Fuir la terreur d'Al-Qaida pour rejoindre les rangs de Tsahal

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Même ses camarades de section ne savent pas qu'il y a un an et demi, Y., soldat de l'unité Givati âgé de 19 ans, devait cacher sa judéité à cause de la terreur que Al-Qaida fait régner au Yémen.

Y., qui est né et a grandi en périphérie de la capitale yéménite Sana'a, a 12 frères et soeurs. Son éducation juive a débuté très tôt, au jardin d'enfants puis à l'école de la communauté juive de sa région; il portait alors une kippa et de longues papillotes.

Il y a cinq ans, cependant, Al-Qaida s'impose au Yémen et la live des Juifs du pays change complétement.

"Nous étudiions la Gemara*, la Mishna*, le Kitzur Shulchan Aruch* et Rashi*, en plus d'apprendre à lire et écrire en arabe", raconte Y.

"Les Juifs avaient une bonne vie au Yémen jusqu'à il y a 5 ans, lorsque Al-Qaida est arrivé et que tout a changé", explique-t-il. "J'avais 14 ans quand l'un des plus graves incidents dont je me souvienne a eu lieu. Mon professeur à l'école, Moshé Nahari, a été assassiné par un Arabe. J'aimais beaucoup ce professeur. L'Arabe a exigé que Moshé se convertisse à l'islam et lorsque celui-ci a refusé, il l'a tué. Cela a vraiment choqué la communauté. Les Juifs avaient peur que leurs enfants soient également assassinés sur le chemin de l'école et, afin de protéger les enfants, ils ont décidé de fermer l'école."

Selon Y., les choses n'ont fait ensuite qu'empirer pour les Juifs vivant dans le pays. "Les Juifs étaient terrorisés, ils ne se sentaient plus en sécurité. Nous vivions dans la crainte tout le temps.", dit-il. "Al-Qaida menaçait de tuer toute personne qui n'était pas musulmane. Je restais tout le temps à la maison, je sortais à peine".

Avec l'aide de groupes juifs, la famille de Y. a commencé à préparer sa fuite du Yémen. Ils sont finalement arrivés en Israël en passant par un troisième pays.

"J'ai toujours su que la terre d'Israël était ma maison", dit-il. "Mon rêve était de faire mon 'alyah ["montée", immigration en Israël, NdT]. Lorsque nous avons atterris ici, j'ai embrassé le sol. C'était une grande joie. Nous étions sauvés. J'avais l'impression d'être au paradis. Tout d'un coup, je pouvais sortir avec une kippa sur la tête sans craindre d'être assassiné. C'est vraiment un miracle que nous ayons réussi à nous enfuir. Aujourd'hui, je suis un soldat heureux dans l'unité Givati."

Y., a qui l'armée a attribué le statut de "soldat seul" [soldat n'ayant pas de famille dans le pays, NdT], vit dans un kibbutz religieux dans le sud d'Israël. Le Lieutenant-Colonel (à la retraite) Tzvika Levy, responsable des "soldats seuls" qui vivent dans le kibboutz, a trouvé à Y. une famille adoptive au kibboutz. "Lorsque j'ai entendu l'histoire de sa vie, j'ai eu la chair de poule", dit-il. "Il m'a dit raconté comment il avait du couper ses papillotes à cause du danger, parce que les Juifs étaient en danger de mort chaque jour, et comment il avait rêvé de la Terre d'Israël depuis son plus jeune âge."

"C'est un jeune homme dévoué, qui a fait son 'alya par idéal sioniste et a choisi de vivre dans un kibbutz religieux. Il a demandé de servir dans l'unité Givait et s'entraîne aujourd'hui avec la Brigade."

* Gemara, Mishna, Kitzur Shulchan Aruch: codes de loi juive et commentaires; Rashi: l'un des plus importants commentateurs de la Torah et de la Gemara. (NdT)

 

Source: Ynet News, 13 mars 2015

Traduction et adaptation: Julien Pellet


Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi