Les salaires des Ultra-Orthodoxes dans High-Tech en Israël

Actualités, Alyah Story, High-Tech, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Les salaires des Ultra-Orthodoxes dans High-Tech en Israël

Il y a encore  cinq mois, Yehezkel Tversky, un résident ultra-orthodoxe de Beit Shemesh, travaillait comme développeur de logiciels dans une société de projets technologiques à Bnei Brak. Il gagnait un maigre salaire de 31 NIS par heure, seulement environ 2 NIS au-dessus du salaire minimum.

Un soir, il décide de se rendre à une réunion organisée par Kama-Tech, une association qui travaille à l'intégration des ultra-orthodoxes dans la high-tech.

Une rencontre fortuite dans un ascenseur l'a conduit à un autre emploi, où son salaire est  proche des 31 000 NIS par mois. En tant que personne ayant grandi dans le cadre ultra-orthodoxe, il ne savait tout simplement pas combien il était censé gagner.

Yehezkel Tversky, comme beaucoup d'autres ultra-orthodoxes, était un étudiant de yeshiva jusqu'à son mariage et n'était pas du tout familier avec le domaine de la haute technologie.

Il n'a eu son premier ordinateur qu'après s'être fiancé à l'âge de 19 ans. "Après le mariage, j'ai étudié au kollel", dit-il. "J'ai eu l'idée de mettre en place un système, et un ami qui savait m'a appris à coder . J'ai envoyé plus de 100 CV, et aucune réponse. Finalement, quelqu'un m'a trouvé un emploi dans un entreprise de projet à Bnei Brak, avec un salaire proche du salaire minimum.

Ces entreprises emploient des hommes et des femmes ultra-orthodoxes à des postes technologiques, mais leurs salaires ne correspondent pas du tout aux salaires du marché de la haute technologie - et beaucoup d'entre eux ne sont pas conscients de leur potentiel de gain.

Ainsi, les carrières de beaucoup d'entre eux sont très différentes de celles des travailleurs de la haute technologie laïques et leur façon de s'intégrer dans l'industrie en tant que travailleurs à temps plein est complexe.

Les différences salariales sont conséquentes par exemple, selon les données de l'Association israélienne des industries avancées IATI Kama-Tech, le salaire moyen des travailleurs ultra-orthodoxes sans diplôme dans l'industrie de haute technologie est de 9 786 par mois, contre 14 432 NIS par mois pour un travailleur non ultra-orthodoxe.

On peut dire qu'une partie importante des écarts salariaux est causée par un manque d'enseignement supérieure, mais aussi parmi les employés titulaires d'un diplôme universitaire, les écarts sont importants - 25 928 NIS par mois pour un travailleur ultra-orthodoxe, contre 34 689 NIS pour un travailleur non ultra-orthodoxe.

"Au début, je ne réalisais pas à quel point le salaire était bas, jusqu'au jour où j'ai parlé à un parent", se souvient Tversky. "Je lui ai dit combien je gagnais et il m'a dit que c'étaient des voleurs. Je leur ai demandé une augmentation et ils ont accepté d'ajouter seulement 500 shekels à mon salaire mensuel. Ce n'était pas une période facile, mais ce soir-là, j'ai été contacté par une startup qui s'appelle Triple Wall. J'ai été accepté après plusieurs entretiens avec un salaire dont je n'avais jamais pu rêver."

La malédiction des juniors ne manque pas le secteur

Yehezkel Tversky n'est pas seul. Shifra Cohen de Modi'in Illit a également découvert que son potentiel de gain sur le marché est beaucoup plus élevé que ce à quoi elle était habituée.

"Quand j'ai été diplômée d'un séminaire ultra-orthodoxe (l'équivalent d'un lycée pour filles; SS et NT), j'ai rejoint - comme presque toutes les filles ultra-orthodoxes - une entreprise de sous-traitance, et j'ai été placée dans un projet d' une entreprise de haute technologie à Herzliya », dit-elle.

"J'ai travaillé là-bas pendant les deux premières années pour un maigre salaire. Après deux ans, mon contrat a pris fin, mais ensuite le Corona a commencé et je n'ai pas obtenu la promotion qu'on m'avait promise. J'ai réalisé que je voulais commencer à chercher une promotion personnelle et professionnelle. J'étais en contact avec Intuit, qui emploie plusieurs centaines de travailleurs en Israël.

"C'était très difficile, et j'ai finalement été accepté. Je reçois ici un salaire que je ne connaissais pas, au niveau international. J'ai aussi des conditions dont que je ne pouvais pas imaginer."

Shifra Cohen partage un sentiment que ressentent de nombreux travailleurs ultra-orthodoxes de la haute technologie - un sentiment d'exploitation.

"Il y a tellement de femmes ultra-orthodoxes qui sortent diplômées et qui cherchent du travail, et les entreprises du projet en profitent pour payer des salaires bas. Pour moi, c'était trois ans de formation et pas un vrai travail. Je n'ai rien à redire à leur sujet, car il n'y a rien non plus de comparable  sur le marché.".

Selon elle, la plupart des femmes ultra-orthodoxes ne savent pas comment demander un salaire décent. "Un enseignant ultra-orthodoxe gagne 6 000 à 7 000 NIS par mois, donc un programmeur qui reçoit 13 000 NIS se sent dans les nuages ​​et n'est pas conscient du salaire réel qu'il peut recevoir sur le marché."

Edith Bitton, consultante en innovation et qui a dirigé un projet de formation pour les diplômés de séminaires de haute technologie ultra-orthodoxes, qui a eu lieu à Beitar Illit, et est responsable d'un autre cours de cinq mois à Beit Shemesh, a constaté l'écart salarial et les faibles opportunités de près "Les femmes ultra-orthodoxes veulent vraiment travailler, quand nous avons communiqué le cours à Beitar Illit, 250 femmes étaient inscrites - et nous avons dû en choisir 30 ", dit-elle.

Edith Biton a une explication au fait que les femmes ultra-orthodoxes occupant des emplois de haute technologie ont du mal à atteindre des niveaux de salaire élevés au début - le fait que beaucoup d'entre elles manquent d'expérience professionnelle dans le domaine

. "Les entreprises de haute technologie n'aiment pas les juniors", dit-elle. "Ils ne veulent aussi que des juniors diplômés en informatique - c'est donc très difficile à intégrer."

Selon elle, c'est aussi la raison pour laquelle seules 20 à 15 filles sur les 30 formées ont jusqu'à présent réussi à trouver un emploi.

"Il est difficile pour les femmes ultra-orthodoxes de s'intégrer. Elles ont besoin d'un endroit où il y a d'autres travailleurs ultra-orthodoxes comme elles, et dans ces endroits, le salaire qui leur est offert est le salaire minimum."

Les attentes salariales s'envolent

Sheri Roth, PDG de Kama-Tech, explique que son organisation a un projet qui fait entrer des juniors dans des entreprises high-tech et des start-up.

Selon elle, trois changements ont eu lieu ces dernières années permettent à de jeunes femmes ultra-orthodoxes d'entrer dans l'industrie high-tech en tant que travailleuses à plein temps :
« Tout d'abord, la formation a changé. Les femmes ultra-orthodoxes dans les séminaires étudient plus dur que jamais - elles comprennent que pour réussir, elles doivent investir dans un apprentissage intensif. "

"La deuxième chose est l'accent mis sur les études. Nous sommes allés dans des entreprises de haute technologie, avons découvert les connaissances dont elles avaient besoin et avons créé un programme d'études pertinent et de haut niveau en conséquence", ajoute Roth.

"La troisième chose qui a changé, c'est la perception des faits ultra-orthodoxes - ils sont prêts à travailler comme tout le monde, à ouvrir un ordinateur la nuit quand ils le doivent et à se sentir partie intégrante de la société comme n'importe quel autre employé."

"Il faut leur faire passer des entretiens. Les entreprises ont du mal à voir le talent dans un CV, à cause de leur parcours atypique qui n'est pas le parcours classique du 8200 ou un diplôme universitaire."

Sheri Roth dit que l'activité de l'année écoulée a conduit environ 20 femmes ultra-orthodoxes, qui travaillaient pour un entrepreneur, à rejoindre des start-ups ou des entreprises internationales.

"Une employée venait d'une entreprise publique et ses attentes salariales étaient d'environ 20 000 NIS après cinq ou six ans d'expérience", dit-elle. "Dans une grande cyberentreprise, elle a reçu une offre pour un salaire de 30 000 NIS par mois - sans compter un ensemble d'avantages et d'options.."

 Il y a une autre personne dont les attentes salariales étaient de 25 000 à 20 000 NIS, et elle a atteint un point où elle a eu deux offres de 35 000 NIS. Au début du processus, elle a dit qu'elle avait honte de demander une telle somme, et cette semaine, elle a signé et reçu ce salaire - qu'elle mérite. »

L'objectif déclaré du gouvernement  est d'augmenter le taux d'emploi des femmes ultra-orthodoxes de 76,1 % en 2018 à 81 % en 2030.

Cependant, les objectifs actuels d'Israël en matière d'emploi reconnaissent qu'en plus d'augmenter le taux d'emploi, la qualité de l'emploi n'est pas moins importante - ce qui se reflète dans le niveau des salaires.

"L'intégration des femmes ultra-orthodoxes dans la haute technologie a un impact importante sur la société ultra-orthodoxe, au-delà de l'énorme impact économique" Sherry Roth, PDG de Kama-Tech

Parmi les objectifs d'emploi fixés pour 2030, l'objectif a été adopté d'augmenter le salaire nominal des femmes ultra-orthodoxes âgées de 25 à 39 ans de 3,3 % par an.

Le gouvernement estime que de nombreuses femmes ultra-orthodoxes n'ont pas les compétences requises sur le marché du travail et que leurs salaires sont inférieurs à ceux des femmes non ultra-orthodoxes.

Aujourd'hui, il existe un écart de 76 % entre le salaire que touche une femme ultra-orthodoxe et son homologue juif non ultra-orthodoxe, qui ne tient qu'à l'étendue du poste, et non au salaire horaire, mais parce que les femmes ultra-orthodoxes sont plus susceptibles de travailler à temps partiel.

Ceux qui ont formulé les objectifs d'emploi ont compris qu'il serait difficile d'augmenter le nombre d'emplois pour les femmes ultra-orthodoxes, de sorte que le gouvernement se concentre sur l'amélioration du capital humain, ce qui conduira à une amélioration de la qualité de l'emploi.

Le comité a recommandé de fixer un objectif d'augmentation totale de 58 % des salaires des femmes ultra-orthodoxes entre 2016 et 2030, afin que leur salaire moyen atteigne 10 400 NIS par mois en 2030, contre un peu plus de 7 000 aujourd'hui. 

L'intégration dans l'industrie de haute technologie augmentera la qualité de l'emploi des femmes ultra-orthodoxes, mais comme mentionné, il existe également des lacunes importantes.

Un rapport de l'Association israélienne des industries avancées (IATI) en collaboration avec Kama-Tech a révélé que, selon les données de l'administration fiscale pour 2017, les salaires des employés ultra-orthodoxes dans la haute technologie atteignent 10 830 NIS par mois en moyenne soit moins de  plus de la moitié de celle des travailleurs non ultra-orthodoxes de l'industrie.

"L'intégration des femmes ultra-orthodoxes dans la haute technologie a un effet important sur la société ultra-orthodoxe", déclare Roth. "Au-delà de l'énorme impact économique - si dans le passé ces filles étaient considérées comme révolutionnaires, aujourd'hui c'est devenu une voie acceptée. Tout le monde connaît quelqu'un qui connaît quelqu'un qui travaille dans la haute technologie. Les filles qui étudient aujourd'hui savent déjà qu'elles ont la possibilité de rejoindre les grandes entreprises."

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi