Israël disposé à une partition de Jérusalem, selon Ehud Barak

Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

ehudbarak.jpgIsraël est disposé à céder une partie de Jérusalem dans le cadre d'un accord global, déclare le ministre de la Défense Ehud Barak mercredi, à la veille de l'ouverture de négociations directes entre Palestiniens et Israéliens à Washington.

La partition de Jérusalem, au coeur du conflit du Proche-Orient, inclurait un "régime spécial" pour la gestion des Lieux saints, précise-t-il dans une interview au journal Haaretz.
"Jérusalem-Ouest et 12 quartiers juifs qui abritent 200.000 habitants seraient à nous. Les quartiers arabes dans lesquels vivent près d'un quart de million de Palestiniens seraient à eux", a ajouté le ministre de la Défense.

"Un régime spécial serait mis en place basé sur des arrangements convenus (entre les parties) dans la Vieille ville, le mont des Oliviers et la Ville de David" dit encore Ehud Barak.
Il a estimé que la mort mardi de quatre Israéliens tués par des activistes palestiniens près de Hébron, en Cisjordanie, ne devaient pas empêcher l'ouverture des pourparlers.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui dirigera la délégation israélienne à Washington, ne s'est jamais montré très enthousiaste à l'idée d'une partition de la Ville sainte, occupée dans son intégralité par Israël depuis la guerre de 1967.

Cette annexion n'a pas été reconnue par la communauté internationale et les Palestiniens souhaitent faire de la partie orientale de Jérusalem, arabe, la capitale de leur futur Etat.
Les propositions de Barak - Deux Jérusalem et un régime spécial pour les Lieux saints - rappellent celles formulées par l'ancien Premier ministre israélien Ehud Olmert il y a près de deux ans, lors de discussions avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas qui se sont soldées par un échec.

Ehud Barak précise également que dans le cadre d'un tel accord, les implantations juives isolées autour de Jérusalem seraient relocalisées en territoire israélien.
Le compromis impliquerait aussi des garanties concernant la sécurité d'Israël, juge Barak, avec notamment une présence israélienne le long de la vallée du Jourdain, la frontière orientale de la Cisjordanie, ainsi que des "arrangements technologiques"

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi