Des officiels égyptiens à Gaza pour sauver la trêve entre le Hamas et Israël

Actualités, Contre la désinformation, International, Israël, Uncategorized - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Des officiels égyptiens à Gaza pour sauver la trêve du Hamas avec Israël

Deux hauts responsables égyptiens sont arrivés samedi dans la bande de Gaza pour des entretiens avec les dirigeants du Hamas en vue d’aboutir à une trêve avec Israël et de mettre un terme au conflit entre le Hamas et le Fatah.

Les deux émissaires égyptiens, Ahmed Abdel Khaleq - responsable du «portefeuille palestinien» de Mukhabarat (service général de renseignements) égyptien, et Mustafa Shehata, haut diplomate égyptien, sont entrés dans la bande de Gaza par le poste-frontière d'Erez avec Israël et ont immédiatement eu des entretiens avec le dirigeant du Hamas Ismail Haniyeh et d’autres hauts responsables du mouvement.

La visite intervient dans un contexte de tensions croissantes entre le Hamas et le Fatah et de la poursuite des violences le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël.

Vendredi, un Palestinien a été tué et de nombreux blessés lors de la Grande Marche des manifestations parrainée par le Hamas près de la frontière avec Israël. Le Palestinien tué lors des affrontements avec des soldats de Tsahal a été identifié comme étant Karim Kallab, âgé de 25 ans.

Des sources dans la bande de Gaza ont déclaré que l’Égypte essayait d’éviter une nouvelle détérioration des relations entre le Hamas et le Fatah et de convaincre les deux partis rivaux de mettre en œuvre les accords de «réconciliation» signés ces dernières années.

La semaine dernière, une délégation du Fatah dirigée par Azzam al-Ahmed a eu des entretiens au Caire avec des responsables des services de renseignements égyptiens sur les moyens de mettre fin à la crise avec le Hamas.

Les responsables du Fatah auraient déclaré aux Egyptiens que le seul moyen de réaliser une percée était que le Hamas donne un contrôle inconditionnel de la bande de Gaza au gouvernement basé à Ramallah. Ils ont également rejeté la demande du Hamas selon laquelle le gouvernement de l’Autorité palestinienne doit incorporer des milliers d’employés du Hamas et désarmer dans le cadre de tout accord de «réconciliation».

Les sources ont déclaré que les Egyptiens craignaient particulièrement qu'Abbas n'impose plus de sanctions à la bande de Gaza si le Hamas ne se conformait pas à ces exigences. Abbas aurait informé les Egyptiens qu'il cesserait tout financement de l'AP dans la bande de Gaza si les efforts du Caire pour mettre fin à la lutte pour le pouvoir entre le Hamas et le Fatah échouaient.

"Les Egyptiens exercent de fortes pressions sur le Hamas et le Fatah pour qu'ils mettent fin à leur différend", ont ajouté les sources. "Cela pourrait être la dernière tentative des Egyptiens pour convaincre les deux parties de mettre fin à leur rivalité."

Des analystes politiques palestiniens étaient sceptiques quant à la capacité de l’Egypte à convaincre le Hamas et le Fatah de parvenir à un nouvel accord de «réconciliation». Ils ont souligné que le fossé entre les deux parties restait aussi important que jamais.

Les analystes ont également exprimé leur pessimisme quant aux perspectives de réalisation d’une percée dans les efforts de l’Égypte pour parvenir à un accord de trêve entre Israël et les groupes terroristes palestiniens basés à Gaza.

«Je ne crois pas que les Égyptiens amèneront quelque chose de nouveau», a déclaré l’analyste politique Akram Atallah sur le site Internet Arabi21. «Israël ne parle plus d’une trêve et la question de la réconciliation est au point mort à la suite d’accusations mutuelles entre le Hamas et le Fatah. Je crois que la visite des responsables égyptiens vise à empêcher une confrontation avec Israël. ”

Au centre, Yayha Sinwar

Au centre, Yayha Sinwar

Un autre analyste, Ibrahim Abrash, a déclaré que les Égyptiens cherchaient à envoyer un message au Hamas et au Fatah selon lequel le Caire ne permettrait pas à d’autres parties, notamment la Turquie et le Qatar, d’intervenir sur les questions de la trêve proposée et de la lutte pour le pouvoir entre les deux parties palestiniennes. Lui aussi a exclu la possibilité que les Égyptiens réussissent leur nouvel effort.

Khalil al-Hayah, haut responsable du Hamas dans la bande de Gaza, a averti samedi que toute nouvelle sanction imposée par M. Abbas se retournerait contre lui.

Il a déclaré au journal Felestin basé à Gaza qu'Abbas "s'isolerait du peuple palestinien" une fois qu'il imposerait de nouvelles sanctions à la bande de Gaza. "L'histoire et le peuple vont dépasser Abbas s'il prend de telles mesures", a déclaré un responsable du Hamas. «Comment Abbas peut-il prétendre représenter le peuple quand il leur impose des sanctions? Le monde n’acceptera pas son leadership et ne l’applaudira pas. Le monde lui dira: Retournez-y et soulevez le siège que vous imposez à votre peuple avant de parler en son nom ».

Selon Hayah, l'Egypte et les Nations Unies étaient sur le point de parvenir à un accord de trêve dans la bande de Gaza le mois dernier, mais ces efforts ont été déjoués par Abbas et le Fatah. Il a déclaré que les manifestations hebdomadaires le long de la frontière avec Israël, qui ont débuté le 30 mars, se poursuivront jusqu'à ce que le blocus de la bande de Gaza soit complètement levé.

Le dirigeant du Hamas, Yayha Sinwar, qui a participé aux manifestations de vendredi, a déclaré que les manifestations se poursuivraient jusqu'à ce que les Palestiniens atteignent tous leurs objectifs. «Nous avons confiance en Dieu, nous allons bientôt prier à la mosquée Al-Aqsa [à Jérusalem]», a-t-il déclaré.

Pendant ce temps, les responsables du Fatah ont continué leurs attaques verbales contre le Hamas. Le porte-parole du Fatah, Atef Abu Seif, a accusé le Hamas de complicité dans des «projets» israéliens et américains contre les Palestiniens. Il a également accusé le Hamas de contrecarrer les efforts égyptiens visant à mettre fin au conflit avec le Fatah et à entraver la «lutte» des dirigeants de l’Autorité palestinienne contre le plan de paix au Moyen-Orient du président américain Donald Trump.

Jamal Muheissen, membre du Comité central du Fatah, a condamné les attaques récurrentes du Hamas contre Abbas à la veille du discours du président de l’AP devant l’Assemblée générale des Nations Unies. «Le Hamas est un groupe qui a quitté les valeurs nationales de notre peuple», a-t-il déclaré.

Source : Jpost

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi