Israël: le maire de Sdérot renonce à démissionner

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

                   Israël: le maire de Sdérot renonce à démissionner

JERUSALEM,le 14/12/07 - Le maire de Sdérot, ville israélienne cible de nombreux tirs de roquettes de la bande de Gaza, a renoncé jeudi à démissionner, revenant sur une décision prise la veille pour protester contre "l'incapacité" du gouvernement à mettre fin aux attaques.

"J'ai eu un entretien de 40 minutes avec le ministre de la Défense (Ehud Barak) et il m'a, en fait, ordonné de rester à mon poste. Je pense que ce serait irrespectueux de ne pas le faire", a dit Elie Moyal à la presse.

Selon le bureau de M. Barak, l'ancien Premier ministre aurait expliqué à son interlocuteur qu'en "cette période difficile", une démission serait interprétée par les "ennemis (d'Israël) comme un succès, ce qui ne serait pas bon de leur laisser croire".

Le maire de Sdérot avait annoncé la veille sa démission, affirmant qu'il n'était "pas possible que des roquettes s'abattent sur la ville au quotidien et que les membres du gouvernement ne fassent rien pour y remédier".

Dix-sept roquettes ont été tirées mercredi matin contre le territoire israélien à partir de la bande de Gaza, faisant un blessé, selon une porte-parole de l'armée israélienne.

Les Brigades Al-Qods, la branche armée du Jihad islamique, ont revendiqué dans un communiqué le tir de 14 de ces roquettes, tandis que les Brigades des martyrs d'Al-Aqsa, liées au Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas, et la branche armée du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) ont revendiqué un autre tir dans un communiqué conjoint.

Jeudi, une Israélienne a été blessée par un nouveau tir de roquette à partir du territoire palestinien contrôlé depuis juin par le Hamas.

La ville, qui se trouve en bordure de la bande de Gaza, est la cible privilégiée des roquettes tirées par des groupes armés palestiniens. Selon des sources militaires, quelque 4.000 de ces engins artisanaux se sont abattus sur la ville et sur ses environs au cours des sept dernières années.

En tout, neuf Israéliens ont été tués dans cette région par ces tirs, selon un décompte de l'AFP.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi