La startup israélienne qui veille à ce qu'aucune femme n'ait peur de marcher seule

Actualités, High-Tech, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Malheureusement, presque toutes les femmes de la planète connaissent la sensation inconfortable qui accompagne parfois le fait de marcher seule. Peu importe que ce soit en plein jour ou au milieu de la nuit, juste à côté de chez vous ou dans une zone inconnue - assez souvent, la procédure apparemment simple de se frayer un chemin quelque part nous laisse pleines d'appréhension.

Une application israélienne appelée SafeUP a été développée pour lutter contre cette situation. Elle permet aux femmes de se connecter et d'être accompagnées virtuellement ou physiquement à l'endroit souhaité par un bénévole formé, pour qu’elles se sentent en sécurité.

L'idée de l'application est venue à sa cofondatrice et PDG, Neta Schreiber Gamliel, après une expérience désagréable.

«Il y a environ 10 ans, Neta était à une fête et à un moment donné, elle a remarqué qu'une de ses amies avait disparu. Elle a réuni quelques amies et ensemble, elles sont allées la chercher », explique Noa Toder, responsable de la croissance de SafeUP.

Après un certain temps, elles ont fini par la trouver à l'étage, en train de lutter contre deux hommes. Elle a alors compris le pouvoir du nombre et combien cela aide d'avoir quelqu'un avec vous dans une situation inconfortable.

Quelques années plus tard, en 2019, Neta a créé SafeUP sur ces principes.

"L'idée était de créer un réseau de femmes qui sont là les unes pour les autres dans le cas d’une situation où vous ne vous sentez pas en confiance", explique Noa Toder.

« Que ce soit une situation concrète dans laquelle quelqu'un vous suit dans la rue, ou quelque chose de plus abstrait, comme lorsque vous vous promenez seule la nuit dans un endroit désagréable ou que vous ne connaissez pas. D'une simple pression sur un bouton, l'application vous permet d'être en contact avec les femmes de votre entourage.

Une illustration montrant comment les utilisateurs peuvent partager leur position sur SafeUP

60 000 utilisatrices

L'application a été lancée il y a six mois après un projet pilote en coopération avec la municipalité de Tel Aviv, et compte à ce jour quelque 60 000 utilisatrices en Israël, aux États-Unis et au Royaume-Uni, ainsi que dans des communautés plus petites en Hongrie et en Pologne. La plupart des utilisatrices sont âgées de 14 à 35 ans.

Pour rejoindre la communauté SafeUP, les femmes s'inscrivent et se soumettent à une vérification pour prouver leur crédibilité. Elles peuvent ensuite ouvrir l'application pour voir où se trouvent les utilisatrices « tutrices » à proximité, leur passer un appel vidéo ou téléphonique ou demander que quelqu'un vienne les accompagner.

Les tutrices sont des utilisatrices de l’application âgées de plus de 18 ans qui ont suivi une formation vidéo fournie par SafeUP. Elles apprennent à évaluer des situations, à poser les bonnes questions aux utilisatrices et comment réagir à différentes situations.

Habituellement, il suffit d'être simplement là pour la femme qui appelle et de prêter une oreille, mais dans environ 5 % des cas, les tutrices finissent par arriver sur place - par groupes de deux ou trois femmes, afin de ne pas se mettre elles-mêmes en danger.

Toder note que dans de nombreux cas, les utilisateurs n'appellent même pas les tutrices, se sentant plus en sécurité simplement en gardant l'application ouverte sur leur téléphone.

"Nous voyons de plus en plus d'utilisatrices utiliser l'application d'une manière à laquelle nous n'avions pas pensé auparavant", note-t-elle. "Par exemple, il y a beaucoup d’entre elles n’auraient jamais rêvé de faire du jogging dans le noir parce que ça leur faisait peur, mais maintenant, avec l'application, elles ont plus confiance en elles."

Résilience communautaire

La solution de SafeUP, explique Noa Toder, est unique sur deux fronts. Premièrement, elle se concentre uniquement sur les femmes, par opposition à d'autres produits destinés à une population plus large. Deuxièmement, elle est basée sur la résilience de la communauté, qui offre aux utilisateurs une solution plus rapide et plus efficace qu'un bouton de panique.

« Nous vous proposons un très large déploiement de tous les gardiennes de votre région », ajoute Noa Toder. "Nous pouvons très rapidement vous mettre en contact avec quelqu'un de votre quartier qui peut venir vous voir et vous aider à vous sentir plus en sécurité."

L'application est disponible sur App Store et Google Play en hébreu et en anglais, avec des projets pour davantage de langues car la startup souhaite atteindre autant de femmes que possible.

« Comme pour tout ce qui est basé sur le réseau, plus le réseau est grand, plus la solution est efficace », conclut Noa Toder.

« Le grand objectif en ce moment est d'élargir les communautés et d'atteindre toutes sortes d'endroits à travers le monde. L'important est que le plus de femmes possible télécharge l'application.

Source : Israel21c

Sélection de Judith Douillet pour Alliance magazine juif
Premier Magazine juif sur le net

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN : offrir une information dans tous les domaines sur Israël
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi