Alya d’Ethiopie : Emotion et larmes à Ben Gurion à la rencontre de leurs familles

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël, Judaïsme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Nouvelle Alya d’Ethiopie : Emotion et larmes à Ben Gurion à la rencontre de leurs familles.

Nouvelle Alya d’Ethiopie : Emotion et larmes à Ben Gurion à la rencontre de leurs familles.

Alyah Ethiopie cette nuit à Ben-Gourion

Alyah Ethiopie cette nuit à Ben-Gourion

Ils sont arrivés cette nuit : 64 nouveaux "Falashas" ont atterri à Ben Gurion, émus de rencontrer leurs familles qu’ils n’avaient pas vues depuis des années et ont rappelé à Benjamin  Netanyahou qu’ils ont laissé derrière eux des milliers d’Ethiopiens en attente de faire leur Alya.

La plus grande Alya des juifs éthiopiens dits les Falashas, (« exilés » en amharique) remonte à 1984 lors de l’opération Moise qui a consisté à évacuer 14400 juifs éthiopiens en Israël.

Swato Akal (39 ans) ne retenait pas ses larmes lorsqu’il rencontra sa mère Koumam Akal (60 ans) qu’il a perdu de vue depuis 14 ans. « Maintenant je suis heureux » dit il en tenant la main de sa mère. « J’ai attendu ce moment depuis des années » ajoute il, sans lâcher la main de sa mère pendant toute la cérémonie d’accueil des Olim d’Ethiopie par les membres de la communié des Falashmoura , cette nuit à Ben Gurion.

Des centaines d’Ethiopiens sont arrivés à l’aéroport pour célébrer l’arrivée des 64 Olim, reçus avec des drapeaux Bleu Blanc et entonnant la chanson ‘Am Israël Hai’.
Rencontre émouvante entre les familles qui se sont perdus de vue depuis plus de 20 ans.

Cette Alya consiste en la première étape du plan du gouvernement de Novembre 2015 de faire venir en Israël 9000 Ethyopiens en 5 ans.
En Aout 2016, il a été décidé à la Knesset de faire une Alya de 1300 Ethiopiens en un an, parmi les 9000 qui attendent leur tour dans des camps de transition à Addis Abbaba et Goundar. Les 64 Olim de cette nuit sont les premiers à avoir bénéficié de la décision du gouvernement.

Le sort des autres membres Falasha restés en Ethiopie n’est pas encore très clair. Leur arrivée n’a pas été encore planifiée ni budgétisée. Les militants publics au cours des dernières semaines ont appelé à la mise en œuvre d’un plan d'urgence pour ramener sans tarder et dans les conditions de sécurité les Ethiopiens restés dans les camps, au vu de la situation politiquement instable en Ethiopie.

Une grande émotion a été ressentie lors de l’arrivée d’un groupe de soldats vêtus d’uniformes de Tsahal des enfants de ceux qui sont restés en Ethiopie. Pendant des années, ce groupe milite pour une Alya des membres de leur famille. Une jeune femme au grade d’officier, qui n’avait pas vu ses deux sœurs depuis 20 ans a déclaré avec émotion, « je suis heureuse de constater que ça bouge enfin, mais c’est triste que personne de ma grande famille ne soit arrivée ».

Le Président de l'Agence juive Natan Sharansky a déclaré , qu’à la fin de la cérémonie, les immigrants seront accueillis dans les centres d'absorption à Safed et ajouta : "Bien sûr, nous vous aiderons, mais maintenant tout est entre vos mains. Après 2500 ans de prières un grand avenir vous attend. "

Source Ynet

Vos réactions

  1. artsiami@yahoo.fr''Ami Artsi

    « Falasha » est un terme péjoratif employé par les non-Juifs en Éthiopie pour désigner les Juifs. C’est un peu comme le mot « youpin » ou « youtre » en français.

    Le terme est donc à éviter.

    L’appellation que se donnent les Juifs d’Ethiopie est « les Beta Israël » … Privilégions donc plutôt ce terme.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi