Israël: un service d'urgence centralisé refusé par la Magen David Adom

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
un service d'urgence centralisé refusé par la Magen David Adom

Après les grandes catastrophes qui ont frappé Israël pendant les intempéries il y a deux semaines, divers organes de presse ont commencé à poser la question que je pose depuis des années: pourquoi n'y a-t-il pas de système de répartition centralisé en Israël comme ils ont le 911 en Amérique du Nord ou le 112 en Europe?

Pourquoi Israël, leader mondial des soins de santé et des soins d'urgence, n'a-t-il pas un système de répartition centralisé pour tous les intervenants d'urgence, y compris la police, les pompiers et les services médicaux d'urgence (EMS)?

Lors d'un reportage télévisé sur Channel 13 News, les journalistes ont déclaré avoir découvert qu'en dépit de la législation proposée à la Knesset pour mettre en œuvre un système de répartition unifié en Israël, l'organisation, Magen David Adom, a refusé et refuse toujours d'autoriser une système de répartition.

Ynet a publié un article de fond qui déclarait: «Les députés ont tenté d'adopter une loi pour créer un service unifié dans tout le pays, mais Magen David Adom a bloqué la loi et depuis lors, les députés ont laissé tomber le projet. Cependant, lors des récentes inondations, des centaines d'appels d'urgence sont restés sans réponse. »

Selon le major-général de la police à la retraite. David Caroza, l'une des personnes interrogées dans l'article, il y a beaucoup de gens qui souffrent en raison de la grande quantité de numéros d'urgence en Israël, chacun menant à sa propre organisation de sauvetage. Si une personne qui a besoin d'aide n'obtient pas la bonne personne, elle doit être réacheminée ou rappelée à un autre numéro et cela prend du temps. Lorsque des vies sont en jeu, le temps est de la plus haute importance.

 

Actuellement, il existe 14 numéros d'urgence en Israël. Les journalistes ont interviewé des gens dans la rue et leur ont demandé quel numéro ils appelleraient s'ils assistaient ou avaient une urgence médicale. Malheureusement, beaucoup de gens ne connaissaient pas la bonne réponse ou étaient confus.

Ce qui est pire, c'est que demander de l'aide devient encore plus difficile et déroutant lorsque vous êtes réellement au milieu d'une urgence et que votre esprit devient vide et que vous ne pouvez vous concentrer que sur l'urgence devant vous. C'est peut-être la raison la plus importante pour laquelle nous avons besoin d'un numéro clair et identifiable qui peut être ancré dans la mémoire des gens afin qu'ils puissent appeler sans hésitation.

En 2004, l'ancien député Eitan Cabal a proposé le premier projet de loi qui appelait à un système de répartition unifié en Israël et travaillerait de manière égale avec toutes les organisations d'urgence du pays. Depuis lors, de nombreuses autres lois proposées ont été suggérées. Cependant, chaque fois que l'on vient à la Knesset, il n'y parvient jamais, et les efforts se poursuivent à la Knesset et dans les commissions.

Lors d'une réunion du ministère de la Défense en 2011, les différentes agences concernées ont présenté leurs positions sur la question de disposer d'un numéro unifié.

La police et les pompiers ont soutenu l'idée d'un système de répartition unifié, mais ont noté que l'initiative nécessiterait un investissement de ressources, et ont demandé d'attendre en raison de la crainte que ce nouveau service de répartition nuise aux premières urgences par manque de pro

MAGEN DAVID ADOM  était cependant la seule organisation à s'opposer avec véhémence à un tel mouvement, affirmant qu'ils perdraient de précieuses secondes en raison de la confusion des répartiteurs sur la façon de répondre aux appels d'urgence et du manque d'expertise dans le domaine médical pour fournir des instructions à la personne qui appelle. . Leur dernier argument était qu'un tel système viable entraînerait des dépenses importantes et ne vaut donc pas la peine d'être poursuivi.

En 2012, les députés Uri Maklev et Moshe Gafni ont proposé une loi similaire, et malgré le soutien du cabinet, la loi n'a pas progressé jusqu'au plénum de la Knesset. Le directeur du MDA, Eli Bin, a déclaré lors d'une discussion qui a eu lieu au Comité des finances: «Le pays n'a pas les ressources financières dont il aurait besoin pour investir les millions de shekels pour la formation et l'établissement d'un appel unifié. Le facteur temps en ce qui concerne les urgences auxquelles MDA doit répondre est critique pour sauver des vies. »

Le problème est qu'il a tout faux. L'unification des appels d'urgence d'Israël sauvera des vies, car les informations seront envoyées à tous les premiers intervenants, quel que soit le plus proche, et pas seulement à MDA.

De cette façon, les informations seront partagées entre toutes les agences et organisations de sauvetage, ce qui permettra aux intervenants les plus proches d'arriver le plus rapidement possible, quelle que soit l'agence ou l'organisation d'où ils viennent. Cela sauvera des vies.

De plus, une répartition unifiée réduira la confusion parmi la population en ce qui concerne le numéro à appeler, ainsi que le temps perdu à appeler le mauvais numéro, sauvant ainsi encore plus de vies.

En ce qui concerne les coûts, il ne fait aucun doute qu'il sera coûteux dans un premier temps de former et de mettre en place un tel système de répartition unifié qui sera géré par le gouvernement. Cependant, un bon nombre de membres de la Knesset, passés et présents et de tous les côtés du spectre politique, ont reconnu la nécessité d'une telle dépense car elle sauvera les gens.

Le coût initial ne devrait pas être un facteur, en particulier si l'on tient compte du fait qu'un système de répartition unifié entraînera à terme la fermeture de tous les centres de répartition, tant financés par le gouvernement que privés, et que cela sauvera le gouvernement en teme decoûts d'exploitation à long terme.

Alors pourquoi le MDA entrave-t-il les efforts des députés de la Knesset qui souhaitent voir plus de vies sauvées selon une méthode convenue par toutes les autres agences de sauvetage? La seule raison pour laquelle je peux penser, c'est qu'ils souhaitent conserver leur monopole sur les services médicaux d'urgence. Malheureusement, les monopoles et les appels séparés entraînent un retard dans les temps de réponse et entraînent également la non-réponse de centaines, voire de milliers d'appels d'urgence, comme ce fut le cas lors des fortes tempêtes de pluie il y a quelques semaines.

L'auteur est le père de cinq enfants, un entrepreneur social et président et fondateur de United Hatzalah of Israel, une organisation EMS indépendante, à but non lucratif et entièrement bénévole qui fournit une première réponse d'urgence rapide et gratuite dans tout Israël.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi