Biélorussie : Une Israélienne arrêtée pour un ruban aux couleurs de l'Ukraine

Actualités, Antisémitisme/Racisme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Biélorussie : Une Israélienne arrêtée pour un ruban aux couleurs de l'Ukraine

Un ruban aux couleurs du drapeau ukrainien sur l'essuie-glace arrière d'un véhicule et c'est la raison pour laquelle cette citoyenne israélienne a été arrêtée à Minsk et détenu pendant 28 jours dans des conditions déplorables. A présent qu'elle a été expulsée de Biélorussie vers la Lituanie, elle peut raconter son histoire

Irina Kapilova (49 ans), responsable marketing senior qui vit à Minsk, a accroché un ruban aux couleurs du drapeau national ukrainien le deuxième jour de l'invasion russe.

En ce qui concerne la loi biélorusse, il n'y a pas et n'y a pas eu d'infraction, et selon Irina, son acte n'a reçu que des réactions positives, la grande majorité des Biélorusses s'opposent à la guerre et soutiennent l'Ukraine.

D'autre part, le régime de Loukachenko a permis à la Russie d'utiliser le territoire biélorusse pour l'invasion. Cependant, début mai, Kapilova a été soudainement convoquée à la police au motif que son véhicule personnel était soupçonné d'avoir été volé.

"Je n'ai rien fait d'illégal, alors j'ai pensé que tout au plus ils me donneraient une amende", dit-elle dans une interview  "mais l'enquêteur m'a dit sans sourciller qu'un ruban bleu-jaune clair aujourd'hui est comme un film blanc-rouge-blanc en 2020. Il a donc dressé un procès verbal indiquant que j'avais soulevé une émeute... dans son bureau, et m'a envoyé dans en cellule."

Le lendemain, un procès a eu lieu lors d'une audience en ligne, un policier, qui était censé avoir été témoin de l'incident, est apparu et s'est assis  pour lire les détails de mon 'émeute' dans le bureau de l'enquêteur", a déclaré Capilova.

Le juge a envoyé Kapilova à 15 jours de détention dans un établissement de la tristement célèbre Ockerstein Alley, et le cauchemar de la citoyenne israélienne de Minsk s'est intensifié.

Dormir à côté de la salle de bain

"Nous étions 18 femmes dans une cellule de 8 mètres carrés, sans literie et sans assez de lits", raconte-t-elle. " .

A bout de ses 15 jours, Kapilova a reçu ses effets personnels et a été emmenée au centre de détention - où deux policiers l'attendaient avec un protocole. "Il était 19h00 et dans le procès-verbal, il était écrit que ce jour-là à 21h30, j'ai fait une émeute ailleurs qu'à Minsk. Je leur ai dit qu'il n'y avait aucun moyen que je le signe, ma détention a été prolongé de trois jours sans procès ."

Selon elle, pendant tout ce temps, son avocat, son partenaire et sa famille ont demandé de l'aide à l'ambassade d'Israël à Minsk. "On leur disait constamment d'appeler plus tard, ou on leur promettait de revenir vers eux,mais rien n'a été fait" se plaint-elle.

Elle affirme avoir été transférée dans une cellule plus confortable quatre jours avant sa libération. "Peut-être que c'était grâce à l'ambassade. Je ne sais pas."

Aujourd'hui, Kapilova est en Lituanie. La raison: le jour de la libération, elle a reçu l'ordre de quitter la Biélorussie sans droit de retour pendant cinq ans . "Je n'ai reçu aucune aide, et c'est très décevant de l'ambassade israélienne", affirme-t-elle

Le ministère des Affaires étrangères a répondu: "Les allégations de Mme Kapilova ne sont pas fondées. La famille et les avocats de la dame n'ont pas contacté l'ambassade, mais l'ambassade d'Israël en Biélorussie a contacté l'avocat et la fille de Kopilova après avoir appris son arrestation. L'ambassade a contacté les autorités biélorusses. concernant la citoyenneté israélienne. "Aucun avertissement de voyage n'a été émis

Ce n'est pas la première fois que des citoyens israéliens sont arrêtés en Biélorussie au cours des deux dernières années. Au cours de la manifestation civile contre la fraude électorale, Alexander Froman et Artium Pronin ont été arrêtés et battus, et tous deux avaient également des allégations contre l'ambassade d'Israël.

En décembre, suite à l'implication du président Herzog, l'avocate Maya Reiten-Stoll, qui a été arrêtée à l'aéroport de Minsk avec du cannabis et détenue pendant deux mois, a été libérée. Dans son cas, une peine de prison a été commuée en amende.

Malgré le potentiel arbitraire des arrestations, Israël n'a pas émis d'avertissement de voyage au pays (à l'exception d'une demande de ne pas atteindre sa frontière sud, près de l'Ukraine, pendant la guerre).

L'affaire des enfants yéménites en Israël

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi