Une cyberattaque inédite iranienne contre les installations israéliennes d'eau et des égouts

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Une cyberattaque inédite iranienne contre les installations israéliennes d'eau et des égouts

Une cyberattaque iranienne contre les installations israéliennes d'eau et d'égouts le mois dernier a fait l'objet de la première réunion du cabinet de sécurité depuis le début de l'épidémie de coronavirus jeudi.

"C'est une attaque qui va à l'encontre de tous les codes, même en temps de guerre", a déclaré un responsable israélien à Channel 13. "Même de la part des Iraniens, nous ne nous attendions pas à quelque chose comme ça. C'est une attaque inédite"

L'attaque n'a pas causé de dégâts importants, à l'exception de quelques problèmes dans les systèmes d'eau locaux , selon les responsables israéliens, mais est toujours considérée comme une escalade substantielle par les Iraniens, d'autant plus que l'objectif était une infrastructure civile.

Selon un rapport de Fox News sur l'attaque, l'Iran a utilisé des serveurs américains pour pirater les installations israéliennes.

Le correspondant étranger de Fox News, Trey Yingst, a écrit sur Twitter: «Un haut fonctionnaire du département américain de l'Énergie a refusé de commenter tout détail lié à une« enquête en cours ». Le responsable a réitéré que le DOE recueille et partage régulièrement des informations avec des partenaires du secteur privé pour protéger les États-Unis et ses alliés des cyberattaques. »

L'attaque a eu lieu fin avril et a touché plusieurs installations de la régie israélienne des eaux.

La réunion du cabinet s'est déroulée au milieu d'un nombre accru de frappes aériennes sur des cibles iraniennes et soutenues par l'Iran attribuées à Israël au cours des dernières semaines, notamment des frappes sur Damas, Alep, l'est de la Syrie et près de la frontière syro-israélienne. Les frappes auraient endommagé des sites appartenant aux forces syriennes et iraniennes et à des milices soutenues par l'Iran et au moins certaines d'entre elles ont fait des victimes.

Des sources de sécurité israéliennes ont rapporté la semaine dernière que l'Iran semblait réduire ses forces en Syrie, mais l'ancien chef du renseignement des FDI, Amos Yadlin , le représentant spécial américain pour la Syrie James Jeffrey et l'Observatoire syrien des droits de l'homme ont tous nié cette information.

Alex Winston a contribué à ce rapport.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi