Pourquoi briser un verre lors d’un mariage juif ?

Actualités, International, Israël, Judaïsme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Pourquoi briser un verre lors d’un mariage juif ?

La cérémonie de mariage juif se termine par un fameux BANG. Briser un verre en est l’une des caractéristiques les plus connues. Traditionnellement, le marié l’accomplit. Malgré tout, aujourd'hui, le couple partage souvent cet honneur et ce plaisir, en brisant un ou deux verres enveloppés de serviettes.

Peu de symboles juifs ont une seule explication, et celle-ci est carrément kaléidoscopique. La coutume remonte à la rédaction du Talmud:

Mar Bar Rabina a fait un festin de mariage pour son fils. Il a observé que les rabbins présents étaient très gais. Il a donc saisi un gobelet coûteux d'une valeur de 400 zuzim et l'a brisé devant eux. C'est ainsi qu'il les a rendus sobres. (Berakhot 5: 2)

En d'autres termes, là où il y a de la joie, il devrait y avoir des frissons.

Au Moyen Âge, les façades de synagogue en Allemagne étaient incrustées d'une pierre spéciale destinée à briser un verre à la fin des mariages. Cependant, son interprétation a quelque peu changé au XIVe siècle, lorsque, selon « La Voix juive dans l'amour et le mariage » de Maurice Lamm, elle était perçue comme un rappel de la destruction du Temple à Jérusalem. Quoi qu’il en soit, la leçon à tirer est que même au plus fort de notre joie personnelle, nous nous souvenons de la destruction du Temple de Jérusalem, de la douleur et des pertes subies par le peuple juif et nous nous souvenons d’un monde qui a besoin de guérison.

La fragilité du verre suggère la fragilité des relations humaines. Puisque même l’amour le plus fort est sujet à la désintégration, le verre est brisé comme une sorte d’incantation: «Comme ce verre se brise, notre mariage ne peut jamais se briser».

Certains artisans fabriquent des souvenirs à partir des éclats. Mazal Koss

Certains artisans fabriquent des souvenirs à partir des éclats. Mazal Koss

Les bruits forts sont une méthode reconnue pour effrayer et apaiser les démons qui sont attirés par les personnes les plus belles et les plus chanceuses, comme le couple heureux sous la houppa.

Le mariage est une alliance qui, dans le judaïsme, est faite en cassant ou en coupant quelque chose. Au Sinaï, les tables de la loi ont été brisées; lors d'un mariage, un verre brisé «blesse» l'engagement.

Briser le verre a aussi des connotations sexuelles, car il préfigure la libération de l'union sexuelle, qui est non seulement autorisée aux couples mariés, mais également requise. Pendant des siècles, briser le verre symbolisait implicitement briser l'hymen. C'est pourquoi il était si important que le marié réussisse.

Le bris du verre met fin au silence du temps mythique sous la houppa, et le monde se précipite. Tout le monde exulte, applaudit et crie: «Mazel tov!» La fête commence.

Vous pouvez casser n'importe quel type de verre: ancien, neuf, emprunté à quelqu'un ou de couleur. Quoi que vous choisissiez, il devrait être bien emballé pour éviter les blessures. Une serviette en tissu épais est standard, mais vous pouvez acheter une pochette en satin ou un sac en velours. (Certains artisans fabriquent des souvenirs à partir des éclats.) Alors qu'une ampoule enveloppée dans une serviette en lin pourrait faire un bruit plus fort, elle semble être un médiocre substitut d'un symbole aussi riche et ancien.

Voir notre article sur Mazal Koss: http://www1.alliancefr.com/actualites/mariage-juif-houppa-mazal-tov-6067406

Source : myjewishlearning.com

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi