Le Pen: Israël est à "l'origine" de la polémique sur le détail en 1987

Antisémitisme/Racisme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

lepen.jpgPARIS — Jean-Marie Le Pen affirme dans un livre publié jeudi qu'Israël avait été à "l'origine" de l'ampleur de la polémique déclenchée par ses propos en 1987 sur les chambres à gaz, qu'il avait qualifiées de "détail" de l'histoire de la Seconde guerre mondiale.

Dans le "Testament du diable - Les derniers secrets de Jean-Marie Le Pen" (Azzedine Ahmed-Chaouch, Editions du Moment), le patron du FN, 82 ans, défend cette thèse pour expliquer pourquoi, selon lui, la polémique n'avait pas démarré immédiatement après ses déclarations, le 13 septembre 1987.

"J'ai lu dans un livre sur le Mossad qu'ils évoquent un organisme qui, en Israël, est chargé d'orchestrer les campagnes d'opinion dans le monde", dit-il dans un entretien avec l'auteur du livre, le 15 avril 2010.

"Et moi, je pense que c'est comme ça que ça s'est passé. Lundi (lendemain de ses déclarations), il ne se passe rien, et après ça se déchaîne. Oui, je pense qu'Israël est à l'origine, oui je pense que c'est de là que ça vient. Oui absolument, et surtout l'orchestration mondiale prouve un réseau, et ça me paraissait hors de proportions", ajoute Jean-Marie Le Pen, selon l'ouvrage.

D'après les archives de l'AFP, les condamnations de ces propos ont commencé dès le lundi 14 septembre 1987 et se sont poursuivies les jours suivants.

Au cours de l'émission du Grand Jury RTL-Le Monde de la veille, Jean-Marie Le Pen avait déclaré qu'à ses yeux, les chambres à gaz, dans lesquelles des millions de Juifs ont péri, étaient "un point de détail de l'histoire de la deuxième guerre mondiale".

Condamné en justice pour ces propos, il les avait réitérés en 1997 en Allemagne, puis à nouveau en avril 2008 dans le magazine "Bretons" -- diffusé en Bretagne et en région parisienne -- et en mars 2009 au Parlement européen.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi