Manifestations des agriculteurs israéliens pour protester contre la réforme du gouvernement

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Manifestations des agriculteurs israéliens contre la réforme du gouvernement

Des milliers d'agriculteurs de tout le pays ont manifesté ce matin (dimanche) pour protester contre la réforme envisagée par le ministère des Finances dans le domaine de l'agriculture .

Les manifestants affirment que la réforme ne conduira pas à une baisse des prix pour les consommateurs d'une part, et d'autre part conduira à l'assèchement de l'agriculture, à la faillite des agriculteurs et au manque d'indépendance alimentaire des citoyens israéliens.

« Le boycott de Ben & Jerry's n'est qu'une goutte dans l'océan. La crème glacée est un produit de luxe, mais les fruits et légumes sont des produits de base. Si nous devenons dépendants de facteurs externes, il ne sera pas possible de garantir leur approvisionnement régulier aux résidents israéliens, " ont déclaré les représentants des agriculteurs.

A Moshav Zarit, à la frontière libanaise, des centaines d'agriculteurs qui vivent depuis des décennies des quotas d'œufs et des poulaillers se sont rassemblés.

Lynn Maman, une habitante de Zarit, est arrivée avec son fils Elad et ses petites-filles, Yael et Hadas. Selon elle, le principal problème du prix du consommateur est celui des intermédiaires qui commercialisent les marchandises de l'agriculteur aux chaînes et aux détaillants.

« Nous sommes ici depuis plus de 50 ans, travaillons et gagnons décemment notre vie. Mais nous ne voyons pas les prix justes pour nos produits. Tout va à l'intermédiaire,  Nous voulons des subventions qu'ils nous donnent la capacité de survivre », a-t-elle déclaré.

Elad, le fils, a déclaré que chaque famille a un quota de production d'environ un demi-million d'œufs. "C'est la pension de la plupart des adultes de la région, c'est le gagne-pain. Nous n'avons rien d'autre. L'agriculture est dans notre sang, et sans agriculture nous n'avons rien à faire ici. Pourquoi devrais-je vivre ici ?" , se demanda-t-il. "Nous partirons tous."

Haim Dahan du Moshav Tzuriel, l'un des représentants des producteurs du nord du Poultry Industry Council, a déclaré que ce n'était que le premier coup.

Près de Zarit, les agriculteurs ont monté une tente de protestation et ont l'intention d'y rester jusqu'à l'abrogation de la réforme. "Nous exigeons que la question de l'abolition des quotas soit retirée de la loi sur les arrangements. Nous ne bougerons pas d'ici, nous quitterons les maisons et irons ailleurs si la loi n'est pas abolie", a-t-il déclaré.

Il dit : "Le problème avec les prix n'est pas de notre fait."

Nous vendons un plateau de 30 œufs pour 12 NIS. Celui qui vend le même plateau au supermarché le vend à  30 NIS, nous n'y gagnons rien. Vous pouvez voir ce qu'il en retire comme bénéfice. La part des bénéfices qu'ils réalisent est très importante "Et c'est là qu'il faut s'attaquer."

Dahan a ajouté que « si tout le monde part, l'armée devra venir à notre place. Au lieu de Moshav Zarit, il y aura des postes à la place de tous les moshavim - coopératives agricoles-. Uniquement des avant-postes militaires pour tenir le Hezbollah, et les frontières de l'État., Plus rien à boire ni à manger"

Leah Yogev de Moshav Shomera possède une petite coopérative familiale

« Dans sa décision, Lieberman détruit la fondation de l'État d'Israël. La sécurité alimentaire d'Israël est la sécurité de l'État. Il confie à Erdogan la sécurité alimentaire de l'ensemble de l'État d'Israël, et quand Erdogan et le BDS décident de ne pas vendre à Israël, il n'y aura plus un seul œuf ici », a-t-elle déclaré.

Elle a ajouté : "Je veux dire à Lieberman qu'en ouvrant le marché avec d'autres pays cela signifie que l'État va perdre des millions de shekels."

S'il veut être comme l'Europe, qu'il agisse comme l'Europe. Nous, les agriculteurs, ne sommes pas le problème. Nous sommes la solution. Il devrait aller s'occuper du problème que sont les intermédiaires.
 Les œufs qui viennent de Turquie sans douane coûtent également exactement le même prix que les œufs israéliens. Cela n'épargne en rien au consommateur."

Dans l'Arava, des agriculteurs ont manifesté en conduisant des tracteurs le long de la route 90.

« L'agriculteur est le dernier dans la chaîne de profit. Ceux qui vivent au détriment du consommateur sont les chaînes de vente au détail », ont-ils déclaré.

"De la viande, du lait, des fruits et des légumes sont importés depuis des années. Les prix à la consommation ont-ils été réduits ? Non. Le gouvernement soutient les agriculteurs étrangers des pays qui soutiennent le terrorisme."

La réforme promue par le ministre des Finances Avigdor Lieberman et le ministre de l'Agriculture Oded Forer devrait réduire progressivement les tarifs sur tous les fruits et légumes et devrait immédiatement réduire les tarifs sur des produits tels que les œufs, les avocats, l'ail, les pois, les haricots, les figues, les ananas, artichauts et plus.

Selon le ministère des Finances, la réforme découle de la hausse des prix des fruits et légumes au cours de l'année écoulée, et parallèlement à l'assouplissement des importations, un soutien direct sera accordé aux agriculteurs du pays.

Sélection de Claudine Douillet pour Alliance magazine, premier média juif en ligne Magazine Juif

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi