Israël : rebondissement dans l'affaire du braquage de la banque à Haïfa -vidéo-

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël : rebondissement dans l'affaire du braquage de la banque à Haïfa

C'est l'une des affaires les plus délirantes et les plus bizarres qui ait eu lieu en Israël ces dernières années.

Moshe Shoval, 69 ans, un habitant de Haïfa, est accusé par le tribunal de district de la ville d'avoir enlevé il y a environ un mois un employé de banque, de l'avoir emmenée dans un parking,  lui avoir ordonné de se déshabiller, de l'avoir photographiée nue, d'avoir mis une ceinture explosive factice autour de son corps et l'a obligé d'entrer dans la banque de voler trois millions de shekels et lui transférer l'argent.

Selon l'acte d'accusation :  Moshe Shoval l'a suivie sur le trajet de son travail, a stoppé son véhicule, en affirmant qu'il était un agent de sécurité à la banque Mizrahi Tefahot et qu'il voulait l'interroger au sujet d'un détournement de fonds à la banque qui a eu lieu précédemment.

Selon elle, Moshe Shoval lui a couvert les yeux avec un masque facial afin qu'elle ne sache pas où il allait. Il est entré dans le parking, a sorti un électrochoc avec lequel il a menacé de la frapper, l'a brutalement attaquée et l'a menacé de ne pas tenter de s'enfuir, puis lui a ordonné de se déshabiller et l'a photographiée nue afin de la faire chanter en cas où elle n'obéira pas à ses ordres.

« J'avais l'impression que j'allais mourir.Qu'on allait retrouver mon cadavre" a expliqué dans  son témoignage au commissariat Merhav Carmel.

Merhav Carmel fait partie des quelques employés de banque qui détenaient une clé du coffre-fort de la banque.
Les employés se sont inquiétés lorsqu'elle n'ait pas arrivée  pas à l'heure au travail.
Sa famille a également signalé son absence à la police.

"Il m'a attaché une ceinture d'explosifs autour de la taille. Je ne savais pas qu'elle était factice. Il m'a donné un numéro de téléphone portable et exigeait que le directeur me donne trois millions de shekels sinon je faisais sauter la banque", a répété l'employée aux enquêteurs de la police. .

Lorsque l'employée est entrée dans la banque,Moshe Shoval a appelé le directeur et lui a dit d'un ton menaçant : "Regardez votre employée, elle a une charge explosive sur elle, donnez-lui l'argent."

Le directeur, qui s'est vite rendu compte que la ceinture explosive était factice, s'est approché de son employée, lui a retiré la ceinture, a appelé la police et s'est assuré de la calmer.

Les enquêteurs mettront en doute le fait qu'ils ont cru à sa version selon laquelle elle était en fait la victime et ont arrêté  Moshe Shoval.

Moshe Shoval, dans ses deux interrogatoires, a maintenu le droit de garder le silence. Ce n'est que dans la troisième enquête, qu'il raconte sa version de l'enchaînement des événements.

"Je connais l'employée de la banque depuis longtemps. Chaque mois, je retire ma pension de la banque pour payer mon loyer. Je suis une personne malade qui reçoit des soins", a déclaré Moshe Shoval aux enquêteurs. "C'est elle qui me donne le l'argent de mon compte. Nous avons fait connaissance. " C'est elle qui a mis tout en place. Et je l'ai suivie."

Il a dit que qu'elle lui avait demandé de l'aider à voler de l'argent à la banque.

"Elle m'a même donné quelques centaines de shekels et m'a promis de me donner plus d'argent à la fin du braquage" précise Moshe Shoval. Elle m'a demandé de l'emmener avec moi et d'envoyer les photos à son amie. "

Selon lui, c'est elle qui a eu l'idée de la ceinture explosive pour effrayer le directeur de la banque et prendre rapidement l'argent du coffre-fort. Elle s'est même arraché des cheveux  censés indiquer qu'elle avait été battue par lui.

"Elle m'a dit quoi faire et j'ai accepté comme un imbécile. Elle a raconté toutes sortes de choses personnelles sur sa vie. Je répète que je n'ai rien à voir avec quoi que ce soit. Je n'ai rien initié. Elle a planifié dans les moindres détails", a déclaré Moshe Shoval.

Lors de leur confrontation dans la salle d'interrogatoire lorsque Merav l'a giflé comme étant celui qui l'avait enlevée et maltraitée, Moshe Shoval a répondu calmement: "Vous êtes une menteuse. Dites la vérité. Je ne vous ai pas touché du tout. Arrêtez de mentir."

Malgré cela, les enquêteurs ont cru à la version de l'employée, Merav et ont catégoriquement rejeté les affirmations de Moshe Shoval.

Son avocat Boris Sherman, qui le représente au nom du bureau du défenseur public, a affirmé que son client nie tout lien avec les accusations portées contre lui.

Moshe Shoval a exigé que le tribunal le libère en résidence surveillée en raison de son état de santé difficile, mais il a été déterminé qu'il devait présenter des documents et des avis médicaux avant qu'une décision ne soit prise par le juge sur la demande.

Mots clés : magazine juif, actualité juive, haifa Israel, Mizhari Tehafot, braquage, hold up,

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi