Pologne - Auschwitz : appel à l’aide internationale

Antisémitisme/Racisme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

auch.jpgLes baraquements d'Auschwitz, ainsi que toutes les infrastructures, nécessitent une restauration coûteuse.

Le plus grand cimetière de la Shoah est menacé de lent effondrement. L’urgence : trouver des financements internationaux.

Les capacités financières du camp d’Auschwitz-Birkenau ne suffisent plus à la préservation de ce site de mémoire de la Shoah. Construit en 1940 par les prisonniers eux-mêmes pendant la Seconde Guerre mondiale, ce camp de concentration et d’extermination, placé au patrimoine mondial de l’Unesco, souffre particulièrement des mouvements d’infiltration d’eau qui abîment les murs et les fondements et de mouvements de terrain. « C’est le dernier moment pour lancer des travaux complexes sur le terrain et sur les fondements des baraquements », a précisé le directeur du mémorial, Piotr Cywinski. Sauf que cette tâche dépasse les capacités financières du site.

120 millions d’euros

Pour répondre à ce besoin de rénovation, la Pologne demande la création d’un fonds international qui permettrait de régler « une fois pour toutes » la question de l’entretien des bâtiments.

Le Parlement Polonais a lancé ainsi un appel à de nombreux pays pour soutenir ce fonds. Une somme de 120 millions d’euros « permettrait d’arriver à un mécanisme d’autofinancement » du mémorial et d’affecter chaque année 4 à 5 millions d’euros à sa conservation, explique Monsieur Cywinski. Jusqu’alors, la quasi-totalité du budget du camp repose sur des subventions accordées par le gouvernement polonais et sur les entrées. Seulement 5 % sont apportés par la Fondation Ronald Lauder, qui soutient les Juifs de Pologne, et par l’Allemagne dans le cadre de divers projets ponctuels.

Toutefois, pour les responsables du site, il n’est pas question de reconstruire mais bien de « préserver la substance authentique afin de ne pas modifier la perception du lieu ». C’est au total 155 baraquements visitables qui sont à restaurer. Entre 1940 et 1945, environ 1,1 million d’hommes, de femmes et d’enfants de confession juive a été assassiné dans ce camp nazi. Chaque année, près d’un million de visiteurs revient sur ce lieu de mémoire.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi