Les articles de Jean-Paul Gavard-Perret

Artiste juif : Manfred Baumann portraitiste d'exception

Artiste juif : Manfred Baumann portraitiste d'exception

Manfred Baumann portraitiste d'exception

Manfred Baumann, "Face to Face, Hatje Cantz, Berlin, 2021.

Manfred Baumann est né à Vienne. Traversant le monde avec son Leica il est devenu -entre autres - un fantastique portraitiste.

Il photographie les célébrités en montrant ce qui se cache derrière par ses mises en scènes, cadrages et lumières.

Toute personnage photographié par lui reste une icône, mais ses prises sont aussi les témoins d’une personnalité.

Personne autant qu'un tel photographe fait des stars des images en des concepts raffinés. Chaque visage ou silhouette raconte toujours une histoire par ce que Baumann saisit d'un regard, des traits d'un visage ou des positions des corps.

Le photographe montre de manière merveilleusement indélébile et par delà le temps des stars dont il traduit l'aura lumineuse et l'"ardore".

JPGP

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Artiste juif : Disparition de Lawrence Schwartzland

Artiste juif : Disparition de Lawrence Schwartzland

Disparition de Lawrence Schwartzland

Lawrence Schwartzwald est décédé en septembre 2021.  Il est célèbre pour et entre autres ses clichés de John Kennedy, Jr.  et ses séries "The Reading Series" et "Street of old". Lors de sa mort subite il travaillait à la publication de son deuxième livre, "Lost in the Stacks", photographies prises à The Strand, la légendaire librairie de Manhattan.

Le photographe passionné par le livre n'a cessé de créer des odes photographique aux lecteurs.Les personnages choisis par Schwartzwald semblent toujours en accord aux livres qui les entourent, ils deviennent  "comme des personnages hors de leurs pages. =".

Le photographe devint un des photographes les plus prisés et défendu par the Times Literary Supplement. Et son livre  "The Art of Redaing" (Steidl, 2018) demeure un ouvrage rare qui réunit deux cultures et reste un appel par l'image à retrouver le livre. L'auteur sut donner corps et âmes aux lectrices et lecteurs connus ou inconnus.

 

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Artiste juive : Shira Mushkin et les cimetières juifs

Artiste juive : Shira Mushkin et les cimetières juifs

Shira Mushkin et les cimetières juifs

Shira Mushkin est attirée dès son enfance par les cimetières juifs qu'elle saisit en Israël comme lors de ses divers voyages . Elle les a photographiés entre autre dans son exposition "Mémoire vivante" qui a remporté le premier prix à Barcelone du concours international de photographie "Julia Margaret Cameron Award for Women Photographers".

Pour la plupart, les cimetières sont jugés trop effrayants ou tristes pour les enfants, mais son père  incluait le cimetière juif de Rose Hill (Commerce City - Colorado) lors de leurs vacances annuelles. Il y avait là  de sa part un retour vers ses grands parents d’origine russe qui arrivèrent dans l’Ouest américain dans les années 1860.

Et Shira Mushkin de raconter : "Nous faisions le tour du cimetière, rendant visite à une arrière-grand-mère, à des tantes, à des oncles, à des cousins et, bien sûr, aux arrière-arrière-grands-parents qui faisaient partie des familles pionnières qui ont fondé la communauté juive de Denver". L'enfant au delà de la mélancolie était séduite par ces chaudes visites estivales. Sous les arbres du lieu elle écoutait son père raconter des histoires sur chaque personne près de sa pierre tombale.

Le cimetière n’était donc pas pour elle un lieu de tristesse. Et l'artiste rappelle qu'elle souriait toujours sur ces premières photographies où elle plissait les yeux face au soleil. Elle s’en est souvenue lorsqu’elle a fait son premier voyage en Europe de l’Est pour visiter les sites des ghettos et des camps de concentration en Pologne.

Les émotions quoique différentes gardent le même impact de tombe en tombe à Varsovie, Cracovie, etc., elle tentait d’imaginer la vie de celles et ceux qui ont vécu et sont morts avant l’Holocauste. Elle a lu les inscriptions, a noté les détails – certains austères, d’autres élaborés et colorés.

Elle a rempli sa carte mémoire et sa propre mémoire d’images. Son projet de cimetière était né. Aujourd’hui, elle a plusieurs milliers de photographies de tombes. Quand elle est rentrée chez elle en Israël, elle a rempli autant d’histoires qu’elle le pouvait à partir du peu d’informations.

Dans sa série mémoires "Mémoire vivante" chacune des images montre à la fois une tombe et une photographie de la vie avant la Shoah. Les photos sont choisies à partir d’une cache découverte il n’y a pas longtemps, des négatifs sur verre, cachés de manière appropriée dans un grenier de Lublin.

 Il s’agissait probablement des archives stockées par Abram Zylberberg, photographe d’événements locaux.

Les pierres tombales sont en couleur, les photographies de la vie quotidienne sont en noir et blanc.  "Il y a tellement d’histoires à raconter, mais je veux que le spectateur essaie de créer son histoire" dit la photographe. Son but est avant tout  de célébrer la beauté de la vie quotidienne qui a pulsé à travers les communautés juives avant la guerre. Pour elle ce travail revient à raconter des histoires de vie pour la célébrer.

 

mots clés : artistes juives, cimetières juifs, 

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75,, 

 

 

jpgp

Artistes juifs : Michael Somoroff et August Sander

Michael Somoroff et August Sander : plans et sujets

Michael Somoroff et August Sander : plans et sujets

L'oeuvre d'August Sander poursuit une ligne - celle  du modernisme au postmodernisme - et celle de l’histoire au futur. Le photographe prouva que l’humanité a parcouru un long chemin mais a encore un long chemin à parcourir.

Avec "Absence of Subject Michael Somoroff rend hommage à l’œuvre photographique monumentale d’August Sander "People of the 20th Century". Cette œuvre elliptique complexe et ambitieuse est  composée de quarante photographies.

Pour lui  photographie était censée avoir un certain niveau de vérité. Et dans ce but ses portraits sont figés dans leur position et leur situation. Mais nous avons appris que la vérité et la réalité sont des concepts ambigus en photographie. Et Somoroff explore cette notion.

Grâce à l’utilisation d’un logiciel, il  extrait ce que nous avons toujours cru être « l’élément essentiel » – le sujet, le portrait. Les arrière-plans, autrefois un fragment secondaire, deviennent  le motif principal, traduits en de nouvelles images.

Les deux œuvres peuvent être reliées par la ligne de pensée qui les traverse. L’œuvre d’August Sander était d’une grande humanité. L’œuvre de Michael Somoroff aussi.  Elles définissent notre perception, elles l'amènent  à regarder à l’intérieur et à juger par nous-mêmes. A nous de décider où nous nous situons par rapport à l'image.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

Michael Somoroff et August Sander : Absence de Sujet, UnSeen Amsterdam 2021, Galerie Julian Sander, Amsterdam, septembre 2021.
Mots clés : artiste juif, photographe juif

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75,, 

Artiste juif : le photographe William Klein

Artiste juif : le photographe William Klein

Parmi les  9 tirages platine de William Klein présents à Anvers certains sont les plus connus et furent réalisées pour le magazine Vogue dans les années 50 et 60 .

Ils sont considérés comme une étape importante de la photographie de mode.

Ignorant délibérément toutes les conventions, Klein avec sa «fotografia povera» s’est fait connaître par ses contrastes nets et points de vue inattendus.
L’imprévu est toujours de mise et s'oppose  à la photographie de mode rigide des années 50 et 60.

Celui qui en 1954, Klein devint accidentellement photographe d'un tel registre, y a appris des compétences techniques et essaya de nouvelles approches qu'il a ensuite utilisées dans son travail personnel.

S'il admirait la perfection technique d'Irving Penn et de Richard Avedon, il trouva la photographie de mode ennuyeuse et sans imagination. Son  portrait emblématique de Barbara Mullen fumant avec un chapeau et voilette changea la donne.

Existe chez lui toujours une critique implicite du capitalisme et du consumérisme.
Et Klein  considéra finalement la photographie d’une robe comme plutôt inutile.

Mais  il révolutionna le genre en sortant les mannequins du studio  : «J’ai préféré que ces femmes imaginaires aient des problèmes – traînant des miroirs dans la circulation, incapables de prendre un taxi" et d'ajouter, "Ce que j’ai fini par faire, était une parodie de la photographie de mode et de ses poses".

Il a également introduit de nombreuses d’innovations techniques. Entre autre le téléobjectif, qu’il a utilisa  pour l’une de ses images de mode les plus connues, prise sur la Piazza di Spagna à Rome en 1960 même si le shooting dut être arrêté en raison de l’agitation  provoquée.  Mais l’image reste iconique.

Jean-Paul Gavard-Perret,

artiste juif, photographe juif, william Klein

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Livre juif : Les enfants de Cadillac de François Noudelmann

Livre juif : Les enfants de Cadillac de François Noudelmann
Une histoire de famille : François Noudelmann

Celui pour qui la recherche sur les ancêtres paraissait "assommante",  réussit pourtant un superbe saut dans la fiction en la nourrissant par l'histoire de sa famille au coeur des tragédies du XXème siècle.

Chaïm, le grand-père du narrateur arrive en France en 1911 pour fuir les persécutions contre les Juifs en Lituanie. Pour obtenir la nationalité française, il s’engage dans l’armée lors de la Première Guerre Mondiale.

Gravement blessé grièvement blessé par une bombe chimique, il passe vingt ans interné, avant de mourir dans l’anonymat à l’hôpital psychiatrique de Cadillac, en Gironde.

Albert, le père du narrateur, est fait prisonnier et dénoncé comme Juif. Au moment de la libération des camps, il met plusieurs semaines à rejoindre la France à pied depuis la Pologne.

François Noudelmann nous plonge dans ces deux trajectoires, leurs données et leurs conséquences. Et il veut casser le silence accordé à Chaim considéré comme "mélancolique" voir tout simplement "fou".

Par ces deux destins épiques  il interroge son identité française sans pour autant négliger l'aspect "aventures". Bref il ne tombe pas dans le roman à thèse et cela donne plus de force à ce que ses trajectoires sous-entendent.

Les existences sont proposées à une contemplation particulière. Noudelmann ouvre l'espace familial et par effet rebond il l'élargit pour une réflexion plus générale.

Circonstancié le roman   dépasse les attentes que pouvaient laisser prévoir le projet. La réussite est à la hauteur de l'ambition  du livre. Et  donner bien des aperçus sur l'idéologie familiale et aussi française et leurs idées reçues. La liberté d'expression est là pour exprimer ce qui importe à l'auteur et qui nous parle.

Jean-Paul Gavard-Perret

François Noudelmann, "Les enfants de Cadillac", Collection Blanche, Gallimard, 2021.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Artiste juif : David Atlan ou l'art futile de la perfection

Artiste juif : David Atlan ou l'art futile de la perfection

David Atlan l'art "futile" de la perfection

 

C'est avec l’appareil de son père, Jean-Louis Atlan photographe de presse et de plateaux, que sur le tournage de “La moutarde me monte au nez” avec Jane Birkin et Pierre Richard que David Atlan est rentré dans le métier. Son  père lui donnait 1 franc à chaque prise de vue.

Mais en dehors de l'atavisme familial c'est à Gérard Rancinan que le père remit la formation de son fils.  Il apprit le métier, sa rigueur, sa précision.

Très vite il est lancé dans le bain, gagne ses premiers cachets avec "Point de Vue" (qui ne publie pas ses images).

Mais ce n'est que partie remise après un détour par VSD et Gala il devient un des photographes permanents de Point de Vue.

Il travaille pour les plus grandes marques de luxe, mais demeure un photographe de presse indépendant capable de saisir les personnalités de tous horizons. Conscient de la superficialité de ses images, David Atlan relativise son travail.

C'est très rare dans le métier. "Je ne couvre aucun conflit, je photographie simplement des gens qui vont bien dans des palaces… Je n’ai aucune gloire à tirer de cela"

Pour autant son travail n'est jamais bâclé. Il y est passé maître. La qualité de ses prises de vue est d'un agencement soigné.  Un best of de ses photos ne seraient en rien superfétatoire chez cet Irving Penn à sa manière et dont le travail est moins futile qu'il n'y paraît.

jpgp

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Artiste juive : Lisette Model, modèle top de la photographie

Artiste juive : Lisette Model, modèle top de la photographie

Modèle top : Lisette Model

Lisette Model : "Sidewalk", Galerie Baudoin Lebon, Paris, du 8 septembre au 2 octobre 2021.

Ne nous  trompons pas : si le nom de la créatrice sonne comme celui d'une midinette. la photographe a porté  jusqu'à sa mort son art photographique vers des sommets.
Chaque prise, disait-elle" est celle "d'un instant fixé qu'on a pu retenir avec les yeux.
Mais il y a des milliers d'instants qui ne révèlent rien du tout.
Ce phénomène-là n'existe ni en peinture ni en sculpture".  Et Lisette Model de résumer encore plus sobrement : "La photographie est l'art de la fraction de seconde".

La photographe américaine née à Vienne en 1901 est devenue une parfaite new-yorkaise et entre autres la professeure de Diane Arbus.  L'artiste a fait ses débuts en France où pourtant son oeuvre est restée longtemps scandaleusement ignorée.

Celle qui fit de ses prises en contre-plongée une sorte de marque de fabrique fut Initiée à la fabrique de l'instantané et à la pratique du Rolleiflex par la photographe hongroise Rogi André.

Elle devint la portraitiste des diverses classes sociales.
Elle crée depuis la Promenade des Anglais à Nice pendant la guerre une galerie sans pitié de personnage faussement chics et à l'arrogance, le bronzage et l'ennui plus ou moins discrets...
Si Nice lui propose le carnaval de vanités, Paris l'aclimate avec une population plus pauvre.

A New York son talent prend toute sa dimension et dans plusieurs genres. D'un côté la sophistication de ses "Reflexions".

Elles sont constituées de plans en surimpression par reflets sur les vitrines de grands magasins de Manhattan. Les mannequins se mélangent par effet de transparence aux images de la rue. Ses "Running legs" sont encore plus spectaculaires.

Lisette Model saisit les pieds et les jambes de la foule en marche dans la frénésie urbaine de la ville. Mais plus que tout la photographe sait capter les accrocs humains. Une vieille femme par son maquillage peut ressembler à un perroquet à plumet. Quant à ses portraits de "people" ils ont une puissance rare que ce soit James Mason perdu dans ses pensées noires ou Diana Vreeland raffinée et vive.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

artiste juive, lisette model, photographe juive

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Artiste juive : Ruth Orkin et l'enfant intérieur

Artiste juive : Ruth Orkin et l'enfant intérieur

Ruth Orkin et "l'enfant intérieur"

Ruth Orkin, Catalogue "Hundred Heroines", Londres, Septembre 2021.

Ruth Orkin (1921 - 1985, États-Unis) fille d’une actrice de cinéma muet a grandi à Hollywood, elle est . Autodidacte, comme ses contemporaines Berenice Abbott et Helen Levitt, elle a commencé à prendre des photos à l’âge de 17 ans lors d’un voyage à vélo de Los Angeles à New York.

L'intrépide s’est installée à New York en 1943 et s’est lancée dans une grande carrière en photographiant des célébrités mais aussi des scènes de vie qui traduisent l'émerveillement.

La créatrice capture la ville en mouvement et illustre aussi la notion "d'enfant intérieur" à savoir un aspect caché de la personnalité caractérisé par l’espièglerie et la spontanéité. Pour elle cet enfant n’était pas une notion abstraite mais une focale à travers elle saisissait son environnement.

jpgp

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Artiste juive : Annie Leibovitz lauréate du Prix de l’Académie des beaux-arts

Artiste juive : Annie Leibovitz lauréate du Prix de l’Académie des beaux-arts

Annie Leibovitz lauréate du Prix de l’Académie des beaux-arts

L’Académie des beaux-arts a accordé le "Prix de Photographie de l’Académie des beaux-arts - William Klein" à  Annie Leibovitz. Le Prix lui sera remis dans la Grande salle des séances du Palais de l’Institut de France le mercredi 27 octobre 2021. Une exposition de ses œuvres spécialement conçue pour l’Académie des beaux-arts sera présentée du 27 octobre au 28 novembre 2021 dans le Pavillon Comtesse de Caen au Palais de l’Institut de France.
Ce prix consacre - si besoin était - celle qui a transformé la photo de mode par son don pour les angles et les jeux de lumière audacieux. Grâce à des techniques empruntées à l’art des éléments nouveaux ont fait irruption dans l’espace photographique. Chez Annie Leibowitz la femme reste toujours libre, moderne, dynamique, sensuelle et en harmonie avec l’environnement naturel. Existe aucune marque d'un fétichisme masculin. La photographe libère la beauté et la féminité pures de tous stéréotypes.

JPGP