Enquête : prostitution des soldates israéliennes dans la prison de Gilboa

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Enquête : prostitution des soldates israéliennes dans la prison de Gilboa

Six anciennes gardiennes de la prison de Gilboa se sont plaintes que les gardiens du département de haute sécurité de la prison les avaient prostituées et avaient permis à de dangereux prisonniers de sécurité de les harceler sexuellement et de les violer, pour obtenir la paix dans la prison.

Le département des enquêtes criminelles Lehav 433 affirment que des agents de  sécurité ont enquêté sur les soupçons selon lesquels ces soldates étaient impliquées dans l'incident, soit contre leur gré, soit sciemment et ont choisi de ne pas signaler.

Yael (pseudonyme), qui a révélé l'affaire, décrit : "Mohammed Atallah était le roi de la prison, C'est lui qui  décidait dans quelles ailes les  gardiens de prison travaillaient »
L'avocate Karen Barak, qui représente les plaignantes : «L'enquête traîne des pieds depuis de longues années malgré les plaintes vérifiées. »

L'une de ces gardiennes, Hila (pseudonyme),  a révélé ce week-end avoir été violée à plusieurs reprises par un prisonnier de la sécurité qui « gérait » la prison à l'époque :
le terroriste Muhammad Atallah. "Un terroriste palestinien avec du sang sur les mains contrôlait tous les officiers et le personnel, qui lui obéissaient et exécutaient ses demandes sans aucun argument. Il tendait ses mains sales et touchait les corps des femmes soldates sans aucune entrave."

"Ceux qui étaient censés me garder ont veillé à ce que je reste seule avec lui, contrairement aux procédures en place. Ceci, afin qu'il puisse m'abuser sexuellement à plusieurs reprises, et pas seulement moi, mais aussi beaucoup d'autres.  Je suis devenue son esclave sexuelle privée.
Il aurait pu m'assassiner ou me prendre en otage. C'est un meurtrier reconnu coupable, un terroriste. Que pensaient-ils ? Qu'il est permis de sacrifier une soldate de Tsahal pour obtenir des informations ? ou pour avoir le calme? ou pour de l'argent ? Tout le monde a participé,  tout le monde savait,  et personne n'a rien dit "

Yael (pseudonyme), l'ancienne gardienne de prison qui a courageusement exposé cette affaire, a décrit ce matin : "Muhammad Atallah gérait littéralement tout dans la prison. Les gardiens de prison étaient envoyés à toutes sortes de tâches sur simple demande. On avait ordre de le laisser tranquilles personne ne devait s'opposer à lui .

Comment a-t-il pu faire ce qu'il voulait ?

"L'officier du renseignement lui a donné tout son soutien pour être le 'roi' de la prison. Tout ce qu'il  demandé à l'officier sa demande était accordé : si c'était pour quitter l'aile sans menottes, boire du café et une cigarette, parler au  téléphone, sortir sur la pelouse sans menottes. C'est comme si qu'il nous menaçait avec une arme à feu : "Si vous ne faites pas ce que je dis, je ferai une attaque dans la prison ou une attaque à l'extérieur en faisant poignarder un officier par un terroriste. Ce sont des choses qui se sont produites dans le passé."

Qu'avez-vous vécu de ce terroriste ?

"J'ai subi un harcèlement verbal de sa part pendant un certain temps, mais je n'ai pas fait attention à lui. Pour moi, il n'était rien de rien. Normalement, je ne devais pas être envoyée en mission de haute de sécurité de la prison,  j'étais plutôt dans la division du milieu criminel.
Un jour, on m'a envoyé pour l'emmener d'aile en aile et ce morveux s'est permis de me toucher. C'était une expérience désagréable. Je n'ai plus accepter de travailler dans cette aile, j'ai absolument refusé."

L'avocate Keren Barak a déclaré lors d'une conversation avec N12 : "Pourquoi le bureau du procureur insiste-t-il pour ne pas publier cela ? A mon avis, il semble que le parquet se couvre pour avoir traîné des pieds dans l'instruction de cette affaire. Depuis de nombreux mois maintenant, l'unité d'enquête a reçu un certain nombre de nouveaux témoignages de gardiennes de prison qui ont servi, y compris le témoignage de la gardienne de prison Hila, et à notre connaissance, aucune enquête significative n'a été menée jusqu'à présent."

"Je crains que lorsque l'ordonnance de publication sera levée dans son intégralité, nous nous rendrons tous compte que l'affaire des proxénètes de garde qui a été exposée en 2018 n'a pas du tout fait l'objet d'une enquête approfondie, car aujourd'hui nous savons déjà qu'elle est beaucoup plus grave qu'elle ne l'était et s'étend sur une période plus longue.

Il semble que le système ait du mal à regarder dans les yeux le public et les femmes soldates de la prison de Gilboa, mais le jour n'est pas loin et l'État devra regarder et s'excuser auprès d'elles et prendre ses responsabilités."

Réponse des Lahav 433  : "Ce sont de sérieux soupçons concernant un incident qui s'est produit il y a plusieurs années. L'information est sous bâillon et nous attendrons les résultats de l'enquête policière et agirons selon les conclusions avec une tolérance zéro, conformément à la politique de l'organisation."

Le Premier ministre Yair Lapid a évoqué ce matin (dimanche) le cas des proxénètes dans les prisons et a déclaré qu'« il est impossible qu'une soldate de Tsahal soit violée pendant son service militaire par un terroriste » . L'affaire en question est sous le coup d'une enquête, nous ne pouvons pas en dire plus.
Nous
 amènerons les coupables devant la justice et nous veillerons à ce que de tels incidents ne se reproduisent plus."

 

Lire aussi : des soldates israéliennes prostituées à des terroristes dans les prisons israéliennes

 

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi