Le grand gagnant de l'échec du gouvernement est Benjamin Netanyahu

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le grand gagnant de l'échec du gouvernement est Benjamin Netanyahu

Après l'effondrement du gouvernement annoncé hier soir qui a fait l'effet d'une bombe dans le pays et dans le monde, quel est le grand vainqueur de cet échec ?
Sans conteste l'ancien premier ministre de l'état d'Israël, Benjamin Netanyahu. Loin, d'être oublié, loin de s'être résigné, toujours présent sur le front de l'opposition. Cet échec est sa victoire.
L'administration de la Judée Samarie a été certainement une des nombreuses gouttes qui a fait déborder le vase.

L'entretien tenu devant les caméras de la chaîne israélienne N12, le présente comme vainqueur, ses promesses électorales commencent déjà à fuser.

Une année complète lui a permis de cumuler chaque erreur de ses adversaires et elles sont nombreuses,  comme autant des jalons posés sur le chemin de la victoire.

Lapid n'est pas un danger pour Bibi, bien moins habile que son futur prédécesseur Bennett, les erreurs de Lapid seront, sans aucun doute l'estocade à porter, si besoin est, à ce gouvernement.

Netanyahu le grand gagnant , qui en un an a réussi à faire tomber l'alternative qui tentait de le remplacer. Il l'a maintenu une opposition rigide et cruelle, qui a érodé la coalition des deux côtés et n'a épargné aucun moyen de la saper et de la discréditer.
Bennett, Lapid et Mansour Abbas n'ont pas réussi à neutraliser les mines qu'il avait plantées sur le bord de la route.

Le gouvernement actuel a offert un boulevard à Netanyahu , par ses erreurs répétées, son manque de cohésion, de maturité et il s'est précipité pour le traverser avec panache.

Aujourd'hui il redevient l'espoir pour la majorité de ce pays, on oublie ses propres manquements, ses erreurs. Le chaos de ce gouvernement le dresse comme le sauveur.

Mais dans les faits, est ce que Netanyahu pourrait constituer un gouvernement sans un  parti arabe ? Peu de chance. Les Arabes représentent plus de 20% du pays.

Cependant, devant les caméras, hier soir, il jure qu'il ne traitera pas avec les frères musulmans,  ne nous leurrons pas,  la constitution d'un nouveau gouvernement passera nécessairement avec un parti arabe. Et il affirme d'ailleurs " je serais le premier ministre de tous les citoyens d'Israël", car il sait. 

Notons, que la manne des 50 milliards de shekels attribué au parti RAAM a déjà était distribué sous forme d'appels d'offre dont la plupart ont déjà été signés pour la construction de différentes infrastructures dans les villes et villages arabes dans le but de  faire baisser la criminalité arabe.

Peut-être qu'en réalité rien ne changera, sauf de voir un membre de la famille d'Israël , un familier, un proche,  revenir à la maison.

L'affaire des enfants yéménites en Israël

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi