Israël : avec Nonagon, les visites médicales deviennent un jeu d’enfants

Actualités, Alyah Story, High-Tech, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

La crise du Covid-19 a accéléré l'adoption de la télémédecine par les médecins et les patients.

Les patients ont été heureux de se connecter à distance afin d'éviter d'entrer dans un établissement médical. Les médecins constatent que consulter les patients par téléphone ou sur Zoom leur fait gagner du temps.

La start-up israélienne Nonagon (anciennement MyHomeDoc) ajoute un nouvel outil à la panoplie d'astuces technologiques de télémédecine : le dispositif domestique neuf-en-un N9 (d'où le nouveau nom de l'entreprise, qui fait référence à un polygone à neuf côtés) qui effectue la plupart des tests qu'un médecin fait traditionnellement en personne.

L'appareil portable comprend un stéthoscope pour écouter les sons pulmonaires, cardiaques et intestinaux ; un otoscope pour regarder dans les oreilles ; un oxymètre qui vérifie le pouls et l'oxygène (critique pour la surveillance du Covid-19) ; et un thermomètre pour enregistrer la température corporelle. Pour les tests de la gorge et de la peau, l'appareil utilise la caméra du smartphone du patient.

Les patients peuvent envoyer les résultats de leurs contrôles à domicile directement à leur médecin si celui-ci a installé le logiciel Nonagon. Les données s'intègrent facilement dans les systèmes logiciels existants des médecins et des caisses de santé.

Les patients peuvent communiquer avec leurs médecins hors ligne, en temps réel ou en mode « fusion » où le patient envoie des données au médecin qui les examine hors ligne, puis ouvre une session en ligne pour discuter de la suite. Le médecin peut même faire fonctionner le Nonagon à distance.

Sans un outil comme N9, le médecin doit faire un diagnostic de télésanté « sans aucune donnée clinique sur laquelle se baser », explique Omer Maman, vice-président du marketing de Nonagon, à ISRAEL21c. "Il ne peut pas écouter mes poumons ou regarder dans mes oreilles quand il a besoin de prescrire un traitement."

Approuvé par la FDA

L'appareil de Nonagon a reçu l'autorisation de la FDA fin mars. Cela faisait suite à l'approbation européenne CE accordée plus tôt en 2021.

Le N9 ne doit pas être confondu avec d'autres technologies de surveillance à distance - par exemple, des appareils qui fournissent un flux constant de données sur la pression artérielle, la glycémie ou l'hypertension. Ceux-ci ont tendance à être plus coûteux, encombrants et destinés aux personnes souffrant de maladies chroniques.

«Notre produit répond aux besoins de toute une famille ou d'un foyer, peu importe que le patient soit un enfant ou une personne âgée, un patient chronique ou non», souligne Omer Maman.

Il existe également des systèmes complets de surveillance à distance tels que ceux développés par l'initiative I-Medata du Tel Aviv Sourasky Medical Center utilisant des produits de deux sociétés israéliennes de dispositifs médicaux : BioBeat, basée à Petah Tikva, qui a développé un patch jetable porté sur la peau pour suivre ces signes vitaux tels que la pression artérielle, le taux d'oxydation, le pouls, la température de la peau et la sueur ; et AnyVision of Holon, spécialisée dans les logiciels de reconnaissance faciale et d'objets.

Ensuite, il y a l'Apple Watch. Le PDG d'Apple, Tim Cook, s'est récemment vanté que la fonctionnalité de surveillance médicale du produit phare d'Apple pourrait être la "plus grande contribution de l'entreprise à l'humanité".

Alors que certains des capteurs de l'Apple Watch et du Nonagon N9 peuvent être les mêmes, Maman souligne que le N9 est un appareil médical approuvé par la FDA, plutôt qu'un appareil de bien-être. Il n'est disponible que sur ordonnance, du moins pour le moment.

Ensuite, il y a l'Apple Watch. Le PDG d'Apple, Tim Cook, s'est récemment vanté que la fonctionnalité de surveillance médicale du produit phare d'Apple pourrait être la "plus grande contribution de l'entreprise à l'humanité".

Alors que certains des capteurs de l'Apple Watch et du Nonagon N9 peuvent être les mêmes, Omer Maman souligne que le N9 est un appareil médical approuvé par la FDA, plutôt qu'un appareil de bien-être. Il n'est disponible que sur ordonnance, du moins pour le moment.

«Nos clients sont les médecins, les systèmes de santé, les assureurs et d'autres institutions qui souhaitent tirer parti de leurs capacités de télésanté avec des données cliniques valides pour fournir de meilleurs soins aux patients», explique Mr Maman.

Selon l'arrangement, certains cabinets médicaux vendront l'appareil directement aux patients, tandis que dans d'autres cas, "le système de santé ou les assureurs le financeront".

N9 est conforme aux dernières normes de confidentialité des données telles que le RGPD de l'Union européenne et la loi américaine HIPAA (Health Insurance Portability and Accountability Act), qui oblige les entreprises à protéger les données sensibles des patients. Il existe également une sécurité renforcée pour empêcher les pirates d'accéder aux informations privées d'un patient.

Facile à utiliser

Contrairement aux appareils de concurrents tels que Medwand en Californie et TytoCare basé à Netanya, il n'y a pas de caméras ni d'écran sur le Nonagon N9, ce qui réduit sa taille et le besoin d'accessoires encombrants comme des cartes mémoire ou des circuits imprimés supplémentaires.

« Notre appareil peut être rentable par rapport à la concurrence, car nous exploitons les capacités du smartphone pour bon nombre de nos fonctionnalités », a noté Omer Maman.

« Aujourd'hui, même les grands-parents savent comment utiliser une application pour smartphone, il n'y a donc pas de nouvelle courbe d'apprentissage. »

Bien qu'il ait refusé de dire combien coûtera N9, Maman a déclaré qu'il devrait être abordable, "rendant les soins primaires et pédiatriques de base accessibles à la population générale, chose que les montres intelligentes coûteuses ne peuvent pas faire".

Nonagon a fait ses débuts dans un incubateur de technologies de la santé créé par Teva, le fabricant israélien de médicaments génériques, et Phillips, qui fabrique de nombreux dispositifs médicaux, notamment des appareils d'IRM et de tomodensitométrie de renommée mondiale. Quatre années de R&D ont été consacrées à la création du matériel, de l'application mobile et de l'outil d'administration pour le médecin.

Nonagon a son siège à Ra'anana et emploie une quinzaine de personnes. Une petite équipe de personnel des ventes et du marketing travaille dans le bureau de l'entreprise dans le Massachusetts.

Omer Maman travaille dans l'industrie des dispositifs médicaux depuis 12 ans, plus récemment chez Lumenis, qui fabrique des lasers à des fins médicales et chirurgicales. Il travaillait auparavant chez ReWalk Robotics. Nonagon a été fondée par Nir Raz et le PDG de la société est Alon Natanson.

L'appareil de Nonagon étant maintenant prêt pour la vente, la société « ouvre des canaux avec des partenaires commerciaux potentiels aux États-Unis et dans d'autres régions », a déclaré Mr Maman à ISRAEL21c. « J'espère que nous pourrons bientôt lancer des projets pilotes commerciaux. »

Source : Israel21c

Sélection de Judith Douillet pour Alliance magazine juif
Premier Magazine juif sur le net

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN : offrir une information dans tous les domaines sur Israël
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi