Jewish Museum : Quand Edmund de Waal revisite la saga de la famille Ephrussi

Actualités, Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Jewish Museum : Quand Edmund de Waal revisite la saga de la famille Ephrussi

Quand Edmund de Waal revisite la saga de la famille Ephrussi

"The Hare with Amber Eyes", Jewish Museum, New York, 19 novembre 2021 au 15 mai 2022

 

"The Hare with Amber Eyes" est organisé par le Jewish Museum, New York, par Stephen Brown.   Elle raconte l’histoire de la famille Ephrussi, célébrée dans le best-seller du New York Times par Edmund de Waal. Elle donne toute la place à  l’étendue et la profondeur de l'illustre collection de la famille ainsi que sa montée en puissance et sa splendeur dans la première moitié du XIXe siècle.

L'accent est particulièrement mis  sur Charles Ephrussi prolifique collectionneur et historien de l’art, de l’entre-deux-guerres jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, lorsque la famille a perdu sa fortune et sa collection suite au pillage nazi.

"Diller Scofidio + Renfro", en étroite collaboration avec de Waal et le Musée juif, a créé une installation interprétative. Elle utilise des éléments que la famille Ephrussi a prêtés pour retracer son histoire mouvementée. Les maisons architecturalement remarquables que les Ephrussi ont habitées au fil des générations sont évoquées et mises en vie à travers des extraits des mémoires de de Waal.

L'exposition souligne les manières dont les objets peuvent fonctionner comme conteurs, symboles de résilience et monuments d’un héritage familial.

Et ce, y compris à travers des œuvres de Fragonard, Berthe Morisot, Monet, Gustave Moreau et Renoir que le patriarche averti collectionna. Mais sont présentés aussi des objets décoratifs et des photos de famille qui rappellent leur vie sur quatre continents.

La pièce maîtresse de l’exposition est l’extraordinaire collection de netsuke japonais - sculptures miniatures sculptées de la période Edo (17e-19e siècles) - cachées par une femme de chambre dans son matelas pendant la Seconde Guerre mondiale pour les soustraire aux prébendes nazis.

Elles furent plus tard rendues à la famille puis transmise aux générations suivantes comme lien entre le passé et le présent. Le dernier membre de la famille à hériter de la collection - l’auteur et céramiste Edmund de Waal - a puisé en eux l’inspiration pour ses mémoires. Il poursuit de la sorte l’héritage historique de la famille en matière d’activités artistiques et culturelles.

Jean-Paul Gavard-Perret

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi