Artiste juif : Leonard Freed, le monde tel qu'il fut, le monde tel qu'il est

Actualités, Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Lag B'omer, Israël , 1967, épreuve à la gélatine argentique, 14 x 9 1/4 in. (35,6 x 23,5 cm)

Leonard Freed  : le monde tel qu'il fut, le monde tel qu'il est.

Leonard Freed a abandonné son ambition initiale de devenir peintre lorsqu'il a découvert son talent naturel pour la photographie. Il est devenu depuis l'un des photographes les plus réputés au monde.  Né dans une famille juive de la classe ouvrière, ses premières photographies allaient saisir l'essence de ses racines juives à travers des portraits de la vie quotidienne et de la société allemande.

De sa formation picturale, il lui resta le goût pour les compositions géométriques et  les contrastes tranchés. Sur sa photo la plus célèbre prise à Wall Street en 1956 passants, réverbères et immeubles semblent danser un ballet parfaitement synchronisé.

Durant toute sa carrière Freed a incarné la tradition du photoreportage d'auteur en noir et blanc, telle que la cultive l'agence Magnum, qu'il rejoint en 1972.

La photo fut pour lui le moyen d'explorer par l'image à la fois les tensions de la société et ses propres racines. Il fait  des portraits du Ku Klux Klan, travailla sur la société allemande, sur les communautés hassidiques de New York et de Jérusalem.

Il rendit compte aussi  de la brutalité policière ("Police Work") et se fit le témoin permanent des combats de la communauté noire américaine. Il en tira "Black in White America"  un portrait sobre et frappant d'une Amérique à deux vitesses encore empoisonnée par la ségrégation.

leonard-freed--jerusalem

leonard-freed--jerusalem

 

 

Kunty Gallery, Munich., été 2021

jpgp

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi