Israël : Le Sourire de l'Innocence, Le Petit Shaked Devant la Tombe de Son Père Un Héros

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël : Le Sourire de l'Innocence, Le Petit Shaked Devant la Tombe de Son Père Un Héros

David m'a regardée et s'est rendu compte que quelque chose se passait. Il a ouvert son téléphone portable et m'a fait signe qu'il partait. Il a compris que c'était urgent, même en plein Shabbat.

En cinq minutes, il n'était plus à la maison. Je me suis retrouvée seule avec Shaked, mon bébé, dans la cuisine.

David avait quitté la maison, et j'ai commencé à pleurer. Je lui ai dit de me parler, mais il m'a répondu qu'il le ferait à la fin de la journée. Je lui ai dit qu'il vivait dans un film et qu'il devait faire attention sur la route. C'est la dernière fois que je l'ai entendu.

Ainsi, Anat Meir, veuve du major David Meir, âgé de 31 ans, tué au combat au kibboutz Bari, raconte leur ultime séparation.

Anat (30 ans) et David, de Jérusalem, avaient récemment construit leur maison commune et planifiaient le reste de leur vie ensemble.

Jusqu'au 7 octobre, elle était policière, et David travaillait dans l'immobilier.
Ils vivaient leur vie "avec le sentiment de réaliser un rêve".
Leur fils, Shaked, est né il y a environ un an. Anat raconte que Shaked "ne comprendra jamais que son père ne sera plus jamais à ses côtés."

"Le 7 octobre, nous étions chez nous, dans le quartier Nachalot", raconte Anat.

"C'était pendant Souccot, une semaine extraordinaire. Nous avions rencontré beaucoup de gens et, rétrospectivement, je comprends que David disait au revoir à tous ses cercles de vie.
Nous étions avec sa famille, ma famille, nos amis du quartier, de la colonie et du lycée. Nous avons passé les vacances à Jérusalem, et il a même dansé pour la première fois avec Shaked dans la synagogue", se souvient-elle avec émotion.

"Nous avons dîné avec des amis, nous nous sommes couchés et avons très bien dormi. Shaked s'est réveillé plusieurs fois dans la nuit, mais nous avons pu nous lever tard. Nous avons dormi jusqu'après 10 heures, ce qui est inhabituel pour nous, surtout en temps de guerre. Un ami a frappé à notre porte pour voir comment nous allions, et mon téléphone a sonné. Soudain, nous avons réalisé que quelque chose se passait."

David et Anat, qui vivaient une sorte de "lune de miel continue", ont eu un peu plus de temps ensemble avant que David ne rejoigne son unité. "David m'a parlé plusieurs fois en route, il continuait à répondre à mes messages, m'assurant que tout allait bien. Mais je ne savais pas où il était.

À 18 heures, il m'a dit que tout s'était calmé. Je ne savais pas que peu de temps après, il avait écrit qu'il allait bien, alors que j'étais chez mes parents sans savoir qu'il n'était plus en vie", raconte Anat avec douleur.

David, qui servait régulièrement et dans la réserve dans une patrouille de l'état-major, arriva rapidement à son unité et fut envoyé vers le sud.

"Ils sont arrivés à l'entrée de Kfar Gaza, ont passé quelques heures là-bas et ont reçu de nombreux blessés et cadavres du kibboutz, tandis que des roquettes tombaient sur eux. Il s'est disputé avec son commandant, insistant pour tenter de sauver des vies. David n'avait peur de rien. Il a été envoyé au kibboutz Bari, où il a combattu pendant plusieurs heures."

Anat partage les témoignages qu'elle a entendus de Dean Gelman, le meilleur ami de David dans l'unité, grièvement blessé lors du combat à ses côtés.

Gelman l'a appelée quelques heures après l'incident, dès sa sortie de l'opération. "David était au milieu d'un combat, ils tentaient de s'emparer d'un bâtiment. Ils ont été abattus depuis la bibliothèque du kibboutz, infestée de terroristes. David a été gravement blessé mais a survécu cinq minutes de plus, conscient tout le temps. Il a demandé à Dean de transmettre ses derniers mots : qu'il m'aimait et qu'il était désolé."

David, blessé mortellement, a été transporté à l'hôpital Soroka où il a été déclaré mort. Anat raconte : "Après la mort de David, son père est décédé. Leurs âmes étaient liées l'une à l'autre. Trois mois et demi après, son père a succombé à un cancer du pancréas."

Pour commémorer le trentième jour de la mort de David, Anat a amené Shaked visiter la tombe de son père pour la première fois. "C'est un bébé, mais je suis sûre qu'il comprend et vit cela à sa manière. Je lui explique pourquoi je pleure, que son père me manque."

Dans le lourd chagrin, Anat trouve du réconfort dans la solidarité des autres veuves et la certitude que David est devenu un héros. "Il y a de la fierté. Mon mari est parti dans la situation la plus héroïque imaginable. Mais ceux qui restent doivent vivre avec la douleur."

Concernant l'avenir de Shaked, elle dit : "Je sais que les défis vont augmenter. Il posera des questions et essaiera de comprendre davantage. Au pied de la pierre tombale de David, nous avons inscrit un vers de Naomi Shemer : 'Ce n'est pas en vain, mon frère, que tu as construit un nouveau bâtiment, car un temple sera construit avec ces pierres.' David aimait les chansons de l'ancienne Terre d'Israël. J'ai trouvé une vidéo de lui chantant à son fils. Quelque chose de grand en sortira."

Anat conclut en trouvant du réconfort dans cette solidarité : "Dans cette terrible situation, il y a des grâces. Nous sommes devenues un groupe soudé grâce à cette guerre. Je suis reconnaissante que nous ayons pu voir David propre et beau même dans la mort. Beaucoup n'ont pas eu ce privilège. Je me disais 'Anat, tu n'es pas la plus pauvre dans cette guerre.'"

David a laissé derrière lui une femme, un enfant, des parents et six frères et sœurs : Uri, Ahya, Naama, Avital, Zuriel et Gilat.

Faites connaître votre entreprise grâce à Alliancefr.com, le principal magazine juif en ligne.

En tant que plateforme dédiée à la communauté juive francophone intéressée par Israël et l'actualité juive, Alliance va au-delà du simple magazine.

Notre ADN est de fournir une couverture complète sur tous les aspects liés à Israël, allant des actualités aux sujets divers.

Si vous êtes à la recherche d'une communication ciblée, nous avons la solution idéale pour vous.

Contactez-nous dès maintenant au 01 70 00 75 75 ou par e-mail à info@alliancefr.com pour découvrir la formule publicitaire qui correspond à vos besoins.

Grâce à notre expertise dans le domaine de la communication, nous pouvons vous aider à atteindre votre public cible et à promouvoir vos services de manière efficace.

Ne manquez pas l'opportunité d'être référencé sur Google avec les mots clés pertinents de votre activité.

Communiquez avec nous dès maintenant pour donner un nouvel élan à votre visibilité en ligne.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi