La raison d’être des Frères musulmans est d’établir un califat islamique

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
La raison d’être des Frères musulmans est d’établir un califat islamique

Un Siècle de Frères Musulmans

Par Daniel Pipes, président du Middle East Forum. Le texte publié ci-dessus est celui, légèrement modifié, de l’avant-propos de l’ouvrage « the Secret Apparatus » de Cynthia Farahat.

Version originale anglaise: “A Century of the Muslim Brotherhood”
Adaptation française: Gilles de Belmont

Dans “The Secret Apparatus: The Muslim Brotherhood’s Industry of Death”, [L’appareil secret : l’industrie de mort des Frères musulmans] (New York: Bombardier Books, 2022), Cynthia Farahat affirme que les Frères musulmans (FM), fondés il y a près d’un siècle, présentent une menace bien plus grande qu’on ne le pense habituellement, l’organisation frériste n’étant rien moins que « l’incubateur mondial du terrorisme islamique moderne » et « la secte militante la plus dangereuse au monde ».

Outre le parcours des Frères musulmans, l’auteure retrace l’histoire des principaux groupes égyptiens tels que al-Takfir wa’l-Hijra, al-Jama’a al-Islamiya et le Jihad islamique égyptien ainsi que des groupes non égyptiens comme Ansar al-Shari’a en Libye, Jama’at al-Tawhid wa’l-Jihad en Jordanie, Talai’ al-Fateh dans plusieurs pays, le Hamas, les talibans, al-Qaïda et l’EI. Avec un tel éventail d’organisations, l’auteure conclut que les Frères musulmans constituent une « menace existentielle » pour les États-Unis. Bref, Farahat souhaite que ceux qui ne sont pas alarmés par cette organisation, le deviennent de toute urgence.

Égyptienne ayant émigré il y a dix ans aux États-Unis, où elle a écrit sur le djihad pour des publications américaines, Farahat tient une chronique pour un journal égyptien. Elle a par ailleurs témoigné devant le Congrès et conseillé le monde judiciaire américain sur l’islamisme et le djihad. Avant cela, en Égypte, elle a cofondé le parti libéral égyptien dont le programme défendait le capitalisme, la séparation de la Mosquée et de l’État et la paix avec Israël. Elle a étudié la jurisprudence et l’histoire islamiques et a co-écrit en 2008 un livre (en arabe) intitulé Profanation d’une religion céleste. Pour sa peine, l’Université al-Azhar a interdit le livre alors qu’elle-même avait été bannie du Liban et placée sur la liste noire d’un groupe affilié à Al-Qaïda.

The Secret Apparatus présente une multitude de noms, de dates, d’événements et d’autres faits détaillés qui sont autant d’éléments nécessaires pour appuyer la thèse de l’auteure. En conséquence, ce n’est pas un livre à survoler mais à étudier et à relire. Les informations sont en grande partie de première main. Farahat a profité de l’ouverture des archives en Égypte au lendemain de la révolution de 2013 et a puisé à de nouvelles sources telles que la mémoire prodigieuse de Tharwat al-Kherbawy. Pour aider le lecteur à aborder et à apprécier les pages qui suivent, je propose d’en esquisser les grandes lignes dans cet avant-propos, en y ajoutant quelques réflexions personnelles.

Le livre comporte cinq parties : les influences de fond, le fondateur des FM, les supercheries, l’impact et la politique américaine.

Farahat affirme que ce sont les Frères musulmans, fondés le 22 mars 1928, qui ont créé l’islamisme moderne et que leur appareil secret constitue « la première organisation terroriste islamique secrète de l’histoire moderne ». Elle rattache les origines de l’organisation frériste à deux sources principales :

(1) L’Iran et la branche chiite de l’islam. Les « Assassins » (« H’ashashine » ou drogués) du Moyen Âge ont exercé « sur la formation de la Confrérie la plus grande influence », permise par le taqrib, procédé d’atténuation des différences théologiques entre les branches chiite et sunnite de l’islam, dans le but ultime de rétablir le califat et mener conjointement le djihad contre leurs ennemis communs. L’Iranien Jamal ad-Din al-Afghani, fondateur du projet de djihad moderne, a peut-être été « la personnalité la plus importante du renouveau de l’islamisme » étant à l’origine du mariage entre sociétés secrètes de type occidental et prosélytisme clandestin islamique. Le fondateur des Frères, Hassan al-Banna, s’est largement inspiré de cet héritage pour créer un « équivalent contemporain de l’ordre des Assassins ».

Farahat rapporte la nouvelle surprenante d’une visite que l’ayatollah Khomeini a rendue à al-Banna au Caire en 1938. Elle suppose qu’« al-Banna a influencé Khomeini, une influence devenue manifeste des années plus tard ».
Au milieu des années 1960, Ali Khamenei profite de son séjour dans une prison iranienne pour traduire en persan deux des livres phares des Frères musulmans, écrits par Sayyid Qutb. La révolution iranienne de 1978-1979 a vu une branche de la confrérie officiellement établie en Iran. À cette époque également, Khomeiny a apparemment suggéré la formulation du slogan clé de l’organisation : « l’islam est la solution ».
Pendant la guerre Iran-Irak, les Frères ont usé de leur influence pour aider Téhéran. En retour, Téhéran a généreusement financé le Hamas.

Lorsque Khamenei est devenu le chef suprême de l’Iran en 1989, il a inclus ces deux livres de Qutb dans le programme des écoles du Corps des gardiens de la révolution islamique. En échange, les dirigeants fréristes ont inclus Khomeiny parmi ses penseurs les plus importants aux côtés d’al-Banna, Qutb et Abul A’la Maududi. Les deux parties ont forgé de nouveaux liens après le renversement d’Hosni Moubarak en 2011, lorsque les Frères ont soutenu avec ferveur le programme nucléaire iranien.

Cette succession d’événements fait dire à Farahat que « la coopération entre les Frères musulmans et l’Iran est l’une des relations les plus dangereuses et les plus complexes dans le monde de la politique internationale, du djihadisme et du terrorisme transnational. »

C’est Staline qui a eu la plus grande influence sur la structure de la Confrérie.

(2) Les idées et institutions occidentales modernes. Ces influences, aussi nombreuses qu’éclectiques, comprenaient les francs-maçons (en particulier l’idée d’organisation clandestine), une série de dictatures du XXe siècle – le Kaiser « Hajji » Guillaume II et sa propagande durant la Première Guerre mondiale (en particulier l’œuvre subversive de Max von Oppenheim), les nazis (en particulier la brutalité de la Sturmabteilung ou S.A.) et les Soviétiques (en particulier les idées de Lénine, le modèle dual du Komintern composé du parti officiel et de l’appareil secret, ainsi que le NKVD de Staline). Bien qu’al-Banna fût un admirateur de Hitler et que le personnel frériste « continue d’adhérer aux valeurs d’Hitler aujourd’hui encore », c’est Staline qui a eu la plus grande influence sur la structure de la confrérie. Celle-ci a copié les organes de pouvoir staliniens au plan national et international ainsi que la structure du Komintern. En effet, « al-Banna a modelé son organisation sur les appareils de gouvernement de Staline, une structure encore utilisée de nos jours par les Frères musulmans ». Ce modèle est d’une brutalité qui dépasse l’entendement.

À ces influences s’ajoute le caractère du fondateur des Frères musulmans, Hassan al-Banna qui, longtemps après sa mort, continue d’occuper une place dominante : sa « vision paranoïaque, obsessionnelle et criminelle perdure à travers l’entité caméléon qu’il a créée ». Ainsi, les statuts de l’organisation exigent que les membres « fassent passer l’intérêt du groupe avant celui de l’individu » et le groupe considère les enfants des membres comme étant au service de ses ambitions. En fin de compte, chaque membre doit vouer une obéissance totale au chef, connu sous le nom de Guide général. Les officiers inférieurs de l’organisation, connus sous le nom d’émirs, s’impliquent alors dans tous les aspects de la vie du membre, y compris les mariages, les maladies et les difficultés, en vue de faire pression, de faire chanter ou de soudoyer celui-ci. Ainsi, les agents de la confrérie doivent se marier au sein de l’organisation et avec une personne issue d’une famille ayant un statut similaire au leur.

Au-delà de ces questions internes, al-Banna insistait surtout sur deux thèmes : le califat et la mort. « La raison d’être des Frères musulmans est d’établir un califat islamique » qui appliquera la loi islamique, la charia. En effet, pour les Frères, comme pour de nombreux autres islamistes, « la réponse à tous les problèmes – allant des ennuis avec leurs beaux-parents aux problèmes de santé, en passant par les préoccupations de politique publique – est le rétablissement du califat ». À cette fin, la confrérie utilise toutes les méthodes, licites ou criminelles.

La célèbre définition des principes des Frères musulmans selon al-Banna fait allusion à sa préoccupation particulière pour la mort : « Dieu est notre but, le Prophète est notre modèle, le Coran est notre loi, le djihad est notre voie et le martyre est notre aspiration. » La mention d’une « industrie de la mort » (sina’at al-mawt) dans le titre du présent livre fait référence à un article bien connu d’al-Banna, particulièrement malsain, et dans lequel il évoque la gloire de mourir pour l’islam :

La mort est un art, parfois un bel art malgré son amertume, il pourrait même être le plus beau des arts s’il est créé par les mains d’un artiste de génie. Le coran l’a honorablement présenté à ses croyants et les a obligés à la chérir et à l’aimer plus que d’autres aiment la vie … Les musulmans ne pourront être sauvés que s’ils adoptent la philosophie coranique de la mort et l’embrassent comme un art, un art véritablement magnifique.

Al-Banna exaltait la mort par-dessus tout.

Al-Banna exaltait la mort par-dessus tout. Il « croyait qu’aimer la vie était un péché mortel qui empêchait les musulmans d’entrer au paradis. Il soutenait que les musulmans ne pouvaient aller au paradis que s’ils « versaient leur sang comme impôt pour [aimer] la vie. » Son principal disciple, Qutb, a ensuite « poursuivi le principe doctrinal d’al-Banna selon lequel tous les musulmans qui ne sont pas membres de groupes djihadistes sont des infidèles et méritent d’être tués ». Et il y a pire :

S’il est bien connu que les frères musulmans croient en l’extermination de tous les non-musulmans, il n’est pas de notoriété publique qu’ils considèrent également toutes les nations islamiques comme des maisons de guerre et la grande majorité des musulmans comme des infidèles qui, selon eux, devraient être tués.

Bref, les frères musulmans sont une machine à tuer perfectionnée.

Le mariage d’influences entre Assassins, Staline et al-Banna a créé une organisation dont l’objectif se résume à la déclaration d’al-Banna : « les lois et les enseignements de l’islam sont un système total et complet en soi qui agit comme arbitre suprême de la vie dans ce monde et dans l’au-delà ».

Pour expliquer le succès des Frères musulmans, Farahat propose trois idées clés sur les méthodes de l’organisation, toutes basées sur la supercherie.

La première concerne un leurre fondé sur une dualité, à savoir l’existence d’un visage officiel somme toute anodin, l’Appareil général, et d’une milice secrète maléfique, l’Appareil secret. Depuis 1951, l’organisation entretient un double langage sur ses deux visages, l’un faisant rayonner de manière opportuniste les valeurs démocratiques libérales et l’autre exprimant « une rhétorique extrémiste et pro-terroriste ». Dans le même temps, il est clair que le chef de l’Appareil secret, connu sous le nom de Guide secret, est depuis 1971 le chef suprême des Frères musulmans. Depuis cinquante ans, le Guide général « agit simplement comme un agent de relations publiques ». Ces tâches de relations publiques ont consisté à perpétuer de manière convaincante « le mythe selon lequel l’appareil secret n’est plus opérationnel » alors qu’en réalité il l’est complètement. Les divisions officielles et clandestines opèrent selon le principe du djihad permanent tel que défini par al-Banna, ce qui leur permet toutes sortes d’entreprises criminelles, entre autres illégalités.

Cette supercherie consiste notamment en la prétention d’avoir abandonné la force au profit d’un engagement politique légitime : « chaque fois que les Frères musulmans ont publiquement renoncé à la violence, ils se sont engagés dans des activités jihadistes clandestines sous une bannière différente ». En effet, l’organisation ne peut en aucun cas renoncer à la force : « Si les Frères renonçaient au jihad violent, cela signifierait que les dirigeants ont démantelé l’organisation, car les Frères musulmans perdraient leur légitimité et leur seule raison d’être. »

La deuxième supercherie concerne la pratique frériste consistant à ordonner formellement aux membres de rompre les liens avec l’organisation et de fonder des ramifications apparemment sans rapport. Ainsi, les Officiers libres « ont perpétré le coup d’État de 1952 » qui a mis fin à la monarchie égyptienne alors que les diverses organisations salafistes égyptiennes font passer les Frères musulmans pour des modérés. Quant au Hamas, il a si bien réussi à imprégner de violence le conflit palestino-israélien qu’il est devenu « un modèle » pour d’autres franchises fréristes. En son temps, Anouar al-Sadate a dit qu’al-Jama’a al-Islamiya et les Frères musulmans « ne font qu’un ». Rifʻat Qumsan, un général égyptien, y inclut davantage de groupes, quand il déclare :

Nous ne devons pas nous laisser berner par des noms tels que Daech [ei], Nosrat al-haq, Nosrat al-islam, Hamas, etc. ces organisations ne font qu’un. On peut dire que la confrérie est le cadre de toutes ces organisations, depuis les plus prétendument pacifiques, comme Jam’at al-tabligh wa’l-da’wa, jusqu’aux plus violentes, comme al-Qaïda, Tanzim al-jihad et Daech.

Ce modèle de « franchise du modèle terroriste de la Fraternité » fait des Frères musulmans une menace bien plus grande que s’ils agissaient en tant qu’organisation isolée, d’autant plus que chaque branche exploite son propre appareil secret.

La troisième supercherie concerne l’infiltration. L’unité de l’appareil secret chargée du renseignement « infiltre et subvertit systématiquement de l’intérieur les partis politiques, les forces armées, les agences de renseignement, les médias, les systèmes d’enseignement, les organisations gouvernementales et non gouvernementales ainsi que d’autres groupes influents ». Le gouvernement égyptien a été la cible principale de cette campagne. D’autres institutions comprennent des organisations caritatives, le parti communiste égyptien et l’université al-Azhar.

En effet, l’Université al-Azhar joue un rôle unique dans la diffusion du message frériste, à commencer par « la légitimité théologique d’infliger des souffrances aux infidèles ». Ainsi, « le musulman est autorisé à assassiner un apostat et à le manger, [ainsi qu’à] tuer un guerrier [infidèle], même s’il s’agit d’un enfant ou d’une femme. Il est permis de les manger car ils ne jouissent d’aucune protection » - Avec une telle éducation, on n’est guère choqué d’apprendre qu’il arrive aux jihadistes « de dissimuler leurs manifestes sur le terrorisme sous forme de mémoires de master et de thèses de doctorat » à al-Azhar. En conséquence, « certains des jihadistes les plus cruels au monde ont reçu leur formation religieuse officielle » dans l’une des nombreuses structures – mosquées, écoles, centres d’enseignement et universités – affiliées à al-Azhar partout dans le monde. Burhanuddin Rabbani, qui a joué un rôle majeur dans la transmission de l’islamisme en Afghanistan, en offre un exemple.

Farahat examine en détail le cas d’Omar Abdel-Rahman, connu sous le nom de Cheikh aveugle. Connu en Occident pour avoir passé des décennies en prison à la suite de son incitation au jihad contre les monuments de New York, il avait un rôle beaucoup plus important selon Farahat qui le considère comme « le théologien le plus influent de ces cinquante dernières années au sein des groupes militants sunnites » et comme « le parrain du Jihad islamique ». Plus précisément, il était « le fondateur idéologique » d’al-Jama’a al-Islamiya et d’al-Qaïda, qu’il a toutes deux mentionnées dans sa thèse de doctorat. Farahat rapporte également qu’Abdel-Rahman a reçu « un soutien institutionnel direct et une légitimation théologique » de l’Université al-Azhar pour ces activités et qu’il « n’aurait pas pu créer cette vague massive de terrorisme transnational sans al-Azhar ». Enfin, l’auteure avance qu’al-Azhar était « directement impliquée » dans la fondation d’al-Qaïda.

L’infiltration a généré d’importants profits. « Des décennies d’infiltration ont permis aux membres actifs des Frères musulmans de contrôler le Qatar, la Turquie, le Soudan et l’Égypte d’alors. Les nations occidentales profondément touchées par les tactiques déstabilisatrices des Frères musulmans comprennent les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Allemagne » - Bref, financé par les contribuables égyptiens, al-Azhar « militarise ses étudiants et les transforme en jihadistes ». Farahat conclut que ce ne sont pas seulement les infidèles qui doivent craindre les enseignements d’al-Azhar car ces enseignements représentent « également un danger pour tous les musulmans ».

Parmi les actes notables de violence jihadiste perpétrée par les Frères, citons les assassinats du Premier ministre égyptien Ahmad Maher Pacha en 1945, de l’ancien Premier ministre Mahmoud Fahmi al-Nuqrashi en 1948 et du président Sadate en 1981. En outre, la confrérie a failli assassiner Gamal Abdel Nasser en 1954 et certains de ses membres ont activement participé à l’incendie d’une grande partie du centre du Caire en 1952.

Mais ce qui, affirme Farahat, est encore « plus dommageable » que la violence, c’est l’opération de Jihad civilisateur des Frères musulmans qui recourent à des moyens légaux pour étendre leur influence. L’Égypte, patrie des Frères, est le modèle du Jihad Civilisationnel. Depuis la fin des années 1950, la confrérie « exerce un contrôle presque total sur l’Université al-Azhar », cette institution située au Caire et qui jouit d’un prestige mondial parmi les musulmans sunnites. Le personnel d’al-Azhar contrôlait efficacement la branche législative du pouvoir égyptien étant donné qu’il était en mesure de rédiger ou de vérifier les lois avant qu’elles ne soient portées devant le parlement.

Les premier et deuxième présidents de l’Égypte, Mohamed Naguib et Gamal Abdel Nasser, étaient des membres secrets des Frères musulmans (Nasser les avait rejoints en 1942). Nasser a peut-être été « un dilettante totalitaire adepte d’idéologies d’extrême gauche », cela ne l’a pas empêché de libérer de prison tous les jihadistes fréristes et d’employer des nazis allemands pour « démanteler le système éducatif égyptien et subvertir idéologiquement le pays ». En 1954, Nasser a visité la tombe d’al-Banna avec son successeur Sadate. C’est là qu’ils ont tous deux prêté allégeance au fondateur de l’organisation. Nasser l’a juré : « Dieu m’est témoin, je soutiendrai les valeurs [d’al-Banna] et mènerai un jihad en leur nom ».

Sadate était membre de la confrérie depuis longtemps, tout comme son successeur Moubarak (qui les a rejoints en 1944). Farahat décrit ce dernier comme « armé d’une audace que confère une profonde ignorance, d’une rudesse paysanne et d’une soif de pouvoir ». Sous Moubarak, l’infiltration de l’armée par les Frères était telle qu’Abbas Mukheimar, le général de division de l’armée qu’il avait nommé pour superviser la purge des officiers membres de la confrérie ou d’autres affiliations islamistes, était lui-même un Frère. De plus, sous le règne de Moubarak, « le recrutement terroriste des Frères musulmans était parrainé par l’État et diffusé en continu sur le satellite de communication de la chaîne de radio-télévision du gouvernement égyptien, Nilesat ».

Mohamed Hussein Tantawi, qui a mené un coup d’État en 2011 au nom des Frères musulmans, en était probablement membre et le conseil militaire qu’il dirigeait était ouvertement islamiste au point de financer les Frères et les partis politiques salafistes qui leur étaient affiliés. Bien entendu, Mohamed Morsi, qui a dirigé l’Égypte en 2012-2013, était ouvertement membre de la confrérie et, en réalité, avait été clairement choisi par les Frères musulmans pour se présenter à la présidence. Il a ensuite procédé à une nomination clé en faisant d’Abdel Fattah al-Sisi son ministre de la Défense. Il s’était fié au fait que Sissi était issu de l’élite de la confrérie puisqu’il était le descendant du co-fondateur de l’organisation, Abbas al-Sissi.

Sous Morsi, les choses ont radicalement changé, les Frères musulmans devenant « ouvertement djihadistes. Le groupe a installé des tentes ou des camps de torture et de mort à travers l’Égypte, où ils ont enlevé, torturé et assassiné des manifestants et parfois des civils au hasard ». Pire encore, il avait élaboré des plans d’extermination massive des Égyptiens, chrétiens et musulmans, conformément à la doctrine eschatologique d’al-Banna d’anéantir la population musulmane par un sacrifice sanglant, ce qu’il appelait un impôt du sang (daribat ad-damm).

Toutefois, en posant de tels actes, les Frères musulmans ont dépassé les limites : « La torture et les meurtres généralisés et aveugles perpétrés par les Frères musulmans ont entraîné une large opposition » et suscité, le 30 juin 2013, le plus grand rassemblement politique de toute l’histoire. Celui-ci a été immédiatement suivi d’une révolution dirigée par Sissi qui est arrivé au pouvoir en bénéficiant d’une énorme popularité. Puis, pratiquement contre toute attente, Sissi s’est retourné contre la confrérie pour devenir le premier président égyptien anti-Frères. En refusant d’accepter cette réalité, les Frères musulmans ont lancé contre le nouveau régime, une vague de violence à laquelle Sissi a répondu, en décembre 2013, en désignant la confrérie comme organisation terroriste.

De 1952 à 2012 l’influence des FM en Egypte a réduit la plupart des institutions gouvernementales à l’état de « structures décoratives [destinées] à donner au pays un aspect superficiellement moderne ».

Au total, « de 1952 à 2012, chacune des transitions du pouvoir en Égypte a résulté d’un coup d’État d’officiers [militaires] appartenant aux Frères musulmans ». Plus que cela, pendant une grande partie de cette période, la confrérie « était le pouvoir caché derrière la prise de décision » et, en réalité, elle « dominait le pays ». Pendant ce temps, l’influence des Frères en Égypte a réduit la plupart des institutions gouvernementales à l’état de « structures décoratives [destinées] à donner au pays un aspect superficiellement moderne », alors qu’en réalité ce sont les Frères qui étaient aux commandes. En outre, pendant cette période de soixante ans, ils ont simplement fait semblant de combattre le pouvoir en place et servi en réalité de «fausse opposition parrainée par le gouvernement» qui est allé jusqu’à les subventionner via ses entreprises commerciales.

Les Frères musulmans exercent également un pouvoir étendu en dehors de l’Égypte. Amin al-Husseini, le mufti de Jérusalem, les a aidés à s’établir en Palestine mandataire et en Transjordanie. En Afghanistan, les Frères « ont joué un rôle central » dans la guerre soviéto-afghane en aidant les jihadistes du Moyen-Orient à se rendre en Afghanistan. En 1985, au beau milieu de cette guerre, trois dirigeants de la confrérie (Abdullah Azzam, Oussama ben Laden, Ayman al-Zawahiri) ont fondé une organisation qui est ensuite devenue al-Qaïda. D’autres personnalités parmi les Frères musulmans ont joué un rôle clé dans la fondation des talibans. Au Soudan, Omar al-Béchir a pris le pouvoir en 1989, devenant ainsi « le premier membre des Frères musulmans à diriger publiquement et officiellement un pays. » En Tunisie, un coup d’État orchestré en 2011 par la confrérie a renversé le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali et déclenché le « printemps arabe ». Recep Tayyip Erdoğan est à la fois le général et le guide secret des Frères ainsi que le chef de leur appareil international. Sous sa direction, « la Turquie est devenue le centre de commandement et de contrôle du terrorisme islamique », tandis qu’Istanbul est devenue « un refuge pour le recrutement de terroristes, le trafic de jihadistes vers et hors de la Turquie et la préparation d’attentats terroristes internationaux »

L’Occident voit l’immigration musulmane augmenter, tout comme les activités des Frères musulmans qui s’appuient comme d’habitude sur la double structure, l’une officielle, qui gère des écoles, des mosquées et d’autres institutions d’apparence anodine, et l’autre secrète qui crée, finance et exploite partiellement ou totalement des groupes jihadistes violents. Le cheikh aveugle, Omar Abdel-Rahman, est peut-être l’exemple de Frère musulman le plus notoire de cette dernière branche.

En ce qui concerne la politique américaine, Farahat est consternée de constater que les supercheries des Frères musulmans ont réussi : « la terminologie voilée a contribué à l’infiltration du gouvernement américain et a conduit à des politiques de soutien aux Frères musulmans. » Pour aider à résoudre ce problème, elle propose un guide d’utilisation du langage frériste :

- vérité signifie « mise en œuvre de la charia » ;

- liberté, « absence de transgressions de la charia » ;

- tyrannie, « opposition à la charia » ;

- justice, « la charia pour tous les aspects de la vie » ;

- paix, « acceptation de la domination musulmane » ;

- renaissance islamique, « assujettissement de tous les peuples de la terre à Allah ».

 

L’auteure conclut que cette terminologie islamiste codée, qui va de pair avec l’infiltration, « a permis au groupe djihadiste le plus violent du monde de gagner du pouvoir en Amérique. »

Elle constate également que Washington a abandonné son ancienne approche consistant à obtenir la paix par la force au profit d’une « stratégie de type germano-ottomane du XIXe siècle consistant à employer des mercenaires jihadistes pour mener à bien des politiques vouées à l’échec » -

Avec des conséquences dévastatrices, la politique occidentale aberrante vis-à-vis des Frères musulmans a contribué à des centaines de milliers de morts et au déplacement de 2,7 millions de personnes par le régime des Frères musulmans, rien qu’au Soudan. De plus, les émeutes et les manifestations qui ont éclaté dans tout le Moyen-Orient en 2011 étaient le résultat direct d’une politique américaine indulgente envers les Frères musulmans.

Farahat affirme qu’au cours de ces seules dix dernières années, les politiques américaines aberrantes « ont entraîné la perte de centaines de milliers de vies et le déplacement de millions de personnes au Moyen-Orient »

L’auteur soutient que pour pouvoir maintenir sa « sécurité et pour que la liberté puisse prospérer à l’échelle internationale », Washington « doit criminaliser les Frères musulmans » en les désignant comme organisation terroriste. Cela permettra non seulement de clarifier l’identité de l’ennemi mais aussi d’aider à faire la distinction cruciale entre musulmans et islamistes : les Frères musulmans « ont profané leur propre religion en militarisant la terminologie théologique et en l’infestant de définitions de nature violente et terroriste, étrangères à la grande majorité des musulmans »-

«The Secret Apparatus » se termine par ces mots qui donnent à réfléchir : « Soit vous êtes avec l’écrasante majorité des musulmans et l’ensemble des personnes pacifiques à travers le monde, soit vous êtes avec les Frères musulmans. »

Au terme de plus de deux décennies de recherches sur les Frères musulmans, Cynthia Farahat établit le constat horrifié de leurs actions en affirmant que les Frères musulmans sont « l’une des entreprises criminelles les plus complexes au monde ». Le livre qu’elle a écrit plaide de manière convaincante pour que les Frères musulmans soient considérés non pas comme l’une des nombreuses organisations islamistes en lice mais bien comme un pionnier historique et la source d’une misère indicible.

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi