Affaire Sarah Halimi : quand un juge rend sa robe avec fracas

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Affaire Sarah Halimi : quand un juge fait tomber sa robe

Affaire Halimi: le juge nancéen Jack Broda rend sa robe

27/4/21

À 82 ans, le Nancéien lâche son poste de juge assesseur au Pôle social du TGI de Nancy.
Pas parce qu’il se sent atteint par la limite d’âge, mais il dit ne plus être à l’aise avec l’idée de continuer à rendre la justice après la décision judiciaire prise la semaine dernière dans l’affaire Sarah Halimi…

C’est une lettre d’une quinzaine de lignes sur une simple feuille. Quand il vous en tend une copie dans son logement de Laxou (dans la proche banlieue de Nancy), difficile d’imaginer que cette simple missive envoyée au président du tribunal du Pôle social du TGI de Nancy mercredi marque la fin d’une longue carrière.

À 82 ans, Jack Broda a décidé de rendre sa robe avec fracas. Juge assesseur auprès de ce tribunal, il ne se sentait pourtant pas trop âgé pour exercer. Mais la décision de justice concernant l’affaire Sarah Halimi l’a poussé à franchir le pas. Rendu la semaine dernière, l’arrêt de la Cour de cassation de Paris avait confirmé l’irresponsabilité pénale de Kabili Traoré, l’auteur de cet homicide à caractère antisémite, car il était victime de « bouffée délirante » au moment des faits, suite probablement à une forte consommation régulière de cannabis. « Je suis juif, mais c’est moins l’émotion ressentie par cette décision que le dysfonctionnement catastrophique de l’instruction dans cette affaire qui m’a fait prendre cette décision », précise-t-il, « je ne me sentais pas à l’aise à l’idée de me remettre au travail en tant que juge en responsabilité et donner la loi au nom du peuple français après une telle décision. Quelque chose clochait. Ce n’est pas moi, ce n’est pas ma façon de rendre la justice ».

Surnommé TGV

Jack Broda a donc mis un terme à une carrière longue et riche dans laquelle ce touche-à-tout a été tour à tour commerçant, pharmacien et juge. Après avoir officié comme juge au tribunal de commerce de Nancy, il avait occupé les fonctions de juge au tribunal du contentieux de l’incapacité (TCI) pendant 25 ans. « J’ai longtemps hésité entre exercer dans la santé et le droit. Ce poste mariait un peu les deux », sourit-il.

Au TCI, sa maîtrise des dossiers lui avait valu un surnom : TGV. « On me donnait un dossier à rendre en un mois ou un mois et demi, je le rendais en huit jours » s’amuse-t-il, « mais j’aime ça, c’est tout ».

La blessure de 2005

Jack Broda n’hésitait pas non plus à revenir sur le banc des étudiants après avoir soufflé ses 70 bougies pour obtenir un diplôme supplémentaire utile à l’exercice de ses fonctions ou simplement sa culture personnelle. « J’ai eu la chance de travailler avec des magistrats remarquables et je suis content d’avoir appris beaucoup de choses durant toutes ses années », confie-t-il.

Content aussi d’avoir vu son honneur lavé en 2008 après une résolution prise en 2005 par le tribunal de commerce de Nancy le dessaisissant de tous ses dossiers suite aux rebondissements dans l’affaire ASNL - Strasbourg et le faux passeport de l’Uruguayen Diego Garay. Accusé à tort d’avoir fait fuiter un jugement, Jack Broda avait finalement été totalement blanchi et avait obtenu un euro de dommages et intérêts de la part du ministère de la Justice. 16 ans plus tard, la page est tournée mais le Nancéien avoue avoir souffert de cette situation. « Cela a été difficile à vivre mais j’ai heureusement eu la chance d’avoir deux juristes du Tribunal de Commerce de mon côté ».

Jack Broda va écrire une nouvelle page de sa vie. « Je vais profiter de mes enfants et de mes petits-enfants », poursuit-il, « et puis, je lis beaucoup et j’ai commencé à prendre des cours d’anglais et d’hébreu. Je vais faire des langues. C’est moins dangereux et cela pose moins de problèmes (sourire, N.D.L.R.) ». Même s’il n’avait pas imaginé que le livre de sa carrière se refermerait dans ces conditions…

Albert Soued

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nouspour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Vos réactions

  1. nadineindyk@hotmail.com'INDYK NADINA

    SI TOUS LES HOMMES ETAIENT COMME JACK BRODA LA FRANCE SERAIT UN PAYS DE REVE MAIS AUJOURD’HUI LA JUSTICE FRANCAISE NE FAIT PAS HONNEUR A LA FRANCE TRISTE REALITE AVEC LE VERDICT DE SARAH HALIMI

    UN GRAND MERCI A CLAUDINE DOUILLET POUR SA NEWSLETTER QUE JE LIS TOUJOURS AVEC AUTANT DE PLAISIR DE WASHINGTON DC AUX USA NADINA INDYK

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi