Claudine Douillet

Claudine Douillet parisienne et juive de naissance de parents profondément sionistes (un père sur l’Altaléna ça laisse des traces).

Fondatrice du premier magazine Juif sur le net, Alliance, en 1997, avant Google !
220 000 lecteurs uniques par mois à son actif.

En 1999 création Alliance-Hosting LLC , une "Web Agency » conceptrice de sites internet pour les entreprises et leur migration sur le net. Formation d’internet pour chefs d’entreprise.

Alliance-Hosting LLC a permis grâce ses moyens techniques la retransmission en directe des 4 radios juives de France 94.8 FM sur le net ,dés 2000, pendant 12 ans.

Experte en communication digitale avec Alliancefr.com, et radiophonique avec "Internet sans prise de tête" sur judaïques FM 94.8 depuis 2000, ma passion est née de la découverte, dés 1996, du plus important moyen de communication avec le monde, internet.

Mon expérience est le résultat de 22 années au service des entreprises désireuses de migrer sur le net et des médias.

Rendre réel ce monde virtuel c’est l’alliance du savoir faire et du faire savoir.

Les articles de Claudine Douillet

Une famille immigrant au Canada oublie son bébé dans un aéroport

OTTAWA ,le 14/05/08 - Une famille philippine qui venait d'immigrer se souviendra de sa première journée au Canada: elle a pris un avion en oubliant derrière elle son bébé de 2 ans, ont rapporté des médias locaux.

Le famille qui venait d'arriver à Vancouver (ouest du Canada) en provenance des Philippines avait dû réorganiser ses bagages trop lourds et n'avait plus que quelques minutes pour attraper un vol de correspondance pour Winnipeg, dans la province du Manitoba (centre). Dans la précipitation, les membres de la famille se sont séparés, a expliqué le père Juan Parreno au Vancouver Sun. Il pensait que le bébé était avec sa femme et les grands-parents de l'enfant, tandis que ceux-ci pensaient l'inverse.

Comme ils disposaient de place séparées dans l'avion, les membres de la familles ne se sont pas rendus compte qu'ils avaient laissé le jeune garçon derrière eux. Pendant ce temps, un employé de l'aéoroport avait découvert le bambin abandonné et des responsables d'Air Canada avaient entrepris des recherches pour retrouver les parents, une tâche d'autant plus compliquée qu'aucune disparition n'avait été signalée.

L'enfant voyageant sur les genoux de ses parents, la compagnie ne s'était pas aperçue non plus qu'il lui manquait un passager.

Finalement la compagnie a déduit que les parents devaient être des Philippins se rendant de Vancouver à Winnipeg et ont pu les faire prévenir par l'équipage. A l'arrivée à Winnipeg, le père a été remis dans un avion pour aller récupérer son fils.

Le garçonnet l'attendait patiemment dans les bureaux de la compagnie aérienne avec des jouets dénichés par le personnel pour l'occuper.

"Nous ne pensons pas qu'un incident pareil se soit déjà produit sur un vol d'Air Canada", a déclaré une porte-parole de la compagnie citée par le quotidien The National Post.

Bush dit avoir arrêté le golf par respect pour les soldats tués en Irak

WASHINGTON,le 14/05/08- Le président américain George W. Bush a déclaré dans un entretien  au journal Politico qu'il avait arrêté de jouer au golf en 2003 par respect pour les familles des soldats américains tués en Irak.

"Je crois que jouer au golf pendant une guerre envoie simplement le mauvais signal", a dit le président Bush.

"Je ne veux pas qu'une mère qui a récemment perdu un fils voie le commandant en chef des armées jouer au golf", a-t-il poursuivi. "J'estime que je dois aux familles d'être le plus solidaire possible avec elles", a-t-il ajouté.

George W. Bush a dit que sa décision remontait au 19 août 2003, date de l'attentat à Bagdad contre les bureaux de l'ONU dans lequel le responsable de la mission onusienne dans ce pays Sergio Vieira de Mello avait été tué.

"Je me rappelle lorsque De Mello, qui était aux Nations unies, a été tué à Bagdad (...) j'étais en train de jouer au golf - dans le centre du Texas je crois - et on est venu me chercher sur le parcours et je me suis dit +ça n'en vaut plus la peine+", a expliqué M. Bush.

Selon la chaîne CBS News, le dernier parcours de golf du président Bush date du 13 octobre 2003.

Les jolies fleurs d'un festival japonais étaient... des plants de pavot

TOKYO,le 14/05/08 - Une municipalité japonaise hôte d'un festival d'horticulture a été contrainte de détruire des milliers de fleurs, un policier s'étant aperçu qu'il s'agissait de plants de pavot.

Une centaine d'employés municipaux de Shimotsuma (nord de Tokyo) ont été mobilisés pour arracher et brûler un champ d'un hectare recouvert de pavots couleur lilas, a-t-on appris mercredi auprès d'une responsable de la ville.

Tout semblait pourtant prêt pour la tenue du festival annuel d'horticulture de la ville fin mai, jusqu'à ce qu'un policier soit troublé par la ressemblance de certaines fleurs avec le pavot interdit au Japon, a-t-elle précisé.

"On avait bien vu quelques-unes de ces fleurs ces dernières années, mais personne ne s'était rendu compte qu'il s'agissait d'une variété interdite... Nous sommes très surpris!", a-t-elle assuré.

Les graines des fleurs présentées au festival sont importées de l'étranger et la ville va chercher à comprendre comment des graines de pavot ont pu s'imiscer dans le stock, a précisé la responsable.

Le latex de la fleur de pavot peut être utilisé pour fabriquer de l'opium, une drogue interdite par la convention unique de l'ONU sur les stupéfiants.

Parchemin de la Mer Morte : le livre d'Isaïe au Musée d'Israël

Article paru dans "Actualitte.com",le 14/05/08

parchemin.jpgVéritable morceau d'histoires et d'Histoire, dans chacune des lignes de ces documents

Une partie du livre d'Isaïe est dévoilée à Jérusalem depuis mardi au Sanctuaire du livre pour la première fois en quarante ans. Ce parchemin de 7,3 mètres, l'un des milliers de documents découverts dans les grottes de la rive nord-ouest de la Mer Morte entre 1947 et 1949, restera au Musée d'Israël durant trois mois, dans le cadre de la commémoration de la création de l'État.

Ce texte est l'un des seuls livres parmi les manuscrits de la Mer Morte. Attribué au prophète qui vécut au VIIIe siècle avant notre ère, il garde une importance cruciale pour les juifs comme pour les chrétiens de par ses nombreuses allusions au Christ et de son avenir. Il contient également une image idyllique d'un avenir radieux et pacifique : « Ils briseront leurs épées pour en faire des socs et leurs lances pour en faire des serpes. On ne lèvera plus l'épée nation contre nation, on n'apprendra plus à faire la guerre. »

Rédigé par un scribe de Judée aux alentours de 120 avant notre ère, il avait été montré au publicparchemin2.jpg en 1965 pour la dernière fois, mais les spécialistes ayant remarqué des fissures dans le document, ils l'avaient retiré. L'ancienneté et la rareté de ces documents en font des objets très surveillés, et les plus vieux éléments en hébreu connus. Leur exposition nécessite des conditions extrêmement contrôlées et très strictes.

Un autre extrait de parchemin sera exposé, lui, au Centre des Congrès de Jérusalem, où le président Bush doit venir prendre la parole cette semaine, au cours de sa visite en Israël. Ce dernier contient le psaume 133, disant : « Voici combien il est bon et agréable pour les frères d'habiter ensemble dans l'unité. »

Israël :Bush loue l'alliance avec Israël contre "terroristes et tyrans"

JERUSALEM ,le 14/05/08 - Le président américain George W. Bush a loué l'alliance entre les Etats-Unis et Israël face aux "terroristes et aux tyrans", à son arrivée mercredi en Israël pour participer aux célébrations des 60 ans de l'Etat juif.

M. Bush, qui veut pousser à un accord israélo-palestinien auquel il dit toujours croire, malgré un scepticisme grandissant à huit mois de la fin de son mandat, a été accueilli à l'aéroport Ben Gourion près de Tel-Aviv notamment par le président Shimon Peres, le Premier ministre Ehud Olmert et son épouse Aliza.

Le président américain, accompagné de son épouse Laura, et M. Olmert se sont donné une chaleureuse accolade au pied de l'avion.

Sa visite de trois jours en Israël a lieu sous de sombres auspices, avec des négociations qui piétinent, les nouveaux soupçons de corruption qui pèsent sur M. Olmert et d'alarmantes tensions chez le voisin libanais.

En outre dans la bande de Gaza, quatre Palestiniens, dont trois membres du mouvement islamiste Hamas, ont été tués le matin lors d'incursions et raids aériens de l'armée israélienne, selon les services d'urgence palestiniens.

"Nous considérons la Terre Sainte comme un endroit très spécial et les Israéliens comme nos amis proches", a dit M. Bush dans une brève déclaration conclue d'un "shalom" (paix en hébreu), à l'issue de la cérémonie d'accueil à l'aéroport.

Il a invoqué le passé des deux pays, leur engagement pour la démocratie et leur "alliance durable contre les terroristes et les tyrans".

M. Peres a souligné que M. Bush s'était "tenu, comme personne, à nos côtés durant les matins ensoleillés et les tempêtes".

Et M. Olmert a fait valoir "l'alliance stratégique" avec Washington, un des "piliers de notre sécurité nationale".

Il s'agit de la seconde visite de M. Bush en Israël depuis celle de janvier consacrée essentiellement aux pourparlers israélo-palestiniens, lui qui n'avait jamais mis les pieds en Israël en sept ans de présidence avant janvier.

Le président américain s'est ensuite rendu à Jérusalem pour des entretiens avec M. Olmert en présence de la secrétaire d'Etat Condoleezza Rice, de la chef de la diplomatie israélienne Tzipi Livni, du ministre de la Défense Ehud Barak et du chef d'état-major Gaby Ashkenazi.

M. Bush voudrait présider avant fin 2008, et donc de son mandat en janvier 2009, à un accord de paix menant à terme à la création d'un Etat palestinien.

C'est ce que M. Olmert et le président palestinien Mahmoud Abbas se sont engagés à essayer de réaliser à Annapolis (Etats-Unis) en novembre 2007, sous l'égide de M. Bush.

M. Bush avait assuré avant de quitter Washington qu'il continuait à croire à un accord qui serait, selon lui, une définition d'un Etat palestinien.

M. Olmert a fait état mardi de "progrès réels" dans les négociations.

Devant les ennuis judiciaires de M. Olmert, M. Bush a prudemment souligné que les négociations étaient une affaire de gouvernements et non de personnes, tout en disant que, pour lui, le Premier ministre était un "gars honnête".

L'administration américaine a déconseillé d'attendre une percée. M. Bush n'a pas prévu à ce stade de réunir MM. Olmert et Abbas. Il rencontrera ce dernier samedi en Egypte, à l'occasion d'un forum économique, et ne se rendra par en Cisjordanie.

"Nous ne souhaitons pas la bienvenue à Bush et aux présidents hypocrites qui veulent faire plaisir au diable américain", a dit le plus influent des chefs du Hamas à Gaza, Mahmoud Zahar, lors d'une cérémonie à l'occasion de la "Nakba", la "catastrophe" que fut pour les Palestiniens la création d'Israël en 1948.

Les Palestiniens ont prévu des manifestations jeudi à Gaza et en Cisjordanie pour marquer la "Nakba".

Le même jour, M. Bush prononcera son premier discours devant la Knesset, qui sera boycotté par les députés arabes israéliens.

Après Israël, il gagnera vendredi l'Arabie saoudite et samedi l'Egypte où il doit aussi rencontrer le Premier ministre libanais Fouad Siniora.

La voiture blindée de Le Pen vendue 20.050 euros sur le site d'enchères eBay

-la-voiture-blindee-de-.jpgPARIS ,le 14/05/08 - La voiture blindée du président du Front national Jean-Marie Le Pen, mise en vente fin avril sur eBay, a été vendue pour 20.050 euros, a-t-on appris mercredi auprès du site d'enchères.

Les enchères pour la Peugeot 605 modèle 1992, ayant 137.058 kilomètres au compteur, ont pris fin mardi à la mi-journée après 25 offres jugées "sérieuses", a indiqué à l'AFP une porte-parole d'eBay.

"Nous avons mis en relation acheteur et vendeur, comme nous le faisons à la fin de chaque transaction. Ils vont maintenant certainement se rencontrer pour finaliser la transaction", a-t-elle indiqué.

L'annonce mise en ligne le 29 avril, à un euro, a dû être supprimée deux fois par eBay, et réaffichée "à la demande du vendeur", car les enchères ont été perturbées par des offres jugées fantaisistes, qui ont atteint jusqu'à 10 millions d'euros, a expliqué la porte-parole d'eBay.

M. Le Pen avait expliqué fin avril que le FN, en difficultés financières après ses mauvais résultats aux législatives de 2007, devait liquider "les bijoux de la couronne".

Une roquette s'abat sur Israël au moment où Bush parle d'optimisme

bushisral.jpgJERUSALEM ,le 15/05/08- Le président George W. Bush a été, peu après son arrivée mercredi à Jérusalem, confronté aux violences israélo-palestiniennes, alors même qu'il venait affirmer son espoir en un accord de paix malgré un pessimisme largement répandu.

Venu à la fois participer aux célébrations du 60ème anniversaire d'Israël et aider Israéliens et Palestiniens à conclure un accord de paix avant la fin de son mandat, en janvier 2009, M. Bush a parlé "d'espoir" et de "l'optimisme" que lui inspirait l'histoire d'Israël, comme seule véritable démocratie au Proche-Orient. "Ce qui s'est passé ici est possible partout ailleurs", a-t-il proclamé, s'attirant la colère des Palestiniens.

Mais sur le terrain, une roquette tirée de la bande de Gaza, territoire contrôlé par l'organisation radicale anti-israélienne Hamas, s'abattait sur un centre commercial d'Ashkelon (sud d'Israël) et faisait 14 blessés, dont quatre graves, selon les services de secours israéliens.

Le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) et les Comités de résistance populaire (CRP) ont revendiqué dans des communiqués cette attaque, saluée par la branche militaire du Hamas.

Quatre Palestiniens, dont trois membres du Hamas, ont été tués plus tôt lors d'opérations de l'armée israélienne à Gaza, selon les services d'urgence palestiniens.

Le Premier ministre israélien Ehud Olmert a qualifié l'attaque d'Ashkelon "d'absolument intolérable et inacceptable. Le gouvernement d'Israël est déterminé à ce que cela cesse et nous prendrons les mesures nécessaires jusqu'à ce que cela cesse".

Sans faire explicitement référence à ce tir de roquette, M. Bush a affirmé la nécessité de se montrer "fermes" et "forts face à ceux qui assassinent des innocents pour atteindre leurs objectifs". Il avait dit plus tôt l'intention des Etats-Unis de se tenir "fermement aux côtés d'Israël aussi bien qu'aux côtés des Palestiniens qui ne partagent pas (la) vision" du Hamas.

Un porte-parole de la Maison Blanche, Gordon Johndroe, a clairement condamné l'attaque "terroriste" en l'imputant au Hamas que la paix "n'intéresse pas".

La visite de trois jours de M. Bush en Israël, la deuxième en quatre mois, s'annonçait déjà sous de sombres auspices, avec des négociations de paix qui piétinent, les nouveaux soupçons de corruption qui pèsent sur M. Olmert et d'alarmantes tensions chez le voisin libanais.

Mais elle s'est en plus accompagnée de réactions indignées chez les Palestiniens et les Arabes israéliens à la participation de M. Bush à l'anniversaire de ce qu'ils considèrent eux comme la "Nakba", la "catastrophe".

A l'occasion de ses entretiens avec le président israélien Shimon Peres et M. Olmert, M. Bush a décrit un accord de paix comme une "vision" à laquelle adhèreraient les Palestiniens "raisonnables", à la différence de ceux du Hamas dont "l'objectif déclaré (...) est la destruction d'Israël".

Il a inscrit un tel accord dans le contexte plus large de l'engagement des Etats-Unis en faveur de la démocratie au Proche-Orient.

Il a ainsi assuré le soutien des Etats-Unis, à Israël face à la "menace existante d'une arme nucléaire iranienne", et au gouvernement pro-occidental libanais face au Hezbollah, organisation soutenue par l'Iran et la Syrie.

"Le Hezbollah, qui est soi-disant le protecteur des Libanais contre Israël, s'est maintenant retourné contre son propre peuple", a dit M. Bush qui a dénoncé la situation au Liban comme une entreprise iranienne pour "déstabiliser cette jeune démocratie".

Le président ultraconservateur iranien Mahmoud Ahmadinejad, qui a dit à plusieurs reprises qu'Israël devait être "rayé de la carte", a affirmé que les peuples de la région "déracineront" l'Etat hébreu à la première occasion.

"Nous ne souhaitons pas la bienvenue à Bush et aux présidents hypocrites qui veulent faire plaisir au diable américain", a dit le plus influent des chefs du Hamas à Gaza, Mahmoud Zahar, lors d'une cérémonie à l'occasion de la "Nakba", la "catastrophe" que fut pour les Palestiniens la création d'Israël en 1948.

Les Palestiniens ont prévu des manifestations jeudi à Gaza et en Cisjordanie pour marquer la "Nakba".

Le même jour, M. Bush prononcera son premier discours devant la Knesset, qui sera boycotté par les députés arabes israéliens.

Proche-Orient: devant la Knesset, Bush doit dénoncer les extrémistes

JERUSALEM ,le 15/05/08 - Le président américain George W. Bush devait dénoncer jeudi, dans son premier discours devant le parlement israélien, les menées du Hamas, du Hezbollah et de l'Iran au moment où ceux-ci font barrage à ses projets pour le Proche-Orient.

Mais son intervention à la Knesset pour le 60e anniversaire de l'Etat d'Israël s'annonçait accompagnée de protestations qui risquaient d'alourdir encore l'ambiance autour de son séjour, le deuxième en Israël en quatre mois.

Avant de prendre la parole pour ce qui s'annonce comme le moment fort d'un voyage de cinq jours dans la région, M. Bush devait se rendre par hélicoptère sur le site historique de Massada, à l'est d'Israël, où, au cours du premier siècle, des juifs révoltés préférèrent se suicider que de se livrer aux Romains et qui est devenu un archétype de la résistance juive.

Le symbole et l'altitude d'environ 400 m au-dessus de la Mer Morte ne devaient guère éloigner M. Bush des réalités qui ont obscurci son déplacement avant même qu'il ne commence.

Quand il s'adressera aux membres de la Knesset lors d'une séance spéciale, les Palestiniens commémoreront, eux, le 60e anniversaire de la "Nakba", la "catastrophe" que fut pour eux la création d'Israël en 1948 sur trois quarts de la Palestine historique.

Les Palestiniens annoncent une marche massive dans le centre de Ramallah, en Cisjordanie, dans cette partie des Territoires sur laquelle l'un des principaux acteurs des négociations de paix, Mahmoud Abbas, a pourtant encore le contrôle.

Le Hamas, organisation radicale qui refuse de reconnaître Israël, a annoncé une manifestation de colère devant Erez, le principal point de passage entre le territoire, qu'il a mis sous sa coupe en juin 2007, et Israël.

Le mouvement islamique arabe en Israël a prévu de protester devant la Knesset pendant le discours de M. Bush. Neuf députés arabes israéliens avaient l'intention de boycotter la séance.

Ces manifestations ne font que confirmer les sombres présages qui ont précédé la venue de M. Bush, avec des négociations qui piétinent pour un accord de paix, un Premier ministre israélien Ehud Olmert en butte au soupçon de corruption et d'alarmantes tensions chez le voisin libanais.

Mercredi, au moment où M. Bush parlait "d'espoir" et "d'optimisme", une roquette tirée de la Bande de Gaza s'abattait à Ashkelon, dans le sud d'Israël, et faisait 14 blessés.

L'attaque a été revendiquée par le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) et les Comités de résistance populaire. Elle a été saluée par la branche militaire du Hamas. Elle a suscité une vigoureuse mise en garde de M. Olmert.

La participation de M. Bush au 60e anniversaire d'Israël conforte chez beaucoup d'Arabes et de Palestiniens la conviction d'un parti pris presque aveugle pour l'allié israélien.

M. Bush se défend en affirmant avoir été le premier président américain à appeler à la création d'un Etat palestinien.

La Maison Blanche dit que, si M. Bush célèbre le 60e anniversaire d'Israël, il n'oublie pas pour autant les souffrances des Palestiniens.

Elle a laissé entrevoir la possibilité que M. Bush les évoque dans son discours à la Knesset.

Mais M. Bush affirme que le meilleur moyen de résorber ces souffrances, c'est en créant un Etat palestinien, et que pour cela les Palestiniens doivent se détourner du Hamas et des fauteurs de violence.

Dans son discours jeudi, il devait inscrire la création d'un tel Etat dans son combat plus large et très controversé pour la propagation de la démocratie au Proche-Orient, a dit un de ses porte-parole Gordon Johndroe.

Il devait ainsi non seulement réaffirmer qu'Israël est "l'ami et l'allié le plus proche des Etats-Unis", mais aussi que les Etats-Unis "continueront à travailler en partenariat avec d'autres pays dans le monde pour contrer les extrémistes, y compris le Hamas, le Hezbollah, Al-Qaïda, et pour répondre aux ambitions nucléaires militaires de l'Iran", a dit M. Johndroe

Besançon met en bouteille son eau du robinet gazéifiée

BESANÇON ,le 15/05/08 - La ville de Besançon a entamé cette semaine la mise en bouteille de son eau du robinet gazéifiée, la "Bisontine pétillante", une opération menée dans un esprit de solidarité et de développement durable.

La production sera commercialisée en majeure partie dans les bars et restaurants de la ville, ainsi que dans des supermarchés locaux.

Le maire de Besançon (123.000 habitants), Jean-Louis Fousseret, est formel: si l'eau du robinet de la ville est aujourd'hui gazéifiée et vendue en bouteille, c'est avant tout la preuve de son excellente qualité.

En 2006, la municipalité certifiait (ISO 9001 et ISO 14001) son eau du robinet en déposant la marque la "Bisontine". Selon M. Fousseret, près de 300 analyses, effectuées par la DDASS (Direction régionale des affaires sanitaires et sociales) du Doubs et le Service hygiène et santé de la ville garantissent une eau municipale parfaitement saine. "L'eau est un bien commun dont nous devons garder la maîtrise", dit-il, ajoutant que Besançon est parmi les villes où l'eau est la moins chère de France (environ 0,2 centime d'euro le litre).

La commercialisation de la Bisontine pétillante en bouteille répond à une logique de développement durable, explique le maire: l'utilisation de bouteilles en verre consignées plutôt qu'en plastique permet de laver et de réutiliser les emballages et d'éviter ainsi les déchets.

Afin de limiter la pollution induite par les transports, l'eau est prélevée au coeur du département du Doubs, dans quatre sources différentes, en particulier dans la rivière de la Loue, à Chenecey-Buillon.

Le dispositif évite à la production de la Bisontine d'être "complètement tributaire d'une seule source. Le rééquilibrage est possible en cas de sécheresse", souligne Christophe Lime, adjoint municipal aux eaux et assainissements.

Vêtus de blouses blanches, Sébastien et ses collègues s'affairent dans les locaux du Centre de Handicapés au Travail (CHAT) de la ville de Besançon. Ils préparent les bouteilles. Dans un souci de solidarité, la pose des capsules en verre et caoutchouc rouge, est réservée aux travailleurs du CHAT.

Huit d'entre eux prennent part à la production de la Bisontine pétillante. "On clipse les capsules sur les bouteilles en verre, et on les place sur des palettes en carton", explique l'un des travailleurs, concentré et ravi.

Vient ensuite l'embouteillage. Dans la même rue que le CHAT, se trouve l'usine d'embouteillage du producteur franc-comtois de limonade Rieme boisson, détenteur de la licence de la Bisontine pétillante.

"Nous avons calqué le modèle de production de la limonade, pour limiter les coûts. Les machines et les bouteilles sont les mêmes", fait remarquer Christophe Lime.

Le précieux liquide est gazéifié dans de grandes machines avant d'être versé dans les bouteilles qui progressent, alignées, sur un tapis roulant. En fin de chaîne, l'étiquette "la Bisontine pétillante" est appliquée sur le verre.

Dans une ville où les vestiges d'un aqueduc romain rappellent une préoccupation précoce pour la gestion des eaux, la municipalité espère vite dépasser les 100.000 bouteilles annuelles, seuil maximal autorisé aujourd'hui.

Le bilan officiel du séisme du Sichuan pourrait atteindre 50.000 morts

LUOSHUI, Chine le 15/05/08 - Alors que le bilan officiel du séisme dans le centre de la Chine pourrait atteindre 50.000 morts pour la seule province du Sichuan, le gouvernement central a lancé un inhabituel appel à la population pour rassembler des équipements de secours, et accepté pour la première fois depuis la catastrophe la présence d'une équipe étrangère sur son sol, des experts japonais qui devaient arriver dans la journée.

Selon le Conseil d'Etat (gouvernement) cité par la télévision officielle CCTV, le tremblement de terre de lundi pourrait avoir fait jusqu'à 50.000 morts. Les autorités du Sichuan avaient auparavant fait état d'un bilan confirmé de 19.505 morts. Ces chiffres sont encore susceptibles de s'alourdir, en raison des dizaines de milliers de personnes toujours bloquées sous les décombres ou portées disparues.

Plus de 72 heures après le séisme de magnitude 7,9, l'espoir de retrouver des survivants dans les décombres diminuait peu à peu, même si la chaîne publique CCTV a diffusé les images d'une femme de 22 ans retrouvée vivante dans la ville de Dujiangyan. Mais les autorités ont pu, pour la première fois jeudi, user d'équipements lourds dans les zones les plus touchées, où des soldats dépêchés en hélicoptère ou par voie fluviale avaient dû auparavant entamer les recherches à mains nues.

Le gouvernement a par ailleurs mobilisé jeudi 101 hélicoptères supplémentaires dans les zones de la province de Sichuan coupées du monde par des glissements de terrain provoqués par le séisme. Il s'agit de 71 nouveaux hélicoptères militaires et 30 hélicoptères civils, selon le ministère de la Défense cité par Chine nouvelle.

Dans le même temps, soulignant l'ampleur du désastre, le ministère de l'Industrie et de l'Information a lancé un appel à la population pour qu'elle prête des équipements de secours afin de faciliter les recherches de survivants. Le ministère demande aux Chinois d'apporter des équipements aussi divers que des marteaux, des pelles ou encore des outils de démolition en passant par des grues et autres instruments de levage ainsi que des canots pneumatiques.

Par ailleurs, le gouvernement japonais a commencé à dépêcher jeudi une équipe d'environ 60 secouristes et experts médicaux, selon le ministère nippon des Affaires étrangères. C'est la première fois depuis lundi que la Chine accepte la présence d'agents étrangers sur son territoire. Trente personnes étaient en route pour le Sichuan jeudi, et seront suivis par 30 autres vendredi, avant l'arrivée plus tard des experts médicaux, selon la diplomatie japonaise.

Tokyo avait déjà annoncé la veille le déblocage d'une aide de 500 millions de yens (3,08 millions d'euros) en aide d'urgence et en matériels de secours tels que des couvertures de survie et des tentes.

La Croix-Rouge de Taïwan a également annoncé que Pékin, pourtant hostile à l'île qu'elle considère comme faisant partie de son territoire, a accepté l'envoi d'une équipe de 20 secouristes taïwanais.

Dans la province de Sichuan, 44 comtés et districts ont été affectés par le séisme. Environ le moitié des 20 millions d'habitants de la région sont directement concernés par les conséquences de la secousse, selon Chine Nouvelle. On comptait cependant des dizaines de milliers de sans-abris.

Jeudi, les secouristes sont parvenus à ouvrir l'accès à deux secteurs situés non loin de l'épicentre, atteignant la frontière du conté de Wenchuan et traversant le conté de Beichuan, selon Chine nouvelle.

Le commandement militaire de Chengdu, capitale du Sichuan, devait continuer le largage de vivres jeudi avec 50.000 rations de nourriture et 5.000 couvertures, ainsi que des vêtements. En tout, plus de 116.000 soldats et policiers ont été mobilisés depuis lundi.

Les soldats se sont également précipité pour renforcer un barrage fragilisé par le séisme. Chine nouvelle a rapporté que des fissures "extrêmement dangereuses" étaient apparues dans le barrage de Zipingpu, en amont de Dujiangyan, non loin de l'épicentre du séisme, de Wenchuan, et de Chengdu. Quelque 2.000 soldats ont été dépêchés sur place pour effectuer les travaux de réparation. L'agence officielle a estimé que la ville de Dujiangyan serait submergée si le barrage venait à céder.

Le ministère des Ressources en eau a demandé un contrôle des réservoirs dans tout le pays tandis que l'agence de planification économique a annoncé que près de 400 barrages, petits pour la plupart, avaient été endommagés par le séisme.

On ne signalait pour l'heure aucune épidémie, selon le ministre adjoint de la Santé Gao Qiang. Les secouristes s'efforçaient de prévenir la contamination de l'eau potable et d'enterrer les corps pour éviter la propagation de bactéries. Ainsi, à Luoshui, les soldats ont creusé une fosse à l'aide d'une pelleteuse en haut d'une colline pour y enterrer les morts.

Par ailleurs, 33 touristes américains, britanniques et français ont été héliportés de Wolong à Chengdu jeudi matin, selon Chine nouvelle, qui précisait qu'ils étaient tous en bonne santé.