Israël travaille dur pour devenir le leader de la technologie alimentaire

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, cuisine, High-Tech, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël travaille dur pour devenir le leader de la technologie alimentaire

Un burger hybride, de la vanille bleue et blanche et une toute nouvelle protéine.

Les Israéliens travaillent dur pour réinventer la nourriture et faire d'Israël un leader dans le domaine de la technologie alimentaire.

A l'entrée de la zone industrielle de la ville d'Ashdod, un groupe d'entrepreneurs essaie
d'inventer notre avenir. Ces start-up font partie de l'incubateur de technologies alimentaires "The Kitchen" - un partenariat entre le fabricant de produits alimentaires "Strauss" et l'autorité gouvernementale de l'innovation.

Ces start-up ont été dévoilées la semaine dernière lors de la conférence International Food Tech et Agritech organisée par l'incubateur.

Le premier stand est "Mush Foods", qui fabrique un hamburger hybride composé à 50 % de bœuf haché et à 50 % de mycélium, les racines d'un champignon .

Il s'agit d'une solution non traitée. Il n'est pas nécessaire de traiter la fibre car le champignon a une texture charnue et en termes de valeurs nutritionnelles, l'hamburger a une protéine complète qui contient tous les acides aminés essentiels comme dans la viande.

"Je veux que les gens deviennent végétaliens, mais cela ne se fait pas en appuyant sur un bouton.
Je veux introduire une autre option entre ceux qui mangent de la viande à ceux qui en réduisent la consommation lentement. », explique Shalom Daniel, fondateur et PDG de Mush Foods. Et quand vous goûtez cet hamburger, vous pouvez constater que ce n'est vraiment pas mal du tout, et pour ceux qui n'aiment pas les champignons - ils sont presque imperceptibles.

Le deuxième stand à ne pas manquer est "Vanilla Vida", dont l'objectif est de faire d'Israël l'un des plus grands acteurs mondiaux dans la production de vanille basée sur des éléments technologiques.

Actuellement sur le marché, le prix du kilogramme de vanille est de 300 dollars (!).C'est l'une des matières premières les plus appréciées au monde, même si 95% d'entre elles proviennent d'une matière synthétique - distillation de la vanilline, une molécule de huile.

Oren Zilberman, fondateur et partenaire de la start-up, affirme que la vanille est une culture très difficile à cultiver.  Elle pousse en milieu tropical et demande beaucoup de travail, tant en agriculture qu'en séchage de la matière première.

La start-up utilise des capacités et des données provenant de différents endroits de l'agriculture, ce qui rend la production de la vanille plus importante et de meilleure qualité.

En outre, ils produisent également de la liqueur et du miel à base de vanille.
Le goût de vanille étonnamment dans "Vanilla Vida" est très délicat, contrairement à l'extrait de vanille que nous connaissons tous.

Il suppose que d'ici une décennie, la vanille naturelle sera beaucoup plus accessible aux consommateurs.

Le troisième et dernier stand est à la société Amai Proteins, dont l'objectif est de se débarrasser du sucre dans nos aliments.

"Nous produisons une protéine complètement nouvelle. Notre premier produit est la protéine la plus sucrée au monde, qui remplace le sucre", explique Ilan Samish, fondateur et PDG de l'entreprise. Après dégustation, nous avons remarqué qu'il n'y avait pas beaucoup de différence de goût, et même qu'il y avait plus de douceur.

Créer l'idée et développer la technologie initiale sont les étapes de base dans la vie de toute start-up. Viennent ensuite les étapes non moins difficiles : lever des fonds, trouver des moyens de se développer et surtout persuader le marché d'acheter le produit. On sait que dans les industries agroalimentaires et agricoles, ce défi peut ne pas être simple du tout.

Amir Seidman, vice-président du développement commercial chez Strauss' Food Tech Incubator, explique l'importance des start-ups alimentaires : " L'agro et la food tech sont des domaines qui nous concernent tous. En fin de compte, cela nous affectera tous, cela affectera l'environnement dans lequel nous vivons et le monde. »

Aujourd'hui, 22 start-up opèrent dans l'incubateur de Strauss, l'État y a investi environ 12 millions de dollars et Strauss a investi une somme supplémentaire d'environ 42 millions de dollars.

Les entreprises ont levé un total de plus de 200 millions de dollars.

La raison pour laquelle Strauss voulait remporter l'appel d'offres pour gérer l'incubateur est qu'il est payant d'être le premier investisseur dans des technologies qui pourraient un jour générer de nouvelles opportunités commerciales et ouvrir la porte à de nouveaux marchés. Il ne fait aucun doute que ce partenariat d'intérêts peut pousser Israël à devenir une puissance technologique alimentaire qui impactera le monde entier.

 

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Cocontactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi