Attentats anti-israéliens en Argentine: Un mandat d'arrêt international est lancé contre l'ex-président iranien.

International - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Attentats anti-israéliens en Argentine: Un mandat d'arrêt international est lancé contre l'ex-président iranien.

Article paru dans "Infolivetv",le 19/12/07
Le procureur en chef d'Argentine, Alberto Nisman, a affirmé hier à Hertzlya posseder désormais des preuves concrètes de l'implication des dirigeants iraniens, notemment du président Hashemi Rafsandjani, dans les attaques terroristes qui avaient ensanglanté l'ambassade d'Israël en Argentine et contre le Centre Communautaire Juif à Buenos Aires en 1992 et 1994.

 C'est à l'occasion de la conférence organisée par l'Institut Internationale de Contre-Terrorisme d'Herzlya en Israël , mardi soir, que Alberto Nisman a declaré « qu'il n'y avait désormais plus aucun doute que le gouvernement iranien, avec la complicité du Hezbollah, etait responsable des attaques contre l'Ambassade Israélienne (1992) et le Centre Communautaire Juif (1994) à Buenos Aires ».

 En charge de l'enquête, le procureur argentin a mis à jour les preuves necessaires pour incriminer l'ancien président iranien Hashemi Rafsandjani et son chef des renseignements, Ali Falahian, pour leur rôle dans la decision de prendre pour cible le Centre Communautaire Juif de Buenos Aires L'Argentine a désormais lancé un mandat d'arrêt international contre Rafsandjani, Falahian, et un certain nombre de diplomates iraniens en poste lors des attentats.

 Ce mandat d'arrêt international a de plus été approuvé lors de la récente reunion spéciale d'Interpol, qui s'etait reunie à Marrakech le mois dernier.

 Le 17 Mars 1992, un attentat contre l'Ambassade Israélienne à Buenos Aires avait causé la mort de 29 personne, dont 7 israéliens, et blessé 200 autres.

 Le 1er Juillet 1994, un terroriste d'origine libanaise, Ibrahim Hussein Berro, etait arrivé en Argentine, avant de lancer deux semaines plus tard un camion chargé d'explosifs, le 18 Juillet 1994 contre le Centre Communautaire Juif de Buenos Aires, attentat qui avait fait 89 morts et 230 blessés.

 La zone de la triple frontière entre le Brésil, l'Argentine et le Paraguay reste jusqu'à ce jour une zone particulièrement surveillée, par crainte d' une possible infiltration du Hezbollah dans cette region où se sont installés de nombreux Musulmans Shiites. 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi