En Israël, il enlève son prématuré de l'hôpital en vélo et lui injecte du CBD -vidéo-

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
En Israël, il enlève son prématuré de l'hôpital en vélo et lui injecte du CBD -vidéo-

Yaakov Hai Aharoni n'était pas satisfait du traitement que son fils a reçu chez les prématurés à l'hôpital  Ichilov. Sans l'autorisation des médecins, il l'a sorti de l'hôpital et transporté en vélo à l'hôpital de Tel Hashomer.

Également insatisfait du nouveau traitement, il lui a injecté l'huile de CBD, un dérivé de la plante de cannabis, dans la sonde à laquelle son bébé prématuré était attaché.

Ce matin, il a expliqué ses actions et a affirmé que le traitement qu'il avait reçu pour lui était défectueux et mettait sa vie en danger.

Yaakov Hai Aharoni, un habitant de Bnei Brak, a estimé que le traitement médical donné à son fils à l'hôpital Ichilov n'était pas suffisant. À l'insu des médecins, il a enlevé son fils de huit jours  l'a mis sur un vélo électrique et l'a conduit lui-même à l'hôpital de Tel Hashomer.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là.  Hai  Aharoni était également insatisfait du traitement à Tel Hashomer, et de sa propre initiative, sans autorisation, a injecté de l'huile de CBD dans le tube d'alimentation de son fils , un dérivé de la plante de cannabis.

Les restes de la drogue ont été retrouvés dans le sang du bébé lors des tests et Hai Aharoni a été interrogé par la police. Ce matin (mardi) dans un entretien téléphonique à la radio , il a donné sa version.

"Je sentais que mon enfant était dans un état potentiellement mortel. Il n'a pas reçu de traitement respiratoire à Ichilov, bien que j'aie supplié pendant une semaine de lui faire faire des tests  a décrit Hai Aharoni. Ils n'étaient en aucun cas disposés à les lui faire et ni donner les  traitements nécessaires."

- Et pourtant, cela ne justifie pas de le sortir du service des prématurés sans autorisation et de le faire rouler à vélo pendant 20 minutes, dans une caisse ! Vous avez risqué sa vie.

"Absolument pas, je l'ai sauvé. Je l'ai déposé sur un oreiller, enveloppé dans un drap aéré. Je me suis arrêté plusieurs fois en chemin pour voir quel était son état, pour m'assurer qu'il respirait. Je n'ai pas quitté Ichilov sans avoir vérifié si ses constantes étaient normales." Il était dans un état parfaitement normal pour Tel Hashomer. Certes, un vélo n'est le moyen le plus approprié et le plus sûr pour emmener un enfant."

- Pourquoi n'avez-vous pas demandé un trajet en ambulance?

"J'ai demandé, j'ai supplié, je suis allé jusqu'au ministère de la Santé, mais on m'a dit que l'hôpital d'envoi était celui qui l'avait initié. L'hôpital Ichilov a terni mon nom et m'ont fait passé pour un fou.Les gens m'insultent à cause d'eux à présent." .

À Tel Hashomer, vous n'étiez pas plus satisfait. Vous avez  vous même instillé dans sa sonde du CBD, un dérivé de la marijuana. Vous n'êtes pas médecin, comment avez-vous fait une chose pareille ?

"L'état de mon fils continué à se détériorer.
On lui a administré cinq médicaments conventionnels qui ont provoqué de graves effets secondaires et endommagé sa déglutition. Il a été nourri avec la sonde à cause du médicament anticonvulsivant, et pourtant il n'y avait aucun contrôle sur les convulsions."

Je lui ai donné CBD après avoir fait un test approfondi. J'ai parlé aux parents d'enfants traités au CBD et aussi avec le fabricant. J'ai vérifié les dosages et les éventuels conflits avec d'autres médicaments. "

Vous avez fait des choses dangereuses par vous-même - et vous êtes surpris que l'aide sociale n'accepte pas de libérer l'enfant de l'hôpital pour vos soins ?

"A aucun moment je n'ai mis l'enfant en danger. Nous avons été dans une prison à l'hôpital, à la recherche d'aide sociale. Ils prétendent que je suis toujours dangereux et que je peux nuire à mon enfant, mais c'est faux."

"Le Dr Zohar Furman a émis l'opinion que je suis dans un état psychotique actif, c'est tout simplement un scandale. Bien qu'il s'agisse d'une question controversée, les intuitions de papa sont indiscutables. "
« Dans le premier et le deuxième cas, aucun acte d'accusation n'a été déposé contre moi,.»

Le professeur Arnon Afek, directeur adjoint de l'hôpital Sheba, a commenté l'affaire : "Nous comprenons le cœur des familles mais ce n'est pas la voie à suivre. Il est permis et important de contacter le personnel de l'hôpital, notre porte est ouvert aux familles."

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75,, 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi