''Et si c'était votre fils ?!''

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
                                        ''Et si c'était votre fils ?!''

Article paru dans "Aroutz 7"le 26/12/07

Israël n'oublie pas ses trois soldats, toujours entre les mains des terroristes depuis leur enlèvement, au cours de l'été 2006. Guilad Shalit a été kidnappé par le Hamas il y a 548 jours, près de la bande de Gaza, et Eldad Reguev et Ehoud Goldwasser ont subi le même sort, une dizaine de jours plus tard, dans le Nord du pays, capturés par le Hezbollah.
 
Micky Goldwasser a été invitée à prendre la parole ce mardi lors d'un meeting de solidarité organisé cette fois par des étudiants au collège universitaire de la Vallée de Jezréel. S'adressant à un auditoire de près de 700 personnes, la mère du soldat a notamment déclaré: "J'exprime ici la détresse de ma famille et de celle d'Eldad Reguev et de Guilad Shalit, ressentie depuis le premier jour de leur enlèvement".
 
Elle a ajouté: "Je ne veux pas revenir sur toute la série d'échecs que nous avons essuyés. Je veux crier: Rendez-nous les soldats qui ont été capturés alors qu'ils n'avaient rien fait. Quelqu'un était responsable de leur enlèvement, ce n'est pas à eux d'en subir les conséquences, mais ils endurent des souffrances indescriptibles infligées par des groupes d'hommes cruels. Qui sait ce qu'ils doivent supporter à chaque instant, et cela depuis un an et demi!"
 
Micky Goldwasser a également évoqué les dernières démarches, très controversées, du gouvernement qui envisage d'assouplir ses critères concernant les terroristes "ayant du sang sur les mains". A ce sujet, la mère du soldat a déclaré: "Alors que nous sommes sur le point de conclure une transaction pour le retour de Shalit et que nous avons réussi à porter atteinte au Hamas à tel point qu'il est prêt à demander une houdna et à rendre Guilad, certains politiciens osent remettre en question cette option".
 
Elle a prétendu que si certains hommes politiques n'approuvaient pas cette solution (consistant à libérer plus facilement certains terroristes), ce n'était pas par conviction mais plutôt par ambition personnelle, "afin de plaire à certains secteurs de la population et tirer profit de leur prise de position". Et de s'exclamer: "Comment réagiraient-ils si leur fils était un otage à la place du nôtre ? Il est facile de satisfaire ses ambitions politiques sur le dos des autres!"
 
Eyal Reguev, le frère du soldat enlevé, a pris ensuite la parole pour dire combien cela lui réchauffait le cœur de voir le soutien apporté par l'assistance aux familles touchées, "de la part de gens qui accomplissent leur période de réserve". Il a ajouté que lorsqu'un soldat tombait en captivité, "il fallait tout faire pour le ramener à la maison". Et de poursuivre: "Eldad, comme vous, devait entamer ses études à l'université, et au lieu de cela il est prisonnier, attendant les bonnes décisions venues de haut qui lui permettront de rentrer chez lui".

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi