

Le week-end, il est avec moi à la maison. Récemment, il a participé à un concert caritatif au centre gériatrique de Jaffa. C'était très excitant de voir tout ce qu'il peut donner au monde. Il a un cœur énorme et ce n'est que le début.

Quand je suis devenue veuve, j'ai réalisé qu'il fallait que j'acquière un métier qui me permettrait de gagner ma vie. Par le biais de la sécurité sociale, j'ai entendu parler d'une formation que  vous pouvez recevoir une formation pour l'accompagnement des personnes ayant des besoins spéciaux dans le contexte de l'emploi. J'ai été accepté au cours et pendant le stage j'ai cherché un emploi et suis venu à l'association "Qualité en Réadaptation".

Au cours des huit dernières années, en tant que coach d'emploi et coordonnatrice des relations avec les employeurs, j'ai accompagné des dizaines de personnes handicapées mentales, et cela me procure une immense satisfaction.

Au fil des ans, j'ai réalisé que peu importe ce que vous obtenez dans la vie, la chose la plus importante est de ne jamais abandonner. C'est ma conviction. La vie est belle et vous pouvez en sortir grandi. Mon rêve est d'influencer les autres par l'épanouissement professionnel : le travail est le centre de ma vie et à travers lui j'obtiens un sens, des moyens de subsistance et une vie sociale. Mon désir est de les aider à réussir et à vivre une vie pleine de sens.  

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
contactez-nous</st

Pains et viennoiseries 50% moins cher en Israël avec Easy

Pains et viennoiseries 50% moins cher en Israël avec Easy

C'est l'un des meilleurs moyens de s'approvisionner en excellents produits de boulangerie à bas prix : vers la fin de la journée, les boulangeries de tout Israël  vendent les produits invendus  à des prix spéciaux.

L'application Easy nous a préparé une liste que tout le monde devrait garder dans ses favoris : les boulangeries les mieux notées, qui organisent de telles ventes le soir. À la fois bon marché et de haute qualité - c'est votre chance de battre le système. Beaucoup connaissent déjà cette méthode.

Attendez le moment où les boulangeries veulent se débarrasser des restes de pains et viennoiseries invendus et venez les acheter à prix réduit, souvent avec une vente 1+1 ou  à 50% cher.

Il s'agit d'un bénéfice net pour les deux parties : les boulangers ne jettent pas de produits, le public bénéficie d'un traitement équitable sur des produits qui ne présentent aucun défaut.

Maintenant, il ne reste plus qu'à voir comment exploiter encore plus cette opportunité, et trouver les endroits les plus intéressants qui détiennent cette promotion. C'est là que l'application Easy est entrée en jeu, et voici les résultats :

Chaine Roladin

La braderie : à partir de 17h00 - pain du lundi à 50% de remise

Réseau Bun

La vente : à partir d'une heure avant la fermeture - 1+1 sur les pains

Salle d'exposition, Tel-Aviv

La vente : à partir de 16h00 - 1+1 sur les viennoiseries, hors beignets

Lehm Co., Tel-Aviv

La vente : à partir de 18h00 - 1+1 sur les pains et viennoiseries

Teller Bakery, Tel Aviv et Jérusalem

A partir de 19h00 - 1+1 sur les pains

Réseau Arcafa

La braderie : à partir de 20h30 - 50% de remise sur les pains

Chaîne de boutiques centrales

La braderie : à partir de 18h00 - 1+1 sur les viennoiseries et second pain à 20%

Boulangerie Sommer, Tel-Aviv

La braderie : à partir de 19h00 - 25% de réduction sur les pains

Chaîne de boulangerie

La vente : à partir d'une heure avant la fermeture - 1+1 sur les pains et viennoiseries

Chaîne de pain artisanal

La vente : à partir d'une heure avant la fermeture - second pain à 50% de réduction

Boulangerie Brothers, Givataïm

La vente : à partir d'une heure avant la fermeture - les offres spéciales varient

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
contactez-nous</st

Facebook : Meta pourrait être obligé de rémunérer les petits médias

Facebook : Meta pourrait être obligé de rémunérer les petits médias

L'Australie a introduit une loi en 2021 qui donne au gouvernement le pouvoir d'obliger les sociétés Internet à négocier des accords de fourniture de contenu avec les médias.
Un examen publié par le gouvernement australien la semaine dernière a révélé que cela a largement fonctionné.

"Les médias néo-zélandais, en particulier les petits journaux régionaux et communautaires, luttent pour rester financièrement viables alors que de plus en plus de publicités sont diffusées en ligne", a déclaré M. Jackson. "Il est essentiel que ceux qui bénéficient de leur contenu d'information paient réellement pour celui-ci."

La loi entrée en vigueur en Australie en mars 2021, s'est opposée aux géants de la technologie. Facebook a réagi en gelant temporairement le fil d'actualités des utilisateurs australiens, mais a finalement cédé.

Depuis l'adoption de la loi, Facebook et Google ont signé plus de trente accords avec diverses entités médiatiques, qui garantissaient une rémunération adéquate pour le contenu et l'engagement créés par les entités médiatiques.

Cette même loi pourrait s'étendre sur l'ensemble des autres pays, ce qui place Meta dans une mauvaise posture, au point que son président menace purement et simplement de supprimer toute actualité sur sa plateforme.

En effet, la société Meta, propriétaire de Facebook, a menacé hier soir (lundi) de supprimer tous les contenus liés à l'actualité du réseau social, si le Congrès américain approuvait un projet de loi qui permettrait aux médias de s'unir et de mener des négociations conjointes avec la société. .

La proposition permettrait aux petits médias ou aux médias locaux d'exiger conjointement des grandes entreprises technologiques une récompense financière pour "l'engagement", la participation que les utilisateurs produisent avec le contenu produit par les entreprises de médias.

Les responsables du Congrès qui se sont entretenus avec l'agence de presse "Reuters" ont déclaré que les législateurs prévoyaient de joindre la proposition à un projet de loi sur la sécurité que le Congrès doit adopter, pour s'assurer qu'il sera effectivement approuvé.

Dans le message publié par la société Meta, il est écrit que si cela se produit, elle devra envisager de supprimer complètement le contenu d'actualité du réseau social. Ce qui, selon l'entreprise, "vaut mieux que de céder à des contacts forcés qui nuiraient à la valeur que la plateforme apporte aux médias".

Selon les législateurs, le projet de loi vise à créer une répartition plus équitable des bénéfices de la publicité sur la plateforme, puisque le fil d'actualité attire de nombreux utilisateurs sur Facebook, qui sont également exposés à d'autres contenus et passent plus de temps sur le site, ce qui en tour génère plus de profit pour Facebook à partir des publicités. En réponse, Facebook affirme que les organisations médiatiques font de la publicité sur Facebook à des fins lucratives et bénéficient également d'une large visibilité de cette manière.

 

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
contactez-nous</st

Cette technologie israélienne réalise ce vélo électrique du futur en 24 heures

Cette technologie israélienne réalise ce vélo du futur en 24 heures

La technologie israélienne utilisée pour créer des prototypes "instantanés"

C'est le vélo électrique du futur. Et grâce à la technologie de pointe d'Israël, il peut littéralement être imprimé en 3D du jour au lendemain.

Ce quadricycle excentrique est à la fois un vélo cargo et un véhicule électrique (EV), qui peut accueillir deux personnes, transporter une charge de 250 kg et atteindre 25 km/h.

Mais cela n'aurait pas été possible sans les avancées de Stratasys , la startup devenue société cotée en bourse basée à Rehovot, dans le centre d'Israël.

Elle a fourni les machines d'impression 3D qui ont permis aux ingénieurs de produire des prototypes en quelques heures, plutôt que d'attendre des semaines ou des mois que des entreprises spécialisées concrétisent leurs plans.

Stratasys conçoit, produit et vend les machines – qui ressemblent à des fours à micro-ondes géants – pour que leurs clients les utilisent où qu'ils se trouvent.

Alors que les imprimantes 2D traditionnelles injectent de l'encre sur le papier, les imprimantes 3D injectent des couches de polymère les unes sur les autres, donnant progressivement forme à pratiquement n'importe quel design.

« Il ne suffit pas d'avoir une idée. Vous avez besoin d'un prototype rapidement », explique Yonatan Snir, vice-président du marketing mondial chez Stratasys, à NoCamels.

La conception d'un tout nouveau produit implique des essais et des erreurs, mais la capacité de produire un prototype en quelques heures accélère l'ensemble du processus.

« L'ensemble du cycle est plus rapide », déclare Snir. « Vous ne dépendez pas d'autres entreprises ou chaînes d'approvisionnement pour répondre à vos besoins. Avec la pandémie ,nous étions  face un défi insurmontable de faire expédier n'importe quoi de n'importe où à n'importe où. Si vous avez les machines, vous pouvez faire tous ces cycles vous-même.

« Vous envoyez le fichier à imprimer et vous revenez le matin et il est là. S'il s'agit d'une grosse construction avec beaucoup de matériaux, cela peut prendre plus de temps, mais la machine vous indique quand elle est prête."

De nos jours, l'impression 3D est une industrie hautement sophistiquée, avec un certain nombre de méthodes différentes disponibles pour différents besoins.

Dans le cas de l'Uila, Stratasys a utilisé une technologie inventée et brevetée par le fondateur de l'entreprise,  Scott Crump  , en 1989.

Le Uila futuriste a des roues de bicyclette à moyeu et à rayons derrière un panneau hexagonal irrégulier. Un client peut décider qu'il préfère un panneau carré ou un triangle. Ou qu'ils le veulent en rouge, bleu ou un patchwork de couleurs.

L'Uila  possède  des pédales, comme un vélo traditionnel, et une transmission électrique sans chaîne, qui donne au conducteur une autonomie allant jusqu'à 70 km sur une seule charge.

Son PDG, Daniel Buening, a déclaré : « Nous sommes fiers de dévoiler Uila avec notre partenaire Stratasys. Leurs technologies ont été au cœur de notre développement de prototypes et seront un élément clé de notre processus de production. Il a décrit Uila comme "une solution de mobilité véritablement durable et révolutionnaire".

La technologie Stratasys est un énorme avantage pour les prototypes et les petites séries de production, dit Snir, mais si la demande pour Uila s'élève à plusieurs milliers, certaines pièces peuvent être produites de manière plus économique en utilisant d'autres méthodes.

Les polymères utilisés pour fabriquer le véhicule sont également remarquablement résistants, très légers et faciles à recycler.

Cette technologie,  aujourd'hui, est  utilisée pour imprimer des pièces pour Dream Chaser, l'avion spatial réutilisable qui livrera du fret à la Station spatiale internationale à partir de 2023.

Les machines Stratasys produisent environ 2 000 des fixations utilisées pour fixer les tuiles qui protègent le véhicule des températures de 1 650 C (3 000 F) lorsqu'il rentre dans l'atmosphère terrestre.

Stratasys est le résultat d'une fusion en 2012 entre Objet basé en Israël et son rival américain Stratasys.

"Nous sommes la plus grande entreprise au monde dans le domaine de l'impression 3D et des polymères", déclare Snir. "Nos solutions sont utilisées par des entreprises bien connues comme Apple et Google, ainsi que pour l'armée, les services secrets, la médecine, etc. - s'il existe un produit physique, vous constaterez probablement qu'ils ont utilisé notre machine. ”

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
contactez-nous</st

innovation israélienne : Solato votre crème glacée servie en 60 secondes

innovation israélienne : la machine à glace en 60 secondes

Gelato super frais, sorbet, yaourt glacé, même café glacé, servis en 60 secondes.

Nous sommes tous habitués à ce que notre café sorte des capsules en quelques secondes. Imaginez maintenant la même chose pour une crème glacée.

Une machine inventée en Israël utilise un processus secret pour créer des desserts glacés ultra frais à partir de liquide en seulement 60 secondes.

La machine fouette et congèle une gamme de gelato (crème glacée italienne faible en gras), de sorbet, de yaourt glacé, de smoothies et même de café glacé.

Solato est le premier à commercialiser une machine à capsules de desserts glacés et  propose une gamme de saveurs, notamment la cerise Amarena et le mascarpone, la glace aux noisettes du Piémont, le sorbet au litchi et des classiques comme le chocolat noir et la glace à la vanille, ainsi que des surgelés nature. yaourt. 

Pour l'instant la société loue les machines aux entreprises, mais n'exclue pas les ventes pour un usage domestique.

« Pour manger de la crème glacée à sa température et sa texture parfaites et pour que les gens aient vraiment la sensation de ce à quoi la crème glacée et la vraie glace sont censées ressembler, vous devez l'avoir au moment où elle a été produite. Et la seule façon de le faire est d'avoir un seul produit en capsule », explique Lisa Mendelson, responsable du marketing de l'entreprise.

« Vous serez capable de créer des centaines de saveurs différentes dans une seule machine en 60 secondes. Si vous pensez aux machines à crème glacée ordinaires, comme celles de McDonald's, elles sont très limitées en saveurs - il n'y en a généralement que deux. Et si vous pensez à une machine plus sophistiquée, cela prend beaucoup de temps."

Chaque capsule de liquide concentré fait une tasse de crème glacée.

Le code unique sur chaque capsule est lu par la machine pour déterminer la quantité dont elle a besoin pour la congeler et la quantité d'air qu'elle doit ajouter pour augmenter son volume. La capsule elle-même,est biodégradable, peut ensuite être utilisée pour servir la crème glacée.

"Toute crème glacée que vous fabriquez dans une machine ajoute de l'air et un processus de congélation - le processus de Solato n'est donc pas nouveau", déclare Mendelson. "Mais ce que nous avons pu faire, c'est créer plusieurs saveurs différentes en très peu de temps et les avoir dans une capsule."

Solato utilise des ingrédients naturels d'origine locale, tels que des pistaches et des fruits provenant d'une ferme du nord de l'État de New York.

La machine peut également être codée pour lire des capsules spécifiques, comme des recettes sans noix et sans produits laitiers, afin d'éviter la contamination croisée et les réactions allergiques. Il refusera simplement de lire toute autre capsule Solato, même lorsqu'elle est placée à l'intérieur.

La crème glacée et la glace traditionnelles sont difficiles à transporter et doivent être maintenues à des températures glaciales, ce qui n'est pas respectueux de l'environnement. Solato utilise une fraction de l'énergie car ses capsules sont légères et ses desserts glacés sont préparés sur place.

« Nous avons réduit ces chaînes de congélation. Et cela nous permet vraiment d'économiser près de 90 % d'énergie, par opposition à la glace à la crème glacée ordinaire qui est  produite. Et c'est un gros problème », dit Lisa Mendelson.

«Toute glace que vous mangez chez un glacier est restée là pendant X temps et elle a été congelée deux fois. Elle passe par un processus de congélation original, puis elle a été congelé en attendant d'être vendue."

« Au cours de ce processus, vous perdez en qualité – elle a été cristallisée et elle contient 40 % de sucre en plus que notre glace afin de la garder solide."

"Vous mangez Solato immédiatement, quand il est le plus frais et à sa meilleure température et texture, et sans sucre supplémentaire."

Les machines Solato sont connectées au I cloud et chacune contient une carte SIM, de sorte que l'entreprise sait où elles se trouvent à tout moment, quelles saveurs ont été consommées à tout moment et combien de capsules ont été utilisées. C'est utile pour les entreprises qui ne savent pas quelles saveurs obtenir lors de commandes répétées.

Les machines sont louées sur une base mensuelle et les entreprises paient un « loyer » si elles n'atteignent pas leur quota de capsules convenu.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
contactez-nous</st

La violence sur les routes israéliennes se poursuit

La violence sur les routes israéliennes se poursuit

La violence sur les routes s'est poursuivie hier lundi avec deux incidents d'agression qui ont été filmés et rejoignent la série de cas de violence sur les routes relaté dernièrement.

Plus tôt dans la soirée, un conducteur de scooter s'est approché du conducteur d'un autre véhicule et l'a attaqué avec son casque au milieu d'une route à Bnei Brak. Le suspect, un habitant de la ville de 29 ans, a pris la fuite et a ensuite été retrouvé par la police.

Un autre cas, s'est produit à Lod, deux jeunes hommes ont été filmés en train d'attaquer un conducteur qui voulait échanger des informations pour l'assurance avec eux après qu'ils se soient apparemment heurtés à l'arrière de son véhicule.
Dans la vidéo,  les deux sont vus sortir du véhicule lorsque l'un d'eux attaque l'homme, sort une barre de fer et brise son pare-brise.
Pendant la bagarre, les deux font tomber le chauffeur au sol et le frappent, jusqu'à ce que des passants les séparent.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
contactez-nous</st

Le terrorisme Tiktok : des Arabes humilient des Juifs orthodoxes à Jérusalem -vidéo-

La terreur TikTok: des Arabes humilient des Juifs orthodoxes à Jérusalem

De plus en plus de jeunes Arabes s'enregistrent en train d'humilier des Juifs et de diffuser les vidéos sur Tiktok  comme cracher sur un Juif, attaquer un jeune ultra-orthodoxe , le jeter à terre La police lutte contre le phénomène : "Les auteurs savent que filmer ces actes de terrorisme et les poster  ne ferait que nous aider à rassembler des preuves"

Cela ne s'est pas produit en Allemagne ni en Égypte, mais ici, dans la capitale d'Israël, Jérusalem. Deux jeunes Arabes ont humilié un homme ultra-orthodoxe dans la vieille ville et l'ont forcé à lui baiser les pieds. Cette vidéo scandaleuse qui est montée sur TikTok et a fait sensation le week-end dernier, n'est que la pointe de l'iceberg qui indique un phénomène ignoble qui prend de l'ampleur - les Arabes humilient les Juifs, tout en utilisant cyniquement le réseau social.

Dans cette affaire, peu de temps après la diffusion de la vidéo, la police a arrêté deux garçons âgés de 14 et 16 ans de la vieille ville de Jérusalem, soupçonnés d'agression et de menaces. Cependant,  la "terreur TikTok" prend de l'ampleur avec de plus en plus de cas de jeunes Arabes s'enregistrant en train d'humilier et d'attaquer des Juifs - et téléchargeant les vidéos sur les réseaux sociaux.

Crache sur un ultra-orthodoxe, le maudit et prend des photos

Dans une autre vidéo diffusée sur TikTok, un habitant de Jérusalem-Est s'est filmé en train de cracher sur un ultra-orthodoxe dans la rue et de l'insulter. En réponse, les ultra-orthodoxes se sont tournés vers lui et l'ont maudit en retour tout en continuant à marcher.

Après la diffusion de la vidéo, la police a annoncé hier (lundi) que « lors d'une rapide enquête menée par le département de police de Jérusalem, le suspect de l'acte, un résident du quartier A-Tor à Jérusalem-Est dans la vingtaine, a été arrêté et il a été transféré pour interrogatoire."

Ils ont attaqué un jeune ultra-orthodoxe et l'ont jeté à terre

Dans une autre vidéo, on voit un jeune ultra-orthodoxe marcher le soir dans la rue Shimon HaTzadik à Jérusalem, lorsqu'il rencontre deux jeunes Arabes, qui l'ont attaqué , l'ont plaqué au sol -et ont diffusé la vidéo sur Tiktok .

Ouvrez un stand et riez des Juifs

Dans une autre vidéo publiée, un jeune Arabe du quartier de Shimon HaTzadik à Jérusalem a ouvert un stand de nourriture et s'est enregistré en train de rire des Juifs qui passaient - tout en leur "lançant" des commentaires humiliants.

La vidéo qui aurait pu finir en catastrophe

Dans une autre vidéo, on voit un Arabe filmer son ami conduisant vite et se tournant agressivement vers la voiture devant lui,  comme s'il avait l'intention de heurter le conducteur juif, ce qui aurait pu se  transformer en un accident mortel.

La police : "se battre avec détermination"

La police a déclaré ces derniers jours que "filmer des actes illégaux de ce type et les diffuser sur le réseau social est encore plus grave, et les auteurs le savent- que filmer et poster sur les réseaux sociaux ne fera qu'aider la police à rassembler des preuves, à localiser les personnes impliquées, à arrêter rapidement et les traduire en justice. Nous continuerons à nous battre avec détermination .».

Le président d'Otzma Yehudit Itamar Ben Gvir qui est désigné pour le poste de ministre de la Sécurité nationale dans le nouveau gouvernement, a condamné le phénomène dans un tweet qu'il a mis en ligne sur Twitter : "C'est du terrorisme et tout doit être fait pour éradiquer ce grave phénomène", a-t-il écrit.

Le phénomène choquant dans lequel les Arabes s'enregistrent en train d'humilier des Juifs et osent même télécharger ces vidéos sur les réseaux sociaux avec leurs visages visibles, nous rappelle les jours précédant l'opération "Gardien des murs" - lorsque nous avons vu la terreur Tiktok faire des vagues. Cette fois, la police s'emploie à lutter contre le phénomène, ce qui pourrait facilement encourager davantage d'actes de violence .

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
contactez-nous</st

Un rabbin français bloqué en Israël pour avoir refusé de s'enrôler

Un rabbin français bloqué en Israël pour avoir refusé de s'enrôler

Un rabbin Habad d'origine française "coincé" en Israël par Tsahal pour ne pas s'être enrôlé

Il a été arrêté lorsqu'il a demandé à quitter le pays à la fin de vacances en août avec sa femme et sa fille.

Menachem Mendel Attal, un citoyen français de 25 ans qui est rabbin et émissaire Habad à Grenoble, en France, s'est vu interdire de quitter Israël au cours des trois derniers mois après avoir été accusé de « défection » de Tsahal, l'armée israélienne.

Il a été arrêté lorsqu'il a demandé à quitter le pays à la fin de vacances en août avec sa femme et sa fille.

N'ayant pas le choix, sa femme et leur tout-petit sont rentrés chez eux en France, alors que la femme était à un stade avancé de sa grossesse à haut risque. Toutes ses demandes de retour dans sa famille et de recevoir une exemption sont restées sans réponse. Il y a environ une semaine sa femme a donné naissance à une fille sans son mari à ses côtés.

Juifs français et olim français 

Tsahal, en réponse au rapport, a expliqué : « Les intronisés de nationalité israélienne qui ont quitté le pays avant l'âge de 16 ans et qui n'ont pas dépassé une période allant jusqu'à 120 jours par an peuvent être définis comme fils d'immigrants et donc exempt de conscription.

Selon Tsahal, « les enfants d'immigrants ont la possibilité de rester en Israël jusqu'à quatre ans d'études au profit d'études supérieures en Israël dans un établissement universitaire reconnu », mais,  la personne désignée pour le service de sécurité en question ne répond pas ces critères.

Ils ont expliqué qu'Attal "n'est pas défini comme un évadé, mais comme quelqu'un dont le statut n'est pas réglementé du fait qu'il n'a pas coopéré aux procédures".

Un responsable militaire a déclaré à Kol Barama qu'ils recommandaient à Attal de se rendre au bureau de recrutement « dès que possible » pour régulariser son statut avec les certificats requis s'ils existent.

Le député du Shas, Yossi Taieb, a fait son alyah depuis la France il y a plusieurs années et a déclaré qu'il se considérait comme le « représentant des olim français à la Knesset ».

Jeudi, Yossi Taieb a envoyé une lettre au ministre de la Défense Benny Gantz pour intervenir au nom d'Attal.

« Il va sans dire que ces émissaires [Habad] veillent à l'intérêt national d'Israël dans la diaspora et renforcent le lien des Juifs de la diaspora avec l'État d'Israël. Il ne faut pas les sous-estimer. »

Attal est devenu un émissaire Habad et a voyagé à travers le monde, notamment en Israël en 2018 pour des études en yeshiva.

En 2019, il est retourné en France, son pays de naissance et le lieu de résidence de ses parents, a déclaré Taieb. Attal s'est alors marié et y a fondé une famille.

Selon Yossi Taieb, la mère d'Attal est arrivée à l'ambassade d'Israël en France en 2015 après avoir été approchée par un fonctionnaire, déclarant qu'en tant que mère israélienne elle  « doit délivrer des passeports israéliens pour ses enfants ». Attal était en Israël de 2015 à 2016, étudiant à la yeshiva, c'est pourquoi il n'était pas à l'ambassade ce jour-là. 

Il est "considéré comme un soldat"

Selon  Yossi Taieb, c'est à ce moment-là qu'il n'a pas été autorisé à partir et qu'on lui a dit qu'il devait s'enrôler car il était « considéré comme un soldat ».

Yossi Taieb a ajouté que "la situation nuit à l'accomplissement de son devoir d' émissaire Habad et, par conséquent, nuit indirectement à la communauté juive de la ville où il vit".

Il a ajouté qu'il existe un phénomène de Juifs de la diaspora, non seulement de France, qui sont nés hors d'Israël mais sont considérés comme israéliens en raison de leurs parents.

« Les Israéliens qui quittent Israël ne sont pas toujours conscients du fait que leurs enfants – qui ne sont peut-être même pas encore nés – seront considérés comme des Israéliens », a déclaré Taieb.

Il a dit "l'armée n'est pas vraiment à blâmer, il faut simplement régler légalement l'affaire pour empêcher ce phénomène".

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
contactez-nous</st

Harcèlement et agressions sexuelles des soldates israéliennes -vidéo-

harcélement sexuel soldate israélienne

Le nouveau rapport publié par le contrôleur de l'État, qui traite du harcèlement sexuel parmi les hommes et les femmes dans l'IDF et la police, contient des données particulièrement inquiétantes.

Par exemple, un conscrit sur 4 dans la police et Tsahal a subi des abus sexuels pendant son service, et une femme soldat sur trois dans Tsahal a été harcelée sexuellement au cours de la dernière année. Mais,  la statistique la plus importante est que 70% des plaintes n'ont pas été traitées correctement.

C'est la première fois que le contrôleur de l'État examine la question, et à la suite du rapport, il sort également une déclaration importante - que l'affaire des soldates prostituées dans la prison de Gilboa n'est que la pointe de l'iceberg.et ce qui se passe au Shin Bet, dans l'armée, dans la police, nécessite un examen et une réponse.

Dans  ce rapport cinglant deux femmes soldats sur cinq affectées au service pénitentiaire avaient été abusées sexuellement.

Valda Petrenko, seulement 20 ans, connaît intimement cette statistique.
Dans une interview elle témoigne à visage ouvert , elle raconte les abus sexuels qu'elle a subis aux mains de gardiens de prison 20 ans plus âgés qu'elle, et comment ses commandants ont tenté d'étouffer l'affaire.



Lorsque
Volda Petrenko a rejoint Tsahal à l'âge de 18 ans et a été affectée au service pénitentiaire, dans le quartier des prisonniers de sécurité, elle savait qu'elle devait se méfier des terroristes. Elle ne s'attendait pas à ce que le danger vienne des gardiens, des ceux qui sont censés la garder."

"Vous ne vous attendez pas à ce que le danger vienne d'eux parce que vous pensez qu'ils sont avec vous. Censés être avec vous si vous êtes face à un problème.  J'ai réalisé que ce n'était pas comme ça . Je ne m'attendais pas à en arriver à de telles situations."

Dans cette interview elle rompt le silence sur ce qui se passe dans les Shavas vis-à-vis des gardiennes et raconte les deux agressions sexuelles qu'elle a subies par des gardiens qui ont 20 ans de plus qu'elle.

La première fois s'est produit il y a quatre mois, devant le quartier de sécurité de la prison de Katziot. "Vers 4h30, 5h du matin, la même personne est venue vers moi dans l'aile, s'est assise avec moi. Il a commencé à me dire qu'il ressentait une sorte d'émotion pour moi qu'il ne pouvait pas m'expliquer. Il a commencé à me toucher. Là, je me suis figée sur place et je ne pouvais plus bouger. Je me suis figée, je me suis arrêtée Et je ne pouvais pas venir lui dire "non".

"Il a commencé à me demander s'il pouvait mettre sa main sous ma chemise, il est juste venu et l'a mis. Il a levé la main sur ma poitrine et puis apparemment il a reçu un appel téléphonique de son aile et est retourné directement à l'aile. J'étais vraiment gelé sur place, je ne pouvais pas parler, sauf qu'avec les larmes aux yeux, je n'avais rien."

Velda a partagé ce qui s'est passée avec son amie et elle a informé la directrice de la prévention du harcèlement sexuel. La directrice a été transférée dans une autre aile et on a demandé à Walda de continuer à venir à ses quarts de travail comme d'habitude.

Un mois a passé et un autre gardien, âgé de 40 ans, s'est retrouvé seul avec Velda dans la voiture, il l'a agressée sexuellement.

 

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
contactez-nous</st