La religion et l'Etat: une relation compliquée en Israël

Actualités, Contre la désinformation, International, Israël, Judaïsme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
La religion et l'Etat: une relation compliquée en Israël

Si Israël était une page Facebook, la définition de sa relation avec la religion serait la suivante: «C’est compliqué».

Et depuis que le pays est né, et même avant, cette relation a toujours été un sujet complexe et chargé, influençant la vie en Israël, mais avec aussi un impact significatif sur les relations entre Israël et la Diaspora juive. Ce qui complique encore plus la relation, c’est que certains des arrangements et «accords» entre religion et État ne sont pas conclus au niveau national, mais plutôt au niveau local.

Ainsi, chaque maire du pays peut avoir un impact réel non seulement sur l'espace public de sa propre ville, mais également sur la politique et ces relations au niveau national. C'est une mauvaise nouvelle, car la situation engendre un chaos important dans la relation entre religion et État. En même temps, cela peut également être considéré comme une bonne nouvelle, car cela permet d’ajuster la présence de la religion dans l’espace public en fonction du caractère de chaque communauté locale. Ce qui est clair, c’est que ce sujet mérite une attention particulière lorsque nous parlons des élections locales en Israël, qui se sont tenues le 30 octobre.

Israël a 70 ans, mais dans de nombreux domaines, la réglementation des relations entre religion et État est antérieure à l'indépendance. La fourniture de services religieux, le commerce le Shabbat, les transports en commun et d'autres questions étaient toutes réglementées dans le Yishuv, la communauté juive antérieure à l'État. Étant donné que les Britanniques détenaient l'autorité centrale pour l'ensemble du pays, il n'était pas possible d'édicter des ordonnances régissant ces relations à ce niveau.

La solution consistait à déléguer aux localités juives le pouvoir de régler le problème à l'intérieur de leurs propres frontières. À Tel-Aviv, par exemple, en 1934, à la suite d'une loi municipale interne, une directive a été adoptée interdisant aux autobus, aux voitures et aux taxis de circuler dans les rues de la ville pendant le Shabbat, même s'ils appartenaient à des non-Juifs.

En 2017, des Israéliens laïcs on lancé un service de bus pour la plage le Shabbat

En 2017, des Israéliens laïcs on lancé un service de bus pour la plage le Shabbat

Lors de la création de l'État, certaines des règles de la période du mandat ont été reprises dans la nouvelle législation israélienne. Bien qu’elles aient été mises à jour et modifiées, le système a laissé aux municipalités le pouvoir de déterminer le rapport entre la religion et la ville spécifique et le caractère juif de l’espace public de chacune. Par exemple, au niveau national, la seule restriction à l’activité commerciale du Shabbat est la législation sociale interdisant l’emploi d’une personne le jour de son repos hebdomadaire; En revanche, les réglementations sur l'ouverture ou la fermeture des entreprises le Shabbat sont ancrées dans les lois municipales.

La municipalité a le droit de décider si des magasins, des restaurants et des cafés, des cinémas, des théâtres et des musées seront ouverts dans les limites de sa juridiction. Dans une étude que j'ai menée avec Gilad Wiener, à l'Institut de la démocratie israélienne, nous avons constaté qu'une majorité écrasante de localités juives en Israël (83%) autorisaient des restaurants et des cafés à ouvrir le Shabbat; et un quart (27%) permet aux salles de cinéma et aux théâtres de fonctionner. Et bien que le commerce de détail soit interdit dans la majorité des localités juives, dans de nombreux endroits, les autorités ont choisi de ne pas appliquer la loi et d'autoriser une activité commerciale vivante.

Les municipalités jouent également un rôle important dans la fourniture de services religieux à leurs résidents; dans certaines villes, ils le font directement, à la majorité - par le biais de conseils religieux. Ici aussi, la municipalité peut influer sur la nature et la portée des services religieux fournis. Il peut choisir, par exemple, d’allouer des budgets uniquement à la communauté orthodoxe de la ville ou de soutenir les activités religieuses des congrégations réformistes et conservatrices.

Cette situation, dans laquelle les arrangements entre religion et État peuvent varier d’une rue à l’autre, est étrange, car ces questions ont une résonance au niveau national et sont au cœur du délicat équilibre entre les identités juive et démocratique d’Israël. D'autre part, cette situation offre une plus grande flexibilité et une plus grande liberté pour les citoyens de choisir leur mode de vie et la manière dont ils souhaitent passer leurs samedis.

Cette situation est loin d'être idéale. Si c’était réalisable, il serait préférable de régler ces problèmes fondamentaux par un consensus national. Mais étant donné la stagnation politique et l'adhésion obstinée au niveau national à un statu quo qui n'existe plus vraiment, pour le moment, c'est peut-être la meilleure solution que nous puissions trouver. En tout état de cause, la question requiert notre attention dans toutes les discussions sur le gouvernement local et la relation entre religion et État - et, si vous voulez, entre religion et ville - en Israël.

Source : Jpost

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi