Mais qui est donc ce petit état dans l'état d'Israël ?

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Mais qui est donc ce petit état dans l'état d'Israël ?

Bienvenue dans le petit État qui s'est établi au sein même de l'État d'Israël
Ce petit état est constitué de criminels, de voyous qui font preuve de pouvoir dans le pays, en profitant des privilèges de leurs forfaits tels que véhicules de luxe, l'argent à volonté, provenant pour une grande part de la "protection" assurée à la plupart des commerçants du pays en d'autre terme ; la mafia israélienne.

C'est une  petit état où le marché noir prend le dessus sur la vie de citoyens innocents, et le marché gris prend la place des banques.

Depuis le début de l'année jusqu'au moment de la rédaction de cette chronique, 47 citoyens arabes ont été assassinés, dont 6 femmes.

Selon les données, la plupart des victimes ont moins de 30 ans.
La plupart des meurtres ont été perpétrés avec des armes illégales, qui, malgré les efforts de la police, ne sont pas en mesure d'être éradiquées.
On estime qu'environ un demi-million de ces armes circulent dans la société arabe. Ce sont des chiffres fous.

Toute personne sensée deviendra folle à l'idée qu'un pays doté d'un système de sécurité fort comme Israël ne parvient pas à collecter des armes et qui font des  victimes que dans l'arrière-cour du pays, la société arabe, pour l'instant.
Alors qu'on cesse de nous raconter des d'histoires sur une diminution de dizaines de pour cent de la criminalité dans le secteur arabe, elle a encore de beaux jours devant elle.

Le grand chaos de l'état d'Israël est cet état dans son sein, pays dans un pays, un manque de gouvernance, ce que l'on peut appeler également les territoires perdus de l'état d'Israël, assez rageant lorsque l'on connaît la superficie d'Israël.

Comment dire le contraire alors qu'il y a environ deux semaines à Sakhnine, 100 balles ont été tirées en deux minutes dans une rue principale de la ville et qu'aucune voiture de police ne se trouvait dans le secteur.

L'État n'a pas le contrôle sur ce qui se passe dans les localités arabes depuis des décennies, ce qui explique nous sommes face à un problème majeur.

Lorsque des organisations criminelles tentent (avec succès ou non) de prendre le contrôle du gouvernement local, de remporter des appels d'offres pour des travaux d'infrastructure et de développement local, nous sommes alors en crise.
Lorsque des jeunes sont enlevés en plein jour à leur domicile et assassinés ou disparaissent, nous sommes alors dans un autre pays.

La criminalité multiple dans le secteur arabe est une défaillance systémique de l'État qui a plusieurs racines : législation, application, éducation et emploi.

Les décideurs politiques doivent se réveiller, et il ne s'agit pas de savoir qui est au pouvoir et qui occupe le fauteuil du Premier ministre. La lutte contre la criminalité dans la société arabe devrait faire partie de la politique, tout comme nous combattons la corruption ou le terrorisme.C'est du terrorisme civil qui doit être combattu comme le terrorisme national.

Le système judiciaire échoue en termes de punition inappropriée aux criminels, des heures de travail d'intérêt général sont les sanctions pour ceux qui sont en possession d'armes illégales ça ne risque pas de les décourager.

Sans généraliser, les juges sont loin de la situation sur le terrain et des événements, ils sont immergés dans la philosophie de la loi et moins dans la punition appropriée.

Le bureau du procureur de l'État devrait également procéder à une inspection du système judiciaire et examiner dans quelle mesure les avocats sont déterminés à lutter contre la criminalité, tout comme aux États-Unis.

La police doit mettre davantage l'accent sur le décryptage des affaires.

La probabilité qu'un crime soit commis, sans laisser d'indices ou de preuves est très faible.
Et si cela se produit, c'est probablement qu'un criminel a réussi à atteindre un niveau de sophistication très élevé, par rapport à la police qui s'affaiblit avec le temps face aux criminels.

Modèle "zéro tolérance"

La police israélienne doit adopter le modèle de "tolérance zéro" pour les délits mineurs et s'inspirer de l'éradication de la criminalité à New York sous l'ancien maire Rudolf Giuliani. Des sanctions dures doivent être appliquées aux criminels pour qu'ils comprennent qu'il n'est pas payant,, pour eux d'être de l'autre côté de la barrière.

Quand la police veut, elle sait comment agir. Au cours des deux derniers mois, au moins 4 tentatives de meurtre dans la région du nord ont été déjouées par le Northern Sq.

Lors d'une tentative d'assassinat à Nazareth lundi dernier, la police a réussi à arrêter des suspects en une heure environ et a également localisé l'arme.

Il est possible que ce qui empêche la police d'être plus efficace de façon générale soit un manque de budget et d'effectifs.

Il n'y a pas de formule gagnante ou de solution magique qui éliminera le problème, mais l'un des objectifs dans lesquels il vaut la peine d'investir est la jeune génération.

Les jeunes du secteur arabe âgés de 21 à 18 ans atteignent un stade où soit ils réussissent à s'intégrer dans la société, soit ils sont recrutés par les gangs des criminels.

Le moyen d'arrêter la fuite de ces jeunes dans le monde du crime passe par l'investissement de l'État dans les domaines de l'éducation, des sports, de l'industrie et de l'emploi dans les localités arabes.

Israël a investit 53 milliards dans le secteur arabe mais ce ne sont pas les nouveaux hôpitaux, les nouvelles routes qui déracineront le mal. Le mal est l'absence d'éducation et de perspectives.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi