L'Autorité Palestinienne lance un ultimatum à Israël devant l'assemblée générale de l'ONU

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
L'Autorité Palestinienne menace Israël à l'assemblée générale de l'ONU

Dans son discours devant l'Assemblée générale de l'ONU, l'Autorité palestinienne a attaqué Israël, affirmant qu'elle ne respectait pas les accords signés avec elle et évitait de s'engager dans toute initiative de paix.

Le président de l'Autorité palestinienne Abu Mazen a lancé vendredi soir un ultimatum à Israël dans son discours à l'Assemblée générale des Nations Unies, déclarant que si Israël ne se retire pas des territoires occupés en 1967 dans un délai d'un an, l'Autorité palestinienne fera appel devant la Cour internationale. de justice de La Haye.

"Nous n'abandonnerons pas notre peuple et continuerons d'agir jusqu'à la libération de nos prisonniers", a précisé Abu Mazen.

La majeure partie du discours d'Abbas s'est concentrée sur le conflit avec Israël, et il a statué qu'Israël ne respectait pas les accords signés et évitait de s'engager dans des initiatives de paix. "Je défie la communauté internationale et les Nations Unies de traduire Israël en justice pour ses actions.Je défie tout le monde dans le monde de prouver que nous avons rejeté une initiative sérieuse pour parvenir à la paix ", a ajouté le président de l'AP.

"Ma famille et moi, comme beaucoup de Palestiniens, tenons bon sur la terre dont notre peuple a été expulsé il y a 73 ans", a poursuivi Abu Mazen dans son discours.

« Pendant ce temps, Israël promulgue des lois et expulse les Palestiniens des quartiers de Sheikh Jarrah et de Silwan. » Abbas a ajouté que « nous avons atteint le point de vérité avec les autorités d'occupation et il semble que nous soyons à la croisée des chemins. Je le dis assez, la situation est devenue insupportable et insoutenable. Et notre peuple ne peut plus souffrir."

"J'ai combattu pour la paix toute ma vie et j'ai agi selon des méthodes de paix, de droit et de diplomatie", a poursuivi Abu Mazen. "Nous avons à plusieurs reprises recherché la paix, et nous ne pouvons pas trouver un partenaire en Israël qui croit et accepte la solution des deux pays."

Il a souligné que "notre peuple n'acceptera pas la réalité de l'occupation et ses méthodes illégales, et poursuivra la lutte pour obtenir le droit à l'autodétermination".

Abu Mazen a précisé qu'il ferait appel à la Cour internationale de justice pour « prendre une décision concernant la légitimité de l'occupation de la terre palestinienne ».

Il a expliqué que "tout le monde devra obéir aux résultats de l'audience du tribunal.
Le colonialisme et l'apartheid sont interdits par le droit international, et ce sont des crimes contre lesquels il faut lutter".

Abbas a commencé par présenter un document montrant la propriété des terres des réfugiés à partir de 1948.

Il a averti que faire appel à la solution à deux États pourrait ouvrir la porte à d'autres alternatives.

Il a ajouté que les gouvernements israéliens actuel et précédent éludent la solution politique et qu'ils préfèrent promouvoir « des projets économiques et de sécurité alternatifs qui sont des plans unilatéraux qui n'apporteront la sécurité et la stabilité à personne ».

L'ambassadeur d'Israël aux États-Unis et aux Nations Unies, Gilad Ardan, a déclaré en réponse au discours qu'"Abu Mazen a une fois de plus a prouvé que son temps est écoulé et que ce n'est pas un hasard si 80% des Palestiniens veulent également qu'il parte."

Il a ajouté qu'"une fois qu'il a proposé de poursuivre la Grande-Bretagne au sujet de la déclaration Balfour, il veut aujourd'hui revenir au plan de partition de l'ONU - mais plus que tout, son mensonge s'est démarqué sur son refus et celui des Palestiniens de faire la paix, car quiconque soutient vraiment la paix et les négociations ne menacent pas d'ultimatums délirants sur la scène de l'ONU."

Le président libanais Michel Aoun, qui s'est exprimé devant Abou Mazen, a également évoqué les relations avec Israël, et a condamné sa décision d'autoriser l'exploration gazière et pétrolière dans le territoire maritime contesté entre les deux pays.

"Les menaces répétées d'Israël nous préoccupent", a-t-il précisé, appelant à la reprise des négociations indirectes sur la question avec Israël. Plus tôt cette semaine, le roi Abdallah de Jordanie et l'Arabie saoudite ont appelé Israël et les Palestiniens à avancer vers une solution à deux États.

 

Mots clés : ONU, abu mazen, israel, palestiniens, territoires, terroristes

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75,, 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi