Israël/Turquie : Erdogan se sent seul et a appelé le président d'Israël pendant 40 minutes

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël/Turquie : Erdogan se sent seul et a appelé le président d'Israël pendant 40 minutes

Mais, qu'est-ce qui se cache derrière cet appel de 40 minutes entre Erdogan et Herzog ?

Quatre ans où aucune communication directe n'a eu lieu entre les présidents israélien et turc.
HIer, un entretien de 40 minutes et dans une démarche bien coordonnée entre les chambres a bien eu lieu.

En coulisses ce qui se dit : "affaiblissement du statut régional d'Ankara et possible changement d'approche de Jérusalem"

Les deux ont évoqué la volonté de revenir à la coopération entre Israël et la Turquie dans divers domaines

Également il a été abordé le moyen de promouvoir la question israélo-palestinienne - une question qui tient à cœur à Erdogan et qui a souvent été utilisée par lui comme un outil pour affronter Israël.

Un responsable du gouvernement turc a ajouté "Il y a présent un potentiel pour recommencer, et Herzog pourrait être une figure clé."

La réponse à la question de savoir ce qui a conduit Erdogan à cette conversation téléphonique est assez claire.

La Turquie se sent assez seule dans l'arène régionale méditerranéenne.

Elle est hors jeu lorsqu'il s'agit de batailles gazières et énergétiques en Méditerranée, son intervention militaire en Libye ne l'a pas aidée à nouer de nouvelles amitiés dans la région et à l'amener au statut de puissance régionale, et même aux Etats-Unis où  l'administration Biden ne se rapproche pas de Erdogan.

Erdogan s'est donc lancé dans une campagne de rebranding ces derniers mois qui est le résultat du réchauffement des relations avec l'Égypte et les États du Golfe, après une longue période de tension.

"C'est un gagnant-gagnant pour les deux parties", a-t-il déclaré dans une interview à une chaîne de télévision turque.

Il a même ordonné à la chaîne de télévision des Frères musulmans de cesser de critiquer le régime du président égyptien al-Sissi.

En ce qui concerne les relations avec les États-Unis, Erdogan a récemment rencontré Biden pour tenter de plaire au président démocrate - cela n'a pas fonctionné, mais cela a au moins été défini comme une "bonne réunion". Et last but not least : Israël.

Au cours de l'année écoulée, Erdogan a signalé à plusieurs reprises qu'il souhaitait resserrer les liens qui se sont gelés au cours de la dernière décennie, à la suite des événements de Marmara et de sa décision en 2018, à la suite de la déclaration des États-Unis de Jérusalem comme capitale israélienne, de rendre la Turquie ambassadeur d'Israël et en faisant doucement allusion à l'ambassade d'Israël.

Comme nous l'avons signalé, en Turquie, ils ont même invité le ministre de l'Énergie de l'époque, Yuval Steinitz, à assister à une conférence parrainée par Erdogan.

Le bureau du Premier ministre et le ministère des Affaires étrangères ont essayé de comprendre la signification des signaux et ont conclu qu'Erdogan cherchait à se rapprocher d'Israël - mais ont décidé qu'en raison du renforcement des liens entre Israël et le Golfe, l'inconstance d'Erdogan et le fait qu'il y a des bases du Hamas en Turquie ne permet pas à  Israël d'avancer dans cette direction.

La dernière fois, qu'Erdogan a parlé à un responsable d'Israël c'était en juillet 2017,  puis avec le président Reuven Rivlin pour tenter d'éviter une crise sur le mont du Temple sur fond de crise du magnétomètre.

La même conversation s'accompagnait de tonalités discordantes provenant du Cabinet du Premier ministre et du ministère des Affaires étrangères qui s'y opposaient, arguant :
" Il est impossible qu'il y ait une conversation avec un facteur aussi mouvant."

Mais suite à ce nouveau  appel il a été dit  : « Il est impossible de ne pas accepter de répondre à un appel d'Erdogan. Cette fois, c'est différent. La maison du président Erdogan a informé à l'avance le Premier ministre Bennett, le ministre des Affaires étrangères Lapid et le ministre de la Défense Gantz - et des travaux préparatoires ont été effectués sur la question, ce qui montre que cette fois peut-être Israël est prêt à envisager de réchauffer les relations entre les deux pays.

Sélection de Claudine Douillet pour Alliance magazine, premier média juif en ligne 

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi