Israël : Jérusalem en chute libre dans les classements socio-économiques municipaux

Actualités, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: Jérusalem en chute libre dans les classements socio-économiques municipaux

201 municipalités et conseils locaux israéliens et 54 conseils régionaux ont été inclus dans les évaluations du Bureau central des statistiques.

Jérusalem a perdu 11 places dans le classement socio-économique pour 2015 publié aujourd'hui par le Bureau Central des Statistiques, passant du Groupe 3 dans le classement précédent en 2013 au Groupe 2, avec en tête Tel Aviv, suivie de Ramat Gan, Rishon Lezion, Petah Tikva et Haïfa. Au bas de l'échelle se trouvent Bnei Brak et Beit Shemesh, suivis de Jérusalem.

201 municipalités et conseils locaux et 54 conseils régionaux ont été inclus dans les notations - un total de 255 autorités locales, selon la carte municipale révisée pour 2015. La note la plus élevée, 255, a été attribuée à Saviyon, tandis que la plus faible, 1, a été attribuée à Neve Midbar. Le classement de Tel-Aviv était de 222, tandis que les trois villes à forte concentration de haredi (orthodoxe) - Jérusalem (50), Bnei Brak (19) et Beit Shemesh (22) - étaient nettement inférieures aux autres villes.

Le groupe 1 comprend le Conseil régional de Neve Midbar, les communautés bédouines du Néguev et les communautés haredi Beitar Illit et Modi'in Illit. Le groupe 10, les collectivités les mieux cotées, n'en compte que deux : Kfar Shmaryahu et Saviyon, et le Groupe 9, qui vient au deuxième rang, est composé de Lehavim, Omer, Kochav Yair, Har Adar, Ramat Hasharon, Shoham, Kfar Vradim, et Gderot.

Holon, Yavne, Kiryat Arba, Sderot, Bein Shean, Tirat Hacarmel, Eilabun et le Conseil régional de Basse Galilée, Mateh Asher et Hof Ashkelon sont montées d'un groupe dans le nouveau classement, tandis que Givat Zeev, Lod, Yeruham et Meitar ont vu leur note tomber dans le groupe inférieur.

Jérusalem en chute libre dans les classements socio-économiques municipaux

Jérusalem en chute libre dans les classements socio-économiques municipaux

L'indice attribue des pondérations à diverses variables sociales et économiques. Par exemple, les variables démographiques comprenaient l'âge moyen, la proportion de familles ayant quatre enfants ou plus et le ratio entre employés et personnes à charge (le ratio de dépendance).

Les variables relatives à l'éducation comprenaient la durée moyenne de scolarité de la population adulte et la proportion de personnes ayant un diplôme universitaire. Les variables relatives à l'emploi comprenaient la proportion des personnes qui travaillent, le salaire moyen, la proportion de celles dont le revenu est inférieur au salaire minimum et la proportion de celles qui reçoivent des suppléments de revenu. Les variables du niveau de vie comprenaient le niveau de motorisation, le salaire mensuel par habitant et le nombre moyen de jours passés à l'étranger par les résidents de la collectivité.

"Une publication qui provoque des chocs dramatiques"

Le Centre for Local Government a réagi à la publication de l’indice socio-économique du Bureau central de la statistique: «Malheureusement, tous les ministères et autres organismes budgétaires le font de manière différenciée et sur la base d’un indice socio-économique qui mesure le niveau socio-économique des résidents plutôt que la robustesse économique de la population.

Chacune de ces publications provoque des chocs et des changements spectaculaires dans les budgets de dizaines d'autorités locales. Par exemple, dans cette publication, 26 autorités locales sont montées dans l’indice socio-économique et se verront privées de centaines de millions de shekels, ce qui nuira immédiatement et directement aux résidents. Cela doit cesser. Comme nous l'avons déclaré par le passé, l'État doit établir un indice alternatif reflétant la force de l'autorité locale et sa capacité à financer les services requis par les résidents. "

Source : globes.co.il – Israel HaYom

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi