Innovation israélienne: cibler seulement les cellules cancéreuses grâce au cannabis

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Bien-être & Santé, Israël, Magazine - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Alexander Binshtok de l'Université hébraïque dans son laboratoire
(crédit photo: HADAS PARUSH / FLASH90)

Comment le cannabis aide à administrer la chimiothérapie directement aux cellules cancéreuses malignes.

"Éliminer les cellules cancéreuses tout en laissant les cellules saines est un pas important vers la réduction de la souffrance des patients."

Des chercheurs de l'Université hébraïque de Jérusalem ont mis au point une nouvelle méthode pour administrer des médicaments de chimiothérapie utilisés pour traiter le cancer du foie directement aux cellules malignes, sans passer par les cellules saines.

La méthode implique une combinaison de cannabidiol, l'un des cannabinoïdes actifs identifiés dans la plante de cannabis, et une faible dose de doxorubicine, un agent chimiothérapeutique.

"La plupart des traitements anticancéreux ne sont pas suffisamment spécifiques, ce qui signifie qu'ils attaquent les cellules saines en même temps que les cellules malignes dont ils essaient de se débarrasser ", explique le professeur Alexander Binshtok, chef du groupe de recherche sur la plasticité de la douleur à la faculté de médecine de l'Université hébraïque de Jérusalem et au Centre Edmond & Lily Safra pour les sciences cérébrales.

"Cela entraîne de nombreux effets secondaires graves associés à la chimiothérapie. Éliminer les cellules cancéreuses tout en laissant les cellules saines est un pas important vers la réduction de la souffrance des patients."

Binshtok a expliqué au Jerusalem Post que la doxorubicine est "très efficace contre les cellules cancéreuses", mais qu'elle affecte également les cellules cardiaques et les cellules hépatiques, ce qui entraîne même une insuffisance cardiaque lorsqu'un patient est traité pour un cancer du foie.

Les cellules cancéreuses du foie expriment une protéine spécifique, TRPV2, qui, lorsqu'elle est activée, crée un pore ou un canal dans la membrane autrement impénétrable.

Par contre, les cellules cancéreuses saines ne contiennent pas cette protéine. La CDB peut être utilisée pour ouvrir ce canal, par lequel une faible dose du médicament peut être inséré et tuer les cellules cancéreuses.

Le médicament ne pénètre pas dans les cellules saines qui ne contiennent pas cette protéine.
La précision de cette méthode d'administration pourrait permettre aux médecins de prescrire des doses plus faibles de chimiothérapie et de soulager les patients de certains des effets les plus sévères de la chimiothérapie.

Les nouveaux résultats ont été publiés dans un récent numéro de Frontiers in Pharmacology.
M. Binshtok précise qu'étant donné que l'équipe utilise un agent chimiothérapeutique déjà utilisé en clinique, dès que son équipe sera en mesure de prouver le concept en laboratoire sur les animaux, le passage aux humains pourrait être relativement court.
"Il est trop tôt pour faire des prédictions concrètes, mais nous avons bon espoir, a-t-il dit au Post. "Nous avons une sorte de lumière au bout du tunnel."

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi