USA : la solution à deux états pour conditionner l'aide à Israël présenté par un démocrate Juif

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
USA : un projet de loi à deux états pour conditionner l'aide à Israël

« Malgré son nom apparemment anodin, cette législation n'est qu'une nouvelle attaque contre Israël de la part de la frange gauche.
Le peuple américain est pro-israélien et, par conséquent, cette législation est vouée à l'échec », a déclaré la présidente du CUFI Action Fund, Sandra Parker.

Le représentant démocrate juif Andy Levin (D-Mich.) présente une législation qui ferait d'une solution à deux États la politique officielle des États-Unis.

Intitulé « Loi sur la solution à deux États », il déclare que « seul le résultat d'une solution à deux États peut à la fois assurer la survie de l'État d'Israël en tant qu'État démocratique et foyer national pour le peuple juif et répondre aux aspirations légitimes du peuple juif et au peuple palestinien pour un État qui lui est propre », à rapporté Politico .

Il déclare en outre que la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est et la bande de Gaza, sont des « territoires occupés » – une formulation qui devrait être mentionnée « systématiquement » lors des communications politiques et les documents officiels des États-Unis.

La législation qualifie également les colonies israéliennes dans ces « territoires occupés »
d'« incompatibles avec le droit international », tandis que « l'expansion des colonies, les démolitions de maisons palestiniennes, les révocations de permis de résidence et les expulsions forcées de civils palestiniens par Israël [toutes] entravent l'établissement d'un État palestinien et violent les droits humains du peuple palestinien.

Cette législation a déjà obtenu le soutien de 18 co-sponsors démocrates, dont les représentants Barbara Lee (D-Calif.), Joaquin Castro (D-Texas), Ro Khanna (D-Calif.) et Jan Schakowsky (D-Ill. ).

En plus de la pression de la législation pour codifier une solution à deux États, Levin présente également plusieurs propositions clés pour encourager le résultat, qui sont susceptibles de générer des débats et des objections de la part des législateurs pro-israéliens plus modérés.

Parmi les propositions, la législation de Levin appelle à étiqueter les produits fabriqués dans les territoires contestés comme étant fabriqués en « Cisjordanie/Gaza » et non « Made in Israel » ; conditionner l'aide étrangère américaine à Israël ; soutenir l'aide humanitaire aux Palestiniens pour « les droits de l'homme, la démocratie et l'État de droit » ; la réouverture du consulat américain à Jérusalem, ainsi que la mission de l'OLP à Washington, DC ; et réformer la pratique palestinienne de « payer pour tuer ».

Le projet de loi fera probablement face à une bataille difficile à la Chambre, en particulier de la part des démocrates pro-israéliens plus modérés.

Ces démocrates s'opposeront probablement à certaines parties de la législation, telles que le conditionnement de l'aide américaine à Israël, qui a déclenché une tempête au Congrès en mai lorsque plusieurs législateurs progressistes dirigés par le sénateur Bernie Sanders (I-Vt.) ont cherché à bloquer l'armée américaine et la ventes à Israël pendant les 11 jours qu'a duré le conflit avec le Hamas à Gaza.

Un membre démocrate a déclaré au JNS que « ce projet de loi ne verra jamais le jour ».

Alors que l'administration Biden a renouvelé ses appels à une solution à deux États, rétabli l'aide américaine aux Palestiniens et fait pression pour la réouverture du consulat américain à Jérusalem, il reste difficile de savoir si son équipe de politique étrangère ou les dirigeants du Congrès soutiendront la législation, selon Politico .

Le gouvernement israélien est opposé à la réouverture du consulat américain à Jérusalem, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid la qualifiant de « mauvaise idée ».

Néanmoins, cela met en évidence la division actuelle du Parti démocrate à propos d'Israël, qui s'est manifestée cette semaine lorsque des législateurs progressistes ont forcé la suppression du financement américain du système de défense aérienne israélien du Dôme de fer de la législation budgétaire.

En plus d'être soutenue par plusieurs législateurs progressistes, la législation est également soutenue par le groupe juif de gauche J Street, son président Jeremy Ben-Ami la qualifiant d'" acte législatif le plus complet sur la solution à deux États. que j'ai vu depuis que je travaille sur ce problème".

L'AIPAC, cependant, s'est prononcée contre la législation.

« Bien que le projet de loi ait des objectifs louables, il est déséquilibré et cherche à imposer une solution aux Israéliens et aux Palestiniens plutôt que d'encourager des négociations directes entre les parties. Par conséquent, nous nous opposons au projet de loi », a déclaré à JNS le porte-parole de l'AIPAC, Marshall Wittman.

Allant plus loin, le CUFI Action Fund a critiqué la législation, affirmant qu'elle n'avait aucune chance d'être adoptée par le Congrès.

mots clés : legislation américaine, projet de loi deux états, israel, aide américaine,

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75,, 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi