Israël : la tombe d'un enfant yéménite sera ouverte pour un test ADN

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
La tombe d'un enfant yéménite sera ouverte pour un test ADN

Pour la première fois, la tombe du bébé Uziel Khoury un des enfants de l'affaire des enfants yéménites sera ouverte dans le but d'identifier le corps avec certitude avec des tests ADN.

La fin d'un point d'interrogation (au moins un) après des décennies ?

La tombe du défunt bébé Uziel Khoury, l'affaire de la disparition des enfants yéménites et balkaniques, s'ouvrira la semaine prochaine, a annoncé le ministère de la Santé  hier soir dimanche.

Il s'agit de la première étape du genre depuis la création de l'État. afin d'identifier le corps de cette tragédie toujours pas résolue après plus de 70 ans.

"Le but de l'ouverture de la tombe est de permettre aux restes du corps d'être retirés pour identification, y compris le prélèvement d'un échantillon d'ADN pour effectuer un test de comparaison avec la famille", a déclaré le ministère de la Santé dans un communiqué. La procédure devrait avoir lieu lundi prochain le 23 mai.

La procédure d'ouverture d'une tombe sera effectuée conformément à la loi approuvée en 2018 - "Loi pour l'ouverture d'une tombe pour un mineur du Yémen, de l'Est ou des Balkans dans le but d'identifier et de réaliser un test génétique pour un lien familial".

Le ministère de la Santé a souligné que "par souci d'enquêter sur la vérité et de dissiper les inquiétudes des familles quant à l'identité de leurs proches, le ministère de l'époque a soutenu la promulgation de la loi et s'est engagé à être digne de confiance et chargé de faire respecter cette loi."

L'affaire de la disparition d'enfants yéménites, a plongée dans l'incertitude depuis des décennies, et a ébranlé tout un pays - et aujourd'hui encore, des familles, ainsi que des militants participant à la lutte, exigent de plus en plus de détails.

Trois commissions d'enquête ont déjà examiné l'affaire, et la plupart d'entre elles ont statué qu'il n'y avait pas eu d'enlèvement institutionnel d'enfants du Yémen et des Balkans alors qu'il y a eu un certain nombre de cas où les enfants ont été adoptés, et un certain nombre de cas de nourrissons et d'enfants dont le sort ou le lieu de sépulture est inconnu.

Après une longue lutte publique, menée par les différentes associations impliquées dans l'affaire et largement médiatisée dernièrement par la sortie du film "Les Oubliés de la terre promise" où des mères racontent la tragédie vécue, leur nourrisson enlevé 4 jours après leur naissance , les protocoles confidentiels de l'affaire des enfants yéménites ont été dévoilés fin 2016..

En 2021 , un accord d'indemnisation pour les familles a été formulé - révélé pour la première fois dans News 12 - et a également suscité des critiques.

Les différents articles traitant de cette affaire cliquez-ici

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi