Une solution provisoire pour faire face à la pénurie des jardins d'enfants en Israël

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Une solution provisoire pour faire face à la pénurie des jardins d'enfants en Israël

La situation  des jardins d'enfants en Israël  ressemble à peu près à ceci : chaque semaine et sans préavis, les jardins d'enfants publics sont fermés en raison d'une pénurie d'instituteurs de jardins d'enfants, qui se fait surtout sentir dans le centre du pays.

Un enseignant malade reste sans remplaçant en l'absence d'assistants disponibles, ainsi  les parents sont obligés de venir chercher leurs enfants. "Il n'y a pas eu une année avec une pénurie d'enseignants de maternelle de cette ampleur", affirme le syndicat des enseignants. Le ministère de l'Éducation est conscient du problème.

Une mère ajoute « Nous sommes dans une situation où les parents arrivent devant le jardin d'enfants et trouvent porte fermée.
En effet, une demi-heure plus tôt, une enseignante annonce qu'elle ne se sent pas bien et le ministère de l'Éducation n'appelle même pas à un enseignant de remplacement.

"Le jardin d'enfants a été fermé sans qu'une solution soit trouvée. Il y a seulement une semaine, trois jardins d'enfants à Givatayim ont été fermés."

Et cela ne se produit pas seulement à Givatayim, à  Kiryat Ono, et à Herzliya, les parents disent qu'entre deux et quatre jardins d'enfants ont fermé chaque semaine au cours du mois dernier.

A Kfar Saba, deux jardins d'enfants ont été fermés la semaine dernière, après que plusieurs enseignants de maternelle ont annoncé qu'ils étaient malades. A Bat Yam aussi, les jardins ont été fermés - et ceci n'est qu'une liste partielle.

Le ministère de l'Éducation estime qu'entre 50 et 40 écoles maternelles ferment chaque mois en raison de la pénurie. La plupart de cette détresse se situe dans les quartiers de Tel-Aviv, Central et Jérusalem.

Face à cette situation pour le moins préoccupante pour les parents qui travaillent le ministère de l'éducation propose une solution pour tenter de surmonter cette pénurie d'enseignants de maternelle.

Ainsi le ministère de l'Éducation mettra en place un pool de 50 à 100 enseignants de maternelle qui travailleront à temps plein pour des salaires mensuels et ne recevront pas de salaire horaire tel qu'il existe aujourd'hui.

De cette manière, le ministère de l'Éducation espère résoudre la crise de la pénurie d'enseignants de maternelle remplaçants qui ne voulaient pas pourvoir le poste.

Le coût estimé est estimé entre un demi-million et un million de shekels. Il ne s'agit que d'un programme temporaire de trois mois - jusqu'en mars.

En ce qui concerne le manque d'assistantes maternelles évident le plan n'a pas encore été convenu entre le centre du gouvernement local, le ministère de l'Éducation et le ministère des Finances.

Le directeur général du ministère de l'Éducation, Yigal Slovik, a abordé la question et a déclaré qu'une solution serait également trouvée à cette pénurie : «  Nous allons aborder la question des enseignants de maternelle. Ça ne sera pas facile. Nous travaillerons avec le gouvernement local et le ministère des Finances, et bien sûr la question des salaires sera également sur la table. »

Au début de la campagne de vaccination des enfants, Slovic a déclaré: "Nous ne pensons pas que les restrictions imposées aux élèves dans les salles de classe soient la bonne façon de traiter les enfants dont les parents décident qu'ils ne seront pas vaccinés. Nous devons encourager les vaccins avec une attitude positive."

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Cocontactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi