Israël : des policiers à la retraite travaillent comme gardes du corps pour des criminels

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël : des policiers à la retraite travaillent comme gardes du corps pour des criminels

Des dizaines de policiers qui ont pris leur retraite de leurs unités spéciales travaillent comme gardes du corps pour des criminels.

Plus de 700 policiers ont pris leur retraite de la police ces dernières années, la majorité démissionnant en raison des conditions difficiles.
Certains ont tout simplement découvert les grosses sommes d'argent dans le monde du crime et ont franchi les limites.
Parfois, ils sont arrêtés par leurs anciens amis et relâchés peu de temps après : « Je me fiche de ce qu'ils pensent de moi, je dois nourrir mes enfants »

Certains d'entre eux travaillent comme gardes du corps pour des criminels de haut rang, agents de sécurité dans des vestiaires, des restaurants, des salles d'événements, des bordels et d'autres entreprises de criminels pour neutraliser toute descente de police, tentatives d'assassinat et localiser des engins explosifs.

"Je reçois aujourd'hui 25 000 NIS par mois.
Dans la police, je gagnais à peine 9 000 NIS par mois après huit ans de salaire de misère", a révélé G, un ancien coordinateur du renseignement qui surveille deux criminels de haut rang dans le centre du pays.
J'ai travaillé 24 heures sur 24, y compris les samedis et les jours fériés et dans les renforts d'urgence de 16 heures par jour lors d'événements spéciaux tels que les émeutes sur le mont du Temple et la sécurité des premiers ministres. Cela a presque brisé ma famille et j'ai décidé que c'était assez."

Plusieurs fois, il a été arrêté par des policiers qu'il connaissait dans une unité sensible où il travaillait, au motif qu'il sécurisait un criminel avec une arme qui était une cible de haut niveau du renseignement et quelques heures plus tard, il a été libéré, son l'arme lui a été retirée mais rendue quelques jours plus tard.

"Mes anciens amis de l'unité n'aiment pas me voir sécuriser des criminels. Ils savent qu'il a beaucoup d'informations dans la tête, que j'ai des liens avec des policiers et ils ont peur que ça soit contre eux" a révélé G.

"Mon travail est d'être un garde du corps, quiconque embauche, je sécurise mes services, y compris les criminels qui travaillent légalement. Je n'ai aucun scrupule à propos d'un système qui est incapable de prendre soin de ses policiers ."

Et il n'est pas le seul à avoir décidé de sécuriser les criminels. Ce sont plusieurs dizaines de policiers qui ont découvert que le gros de l'argent se trouvait dans le monde du crime, et non au sein de la police israélienne, qui est pauvre en budgets et meurtrie par une image négative.

"La police n'est pas en mesure de nous donner ce que les criminels nous donnent." a ajouté un ancien policier qui a servi comme détective.

"Je me fiche de ce que les gens pensent de moi, je dois nourrir mes enfants. Je pense que de plus en plus de policiers vont abandonner le système. Les données parlent d'elles-mêmes."

Dans certains cas, les mêmes anciens policiers sécurisent les criminels lors de réunions au sommet avec leurs opposants, en vacances à Eilat et à l'étranger de peur qu'ils ne tentent de les éliminer.

"C'est un travail différent, c'est passionnant, intéressant, et le salaire m'aide au moins à sortir la tête de l'eau et à vivre dignement", renchérit D., policier retraité de la police l'an dernier, "il n'y a pas trahison des valeurs sur lesquelles j'ai été élevé. Si l'État ne sait pas apprécier notre travail c'est son problème.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi