Ces descendants de nazis à la généalogie douloureuse -vidéos-

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Ces descendants de nazis à la généalogie douloureuse -vidéos-

Il porte un nom frappé d'indignité.

Matthias Goering est le petit-neveu de Hermann Goering, dignitaire nazi qui mit en oeuvre la solution finale.

Une étoile de David autour du cou, Matthias a souhaité se convertir au judaïsme. Comment supporter le poids d'une faute que l'on n'a pas commise ?

Dans cet entretien filmé, Mathias Goering donne son point de vue sur le livre "Le Code d'Esther"* il explique aussi son approche au judaïsme et à l'étude de la Torah.

Voilà l'une des interrogations qui parcourent ce passionnant documentaire.

Matthias Goering n'est pas le seul descendant de grands criminels nazis à tendre la main à leurs victimes : la petite-fille de Magda Goebbels, l'épouse du ministre de la Propagande Joseph Goebbels, s'est convertie ; Katrin Himmler, la petite-nièce du chef suprême de la SS Heinrich Himmler, s'est mariée à un juif israélien. Elles n'ont pas souhaité témoigner.

On découvre aussi d'autres Allemands aux patronymes moins célèbres et qui se sont également détournés de leur terre pour embrasser la cause israélienne.
Ainsi Yoram, fils d'un nazi toujours convaincu, qui s'est converti puis a épousé une juive et a eu des enfants juifs, à la fois descendants de victimes et de bourreaux.

Les dignitaires nazis ont tous plaidé non coupables au procès de Nuremberg.

A qui donc imputer la mort de 6 millions de juifs ? Existe-t-il une culpabilité collective des Allemands ? Le pays a-t-il vraiment levé tous les silences sur son passé ? Peut-on aimer sa famille malgré ses crimes ? Doit-on laver les péchés des siens ? Ces conversions répondent-elles à une quête d'absolution ? Des Israéliens - un professeur de littérature, un philosophe, un rabbin, un victimologue... - répondent à ces questions tout en faisant des parallèles avec la tradition juive.

Entre repentants et rescapés s'engagent des conversations d'où naît une profonde émotion et qui laissent entrevoir ce grand motif d'espérance : si le mal est banal, le bien l'est tout autant.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi