Abu Dis, la future capitale d'un futur Etat palestinien dans le futur

Actualités, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Abu Dis, la future capitale d'un futur Etat palestinien dans le futur

Le retour d'Abu Dis au centre des discussions sur un projet de capitale d'un Etat palestinien évoque pour certains des souvenirs des années 1990.

Retour en 1996, la construction de ce qui était supposé être le Conseil Législatif Palestinien a commencé sur un énorme espace de 1717 m²  juste à l'extérieur de Jérusalem.

Il y avait même une grande fenêtre voulue par Yasser Arafat afin qu'il puisse regarder Jérusalem depuis Abu Dis.

Depuis décembre dernier, il y a des rumeurs selon lesquelles le plan d'Abu Dis était de retour. Cela voudrait dire que la banlieue encombrée deviendrait la capitale d'un État palestinien.

Pour comprendre ce qu'est Abu Dis, nous devons en faire le tour. C'est le point le plus proche de Jérusalem sous une forme de contrôle de l'Autorité Palestinienne. C'est à l'extérieur du mur de sécurité israélien construit en 2003.

Abu Dis lui-même se trouve sur une ligne de collines qui sont à seulement un kilomètre de la vieille ville. Juste au nord d'Abu Dis se trouve le tombeau de Lazare, un site chrétien avec une église pittoresque. Cette zone, appelée Azariya en arabe et Bethany dans le Nouveau Testament, est un dédale de rues petites et étroites et une attraction touristique mineure.

Le reste des quartiers autour d'Abu Dis sont tous construits de manière informelle sans aucune planification, avec de grandes maisons familiales perchées sur les collines et les vallées sèches qui glissent à l'est vers la mer Morte.

Aujourd'hui, Abu Dis est un coin perdu qui relie les zones palestiniennes des parties nord et sud de la Judée-Samarie. Il y a un campus universitaire et une succursale populaire de la Banque Arabe, des boutiques simples et pas grand-chose d'autre. C'est un arrêt pour les habitants ou les voyageurs qui ne font que passer.

Pour se rendre à Abou Dis, les Palestiniens devront conduire depuis Bethléem ou Ramallah.

Abu Dis sur la carte

Abu Dis sur la carte

L'Agence des États-Unis pour le développement international a investi dans certaines routes à destination et en provenance d'Abu Dis. En 2009, l'USAID a aidé à payer le pavage des routes internes d'Abu Dis et, en 2013, la route Sheikh Sa'ad à proximité d'al-Sawahira a été pavée et rénovée.

Néanmoins, il y a un chemin de randonnée entre Abu Dis et Bethléem par une route détournée qui traverse les collines et les oueds vers Beit Sahur. Il serpente près de la communauté juive de Kedar et il y a un point de contrôle de sécurité israélien le long du chemin qui n'est pas vraiment utilisé mais qui permettrait à la route d'être fermée, coupant Abu Dis du sud de la Judée-Samarie.

Se rendre à Abu Dis depuis Ramallah est un voyage encore plus long. Il faut se rendre à côté de Ma'aleh Adumim et ensuite rouler jusqu'à la route 1, avant de prendre la route 437 jusqu'à Hizma et ensuite autour de Geva Binyamin - à travers l'embouteillage massif - pour enfin arriver à Ramallah.

Pourtant, les Palestiniens ont choisi ce site dans les années 90 pendant les Accords d'Oslo, alors que beaucoup de communautés juives de la région étaient plus petites et espéraient encore qu'une sorte de territoire contigu deviendrait un Etat palestinien. Abu Dis n'était pas encore une île et n'était pas séparée de Jérusalem par un mur.

Aujourd'hui, c'est complètement différent. Si vous voulez aller à Abou Dis depuis Jérusalem, vous devez vous diriger vers Ma'aleh Adumim et ensuite traverser Azariya.

La ville d'Abu Dis n'est pas vraiment une ville mais une série interminable de banlieues et de routes mal entretenues, d'allées et de villages qui ont fusionné. Il y a peu d'infrastructure ou de réflexion sur le développement et les investissements dans l'infrastructure. Tout investissement que la ville reçoit va à l'Université Al-Quds, le grand campus d'Abu Dis qui dessert des milliers d'étudiants.

Le campus est joli et a de nouveaux bâtiments. Il abrite même le musée Abu Jihad, consacré aux prisonniers palestiniens, et financé par le Koweït.

A Azariya, il y a la nouvelle mosquée Sheikh Khalifa bin Zayed al-Nahyan qui peut accueillir 6.000 fidèles et a été achevée en 2014 avec des fonds des Emirats Arabes Unis. Mais il y a peu d'investissements à ce jour pour les institutions gouvernementales palestiniennes censées protéger la région. Le seul joyau du gouvernement palestinien à Abu Dis est le grand bâtiment du parlement, qui a été construit dans les années 1990 mais n'a jamais été achevé.

En 2015, The Guardian a eu accès au bâtiment législatif palestinien et l'a qualifié de «squelette massif» et emblématique du «dysfonctionnement» de la région. Mais c'est peut-être plus comme un témoignage d'un plan de paix raté qui avait davantage de chance de réussir dans les années 1990 qu'aujourd'hui.

Les Palestiniens veulent-ils que l'Autorité Palestinienne déménage à Abou Dis ? Ce n’est pas clair. Reste à savoir si Israël permettrait à Abu Dis de devenir une capitale florissante ou un centre administratif.

La zone est déjà occupée par des embouteillages interminables de véhicules se rendant à l'université ou la traversant pour passer de Ramallah à Bethléem. Elle ne peut tout simplement pas supporter plus de trafic. L'USAID, qui a construit certaines routes près d'Abu Dis, pourrait être appelée à en faire plus si le plan se concrétisait.

Source : Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Cet article vous a plu ? Nous aussi ! Nous avons eu beaucoup de plaisir à le traduire et à le partager avec vous. Si vous souhaitez à votre tour contribuer au développement de notre action engagée depuis 1997, vous pouvez faire un don "aux amis d'Alliance". Merci pour votre attention et votre fidélité.

Vos réactions

  1. Darbesta@gmail.com'Deb

    Abu Dis c’est comme Jerusalem je ne vois pas de difference. Decrire cet endroit comme miserable est absurde. Mon mari (ns sommes israeliens) et moi y avons accede depuis la Porte de Damas et y avons mange un humus. Abu Dis est a Jerusalem Est et merite d’ette developpe et arrange, il ne faut pas devaloriser ce beau quartier qui pourrait esperons le etre le siege d’une Palestine en paix avec Israel.

    Répondre
  2. Pingback: Pour Jared Kushner, les Palestiniens sont à vendre

  3. Pingback: Jared Kushner croit-il vraiment que les Palestiniens sont à vendre ? – Le Monde...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi