-Possession- la série israélienne : un esprit démoniaque -vidéo-

Actualités, Alyah Story, Chronique Cinéma, Culture, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Possession série israélienne esprit démoniaque

Possessions » : conte cruel en Israël

SERIE - Un marié est tué le jour de la cérémonie. Tout accuse son épouse, une expatriée française. Pourtant, la jeune femme nie le crime et le vice-consul de France dépêché pour l'aider est de plus en plus enclin à la croire. Un western polanskien en plein désert du Neguev.

Après « L'agent immobilier » et « No man's land » sur Arte, voilà une nouvelle fiction franco-israélienne, cette fois de Canal+, qui ne devrait pas passer inaperçue. Son créateur est Shachar Magen. Connu pour une série israélienne à succès « Sirens », il s'est fait épauler par la romancière Valérie Zanetti pour l'écriture de cette fiction pour le moins originale.

« Possessions » raconte l'histoire d'une jeune française, Natalie (Nadia Tereszkiewicz), expatriée à Tel Aviv, accusée d'avoir tué son époux le jour même de son mariage, à la faveur d'une coupure d'électricité… Le crime ne paraît pas difficile à élucider puisqu'elle tient le couteau ensanglanté dans sa main, quand la lumière revient, devant une centaine de témoins.

Pourtant, les premiers mots qu'elle prononce sèment le doute : « Que lui avez-vous fait ? » demande-t-elle horrifiée à l'assistance en découvrant son mari ensanglanté par terre.

La confusion s'installe.

Si la police ne nourrit guère de doute sur sa culpabilité alors que sa famille disjoncte, le vice-consul de France (Reda Kateb), dépêché pour l'aider, semble de plus en plus gagné par la perplexité… et par le charme de la belle Natalie. Mais qui, à part elle, aurait pu tuer son mari ? Quelle toxique influence aurait pu s'emparer d'elle et l'obliger à devenir une meurtrière contre sa volonté ?

Esprit démoniaque

Que l'histoire se déroule en Israël, à Tel Aviv et en plein désert du Neguev, cette terre originelle remplie de croyances, n'est pas un hasard.

Rude, inquiétant, grandiose : un décor parfait pour cette histoire mêlant fantastique et réalité. « C'est ce qui m'a plu dans cette fiction, la rencontre entre 'Rosemary's baby' et un western de Sergio Leone », résume le réalisateur Thomas Vincent (« Bodyguard », « Versailles »).

On est bien dans l'univers de Roman Polanski, où le corps d'une femme est possédé par un homme, ou peut-être un dibbouk (cet esprit démoniaque issu de la mythologie juive), par une famille aussi, soudée mais abusive, et plus largement par une société encore très machiste. Nathalie va tenter de s'émanciper, en menant sa propre enquête pour récupérer son identité et une forme de liberté, quitte à en payer le prix fort.

Par son thème étrange, la place accordée au fantastique, sa beauté formelle, ce thriller séduira certains et en déroutera d'autres.
D'autant que l'ambiguïté dont est porteuse l'héroïne se dissipe finalement assez vite. Mais ce voyage en terre inconnue distille un charme bien particulier qui doit beaucoup à sa superbe bande d'acteurs (Judith Chemla, Noa Koler, Aloïse Sauvage, Ariane Ascaride, Tchéky Karyo…). En mère juive totalement illuminée, Dominique Valadié est sensationnelle.
Source Les Echos 

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi