Un israélien a réclamé 200 000 Nis à Google Israël et Google Global

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Un israélien a réclamé 200 000 Nis à Google Israël et Google Global

Un habitant du centre d'Israël qui a poursuivi Google afin d'exiger la suppression de publications à son encontre diffamatoires a finalement payé cher.

Le tribunal a rejeté sa demande et l'a condamné à verser une indemnité de 30 000 shekels à Google.

La plainte a été déposée pour la première fois il y a environ trois ans. R., a déposé une plainte contre Google Israël et Google Global devant le tribunal de première instance de Tel Aviv.

R. a affirmé qu'il y a environ trois ans et demi, un site Web dédié avait publié une fausse "histoire" à son sujet, qui aurait eu lieu il y a environ 13 ans.

La publication allègue qu'il a drogué et violé une femme, ce qui, selon lui, visait à nuire à sa réputation par malveillance. Dans le même article il est indiqué qu'une femme qui était à Milan, en Italie, avec des amis, et un soir elle a été agressée, violée par R. alors qu'elle n'avait que 18 ans.

R. a affirmé que Google devrait supprimer toutes les publications contre lui pour diffamation et atteinte à la vie privée et a exigé une indemnisation de 200 000 shekels.

"Tout ce qui est publié est faux.
Mes associés et moi avons été harcelés dans de nombreux messages privés sur Facebook.
Pour tenter d'arrêter les publications abusives, je me suis tourné vers Google Israël et Google Global, mais ils ont affirmé qu'ils ne pouvaient pas supprimer le titres abusifs."
Il a déclaré que Google avait encouragé les messages abusifs à son encontre car il ne les avait pas supprimés comme demandé.

Google a fait valoir, pour sa défense ,que son seul lien avec les publications diffamatoires est que ces liens apparaissent dans son moteur de recherche, et que le vrai conflit se situe entre le plaignant et le site publiant l'article, et qu'il devrait donc les poursuivre et non Google dont la fonction est d'indexer ce qui est publié sur le Web.

Concernant sa demande de suppression des publications diffamatoires, Google a affirmé qu'il n'était pas possible pour le plaignant de prouver qu'elles étaient effectivement diffamatoires.  Google a affirmé qu'il n'était pas à la bonne adresse pour les réclamations  et qu'il devrait contacter les propriétaires du site en question .

Le juge Adi Hadar a rejeté l'action en justice et a ordonné à R. de payer 30 000 shekels à Google.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75,, 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi