Claudine Douillet

Claudine Douillet parisienne et juive de naissance de parents profondément sionistes (un père sur l’Altaléna ça laisse des traces).

Fondatrice du premier magazine Juif sur le net, Alliance, en 1997, avant Google !
220 000 lecteurs uniques par mois à son actif.

En 1999 création Alliance-Hosting LLC , une "Web Agency » conceptrice de sites internet pour les entreprises et leur migration sur le net. Formation d’internet pour chefs d’entreprise.

Alliance-Hosting LLC a permis grâce ses moyens techniques la retransmission en directe des 4 radios juives de France 94.8 FM sur le net ,dés 2000, pendant 12 ans.

Experte en communication digitale avec Alliancefr.com, et radiophonique avec "Internet sans prise de tête" sur judaïques FM 94.8 depuis 2000, ma passion est née de la découverte, dés 1996, du plus important moyen de communication avec le monde, internet.

Mon expérience est le résultat de 22 années au service des entreprises désireuses de migrer sur le net et des médias.

Rendre réel ce monde virtuel c’est l’alliance du savoir faire et du faire savoir.

Les articles de Claudine Douillet

Israël : Jonatan Samerano, assassiné par le Hamas et le corps pris en otage par des employés de l'UNRWA

Jonatan Samerano, assassiné par le Hamas et le corps en otage par l'UNRWA

"La mère de l'otage assassiné se demande si l'ONU détient son fils, tandis que les familles attaquent l'UNRWA

Lors d'une conférence de presse, le Forum des otages et des familles disparues a diffusé une vidéo montrant un employé de l'UNRWA en train d'enlever le corps de l'Israélien Jonathan Samerano, tué par des terroristes du Hamas le 7 octobre.

Les images de la caméra de surveillance révèlent un SUV blanc entrant dans le kibboutz Be'eri, où deux hommes sortent du véhicule pour traîner le corps de Samerano et le placer à l'arrière de la voiture.

Ayelet Samerano, la mère de Jonathan, a exprimé son inquiétude lors de la conférence de presse, demandant si l'ONU détient son fils et s'ils savent où il se trouve. La vidéo a été publiée par la chaîne Telegram "South First Responders" le 10 octobre, et l'homme responsable de l'enlèvement a été identifié comme Faisal Ali Mussalem al-Naami, un travailleur social de l'UNRWA.

Le Forum des otages et des familles disparues qualifie cet acte de prise d'otages, un crime de guerre, et demande une enquête approfondie. Jonathan Fowler, porte-parole de l'UNRWA, a répondu en indiquant que l'organisation ne peut pas vérifier les images et appelle à fournir toute information à l'enquête en cours des autorités de l'ONU.

L'ancien diplomate israélien Daniel Shek, dirigent l'équipe diplomatique du Forum, a souligné que bien que l'UNRWA ait réalisé des actions humanitaires importantes, de tels incidents nuisent à sa réputation. Israël a révélé l'identité de 12 membres du personnel de l'UNRWA qui auraient "participé activement" à l'attaque du Hamas le 7 octobre. Certains donateurs ont suspendu leur aide à l'UNRWA en attendant les résultats de l'enquête de l'ONU.

Yoav Gallant, ministre de la Défense, a déclaré que l'UNRWA avait perdu sa légitimité, affirmant que 12% de ses employés à Gaza étaient affiliés aux groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique palestinien. Il a demandé le transfert des responsabilités de livraison de l'aide dans la bande de Gaza à d'autres organisations humanitaires, arguant que l'UNRWA ne pouvait plus fonctionner comme un organisme de l'ONU."

 

Crise à Gaza : Sinwar malade et manifestations massives contre les dirigeants terroristes

Crise à Gaza : Sinwar malade et manifestations massives contre les dirigeants terroristes

De récentes images semblent témoigner de manifestations de civils à Gaza exprimant leur opposition au Hamas. La détérioration de la situation humanitaire aurait conduit certains habitants de Gaza à se rassembler contre les dirigeants qualifiés de terroristes. Yahya Sinwar, chef du Hamas à Gaza, serait malade, mais aurait brisé une semaine de silence radio.

Mardi soir, une chaîne Telegram anti-Hamas a diffusé des vidéos prétendument documentant ces manifestations dans la bande de Gaza. Les clips, partagés sur la chaîne "Libérateurs de Gaza", montrent des personnes scandant des slogans tels que "Faites tomber le Hamas", "Le peuple veut un sac de farine", et "Sinwar, Haniyeh, le peuple est les victimes", faisant référence à Yahya Sinwar et à Ismail Haniyeh, respectivement chef du Hamas à Gaza et chef du bureau politique.

Les manifestations auraient eu lieu à Rafah, dans le sud, où plus d'un million de Gazaouis déplacés se sont réfugiés, ainsi qu'à Jabaliya, au nord de la bande de Gaza.

Des slogans tels que "Écoute, écoute, Haniyeh, reviens de Turquie ; écoute, écoute, [Oussama] Hamdan, reviens du Liban" ont également été entendus dans les vidéos. Oussama Hamdan, haut responsable du Hamas, réside à Beyrouth, tandis qu'Haniyeh est actuellement basé à Doha.

Selon la chaîne, des forces de sécurité du Hamas auraient ouvert le feu sur la foule à Rafah et à Jabaliya, entraînant la mort d'une personne et des blessures graves pour trois autres, bien que ces informations n'aient pas pu être vérifiées de manière indépendante.

Trois vidéos de ces manifestations ont été partagées sur les réseaux sociaux par le porte-parole de l'armée israélienne en langue arabe, Avichay Adraee, soulignant les conséquences du "Flood of Al-Aqsa," l'opération terroriste du Hamas le 7 octobre. Les tensions anti-Hamas semblent également s'intensifier dans la bande de Gaza, avec des manifestations signalées au cours des dernières semaines, y compris des émeutes au terminal de Rafah en réaction à un adolescent abattu par la police du Hamas.

La situation humanitaire à Gaza se détériore, avec une grande partie de la population déplacée à Rafah, confrontée à une crise croissante. Les groupes humanitaires accusent le manque de fournitures, tandis qu'Israël affirme que les agences des Nations Unies ne parviennent pas à suivre le rythme des transferts de marchandises.

Des vidéos montrent des militants du Hamas confisquant des camions d'aide, certains rapportent que l'aide est vendue sur le marché noir à des prix exorbitants. Le Programme alimentaire mondial a suspendu les livraisons d'aide dans le nord de Gaza en raison de tirs et de pillages. La semaine dernière, la liaison militaire israélienne a publié des photos de 500 camions d'aide humanitaire à Kerem Shalom, attendant d'être distribués.

Dans ce contexte, une vidéo datant de fin janvier montre un Gazaoui critiquant les dirigeants du Hamas en hébreu, les accusant d'abandonner les civils de Gaza pour mener une vie luxueuse à l'étranger.

Concernant la direction du Hamas, il est difficile de confirmer si Yahya Sinwar dirige toujours le groupe à Gaza, mais des rapports suggèrent des complications liées à une pneumonie. Des responsables israéliens indiquent avoir reçu des messages de l'entourage de Sinwar relayés par des médiateurs étrangers, tandis que des pressions s'exerceraient pour que le Hamas dépose les armes en raison de l'échec apparent de son appareil militaire.

Israël : Le calvaire d'Abra Mengistu à Gaza , entre captures, silences et espoirs déçus

Israël : Le calvaire d'Abra Mengistu à Gaza , entre captures, silences et espoirs déçus

En septembre 2014, Abra Mengistu, un homme psychiquement éprouvé après la perte tragique de son frère, franchit la frontière et pénètre dans la bande de Gaza sous les yeux de la sécurité israélienne, première erreur que l'état d'Israël a tenté d'étouffer , en vain avec la prise d'otages du Hamas le 7 octobre l'affaire Abra est mis sous les projecteurs.

Depuis lors, près d'une décennie s'est écoulée, et Abra Mengistu est toujours retenu dans cette zone tendue.

Gil Elias, un proche de la famille, souligne que la capture d'Abra par le Hamas et l'État résulte d'une exploitation de l'innocence des parents, qualifiant cela de "test de citoyenneté de l'État". Les ravisseurs ont même exprimé des excuses pour l'avoir abandonné, selon Elias.

Le 7 septembre 2014, deux semaines après l'opération Bordure protectrice, Abra ​​Mengistu traverse la frontière, devenant ainsi l'un des quatre prisonniers et disparus de la bande de Gaza.

Les trois autres, Hadar Goldin et Oron Shaul, sont tombés pendant la même opération, leurs corps détenus par le Hamas, et Hisham al-Sayed. Actuellement, Abra Mengistu fait partie des 136 détenus.

En 2023, après plus de huit ans d'ignorance, le premier document sur la détention d'Abra par le Hamas a été publié, mais cela n'a pas conduit à sa libération. La famille, impliquée dans la lutte pour son retour, voit cela comme un "test de citoyenneté de l'État". Le Hamas a répondu à la proposition de prise d'otages, intensifiant la complexité de la situation.

Malgré la notoriété d'Abra en tant que "challenger qui a franchi la clôture", il est crucial de comprendre l'homme derrière ces actes. Abra est décrit comme une personne souriante, timide et introvertie, profondément affectée par la mort de son frère. Depuis lors, il est perçu comme mentalement handicapé et blessé.

Le silence imposé par l'État après l'omission de la sécurité concernant le franchissement de la clôture par Abra a été critiqué par la famille. Au lieu de rectifier cette erreur, ils ont contraint la famille au silence, espérant peut-être une résolution discrète du problème.

Cependant, au fil du temps, il est devenu évident que le silence était destiné à étouffer l'histoire, et non à faciliter le retour d'Abra.

La famille Mengistu a tenté de faire comprendre que le cas d'Abra était un cas humanitaire distinct de celui des soldats capturés, mais le gouvernement a traité les deux comme une seule entité de négociation.

Gil Elias est convaincu qu'Abra a été capturé deux fois : une fois par le Hamas et une deuxième fois par l'État. Il estime que si une distinction avait été faite, Abra aurait pu être libéré depuis longtemps.

Les accusations de discrimination et de manque de soutien envers la famille Mengistu ont également été soulevées. Cependant, Elias se concentre sur les faits, citant des exemples d'autres cas où des citoyens ont été rapatriés dans des circonstances similaires. La reconnaissance de la famille comme victime des hostilités n'a eu lieu qu'après une période significative.

Les émotions de Gil Elias sont mitigées en apprenant qu'il y a d'autres personnes enlevées.

Il rejoint la lutte des familles et constate une prise de conscience tardive de la part de certains, s'excusant d'avoir négligé le cas d'Abra. Malgré les obstacles, la détermination persiste pour ramener Abra Mengistu chez lui.

Faites connaître votre entreprise grâce à Alliancefr.com, le principal magazine juif en ligne.

En tant que plateforme dédiée à la communauté juive francophone intéressée par Israël et l'actualité juive, Alliance va au-delà du simple magazine.

Notre ADN est de fournir une couverture complète sur tous les aspects liés à Israël, allant des actualités aux sujets divers.

Si vous êtes à la recherche d'une communication ciblée, nous avons la solution idéale pour vous.

Contactez-nous dès maintenant au 01 70 00 75 75 ou par e-mail à info@alliancefr.com pour découvrir la formule publicitaire qui correspond à vos besoins.

Grâce à notre expertise dans le domaine de la communication, nous pouvons vous aider à atteindre votre public cible et à promouvoir vos services de manière efficace.

Ne manquez pas l'opportunité d'être référencé sur Google avec les mots clés pertinents de votre activité.

Communiquez avec nous dès maintenant pour donner un nouvel élan à votre visibilité en ligne.

Israël/otages : "S'ils ne reviennent pas, chaque Israélien saura qu'il est le prochain sur la liste"

Israël/otages : "S'ils ne reviennent pas, chaque Israélien saura qu'il est le prochain sur la liste"

"S'ils ne reviennent pas, chaque Israélien saura qu'il est le prochain sur la liste" : les personnes enlevées de retour de Gaza réclament un accord

Nili Margalit, Aviva Siegel, Adina Moshe, Sharon Kunio, et Sahar Calderon ont directement sollicité Netanyahu et d'autres ministres de haut rang, les implorant de tout mettre en œuvre pour ramener leurs proches.

« Je suis peut-être en vie, mais dans mon âme, j'ai été assassiné. Savez-vous ce que ça fait d'être là pendant une heure ? », a crié Sahar. Adina Moshe a pleuré en déclarant : « Je veux que la moralité de mon pays revienne ».

Quatre mois de conflit : moins d'une journée après la publication de la réponse du Hamas à l'accord sur les enlèvements, les familles des personnes enlevées, retenues captives par l'organisation terroriste à Gaza depuis 124 jours, ont tenu une conférence de presse sous le titre "Moment de vérité - Vie ou mort". "Le prix est lourd, mais le prix de l'abandon sera une tache pour des générations."

Sharon Aloni-Kunyo a ouvert la déclaration en s'adressant personnellement au Premier ministre Netanyahu, aux ministres Galant, Gantz, Deri, et Eizenkot, ainsi qu'à leurs épouses. Sharon Aloni-Kunyo a déclaré :

« Nous avons atteint le moment de vérité, le moment le plus terrible où il faut décider qui vit et qui meurt. 136 mondes attendent dans un tunnel sans espoir, sans oxygène et sans eau. Le prix est lourd, insupportable et rétrécit l'estomac et le corps - mais le prix de l'abandon deviendra une tache historique pour des générations. "

"S'ils ne reviennent pas, chaque Israélien pourra être le prochain assassiné par le Hamas" ; "S'ils ne reviennent pas, chaque Israélien saura qu'il est le prochain sur la liste."

Ensuite, Nili Margalit a pris la parole, rappelant l'accord précédent : « Des millions d'Israéliens et de Juifs ont les yeux rivés sur six personnes qui détermineront le sort d'Israël. S'ils rentrent chez eux, chaque Israélien saura qu'il ne se reposera pas et ne restera pas silencieux jusqu'à son retour. Dans le cas contraire, chaque Israélien saura qu'il est le prochain sur la liste. Que la garantie mutuelle est morte. »

Les citoyens israéliens sont profondément préoccupés par le sort des personnes enlevées. Un pays, une famille, un destin. Nous tenons à vous remercier pour votre soutien infini.

Merci d'être avec nous au moment de vérité, ensemble nous accomplirons la mitsva la plus importante au monde de nos valeurs en tant que nation juive qui sauve des vies !. Si nous les sauvons, nous sauverons l'État d'Israël et ce sera la victoire absolue.

"Je veux que la moralité de mon pays revienne."

Adina Moshe, également revenue de captivité, a plaidé : « J'étais là, j'avais mal là-bas. Mais j'ai été libérée. Mes amis, sont toujours là.-bas Ceux qui n'ont plus survécu, parce qu'ils ont été déplacés d'un endroit à l'autre. Je sais qu'ils ne reçoivent pas de soins médicaux. Je sais qu'ils ne sont plus là où j'étais. Une fois de plus je me tourne vers toi Netanyahu, tout est entre tes mains. C'est  toi qui peut  le faire et j'ai très peur que si vous continuez cette ligne contre le  Hamas, il n'y aura plus de prisonniers à libérer. »

"Même parmi les jeunes, il y a des gens qui ont besoin de médicaments. J'ai éduqué certains d'entre eux. Nous avons gardé ces frontières pendant de très nombreuses années, des décennies, nous n'avons pas fui même lorsqu'ils nous bombardaient. Nous n'avons pas évacué même lorsque "Il y a eu de lourds barrages, nous étions là. Nous aimons cet endroit, mais je veux que mon pays me revienne", a poursuivi Moshe alors que sa voix se brisait.

" Je parle du message de mon pays, il est parti. Je veux le récupérer, et je demande encore et encore : libérez les captifs, je crains pour leur vie et que nous n'aurons rien à laisser à nos petits-enfants et arrière-plans.S'il vous plaît Netanyahu."

Sahar Calderon, la plus jeune personne enlevée parmi les orateurs, a crié : « Je suis ici pour crier ma douleur, je ne sais pas à quel point cela va aider, mais je ferai tout pour que mon père revienne. Il a été détenu captif par des meurtriers pendant 124 jours.

Vous savez ce que ça fait d'être là ne serait-ce qu'une heure ? Pourquoi ai-je dû, à 16 ans, être enterrée vivante pendant deux mois dans ce cauchemar ?

Je suis peut-être vivante et je respire, mais dans mon âme, j'ai été assassinée. Et tous ceux qui sont là-bas sont assassinés chaque jour à nouveau.

Savez-vous ce qu'est une peur de la mort qui vous regarde 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 ?

Une peur de la mort que je sois violée. Je me suis dit où est mon gouvernement ? Merci de m'avoir fait sortir mais qu'en est-il de mon père, chaque jour qui passe, il ne savait pas s'il survivrait à cette journée ou s'il mourrait ?

Cela ne finira-t-il jamais ? Je veux son câlin chaleureux et il y a tellement de monde en attente de ce câlin.

Tu as abandonné beaucoup de gens qui se sont transformés en cercueil, s'il te plaît, ne transforme pas mon père en cercueil. Il y a 135 personnes qui respirent encore qui sont dans l'horreur et ce n'est pas ça qui est moral ici, s'il te plaît, sauvez ceux qui sont en vie. Ne me laissez pas perdre mon amour pour vous et pour ce pays une seconde fois. 

"Nous n'arrêterons pas de nous battre." Hier, si je me souviens bien, le porte-parole de Tsahal a informé qu'un message avait été donné à 31 familles de personnes enlevées, indiquant que leurs proches ne faisaient pas partie des vivants. Selon un rapport américain, on craint pour la vie de 20 autres personnes enlevées.

Hier soir, à une semaine et demie du "Sommet de Paris" et après de nombreux retards de sa part, le Hamas a présenté sa réponse aux grandes lignes évoquées lors d'une réunion des chefs des services de renseignement des États-Unis, d'Israël, du Qatar et de l'Égypte.

Le journal libanais "Al-Akhbar" publie ce matin la réponse complète donnée par le Hamas aux médiateurs. Selon le rapport, l'accord exigé par le Hamas sera divisé en 3 phases, chaque phase durant 45 jours.

L'accord comprendra entre autres la libération d'environ 1 500 prisonniers de sécurité et le retrait complet des forces de Tsahal de la bande de Gaza. Dans les prochaines heures : une réunion avec le Premier ministre au cours de laquelle la position d'Israël sera formulée à la lumière de la réponse soumise par le Hamas.

Les principaux points de la réponse du Hamas aux médiateurs :

Première étape - 45 jours : en échange de la libération des otages sans expérience militaire pendant cette période, les forces de Tsahal se retireront des zones habitées de la bande de Gaza et cesseront toutes les opérations de combat des deux côtés, y compris les activités aériennes et de renseignement. En outre, le Hamas exige des contacts indirects avec Israël pour mettre fin aux combats.

La deuxième phase – 45 jours : la libération de toutes les personnes enlevées et des hommes en échange de la libération des prisonniers palestiniens et du retrait complet des forces de Tsahal de la bande de Gaza.

Troisième étape - 45 jours : les corps des personnes enlevées seront libérés, en échange de la poursuite des mesures et du retour des corps des terroristes du côté israélien.

Faites connaître votre entreprise grâce à Alliancefr.com, le principal magazine juif en ligne.

En tant que plateforme dédiée à la communauté juive francophone intéressée par Israël et l'actualité juive, Alliance va au-delà du simple magazine.

Notre ADN est de fournir une couverture complète sur tous les aspects liés à Israël, allant des actualités aux sujets divers.

Si vous êtes à la recherche d'une communication ciblée, nous avons la solution idéale pour vous.

Contactez-nous dès maintenant au 01 70 00 75 75 ou par e-mail à info@alliancefr.com pour découvrir la formule publicitaire qui correspond à vos besoins.

Grâce à notre expertise dans le domaine de la communication, nous pouvons vous aider à atteindre votre public cible et à promouvoir vos services de manière efficace.

Ne manquez pas l'opportunité d'être référencé sur Google avec les mots clés pertinents de votre activité.

Communiquez avec nous dès maintenant pour donner un nouvel élan à votre visibilité en ligne.

Netanyahu Affirme sa Détermination : Pas de Concessions au Hamas, la Quête d'une Victoire Totale S'intensifie

Netanyahu Affirme sa Détermination : Pas de Concessions au Hamas, la Quête d'une Victoire Totale S'intensifie

Dans le contexte de la réponse du Hamas aux grandes lignes de l'accord pour la libération des otages, le Premier ministre Binyamin Netanyahu a tenu une conférence de presse hier soir pour discuter de la situation. Avant la conférence, il avait été annoncé que le Cabinet de Guerre se réunirait demain pour discuter de la réponse.

Lors de la visite du ministre américain des Affaires étrangères Anthony Blinken en Israël, le ministre de la Défense Yoav Galant a exprimé sa position sur la réponse du Hamas en déclarant que celle-ci était formulée de manière à être refusée par Israël. Il a averti que la position du Hamas conduirait à la poursuite de la guerre et au déplacement des forces israéliennes vers d'autres endroits à Gaza.

Netanyahu a cité le regretté combattant Amit Bunzel dans sa déclaration, affirmant que le processus en cours était historique et devait se conclure par une victoire écrasante. Il a souligné que la victoire totale était l'objectif, et que la situation n'était plus une question d'années, mais de mois.

Le Premier ministre a déclaré que se soumettre aux exigences du Hamas ne mènerait pas à la libération des otages. Il a affirmé que l'armée israélienne progressait méthodiquement vers tous les objectifs de combat fixés, soulignant les réalisations sans précédent dans la neutralisation des combattants du Hamas.

Netanyahu a souligné l'importance d'atteindre une victoire totale, affirmant que seule cette issue permettrait d'éviter un futur massacre. Il a exprimé sa détermination à éliminer le Hamas et à démobiliser Gaza, remplaçant l'UNRA dans le processus.

En réponse aux questions des journalistes, le Premier ministre a défini une "victoire complète" comme la destruction de la puissance militaire du Hamas, insistant sur la nécessité de maintenir la pression militaire pour garantir la libération des otages.

Netanyahu a réfuté les rumeurs sur une augmentation de l'aide humanitaire à Gaza et a souligné que l'aide minimale était conditionnée à la poursuite des combats. Il a également écarté toute idée d'accord impliquant la libération de meurtriers avec du sang sur les mains.

Enfin, le Premier ministre a réaffirmé son soutien à un gouvernement d'urgence et d'unité, soulignant que l'unité maximale était nécessaire pour atteindre une victoire complète. Il a exposé les deux principes essentiels pour le "jour d'après" : la destruction du Hamas et sa démobilisation, ainsi que la transition vers une gestion civile non liée au terrorisme.

En résumé, Netanyahu insiste sur la nécessité de poursuivre la guerre jusqu'à une victoire totale, rejetant les concessions au Hamas et cherchant à éliminer l'organisation terroriste pour assurer la sécurité à long terme.

En réponse à une question sur le refus des chefs des autorités d'Otef de rapatrier les habitants chez eux, le Premier ministre Netanyahu a expliqué qu'il avait travaillé avec ses collaborateurs pour élaborer un plan financier facilitant le retour des habitants sans pression excessive. Il a indiqué qu'il prévoyait de rencontrer les responsables avec le ministre de la Défense Galant pour fournir une réponse nuancée sur le niveau de risque, reconnaissant qu'il ne pouvait garantir un "risque zéro" mais soulignant que le niveau de risque avait considérablement diminué dans la région.

Suite à la déclaration de Netanyahu, un haut responsable du Hamas aurait commenté en affirmant que les propos du Premier ministre concernant la proposition de cessez-le-feu montrent son intention de poursuivre le conflit dans la région.

Faites connaître votre entreprise grâce à Alliancefr.com, le principal magazine juif en ligne.

En tant que plateforme dédiée à la communauté juive francophone intéressée par Israël et l'actualité juive, Alliance va au-delà du simple magazine.

Notre ADN est de fournir une couverture complète sur tous les aspects liés à Israël, allant des actualités aux sujets divers.

Si vous êtes à la recherche d'une communication ciblée, nous avons la solution idéale pour vous.

Contactez-nous dès maintenant au 01 70 00 75 75 ou par e-mail à info@alliancefr.com pour découvrir la formule publicitaire qui correspond à vos besoins.

Grâce à notre expertise dans le domaine de la communication, nous pouvons vous aider à atteindre votre public cible et à promouvoir vos services de manière efficace.

Ne manquez pas l'opportunité d'être référencé sur Google avec les mots clés pertinents de votre activité.

Communiquez avec nous dès maintenant pour donner un nouvel élan à votre visibilité en ligne.

Israël : Viols et agressions sexuelles dans les hôtels des évacués

Israël : Viols et agressions sexuelles dans les hôtels des évacués

"Les ascenseurs des hôtels ont été considérés comme un point faible".

Aujourd'hui, la Knesset a entendu des histoires difficiles de la part des hôtels évacués.

Au cours de la discussion, il a été question d'un résident évacué ivre et  qui a exposé son intimité dans un ascenseur, celle d'un sauveteur soupçonné d'avoir frappé une fillette de 8 ans à la piscine et de rapports selon lesquels des enfants auraient blessé d'autres enfants.

Le représentant de la police a déclaré que 116 des dossiers ont été ouverts pour des crimes commis dans des hôtels - mais elle n'a pas pu dire combien d'entre eux étaient liés à des violences sexuelles.

Depuis le 7 octobre, des dizaines de milliers de personnes évacuées séjournent dans des hôtels à travers le pays et, comme en témoignent les responsables professionnels, la situation y est préoccupante.

Lors du débat d'aujourd'hui (mardi) de la Commission pour la promotion de la condition de la femme à la Knesset concernant la prévention de la violence dans les lieux de concentration des évacués, les représentants de la police et du gouvernement et d'autres participants ont présenté des données alarmantes concernant un augmentation de la criminalité et du harcèlement sexuel dans ces hôtels.

Lior Gal Cohen, du Centre gouvernemental régional, a partagé les témoignages qui lui sont parvenus. "Une mère de Pune qui vit maintenant dans un hôtel a déclaré que sa fille de 3 ans avait été déshabillée par un autre garçon de 8 ans",

"Maintenant, elle ne sait plus quoi en faire.Nous sommes confrontés à plusieurs situations : les gens ont des problèmes qu'ils apportent de chez eux dans cette cocotte minute, ce qui les amplifient.
Nous avons affaire à des populations différentes qui vivent ensemble - y compris des âges différents

Mia Oberbaum, de l'Association des centres d'assistance aux victimes et aux victimes d'agressions sexuelles, a également raconté des cas difficiles survenus dans les hôtels où séjournent les évacués. "Un évacué qui s'était saoul s'est exposé et a uriné devant des enfants", a expliqué Oberbaum. "Une autre résidente les a éloignés de lui et le directeur de l'hôtel a appelé la police. Un autre homme s'est saoulé et s'est roulé dans le hall de l'hôtel."

Elle a également déclaré qu'on avait signalé des cas d'enfants blessant d'autres enfants et a ajouté : "Mafuna nous a contactés et a affirmé qu'elle avait été violée par un homme qui séjournait à l'hôtel. Ils ont parlé, il est monté dans sa chambre - et a réalisé son plan. »

Au cours de la discussion, elle a également parlé d'un cas dans lequel une fillette de 8 ans a été blessée par un sauveteur dans la piscine.

"Lors d'un atelier éducatif organisé par l'un de nos centres, des filles ont évoqué l'histoire avec laquelle les hommes ont eu un comportement répugnant, a déclaré Oberbaum. "Il n'existe aucun système organisé qui oblige les hôtels des évacués à recevoir une formation sur le sujet."

"Il y a eu des cas où un mari  avec un jugement d'éloignement et une femme ont été amenés au même endroit, malgré une mesure d'exclusion"

Miri Frank, responsable du service social des hôtels évacués à Jérusalem, a également révélé des problèmes de protection chez les adolescents et a déclaré que les jeunes agressaient sexuellement les filles. "Il y avait un homme de 23 ans qui était en couple avec une jeune fille de 13 ans et sa mère n'était pas du tout au courant car elle était dans le chaos de l'évacuation",

"La situation dans les hôtels est comme une cocotte minute", a expliqué Shai Kahan, chef adjoint de l'organisation gouvernementale pour les évacués "Iron Swords" au bureau du Premier ministre.

"Une grande concentration de populations qui se trouvent contre leur gré dans des conditions qui ne sont pas des conditions de vie, le sentiment d'un être humain qui lutte pour les ressources que l'hôtel offre à sa famille. "

Le représentant de la police n'a pas fourni de données sur l'ampleur de l'agression sexuelle, le président du comité : "Vous devez connaître l'image de la situation"

Le représentant de la police qui a participé à la discussion a affirmé que la police avait posté dans chaque hôtel des officiers supérieurs à la retraite qui avaient remis leur uniforme et stationnés dans les hôtels dans le but de se sentir en sécurité et d'éviter tout préjudice.

Selon elle, « 40 dossiers ont été ouverts entre époux dans 380 hôtels depuis le 7 octobre. »

Par division : menaces de délits, atteintes volontaires aux biens, violation d'un ordre légal, agression sur conjoint. Il y a une augmentation des délits dans la population générale par rapport à l'année dernière", a souligné le représentant de la police.

"La police n'a pas de définition des hôtels pour les évacués", a-t-elle ajouté.

"Il y a une augmentation, elle n'est pas drastique. Ce qui est plus important, c'est qu'il y ait une réponse et que les gens reçoivent un traitement." La représentante de la police a également déclaré que 116 dossiers avaient été ouverts pour des crimes commis dans les hôtels, mais elle n'a pas pu dire combien d'entre eux étaient liés à des violences sexuelles.

La présidente de la commission, la députée Panina Tamno Sheta, a conclu dans un message adressé aux ministères du gouvernement et à la police : « Vous devez connaître la situation exacte dans chaque hôtel. Si vous ne savez pas combien il y a de plaintes et où se situe le climat violent Si vous voyez un feu rouge dans un certain centre, vous saurez comment administrer un traitement précis. Revenez dans deux semaines pour une autre discussion avec des données complètes.

Faites connaître votre entreprise grâce à Alliancefr.com, le principal magazine juif en ligne.

En tant que plateforme dédiée à la communauté juive francophone intéressée par Israël et l'actualité juive, Alliance va au-delà du simple magazine.

Notre ADN est de fournir une couverture complète sur tous les aspects liés à Israël, allant des actualités aux sujets divers.

Si vous êtes à la recherche d'une communication ciblée, nous avons la solution idéale pour vous.

Contactez-nous dès maintenant au 01 70 00 75 75 ou par e-mail à info@alliancefr.com pour découvrir la formule publicitaire qui correspond à vos besoins.

Grâce à notre expertise dans le domaine de la communication, nous pouvons vous aider à atteindre votre public cible et à promouvoir vos services de manière efficace.

Ne manquez pas l'opportunité d'être référencé sur Google avec les mots clés pertinents de votre activité.

Communiquez avec nous dès maintenant pour donner un nouvel élan à votre visibilité en ligne.

Israël = Nazis ? La Cour pénale internationale va juger un tour de passe-passe historique d'Yves Mamou

Israël = Nazis ? La Cour pénale internationale va juger un tour de passe-passe historique d'Yves Mamou

Israël = Nazis ? La Cour pénale internationale va juger un tour de passe-passe historique

 Par une astucieuse inversion victimaire, les islamistes palestiniens se font passer depuis quarante ans pour les nouveaux juifs du Moyen Orient. Corollaire de cette galéjade : les Israéliens seraient leurs nazis. Ils risquent aujourd’hui d’être condamnés pour « génocide ».

Jusqu’à la fin des années 1960, les juifs passaient pour les victimes inexpugnables d’une épouvantable tentative d’extermination. Un mot a même été inventé pour décrire le crime commis par les nazis à leur encontre : génocide. Un demi-siècle plus tard, l’État d’Israël se défend devant la Cour pénale internationale d’une accusation de génocide déposée contre lui par l’Afrique du sud.

L’action militaire que l’État d’Israël a engagé contre le Hamas à Gaza pour se défendre d’une abominable agression commise le 7 octobre 2023, où 1200 personnes ont été torturées, éviscérées, brulées vives, risque donc d’être considérée par l’Onu comme une tentative d’extermination du « peuple palestinien ».

Comment les rescapés de la Shoah, ont-ils pu, en quelques décennies, passer du statut de victime absolue à celui de puissance criminelle exterminatrice ? Par la force d’un narratif patiemment construit.

Les services secrets soviétiques, la gauche occidentale et les pays arabes ont échafaudé dans les médias et à l’Onu, pièce par pièce, un discours d’inversion qui dit à peu près ceci : certes, les Juifs ont été victimes hier d’un horrible crime raciste ; mais aujourd’hui, ils portent l’uniforme du bourreau et se comportent vis-à-vis du peuple palestinien comme les nazis se sont comportés avec les Juifs.

À la fin des années 1990, le transfert identitaire s’accélère

La transformation des Palestiniens en juifs et la mutation des juifs en nazis a démarré lentement. Dans les années 1950, quand les Israéliens ont négocié avec le gouvernement allemand des réparations de guerre conséquentes pour le meurtre de six millions de Juifs, les Palestiniens se sont plaints publiquement de ne rien toucher de la communauté internationale.

En 1961, quand Israël a ouvert le procès d’Adolf Eichmann, criminel nazi, nombre d’activistes palestiniens et propalestiniens ont réclamé la mise sur pied d’un tribunal spécial pour les crimes commis par Israël contre eux-mêmes. En novembre 1974, pour contrer la loi du Retour qui autorise tout juif de la diaspora à émigrer en Israël, les pays arabes ont fait voter à l’Assemblée générale des Nations unies une résolution 3236 qui réaffirmele « droit au retour » des Palestiniens.

Au milieu des années 1990, quand a éclaté le problème de la restitution aux Juifs des biens dont ils avaient été spoliés pendant la guerre, le journal égyptien Al-Ahram a regretté que les Palestiniens n’aient rien touché pour les biens qu’ils avaient perdus en fuyant leurs villages en 1948.

À la fin des années 1990, le transfert identitaire s’accélère. En 1998, en riposte au Yom Ha Shoah (jour de la Shoah) qui a lieu chaque année en Israël entre le 15 avril et le 10 mai pour commémorer la destruction des juifs d’Europe et la révolte du ghetto de Varsovie, Yasser Arafat proclame une « Journée nationale du souvenir de la « Nakba »(« catastrophe »).

Celle-ci a lieu le 15 mai, au même moment que le Yom Ha Shoah. Et dans toutes les villes de Cisjordanie et de Gaza, des cérémonies, défilés, allocutions publiques, expositions sont organisées pour commémorer la « Nakba », à savoir le déracinement d’un peuple par un ennemi sans foi ni loi.

« Les Palestiniens se sont vu infliger les mêmes douleurs que celles qui ont été infligées aux juifs pendant deux mille cinq cents ans » a écrit à cette occasion, en 1998, le journaliste palestino-américano-jordanien Rami Khouri

Les historiens Litvak et Webman, auteurs d’un remarquable livre sur les Arabes et la Shoah (From Empathy do Denial. Arab Responses to the Holocaust) ont fait aussi remarquer que le mimétisme victimaire a incité les Palestiniens à s’approprier également la terminologie de la Shoah. L’expression « Shoah u-Guéoula » qui signifie “Destruction et Rédemption” a trouvé son équivalent arabe dans « Nakba et Résistance ».

Le slogan « Free Palestine » (#freepalestine) est la copie d’un slogan historique juif. En juillet 1944, Hillel Kook a fondé aux États-Unis l’American League for a Free Palestine (Ligue américaine pour une Palestine libre), destinée à épauler le Hebrew Committee for National Liberation (Comité hébraïque de libération nationale). À cette époque, « Palestine » était synonyme de « juif ». Aujourd’hui, « Free Palestine » signifie « Mort aux Juifs ».

En 2000, quand démarre l’Intifada al Aqsa – ou seconde Intifada –, une affiche palestinienne inonde les murs de Jérusalem et des villes de Cisjordanie qui associe l’image célèbre du petit garçon juif polonais les mains en l’air face à un soldat nazi à l’image de Mohamed al-Dura, enfant palestinien présumé mort à l’occasion d’un échange de balles entre miliciens palestiniens et soldats israéliens.

La légende de l’affiche en anglais – elle était destinée surtout aux médias occidentaux – disait « The Holocaust repeated » (« Le retour de l’Holocauste »).

Le kidnapping de l’histoire juive par les Palestiniens s’est poursuivi le 12 mars 2000 : quand le pape Jean-Paul II a regretté les violences antisémites de l’Inquisition et le silence officiel de l’Église au moment de la Shoah, les médias palestiniens ont exigé que la Grande Bretagne se repente pour la Déclaration Balfour (1917) qui promettait la création d’un « Foyer national juif » en Palestine mandataire.

Mahmoud Abbas a affirmé publiquement que ses ancêtres étaient des Cananéens

Une fois que les Palestiniens se sont transformés en juifs, il ne leur restait plus qu’à camper les juifs en nazis. En juillet 2001, au Caire, à l’occasion de la quatrième « Conférence arabe contre le racisme », 70 ONG arabes et non arabes ont consacré l’essentiel de leurs « travaux » aux crimes racistes commis par Israël. Ces délégations arabes et musulmanes se sont rendues quelques semaines plus tard, en septembre 2001, à la Conférence mondiale contre le racisme de Durban (Afrique du Sud), qu’elles ont transformée en tribunal international contre Israël, réintroduisant la distinction de 1975 : « sionisme = racisme ».

Mahmoud Abbas ira, lui, beaucoup plus loin dans cette logique de substitution. Le chef de l’Autorité palestinienne a affirmé publiquement que ses ancêtres étaient des Cananéens, ce peuple que les tribus juives conduites par Moïse ont délogé du pays de Canaan. En s’exclamant « nous sommes des Cananéens » comme il l’a fait en 2019, au camp de réfugiés de Jalazone, à Ramallah, Mahmoud Abbas a fait passer le message que les Juifs l’ont expulsé deux fois : une première fois il y a plusieurs milliers d’années avec Moïse et la seconde fois en 1948.

La réécriture de l’Histoire par les Palestiniens ne connaît aucune limite. Linda Sarsour, activiste islamiste palestino américaine, a écrit que « Jésus [dont chacun sait qu’il était un Juif de Judée] était Palestinien », et que « Moïse, après 40 ans d’errance dans le désert, a conduit finalement le peuple Palestinien sur la terre qu’Allah a promis à son ancêtre Caïn» .

Le problème n’est pas que les Palestiniens divaguent mais que le monde entier les suivent dans leurs divagations. Force est de reconnaître que la transmutation des Palestiniens en juifs du Moyen-Orient a payé. Le 15 mai 2007, le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, a téléphoné au président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, pour exprimer son « soutien » au peuple palestinien en ce jour de commémoration de la « Nakba ».

Sans le dire officiellement, le président de l’Onu a exprimé ses regrets que les Arabes n’aient pas détruit l’État hébreu l’année même où Israël a été institué par l’Onu, en 1948. En 2016, John Kerry, secrétaire d’État du président Barack Obama, a déclaré qu’en 2018, « quand les Israéliens fêteront le 70e anniversaire de la naissance de leur État, les Palestiniens fêteront le 70e anniversaire de ce qu’ils appellent la Nakba ».

En mai 2017, le mouvement terroriste Hamas a remercié le chef du parti travailliste britannique, Jeremy Corbyn, pour sa solidarité à l’occasion de la commémoration du 69e anniversaire de la Nakba, ce jour de deuil que représente la naissance de l’État d’Israël.

Les grands médias internationaux ont joué un rôle clé dans l’institutionnalisation du narratif victimaire palestinien. Parler de Gaza comme d’un « camp de concentration à ciel ouvert », évoquer Benjamin Netanyahou comme « une sorte de nazi, sans prépuce » comme l’a fait Guillaume Meurice, humoriste salarié de Radio France, le 29 octobre 2023 ; diffuser les propos du médaillé olympique Mahiedine Mekhissi affirmant que :

« Hitler c’est un enfant de chœur à côté de Netanyahou » sont autant de piqûres quotidiennes qui habituent la population mondiale à l’idée que les juifs sont des nazis.

Au point qu’appeler à l’extermination des juifs sur les campus américains n’a provoqué aucun mouvement de protestation de la part de certains présidents d’université. « It depend of the context », ont expliqué certains. La pression internationale laisse-t-elle à la cour pénale de La Haye un autre choix que la condamnation d’Israël pour « génocide » ? Les paris sont ouverts.

Yves Mamou est essayiste et journaliste. Il est notamment l’auteur de Dix petits mensonges et leurs grandes conséquences. Auschwitz, Israël, la Palestine et nous.  (L’Artilleur, 2021).

Faites connaître votre entreprise grâce à Alliancefr.com, le principal magazine juif en ligne.

En tant que plateforme dédiée à la communauté juive francophone intéressée par Israël et l'actualité juive, Alliance va au-delà du simple magazine.

Notre ADN est de fournir une couverture complète sur tous les aspects liés à Israël, allant des actualités aux sujets divers.

Si vous êtes à la recherche d'une communication ciblée, nous avons la solution idéale pour vous.

Contactez-nous dès maintenant au 01 70 00 75 75 ou par e-mail à info@alliancefr.com pour découvrir la formule publicitaire qui correspond à vos besoins.

Grâce à notre expertise dans le domaine de la communication, nous pouvons vous aider à atteindre votre public cible et à promouvoir vos services de manière efficace.

Ne manquez pas l'opportunité d'être référencé sur Google avec les mots clés pertinents de votre activité.

Communiquez avec nous dès maintenant pour donner un nouvel élan à votre visibilité en ligne.

Financement du Terrorisme : Le Hamas recevrait entre 8 et 12 M$ par mois de "dons"

Le Hamas recevrait entre 8 et 12 M$ par mois de charités,

Le Hamas percevrait mensuellement entre 8 et 12 millions de dollars provenant de charités, indiquent des sources anonymes.

Ces organisations, prétendument engagées dans la collecte de fonds pour les civils de Gaza, dirigeraient en réalité des millions de dollars vers le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Ces informations proviennent de responsables anonymes du Bureau national israélien de lutte contre le financement du terrorisme, ainsi que d'un haut responsable américain qui a souhaité garder l'anonymat, selon le rapport de Bloomberg.

Selon ces sources, le Hamas bénéficierait principalement de cette somme grâce à ces activités d'aide, une pratique dans laquelle le groupe a acquis une expérience considérable au fil des années, lui permettant d'éviter les répercussions des sanctions internationales.

Le site d'information américain rapporte également que Washington est résolu à mettre fin à ce phénomène, citant le responsable américain.

Faites connaître votre entreprise grâce à Alliancefr.com, le principal magazine juif en ligne.

En tant que plateforme dédiée à la communauté juive francophone intéressée par Israël et l'actualité juive, Alliance va au-delà du simple magazine.

Notre ADN est de fournir une couverture complète sur tous les aspects liés à Israël, allant des actualités aux sujets divers.

Si vous êtes à la recherche d'une communication ciblée, nous avons la solution idéale pour vous.

Contactez-nous dès maintenant au 01 70 00 75 75 ou par e-mail à info@alliancefr.com pour découvrir la formule publicitaire qui correspond à vos besoins.

Grâce à notre expertise dans le domaine de la communication, nous pouvons vous aider à atteindre votre public cible et à promouvoir vos services de manière efficace.

Ne manquez pas l'opportunité d'être référencé sur Google avec les mots clés pertinents de votre activité.

Communiquez avec nous dès maintenant pour donner un nouvel élan à votre visibilité en ligne.

Israël : L'histoire improbable de ce boucher yéménite, une noble revanche pour son peuple

Israël : L'histoire improbable de ce boucher yéménite, une noble revanche pour son peuple

 La Bibliothèque nationale d’Israël a annoncé l’acquisition de 60 000 manuscrits et fragments de textes juifs yéménites, l’une des plus importantes collections privées de judaïsme au monde.

Cette énorme collection a été offerte par les ayant-droits de Yehuda Levi Nahum, boucher décédé en 1998 après avoir passé plus de 50 ans à acquérir et étudier méticuleusement ces documents.

La donation comprend des traductions judéo-yéménites d’œuvres de l’érudit médiéval Maïmonide ainsi que des écrits de Yihya Saleh, éminent érudit du XVIIIe spécialiste du droit rabbinique du Yémen, ainsi que d’anciens contrats de mariage juifs.

Un trésor du judaïsme d’un boucher juif yéménite offert à la Bibliothèque nationale

Un trésor du judaïsme d’un boucher juif yéménite offert à la Bibliothèque nationale

« Cette importante collection est un atout considérable pour les fonds de la bibliothèque sur le patrimoine juif yéménite, qui va permettre d’enrichir les recherches sur la question », a déclaré Haïm Neria, conservateur de la collection judaïque à la Bibliothèque nationale, dans un communiqué publié la semaine dernière.

David Selis, chercheur à la Yeshiva University en histoire culturelle juive moderne, compare cette donation aux célèbres collections du bibliophile Elkan Nathan Adler et de la dynastie Sassoon.

« C’est la plus grande collection de manuscrits hébraïques réunie depuis le début du XXe siècle, et la collection de manuscrits yéménites la plus complète à ce jour », a déclaré Selis à la Jewish Telegraphic Agency.

Cette nouvelle est également importante au regard des relations complexes entre la Bibliothèque nationale et la communauté juive yéménite.

Des milliers de livres, manuscrits et objets culturels ont été volés à la communauté, pendant et après leur rapatriement, mais également durant la phase d’assimilation en Israël, parfois par les représentants du gouvernement chargés de les accompagner depuis le Yémen. De nombreux objets se sont retrouvés à la Bibliothèque nationale, qui a presque toujours refusé de restituer les ouvrages à leurs propriétaires.

« Il aurait été préférable, qu’au-delà de la conservation des manuscrits et de leur mise à disposition du public, la bibliothèque reconnaisse le vol de manuscrits yéménites lors des vagues d’immigration de la communauté en Israël, et clarifie son rôle dans cette affaire », a écrit sur Facebook Rafi Shubeli, militant juif yéménite en Israël.

La collection a été remise jeudi dernier, le jour de l’anniversaire de la mort de Shalom Shabazi, poète et rabbin yéménite du XVIIe siècle.

L’histoire improbable de cette collection de trésors littéraires juifs commence il y a de cela un siècle, dans la ville de Sanaa, au Yémen. Nahum est alors un jeune adolescent entreprenant.

Né dans une famille défavorisée, il gagne de l’argent en vendant des bonbons et des vêtements. Selon la biographie figurant sur le site Internet de la Société juive des manuscrits de Friedberg, qui a permis de numériser la collection de Nahum, à l’âge de 14 ans, il convainc ses parents de l’autoriser à quitter le pays pour parcourir des centaines de kilomètres jusqu’en Terre Sainte.

C’était en 1929, bien avant la grande vague d’émigration de la communauté juive yéménite.

Nahum voyage à dos d’âne pendant deux semaines de Sanaa à la ville portuaire d’Aden, où il vend son âne pour s’acheter un billet et se rendre en bateau à Port-Saïd, en Égypte. De là, il prend un train pour Jérusalem, en Palestine mandataire, et s’installe à Tel Aviv.

Alors qu’il n’est encore qu’un jeune homme, il décide de consacrer sa vie à la protection du patrimoine juif yéménite. Il souhaite montrer la vitalité culturelle de sa communauté, face aux stéréotypes raciaux condescendants qui prévalent parmi la majorité ashkénaze à l’époque.

Il gagne sa vie comme boucher et passe son temps libre à collectionner des manuscrits. Il écrit à ses parents, au Yémen, pour leur demander des articles. Ses parents n’arriveront qu’en 1949 avec l’opération Tapis Volant, qui ramène en Israël la majeure partie de la communauté juive yéménite. Il se rendra dans les camps pour immigrants où il achètera des livres aux nouveaux arrivants.

Il découvre alors que nombre de ces livres ont une reliure ancienne : il démonte les couvertures et découvre des fragments de manuscrits anciens. C’est le début d’une collection qui culminera avec 15 000 éléments.

Nahum conservait sa collection chez lui, à Holon, et permettait à des érudits et dignitaires de venir la consulter, comme le firent les ex-présidents Zalman Shazar et Yitzhak Ben-Zvi (qui fut historien et a beaucoup œuvré à rapatrier d’importants textes juifs dans le nouvel État). Celui qui fut un érudit tout autant qu’un collectionneur aura publié neuf livres sur des recherches fondées sur ses textes.

Bon nombre des éléments les plus importants de cette collection ont été catalogués et numérisés ces dernières années, mais la Bibliothèque nationale estime qu’il existe encore bien d’autres trésors à découvrir dans cette collection.

Faites connaître votre entreprise grâce à Alliancefr.com, le principal magazine juif en ligne.

En tant que plateforme dédiée à la communauté juive francophone intéressée par Israël et l'actualité juive, Alliance va au-delà du simple magazine.

Notre ADN est de fournir une couverture complète sur tous les aspects liés à Israël, allant des actualités aux sujets divers.

Si vous êtes à la recherche d'une communication ciblée, nous avons la solution idéale pour vous.

Contactez-nous dès maintenant au 01 70 00 75 75 ou par e-mail à info@alliancefr.com pour découvrir la formule publicitaire qui correspond à vos besoins.

Grâce à notre expertise dans le domaine de la communication, nous pouvons vous aider à atteindre votre public cible et à promouvoir vos services de manière efficace.

Ne manquez pas l'opportunité d'être référencé sur Google avec les mots clés pertinents de votre activité.

Communiquez avec nous dès maintenant pour donner un nouvel élan à votre visibilité en ligne.

Israël : Netanyahu Accusé de Dissimulation sur l'Envoi Massif de Farine à Gaza

Netanyahu Accusé de Dissimulation sur l'Envoi Massif de Farine à Gaza"

Le Premier ministre a catégoriquement nié toute dissimulation de la décision de permettre l'entrée de dizaines de milliers de tonnes de farine dans la bande de Gaza, contredisant ainsi les informations diffusées par la Douzième chaîne.

Le bureau de Netanyahu a affirmé que le cabinet avait approuvé l'arrivée progressive de farine américaine stockée à Ashdod.

La Douzième chaîne avait rapporté que le cabinet n'avait pas été informé de l'achat de 150 camions de farine, suffisante pour répondre aux besoins de Gaza pendant six mois, et que la mise en œuvre de cette décision était déjà en cours.

Les ministres ont été apparemment pris au dépourvu par cette information, et ceux qui ont soulevé des questions ont été informés à tort de sa fausseté.

Selon la Douzième chaîne, cette dissimulation suggère que Netanyahu cherchait à éviter l'impopularité d'une telle décision parmi une partie importante de la population israélienne.

Certains estimaient qu'apporter un soutien significatif à Gaza n'était pas approprié tant que de nombreux otages étaient détenus par le Hamas.

Le bureau du Premier ministre a rejeté ces allégations, affirmant que le cabinet avait approuvé la livraison de farine. Il a précisé que cette livraison faisait partie d'un envoi américain arrivé à Ashdod avant le déclenchement de la guerre, en plus d'une autre livraison actuellement en cours. La farine sera introduite progressivement sur plusieurs mois, sans augmenter le nombre quotidien de camions entrant dans la bande de Gaza.

Le ministre de l’Unité nationale, Chili Tropper, a également soutenu la position du Premier ministre, affirmant que la question de la farine avait été discutée lors de la dernière réunion du cabinet.

Initialement, Israël avait fortement restreint son aide à Gaza après le massacre du 7 octobre, où 3 000 terroristes du Hamas avaient attaqué Israël, tuant 1 200 personnes, principalement des civils, et prenant 253 otages.

Ces restrictions comprenaient initialement l'eau et l'électricité, mais la pression internationale a conduit à la réintroduction rapide de ces fournitures. La livraison de marchandises, y compris de l'aide humanitaire, se faisait initialement via l'Égypte, mais en décembre, Israël a rouvert son passage de Kerem Shalom pour permettre une entrée supplémentaire de fournitures, sous l'influence américaine.

Mercredi, des manifestants, dont des familles d'otages détenus à Gaza, ont bloqué des camions transportant des fournitures humanitaires de Kerem Shalom vers Gaza. Cette manifestation souligne la pression sur le gouvernement pour autoriser plus d'aide humanitaire à Gaza, tout en faisant face à des pressions internes pour la libération des otages.

Les Nations Unies estiment que 1,9 million de Gazaouis ont été déplacés, avec des pénuries alimentaires, d'eau, de carburant et de médicaments, alors que la guerre en est à son 110e jour.

Faites connaître votre entreprise grâce à Alliancefr.com, le principal magazine juif en ligne.

En tant que plateforme dédiée à la communauté juive francophone intéressée par Israël et l'actualité juive, Alliance va au-delà du simple magazine.

Notre ADN est de fournir une couverture complète sur tous les aspects liés à Israël, allant des actualités aux sujets divers.

Si vous êtes à la recherche d'une communication ciblée, nous avons la solution idéale pour vous.

Contactez-nous dès maintenant au 01 70 00 75 75 ou par e-mail à info@alliancefr.com pour découvrir la formule publicitaire qui correspond à vos besoins.

Grâce à notre expertise dans le domaine de la communication, nous pouvons vous aider à atteindre votre public cible et à promouvoir vos services de manière efficace.

Ne manquez pas l'opportunité d'être référencé sur Google avec les mots clés pertinents de votre activité.

Communiquez avec nous dès maintenant pour donner un nouvel élan à votre visibilité en ligne.