JEREMY REDLER: Nouvellement élu régional île de France

Actualités, Antisémitisme/Racisme, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Vous aimez Alliance ? Participez en faisant un don.

Jérémy REDLER, nouvellement élu Conseiller Régional  Île-de-France après la brillante victoire de Valérie Pécresse, le 13 décembre. A la fin de ses études, il  a servi Nicolas SARKOZY  tout d’abord en intégrant le siège national de l’UMP puis en cabinet ministériel. Passionné par la politique, il est ensuite élu, dans le XVIe arrondissement de Paris, en 2008 à l’âge de 26 ans sur la liste conduite par Claude GOASGUEN, maire actuel. Ancien chef de cabinet adjoint et conseiller parlementaire au ministère des affaires étrangères, il est actuellement adjoint au maire du 16e arrondissement de Paris, en charge des commerces, de l’artisanat, des professions libérales, et du tourisme. Président  du groupe  les républicains de la mairie du XVIé et également membre de l’équipe dirigeante nationale du parti Républicain.

Rencontre avec Jérémy REDLER, ITW 

Nathalie ZADOK :   Le 1er tour des élections régionales a montré une image instantanée sur la situation politique dans le pays, avec le FN en tête de liste. Quels sont vos commentaires  sur ces résultats ?

Jérémy REDLER : En ce qui me concerne, je suis ravi des résultats pour une raison très simple, et à titre personnel, souligne-t-il, j’avais deux idées en tête, la victoire de la droite et du centre, et la deuxième,  je souhaitais que le front national ne préside aucune région. Chose faite, ce sera zéro région. C’est une victoire de la démocratie française.

Nathalie ZADOK : Nicolas Sarkozy formalise une nouvelle doctrine à l'occasion des cantonales de 2011 : en cas de duel FN-PS, l'UMP n'appellera à voter « ni pour l'un ni pour l'autre ». C'est le début du « ni-ni », 67% du parti sont favorable à cette posture, en ce qui vous concerne, trouvez-vous cela pertinent ?

Jérémy REDLER : Je suis en adéquation totale avec la ligne du parti présidé par Nicolas SARKOZY, c’est la ligne à tenir et la preuve nous avons gagné de nombreuses régions. Cependant, je respecte totalement les personnes qui ont un avis différent. De toutes les façons, quand on est dans un parti, on a le droit de s’exprimer,  et d’avoir une vision différente. Mais une fois que la vision de la majorité émerge on doit suivre la ligne majoritaire.

Nathalie ZADOK : Que pensez-vous des propos de Christian ESTROSI sur son parti ?

Jérémy REDLER : Christian ESTROSI ne se détache pas de Nicolas SARKOZY, il est sarkozyste depuis toujours. Il a juste, lui, fait son bilan localement des élections, et je reste persuadé que le « ni-ni » l’a aidé à être élu dans sa région

Nathalie ZADOK : Nous avons assisté à une victoire écrasante du  FN au premier tour, dans les principales régions de France, notamment PACA et NORD , suite à cela, comme d’habitude, nous avons assisté à un barrage massif des médias et des politiques de droite et de gauche ne pensez-vous pas que c’est une façon de dénigrer le choix de vote de tous les Français qui ont choisi de voter FN et encore plus généralement ne pensez-vous pas que c’est tout simplement antidémocratique ?

Jérémy RELDER : Tout d’abord, c’est un choix de la gauche, je tiens à souligner qu’ils se sont retirés dans deux régions sur trois et la région où ils ne se sont pas retirés, nous avons quand même gagné. Par ailleurs, je respecte les électeurs qui votent Front national, cependant je pense que leurs  propositions ne sont pas bonnes.

Nathalie ZADOK : Quelle a été la raison pour laquelle, selon vous, vous avez  perdu des électeurs, qui aujourd’hui votent Front national ? 

Jérémy REDLER : Plusieurs raisons, la première, c’est une déception des différents partis, UMP, les Républicains, le PS, car à des moments différents de la vie politique nous n’avons pas forcément su répondre à leurs attentes donc c’est important d’entendre cela. Et l’aspect colère, « écoutez-moi j’existe », « je vote front national pour dire aux différents partis qui ont gouverné la France attention vous n’allez pas dans le bon chemin, réveillez-vous » !!

Nathalie ZADOK : Ne pensez-vous pas qu’il faille, contenu de la réalité des choses avec une droite qui est affaiblie, le FN qui marque des points…devancer la primaire au 1er semestre pour avoir un candidat qui mène campagne ? 

Jérémy REDLER : Je n’ai pas trop de commentaire à faire, mon avis personnel est que je me soumettrai à ce que décidera la commission des primaires, présidée brillamment par Thierry Solere.

Nathalie ZADOK : Concrètement on ne s’attendait pas  à ce que le PS s’en sort aussi bien aux régionales, après la vague d’attentats et un gouvernement dans l’échec, comment expliquez-vous cela ? 

Jérémy REDLER : Cela dépend ce que l’on appelle s’en sortir pas mal, parce que, quand on préside la quasi-totalité des régions et que l’on en perd les trois quart…je n’ai pas l’impression que ce soit une victoire, souligne-t-il.

Nathalie ZADOK : Un sondage, au lendemain  des régionales, disait que dans l'hypothèse d'une candidature de Nicolas Sarkozy, Marine le Pen obtiendrait 27% au premier tour devant Hollande et Sarkozy tous deux à 21%. Et dans l'hypothèse d'une candidature d’Alain Juppé, celui-ci obtiendrait  29% des voix, devant  Marine le Pen 27%.  Pensez-vous alors, que la meilleure solution serait Alain Juppé pour 2017 ?

Jérémy RELDER : Ce n’est pas un secret de dire que je suis sarkozyste cependant il y a une primaire et nous verrons les projets de chacun des candidats et les Français pourront juger. La meilleure chose que l’on puisse avoir dans une démocratie, c’est la primaire.  

Nathalie ZADOK : La victoire incontestable de ces élections, est celle de Valérie  Pécresse , après 17 ans à gauche, l’île de France,  avec 12 millions d’habitants en 2014, bascule à droite , une vraie victoire, la recette-miracle à votre avis ?

Jérémy REDLER : C’est une victoire méritée, Valérie Pécresse connaît bien l’Île de France, elle connaît les dossiers comme sa poche !! Elle a fait une campagne non stop depuis de nombreuses années… A mon avis, les élections se gagnent  avec l’envie et le travail et c’est cela qui  paye, je pense que c’est la recette. Valérie Pécresse incarne une nouvelle attitude en politique, qu’attendent aujourd’hui les Français. Elle a renoncé, comme promis à son mandat de député pour se consacrer pleinement à son mandat unique de présidente de  l’Île de France et des propositions qu’elle appliquera sur la fin du gaspillage, avec 400 millions d’économies et  la priorité à la sécurité.

Nathalie ZADOK : Comment les républicains doivent faire pour reconquérir  l’électorat de droite sans donner l’impression d’être avec le FN ?

Jérémy REDLER : En réalité,  le FN vit uniquement des problèmes des Français, ils se nourrissent de cela, ils ne cherchent pas à les résoudre, ils s’en servent pour pouvoir exister et avoir des voix.    

Nathalie ZADOK : Jérémy Redler, quelles sont vos mesures fars en tant que  élu conseiller régional île de France ? Comment répondez-vous aux attentes des Français ?

Jérémy RELDER : Je vais m’attacher à une chose, c’est de défendre mon territoire, comme vous le savez, je suis un élu local, un élu du 16e depuis maintenant huit ans. Un territoire parisien qui est triplement attaqué, politiquement par la mairie de Paris, de gauche qui ne nous aide pas, par l’Île de France qui était de gauche depuis 17 ans, et par le gouvernement depuis quelques années. Donc moi, je vais m’attacher à défendre les intérêts des Franciliens, des Parisiens mais notamment ceux de ma terre d’élection le 16eme.

Nathalie ZADOK : Vous êtes adjoint, chargé des commerces, de l'artisanat,  des professions libérales  et du tourisme  en quoi consiste cette fonction ?

Jérémy RELDER : Je suis l’adjoint de Claude Goasguen , (député-maire du 16e, ndlr)  Le 16 e est un vrai cœur de Paris, le Trocadéro point fort de la capitale et également  Auteuil, Passy qui sont des villages et je tiens à y préserver le commerce de proximité.

Nathalie ZADOK : Jérémy Redler, vous vous voyez où dans 10 ans ?

Jérémy REDLER : C’est une très bonne question, que je ne me suis pas posée ! (rires) car je considère que  dans la vie politique il faut  aller étape par étape et j’ai la chance grâce à Claude Goasguen d’être élu dans le 16é,  J’aime ce que je fais… célébrer des mariages, comme vous avez pu le voir d’ailleurs ! Et l’on verra par la suite au fur et à mesure du temps en fonction de ce que Claude Goasguen voudra me confiera comme responsabilités.   

Nathalie ZAOK : Une question clin d'œil : Êtes-vous aussi pro israélien que Claude Goasguen ?

Jérémy RELDER : Je suis très proche de la communauté juive, nous sommes très attachés à l’image d’Israël dans le 16e. Souvent attaqué, on la défend au quotidien. Je dis souvent que le terrorisme c’est le même partout, un attentat à Paris doit être considéré de la même façon qu’un attentat à Tel-Aviv ou à Jérusalem et n’importe où dans le monde, un terroriste est un terroriste.    

Merci beaucoup  pour cette interview Jérémy REDLER, on vous souhaite un grand avenir politique !

Jérémy REDLER, lors d'une visite en Israël avec des élus et Valérie Pécresse

Jérémy REDLER, lors d'une visite en Israël avec des élus et Valérie Pécresse

 

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi