Actualité Israël : comment devenir millionnaire avec des graines de pastèques -vidéo-

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Actualité Israël : comment devenir millionnaire avec des graines de pastèques -vidéo-

L'innovation des entreprises israéliennes n'est pas réservée qu'aux entreprises de haute technologie.

Les organisations criminelles savent repérer les opportunités commerciales dans des endroits les plus improbables aussi  s'emparer du marché avec agressivité.

Alors, comment faites-vous des centaines de millions avec des graines de pastèque, du sable ou du café turc ?

Le 19 août en fin de soirée, un gang constitué de 7 membres dont certains d'organisations criminelles du nord et du sud du pays, sont arrivés au moshav encore endormi de Bitzaron dans le sud  avec une grande camionnette et ont commencé à scruter la zone pour voler des graines de pastèque.

« Les organisations criminelles en Israël ont découvert que les graines de pastèque peuvent être transformées en or. Elles gagnent des centaines de millions de shekels par an simplement en volant des graines de pastèque et des tournesols."

"Ils (se référant aux chefs des organisations criminelles.) cherchent constamment à pénétrer dans des zones auxquelles nous n'avons pas du tout pensé afin de gagner de l'argent."

Un kilogramme de graines de pastèque coûte 120 NIS dans les supermarchés et les stations de services après torréfaction. En vrac, le prix est plus cher. Pour chaque kilogramme que les organisations criminelles vendent aux commerçants, elles gagnent entre 30 NIS et 45 NIS.

Ce sont des centaines de criminels des plaines, du sud et du nord qui sont soupçonnés d'être impliqués dans le vol de graines de pastèque et de tournesol.

Des dizaines d'entre eux ont été arrêtés récemment par des gardes-frontières, mais il n'est pas certain que cela suffise à arrêter le phénomène.

Peu de travail, énorme profit

Les graines de pastèque ne sont que le début.

Ces dernières années, des organisations criminelles ont infiltré des zones encore plus délirantes et bizarres.

S'il n'y avait pas eu d'activités criminelles, on aurait pu être impressionné par leur vision approfondie du marché...

Tout a commencé avec le recyclage des bouteilles.

Celui qui a découvert leur potentiel économique était l'ancien chef de l'organisation criminelle, feu Yaakov Alperon lire cet article à ce sujet  rien qu'en récupérant les bouteilles dans les restaurants et les salles de banquet. Alperon et ses soldats ont gagné des millions de shekels, avec peu d'effort .

"Ce sont les Alperon qui ont perfectionné la méthode pour pénétrer dans des domaines où personne ne pensait faire de l'argent, comme reprendre le marché des bouteilles de consigne" explique un officier supérieur de la police.

"Il nous a fallu beaucoup de temps pour comprendre ce qu'ils faisaient, car les propriétaires de restaurants, de cafés et de salles de banquet ne se sont pas plaints qu'ils les faisaient chanter. Lorsque cela s'est produit et que nous avons exposé le phénomène, nous avons réalisé combien d'argent ils avaient gagné, c'était fou."

Ces dernières années, des organisations criminelles ont eu affaire, à des chaînes de distribution de crème glacée .

Leur profit sur chaque glace varie entre cinq à dix shekels et sur chaque sucette glacée de lait ou de citron d'un-demi shekel.

Un autre produit tout aussi inoffensif  à première vue, sont les bouteilles de gaz vides.
Le bénéfice de chaque bouteille de gaz  varie de 20 NIS à 40 NIS, selon le poids du ballon.

"Parfois, la prise de contrôle du marché se fait par extorsion, menaces et si nécessaire aussi violences  pour éliminer les concurrents"explique un ancien criminel.

"Les criminels n'aiment pas être dérangés, surtout parce que ce sont des industries où l'argent qu'ils gagnent est facile et rapide. Par exemple, comme voler du sable et vendre du café.
Rien qu'avec du sable ils "fabriquent des caisses d'argent"."

Juste du sable et du faux café turc.

Le sable des dunes est l'une des zones dont, selon des sources policières, les organisations criminelles ont gagné plus d'un milliard de shekels.

Les criminels emploient une ligne de chauffeurs de camion opérant dans les dunes et les plages. Le sable est vendu à des entrepreneurs et à des particuliers. Pour chaque camion de sable, les criminels gagnent environ 1 200 shekels.

Les criminels, surtout dans le sud du pays, ont appris à profiter de tous les mondes.

Ils chargent des camions pleins de sable, les vident sur les chantiers et reviennent avec des ordures déversées dans des décharges pirates.

Pour chaque camion chargé d'ordures ménagères, les contrevenants gagnent environ 800 shekels soit pour une transaction complète, sable et déchets 2000 nis en quelques heures.

"Ils ont blanchi beaucoup d'argent en achetant des entreprises légales qu'ils dirigent par l'intermédiaire de" singes "(hommes de paille), en achetant des maisons, des véhicules de luxe et en faisant de la contrebande de capitaux à l'étranger à travers lesquels ils ont acheté des biens immobiliers productifs de revenus et de nombreux restaurants."
décrit un ancien agent de renseignement de la police.

Le hit parade de ces criminels est le faux café noir de "Elite".

Ils ont mis en place plusieurs types d'usines pour produire des sacs de café turcs identiques au produit d'origine, et les remplient de café beaucoup moins cher et en générant des bénéfices de plusieurs dizaines de millions de shekels par an.

"Les sacs sont identiques seul le café est de mauvaise qualité, le goût du café est différent et cela ne les empêche pas de vendre des milliers de sacs aux stations services et aux supermarchés du quartier chaque mois", a affirmé un officier de la police antifraude.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi