Claudine Douillet

Claudine Douillet parisienne et juive de naissance de parents profondément sionistes (un père sur l’Altaléna ça laisse des traces).

Fondatrice du premier magazine Juif sur le net, Alliance, en 1997, avant Google !
220 000 lecteurs uniques par mois à son actif.

En 1999 création Alliance-Hosting LLC , une "Web Agency » conceptrice de sites internet pour les entreprises et leur migration sur le net. Formation d’internet pour chefs d’entreprise.

Alliance-Hosting LLC a permis grâce ses moyens techniques la retransmission en directe des 4 radios juives de France 94.8 FM sur le net ,dés 2000, pendant 12 ans.

Experte en communication digitale avec Alliancefr.com, et radiophonique avec "Internet sans prise de tête" sur judaïques FM 94.8 depuis 2000, ma passion est née de la découverte, dés 1996, du plus important moyen de communication avec le monde, internet.

Mon expérience est le résultat de 17 années au service des entreprises désireuses de migrer sur le net et des médias.

Rendre réel ce monde virtuel c’est l’alliance du savoir faire et du faire savoir.

Les articles de Claudine Douillet

Pourparlers nucléaires : L'Iran annoncera aujourd'hui qu'il a la bombe atomique à Vienne -vidéo-

L'Iran annoncera qu'il a la bombe atomique à Vienne aujourd'hui

L'Iran confirme : nous avons le plan pour la bombe atomique.

A la veille des pourparlers avec les superpuissances, de hauts responsables de Téhéran admettent pour la première fois que le pays a la capacité de produire une bombe nucléaire.

Des responsables iraniens en Inde au cours des dernières 48 heures ont déclaré que l'Iran avait un plan pour une bombe atomique offensive.

Selon des responsables, il s'agit d'un plan conçu par Muhsin Fahrizadeh , qui selon des sources étrangères a été éliminé par Israël il y a environ un an.

Les pourparlers nucléaires à Vienne s'ouvriront aujourd'hui et l'Iran expliquera au monde : Nous sommes à un nouveau point de départ.

De hauts responsables iraniens ont reconnu à deux reprises en 48 heures l'existence du plan et la capacité d'une bombe nucléaire militaire.

La première fois, c'est lorsqu'un haut responsable de l'armée iranienne a déclaré qu'il avait déjà la capacité de le faire, mais que le guide suprême Ali Khamenei devrait le confirmer, ayant rendu une décision religieuse l'interdisant.

La seconde fois a été le  moment, le plus important, où l'ancien chef de l'Agence de l'énergie atomique en Iran, Pyridon Abbasi Radni, a déclaré que le même Fahrizadeh, qui, selon des sources étrangères, a été éliminé par Israël il y a environ un an, avait préparé un plan de bombe offensive - non seulement pour protéger l'Iran mais aussi pour servir d'autres pays menacés par Israël - comme la Syrie et l'Irak.

Les Iraniens s'assiéront aujourd'hui pour les pourparlers nucléaires à Vienne, et voici ce qu'ils ont l'intention de dire au monde :

« Nous pouvons et savons fabriquer la bombe. L'usine de centrifugeuses de Karag est interdite et qu'aucun inspecteur n'y entrera.
Les discussions ne portent pas sur des modifications à un accord qui est entré en vigueur en 2015, mais sur des discussions sur la suppression complète des sanctions, y compris l'accord qui empêchera les États-Unis de les imposer à nouveau."

L'Iran a annoncé plus tôt ce mois-ci que les pourparlers avec les superpuissances reprendraient à Vienne le 29 novembre – avec la participation de représentants de l'UE, de la Chine, de la France, de la Grande-Bretagne, de la Russie et de l'Iran , sans les Etats-Unis.

L'annonce intervient après une longue interruption de plusieurs mois, au milieu des tensions entre Téhéran et Washington à propos de la prise de contrôle du pétrolier iranien dans le Golfe.

Le négociateur en chef du nucléaire de Téhéran, Ali Bagri Kani, a déclaré que « lors d'une conversation téléphonique avec Enrique Murka (envoyé de l'UE pour les pourparlers), nous avons convenu d'entamer des négociations visant à supprimer les sanctions illégales et inhumaines ».

En avril, bien que Téhéran et les superpuissances aient commencé à discuter d'un retour à l'accord sur le nucléaire, avec lequel les États-Unis se sont retirés en 2018, ils ont été gelés en juin depuis la prise de fonction d'Ibrahim Raisi à la présidence de l'Iran.

 

A l'occasion de la reprise des pourparlers nucléaires à Vienne aujourd'hui entre l'Iran et les États-Unis, médiés par les superpuissances, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid et son homologue britannique Elizabeth Trass ont déclaré :

"Nous travaillerons jour et nuit pour empêcher le régime iranien de devenir un jour une puissance nucléaire", ont écrit les ministres.

"Le temps presse, le temps presse. Cela augmente la nécessité d'une coopération plus étroite avec nos partenaires et amis pour contrecarrer les ambitions destructrices de Téhéran."

Les deux ont écrit qu'Israël et le Royaume-Uni signeraient un nouveau plan stratégique pour la prochaine décennie, qui traiterait de la cybersécurité, de la technologie, du commerce et de la défense, et que les deux pays avaient entamé des négociations sur un accord de libre-échange.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Cocontactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Défense Israël : des robots au service de l'armée de l'état d'Israël

Les robots au service de la défense israélienne

Défense Israël

Les Industries Aérospatiales Israéliennes (IAI) en coopération avec la compagnie « Elta Ltd » ont développé « Scorpius » qui se base sur une technologie très sophistiquée et puissante qui repère les avions, missiles ou drones, les menaces terrestres ou maritime, à des distances très lointaines et parvient à brouiller leurs systèmes de navigation, au moyens d’ondes électromagnétiques.

« Scorpius » permet aussi de brouiller des systèmes radars ou de communication ennemis. Les informations recueillies par l’équipement installé au sol ou sur un support ambulant (camion, avion, char, navire…) parviennent en temps réel à un centre opérationnel qui gère et neutralise les menaces.

Adi Dolberg, directeur du département du Renseignement : « Le champ de bataille moderne se repose sur l’électromagnétisme, les communications et les systèmes de navigation. La défense de l’espace électromagnétique pour nos forces et la neutralisation des systèmes de l’ennemi sont devenues des éléments critiques pour la victoire et l’assurance d’une supériorité sur le terrain ».

Les robots israéliens de nouvelle génération pourraient remplacer les troupes terrestres en première ligne.

Elbit Systems et Roboteam, fondée en 2009, ont lancé l'UGV ROOK, "le vaisseau-mère des véhicules sans pilote", un véhicule militaire terrestre sans pilote (UGV) 6x6 à chargements multiples, une "machine humaine" qui fait "vraiment partie de l'équipe".

Elad Levy, PDG et fondateur de Roboteam : « Rook a une autonomie et une intelligence artificielle intégrées qui fournissent une solution complète. Sans ce niveau de sophistication, on ne voudrait pas s’y fier sur le terrain »

Rook pèse 1,2 t et peut transporter une charge utile équivalente à son propre poids.
Il se tient à 24 cm au-dessus du sol et se déplace à une vitesse pouvant atteindre 30 km/h.

La batterie pèse 40 kg et dure jusqu'à huit heures. Il est possible d'emporter une batterie de rechange ou d'installer un générateur interne pour les missions plus longues.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Cocontactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Les membres de la famille de Eli Kay n'ont pas été autorisé à entrer en Israël -vidéo-

Les membres de la famille de Eli Kay n'ont pas été autorisé à entrer en Israël -vidéo-

Les membres de la famille d'Eli Kay venus d'Afrique du Sud n'ont pas été amenés dans le pays

Les proches de Eli Kay, victime dans l'attentat de Jérusalem lundi dernier sont partis jeudi pour Israël, avant l'entrée en vigueur des restrictions sur les vols en provenance d'Afrique du Sud, et après une escale aux Emirats, ils ont atterri en Israël.

À l'aéroport Ben Gourion, ils ont été informés qu'ils ne pourraient pas entrer dans le pays et ont été renvoyés dans leur pays.

Cinq voyageurs en provenance d'Afrique du Sud, dont deux membres de la famille d'  li Kay qui a été tué dans un attentat terroriste dans la vieille ville il y a une semaine, se sont vu refuser l'entrée dans le pays et sont rentrés dans leur pays ce week-end - il a été rapporté aujourd'hui (dimanche).

Les passagers ont rapporté qu'à leur départ pour Israël jeudi, les  restrictions imposées par le gouvernement  sur les vols en provenance d'Afrique n'étaient pas encore entrées en vigueur, et après une escale aux Emirats Arabes Unis vendredi, ils ont atterri à l'aéroport Ben Gourion.

À leur arrivée en Israël, ils ont été emmenés pour une conversation dans une pièce latérale où ils ont été informés que leur entrée était interditeLes passagers, les observateurs du Sabbat, ont objecté, arguant que cela conduirait à la profanation du Sabbat. À leur arrivée à l'aéroport de Dubaï, il leur a été clairement indiqué qu'ils n'étaient pas autorisés à rester dans le pays et ils ont été rapatriés par avion en Afrique du Sud.

Le cabinet Corona a approuvé hier une série de restrictions à la suite de l'épidémie de la souche Omicron  en Israël et dans le monde. Entre autres choses, il a été décidé que l'aéroport Ben Gourion serait fermé aux étrangers pendant deux semaines, que le GSS serait en mesure d'authentifier le virus et que les rapatriés en Israël seraient contraints de rester isolés.

Plus tôt, vendredi après-midi, il avait été décidé à l'issue d'une discussion tenue par le Premier ministre Naftali Bennett que les pays africains, dont l'île Maurice, les Seychelles et Madagascar, à l'exception des pays d'Afrique du Nord,  seraient définis comme des pays rouges et dont l'entrée en Israël serait donc interdite.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Cocontactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Affaire Sarah Halimi : La juge d’instruction Anne Ihuellou en - garde à vue - à l’Assemblée

Affaire Sarah Halimi : mais qui est donc cette étrange juge Anne Ihuellou ?

La juge d’instruction Anne Ihuellou en « garde à vue » à l’Assemblée

Absence de reconstitution, préméditation éludée, mobile terroriste écarté… L’instruction du meurtre antisémite de Sarah Halimi révèle de nombreuses failles.

 Pardonnez-moi, Mme la juge, mais, ici, c’est moi qui pose les questions ! » Anne Ihuellou, magistrat instructeur au tribunal judiciaire de Paris, n’a pas passé un moment agréable, mercredi 24 novembre, dans cette salle borgne des sous-sols de l’Assemblée nationale où elle fut soumise à la question durant plus de trois heures.

Dans un renversement des rôles que l’on imagine pénible pour elle, cette femme à poigne, carré sévère et lunettes oranges, « comparaissait » devant la commission d’enquête parlementaire « sur les éventuels dysfonctionnements de la justice et de la police dans l’affaire Sarah Halimi  », créée en septembre dernier à l’initiative de deux élus : Meyer Habib, député (UDI) de la 8e circonscription des Français établis hors de France (Italie, Grèce, Israël, Chypre…), et...

Omicron : qui entrera en isolement et pour combien de temps à l'arrivée en Israël ?

Omicron : Qui entrera en isolement et pour combien de temps à l'arrivée en Israël ?

La crainte d'une épidémie généralisée à cause de la nouvelle variante Omicron qui est déjà entrée en Israël, a fait approuver une série de mesures drastiques lors de la réunion spéciale au cabinet Corona qui s'est tenue hier soir.

Les mesures comprendront une interdiction aux étrangers d'entrer dans le pays pendant deux semaines, le retour du personnel du GSS et l'obligation d'isoler tous les rapatriés de l'étranger.ces mesures prendront effet ce soir à minuit.

Qui devra entrer en isolement en arrivant en Israël ?

Tous les Israéliens qui retournent en Israël : non vaccinés, mais aussi vaccinés ou en convalescence. Ils effectueront un test PCR à leur arrivée en Israël, puis seront isolés à domicile.

Quelle sera la durée de l'isolement  ?

Vacciné ou en convalescence :  pourront  sortir de l'isolement au bout de 3 jours, sous réserve d'un résultat de test négatif.

Ceux qui n'effectuent pas de test après 3 jours devront effectuer un isolement complet.

Les non vaccinés - pourront quitter l'isolement après 7 jours, sous réserve d'un résultat de test négatif le septième jour. Ceux qui n'effectuent pas de test après 7 jours devront effectuer un isolement complet.

Qui devra entrer dans un hôtel corona  ? 

Les Israéliens qui sont revenus de pays définis comme rouges.

Quelle sera la durée de leur séjour dans l'hôtel  ?

Jusqu'à ce qu'ils reçoivent une réponse négative au test PCR effectué lors de leur atterrissage en Israël. Après avoir reçu une réponse négative ils seront transférés pour un isolement supplémentaire à domicile. Le septième jour d'isolement, ils effectueront un autre test PCR si le résultat est négatif, il sera complètement libéré de l'isolement.

Existe-t-il déjà une liste d'hôtels Corona ?

Pas encore. Nous publierons la liste complète dès qu'elle sera disponible.

Quel est le temps nécessaire pour que les résultats des tests PCR soient libérés de l'isolement ?

Vacciné ou en convalescence - test et résultat négatif 3 jours après l'atterrissage.

Non vacciné - Test et résultat négatif 7 jours après l'atterrissage.

Tous les Israéliens revenant des pays rouges - vaccinés et non vaccinés - seront libérés de l'hôtel Corona avec un résultat de test négatif à l'atterrissage et seront libérés de l'isolement à domicile avec un résultat de test négatif après 7 jours.

Bennett : "Nous aurons besoin d'une étroite surveillance"

Doit on avoir une autorisation médicale pour sortir de l'isolement ?

Non, seul un résultat négatif du test PCR libère de l'isolement.

Et que se passe-t-il si les résultats du test PCR sont positifs ? 

Isolement complet jusqu'à rétablissement complet, comme cela a été le cas jusqu'à présent.

Et qu'en est-il des touristes ?

Les étrangers de tous les pays du monde se verront interdire l'entrée en Israël pendant deux semaines, sauf dans les cas approuvés par le Comité des exceptions.

Suite à l'interdiction aux étrangers d'entrer en Israël, une compensation sera-t-elle accordée à l'industrie du tourisme ?

Oui. Dans une semaine, une décision du gouvernement sera prise pour indemniser l'industrie du tourisme - qui comprendra des guides, des organisateurs de tourisme récepteur et une assistance supplémentaire aux hôtels basée sur le tourisme récepteur.

En outre, le ministre du Tourisme a recommandé une indemnisation aux Israéliens qui prouveraient qu'en raison de la demande d'isolement à leur retour en Israël, ils ont décidé d'annuler leur vol pendant Hanoukka, et qui ont donc perdu de l'argent.

 

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Cocontactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Ces Juifs de Chine qui ne pourront pas fêter Hanoucca

Ces Juifs de Chine qui ne pourront pas fêter Hanoucca

Installés depuis la destruction du second Temple, en Chine, aujourd'hui, ils souffrent de la même interdiction de pratique religieuse que les musulmans et les chrétiens.
Il est temps de parler pour les Juifs assiégés de Chine

Situé le long des rives sud du fleuve Jaune à quelque 600 km. au sud-ouest de Pékin, Kaifeng abrite des Juifs depuis au moins le 7e ou le 8e siècle de notre ère, et peut-être plus tôt.

Aujourd'hui, les Juifs du monde entier se réuniront pour célébrer la fête de Hanoukka dans des endroits aussi éloignés d'Israël, que Téhéran, Toronto et Tokyo.

Poursuivant une tradition remontant à la période du Second Temple, ils allumeront des lumières pendant huit nuits, rappelant les miracles d'autrefois et cherchant à inspirer une nouvelle génération à porter le flambeau de l'identité juive dans le futur.

Mais il y a une petite communauté qui ne pourra pas marquer le festival cette année, un petit groupe assiégé dont les droits les plus élémentaires sont inexplicablement réprimés : les quelques centaines de Juifs chinois restants de Kaifeng, en Chine.

Et dans l'esprit de nos ancêtres hasmonéens, qui ont courageusement hissé le drapeau de la solidarité et de l'identité juives, il nous incombe d'élever la voix pour protester et de parler en leur nom.

Situé le long des rives sud du fleuve Jaune à quelque 600 km. au sud-ouest de Pékin, Kaifeng abrite des Juifs depuis au moins le 7e ou le 8e siècle de notre ère, et peut-être plus tôt.

Les premiers Juifs à s'y installer étaient des Sépharades de Perse ou d'Irak qui ont voyagé le long de la route de la soie et ont reçu la bénédiction de l'empereur chinois de résider dans la ville, qui était l'une des anciennes capitales de la Chine.

La communauté juive a prospéré à Kaifeng, où elle a trouvé un environnement accueillant de tolérance et d'acceptation, contrastant fortement avec l'expérience juive typique de la diaspora.

En 1163, les Juifs de Kaifeng ont construit une grande et belle synagogue, qui a ensuite été rénovée et reconstruite au fil des siècles.

Un modèle en est exposé au Musée du peuple juif de Tel-Aviv.

À son apogée, pendant la dynastie Ming (1368-1644), la communauté juive de Kaifeng aurait compté jusqu'à 5 000 personnes.

Mais alors que les Juifs commençaient à prendre une plus grande importance dans la société au XVIIe siècle, certains atteignant des rangs élevés dans la fonction publique chinoise, un processus d'assimilation et de mariages mixtes s'installa, faisant payer un lourd tribut à la communauté.

Par conséquent, au milieu des années 1800, la connaissance et la pratique du judaïsme par les Juifs chinois s'étaient largement évanouies.

On pense que le dernier rabbin de la communauté est mort au début du XIXe siècle, et la synagogue qui se dressait fièrement à Kaifeng pendant sept siècles a été détruite par une série d'inondations qui ont frappé la ville dans les années 1840 et par la suite.

Néanmoins, contre toute attente, les Juifs de Kaifeng ont lutté pour préserver leur sens de la judéité, transmettant le peu qu'ils savaient à leur progéniture.

De nos jours, dans cette ville de plus de 4,5 millions d'habitants, il y a encore plusieurs centaines de personnes – peut-être un millier tout au plus – qui sont identifiables via des arbres généalogiques comme descendants de la communauté juive.

Après, une brève floraison d'identité communautaire au début des années 2000, les Juifs de Kaifeng ont été soudainement frappés par une répression sans précédent à partir de 2014.

Pendant les vacances de Pessah, les autorités locales ont fait une descente dans un centre juif de Kaifeng qui était exploité par Shavei Israël, et l'ont fermé.

Au cours des années suivantes, des mesures supplémentaires ont été prises avec l'interdiction aux Juifs de Kaifeng de se rassembler le jour du sabbat et des fêtes. Beaucoup ont même été obligés de retirer les mezuzot sur les montants de porte de leurs maisons.

Et comme l’a rapporté le UK Daily Telegraph en décembre 2020, les autorités de Kaifeng ont entrepris une campagne systématique pour effacer toute trace physique de la présence historique de la communauté juive dans la ville.

Les expositions du musée de Kaifeng, qui vantaient autrefois son histoire juive, ont été fermées, les vestiges de la synagogue ont été retirés et le site de l'ancien mikvé (bain rituel), situé dans un hôpital municipal, a été fermé.

Étant donné que les Juifs ne sont pas un groupe minoritaire officiellement reconnu en Chine et que le judaïsme n'a pas le statut de religion officielle, la question du statut de Kaifeng Jewry est une question sensible pour le régime communiste, qui les considère comme des Chinois Han à part entière.

Néanmoins, il devrait être clair que dans un pays de plus de 1,4 milliard d'habitants, quelques centaines de descendants juifs de Kaifeng ne constituent guère une menace pour l'ordre social ou politique de la Chine.

Et pourtant, malgré les liens étroits qui se sont développés entre Israël et la Chine, l'État juif n'a pratiquement rien fait pour protester contre le traitement des Juifs de Kaifeng.

Pour autant que l'on sache, l'ambassade d'Israël à Pékin ne tend pas la main à la communauté et ne cherche pas à plaider sa cause auprès du régime chinois.

Et il en va de même pour les dirigeants juifs américains, qui sont restés d'un silence assourdissant au fil des ans.

Cela ne peut pas être autorisé à continuer. Nous ne pouvons et ne devons pas abandonner les Juifs de Kaifeng ou les sacrifier sur l'autel de la puissance économique chinoise.

Beaucoup d'entre eux font de leur mieux dans des circonstances très difficiles pour renouer avec leur héritage juif. Mais sous le regard vigilant des communistes, qui surveillent leurs activités et les intimident, les Juifs de Kaifeng et leur histoire sont lentement et inexorablement étouffés.

Dans sa discussion sur Hanoukka, le Talmud du Tractate Shabbat 21b dit que la mitsva consiste à placer les lumières « à l'entrée de sa maison à l'extérieur », mais il déclare également que, « en cas de danger, on allume à l'intérieur et c'est suffisant."

Malheureusement, à moins que l'État d'Israël et les Juifs du monde ne s'expriment d'une voix forte et claire et protestent contre le traitement des Juifs de Kaifeng, ils seront obligés d'allumer les bougies de Hanoucca derrière des rideaux et des portes verrouillées, car ils vivent vraiment à l'époque de danger.

L'écrivain est le fondateur et président de Shavei Israel (www.shavei.org), qui aide les tribus perdues et les communautés juives cachées à revenir au peuple juif.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Cocontactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Fermeture de l'aéroport d'Israël, Ben-Gourion, pendant deux semaines

Fermeture de l'aéroport d'Israël, Ben-Gourion pendant deux semaines

Les ministres décident d'interdire les touristes et de rétablir les règles de quarantaine pour contenir Omicron la nouvelle variante de la Covic-19.

Le cabinet du Corona en Israël interdit les voyageurs internationaux non-citoyens pendant deux semaines et approuverait le suivi du Shin Bet pour les porteurs de virus confirmés.

Le cabinet du coronavirus approuve la fermeture de l'aéroport Ben Gourion aux arrivées internationales de non-ressortissants pendant deux semaines, la quarantaine obligatoire pour tous les Israéliens arrivant de l'étranger et le suivi des personnes infectées par l'agence de sécurité intérieure Shin Bet, selon les médias hébreux.

Les Israéliens arrivant de l'étranger devront être mis en quarantaine pendant au moins trois jours, selon des informations.

Les Israéliens venant des pays rouges devront se mettre en quarantaine dans des hôtels désignés jusqu'à ce qu'ils reçoivent un test de virus négatif.

Les principaux ministres se sont disputés les restrictions au cours de la réunion, le ministre de la Justice Gideon Saar s'opposant à des limites strictes pour contenir la variante Omicron.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Cocontactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

IA et Israël: le retour au jardin Eden serait-il finalement un cauchemar ?

Le retour au jardin Eden serait-il finalement un cauchemar ?

La punition d'Adam et Eve était qu'une fois bannis du jardin d'Eden, ils devaient travailler pour survivre. Il serait ironique – et encore plus douloureux socialement – ​​de renverser la vapeur en nous punissant par l'abolition du travail humainement satisfaisant qui serait remplacer par des robots.
Et c'est pourtant ce qui est en train de se passer en Israël et aux Etats-Unis.

Israël et l'Amérique semblent souffrir d'une plainte économique très inhabituelle :
pas assez de travailleurs, même lorsque le chômage est à des niveaux relativement élevés.

Il y a plusieurs raisons à cela, la plupart des experts considèrent que cela émane d'employés qui veulent un salaire plus élevé et/ou des emplois qui n'abrutissent pas.

Malheureusement, à moyen et long terme, cela pourrait s'avérer être un boomerang et nous allons vous dire pourquoi. 

Quelques exemples :  les États-Unis manquent actuellement de 80 000 camionneurs, les postes vacants en soins infirmiers sont plus de 250% plus élevés cette année par rapport à l'année dernière, toutes les projections montrant que les choses ne feront qu'empirer.

Plus d'un quart des restaurants en Israël ne trouvent pas assez de cuisiniers (et les pénuries d'emplois dans les autres métiers de bouches sont presque aussi graves).

4,3 millions de travailleurs américains ont quitté leur emploi - le total le plus élevé jamais enregistré !

En Israël, le problème semble être plus aigu parmi le domaine de haute technologie, le pays souffrant d'un déficit de 15 000 à 18 000 programmeurs et ingénieurs chaque année.

Et ce n'est pas un problème spécifique du travail hautement qualifié. Dans l'ensemble, 65% (!) des employeurs israéliens ont du mal à trouver suffisamment de travailleurs.

La tendance à exiger un travail plus valorisant et un meilleur salaire est certainement positive d'un point de vue purement humaniste.

Personne aujourd'hui ne veut travailler dans des types d'emplois abrutissants, à la chaîne de montage par exemple, et ils ne devraient pas avoir à le faire.

Ni en cette ère d'inégalité économique croissante (l'inégalité israélienne est aussi grave qu'aux États-Unis).

Le problème, cependant, ne réside pas dans l'humanisme mais dans la réalité économique. Le secteur israélien de la haute technologie est peut-être le meilleur exemple pour montrer ce qui pourrait arriver.

Bien que toutes sortes d'applications algorithmiques (par exemple, WAZE) fassent les gros titres, la véritable "action" - ce qui finira par façonner notre avenir économique - réside dans l'intelligence artificielle (IA), un domaine dans lequel Israël se compte également parmi les leaders mondiaux avec plus de 2400 startups spécialisées dans l'IA .

Alors qu'une telle R&D est formidable pour l'économie d'Israël aujourd'hui l'avenir d'une économie basée sur l'IA est très problématique précisément en raison de son vaste potentiel.

Pour le dire simplement (et pas de manière simpliste) : l'IA mettra des millions de personnes au chômage en raison de l'efficacité et des économies d'avoir un « ordinateur » qui fait le travail à la place d'une personne.

Déjà aujourd'hui, AI écrit certains des articles sur le sport et la finance que vous lisez dans les journaux ; diagnostique des images de radiologie pour des cancers et d'autres maladies,  déplace aussi le transport vers l'ère de l'automatisation des véhicules sans chauffeur (la Norvège vient de lancer le cargo entièrement autonome au monde ) et même permettre aux robots de servir de gardiens de personnes âgées au Japon ; la liste s'allonge encore et encore… dans pratiquement tous les domaines d'activité.

Les ordinateurs peuvent même programmer un nouveau code informatique !

« Ne vous inquiétez pas », estiment de nombreux chercheurs. « Nous avons déjà vu ce genre de tendance dans l'histoire. Pour chaque type d'emploi perdu à cause du progrès technologique, un tout nouveau type d'emploi a pris sa place. C'est vrai, mais l'histoire ne se répète pas forcément (même si elle a tendance à rimer). Et, la situation d'aujourd'hui pourrait bien être différente. Voici pourquoi.:

Tous les nouveaux emplois et professions dans le passé étaient basés sur des capacités humaines accrues. Le fermier avait besoin de réfléchir plus que le chasseur-cueilleur ; l'ouvrier d'usine plus que l'agriculteur ; l'employé de service plus que l'employé de fabrication ; et enfin, le travailleur de l'ère de l'information d'aujourd'hui plus que le travailleur de service.

Le problème?

L'IA et les technologies associées seront capables de faire des choses au plus haut niveau « cognitif », c'est-à-dire que les humains ne pourront pas « dépasser » l'IA (information) et ne pourront certainement pas « dépasser » les robots autonomes (fabrication et service) de sorte qu'il n'y aura pas assez d'emplois pour les générations futures.

Et c'est ici que la conséquence imprévue du choix « non-travail » d'aujourd'hui est susceptible d'entrer en scène.

Si le financement de la R&D en IA était déjà élevé avant COVID-19 et le choix de nombreux travailleurs de ne pas chercher d'emploi ou plutôt d'être très pointilleux sur où et dans quoi travailler, cela ne laissera aux employeurs d'autre choix que d'investir beaucoup plus dans l'IA. , accélérant ainsi la tendance à une économie basée sur les robots et l'IA.

Cela ne veut pas dire qu'Israël, les États-Unis et d'autres pays leaders de l'IA devraient abandonner la recherche sur l'IA. Ce n'est pas une solution.

Cependant, c'est suggérer qu'ils doivent instituer des politiques qui « désinciteront » le non-travail, ou pour le dire plus simplement : dépenser plus pour l'éducation humaine, modifier les lois fiscales (des entreprises et des particuliers) pour qu'il soit plus intéressant pour les travailleurs de chercher du travail et pour les entreprises d'embaucher des humains,que des robots et d'examiner comment faciliter la transition de l'économie vers une plus grande dépendance à l'IA sans chômage de masse.

Sam Lehman-Wilzig

 

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Cocontactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Omicron : la Suisse ferme ses frontières aux non-ressortissants européens

Omicron : Suisse ferme ses frontières aux non-ressortissants européens

Depuis samedi la Suisse est devenu le premier pays a largement interdire l'entrée à ceux qui n'ont pas de passeport européen.
Ces nouvelles restrictions s'imposent également aux Israéliens arrivant dans le pays

Cette décision est intervenue après qu'un cas de la nouvelle variante Omicron de COVID-19 a été découvert en Israël, aux côtés de trois autres cas suspects et des craintes que davantage ne se propage déjà dans la population.

Le cabinet israélien du coronavirus devait se réunir ce soir pour débattre de nouvelles restrictions à l'entrée, le Premier ministre Naftali Bennett ayant déclaré favoriser des restrictions strictes et d'autres ministres enclins à une approche plus clémente.
Le monde se démène pour répondre à une nouvelle variante préoccupante ; Bennett voudrait fermer Israël à tous les étrangers.

Omicron serait la souche la plus fortement mutée à ce jour du virus du coronavirus, ce qui, selon les experts, pourrait signifier qu'il se transmet plus facilement, bien qu'il ne soit pas encore clair s'il est plus dangereux.

La Suisse a déclaré que toute personne cherchant à entrer dans le pays depuis Israël, la Belgique, Hong Kong et de nombreux pays africains devrait avoir la nationalité suisse ou un permis de séjour dans l'espace Schengen de l'Union européenne pour entrer. Ils devraient également présenter un résultat de test négatif et être mis en quarantaine pendant 10 jours à leur arrivée.

"Cela s'applique également aux personnes vaccinées et guéries", indique le communiqué de l'Office fédéral suisse de la santé publique.

Des mesures visant à restreindre les arrivées en provenance d'Israël étaient apparemment envisagées par d'autres pays, alors que les gouvernements se précipitent pour devancer Omicron, qui serait très contagieux et peut-être mieux à même de contourner la protection vaccinale que d'autres souches.

Israël faisait partie des nombreux pays à interdire l'arrivée d'étrangers en provenance de la plupart des pays africains ces derniers jours. L'Omicron hautement muté a été identifié pour la première fois en Afrique du Sud.

Le pays autorise toujours le retour des Israéliens qui étaient auparavant partis dans ces pays, mais applique des mesures de quarantaine strictes.

Toutes les arrivées en provenance des nations dites «rouges» seront traitées par le plus petit terminal 1 de l'aéroport Ben Gourion, afin de les tenir à l'écart de la majorité des passagers. Ils devront ensuite s'isoler dans des hôtels de quarantaine gérés par l'État rouverts depuis vendredi.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Cocontactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

À la recherche des 800 Israéliens potentiellement contaminés par Omicron

Israël est à la recherche des 800 Israéliens potentiellement contaminés par Omicron

Les autorités israéliennes se démènent pour localiser 800 Israéliens qui ont sans douté été exposés à la variante Omicron.
Le Home Front Command fait la course pour couper les chaînes d'infection après la localisation du premier cas ; des centaines de voyageurs récemment revenus de pays à haut risque.

Les autorités se démènent pour localiser 800 Israéliens qui pourraient avoir été exposés à la nouvelle variante Omicron du COVID-19, a déclaré samedi un responsable de la défense.

Le Home Front Command de l'armée se précipite pour localiser les cas potentiels afin de couper rapidement toute chaîne d'infection de la variante, qui serait plus infectieuse que les souches précédentes, a déclaré le vice-ministre de la Défense Alon Schuster.

"La variante découverte est inquiétante", a déclaré Schuster lors d'un événement médiatique à Mevasseret Zion. « Il semble que cela pourrait être plus contagieux, nous agissons donc le plus rapidement possible. »

Le Home Front Command tentait de localiser des centaines de personnes qui sont récemment rentrées en Israël ces derniers jours en provenance de pays où l'on craint que l'Omicron ne se propage. Le ministère de la Défense a rouvert vendredi les hôtels de quarantaine.

Au moins un cas d'Omicron a été découvert en Israël, aux côtés de trois autres cas suspects et les craintes que d'autres ne se propagent déjà dans la population. Sur les 4 personnes infectées 3 étaient vaccinées dont l'une avec les 3 doses.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Cocontactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75